AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le deal à ne pas rater :
Oxymètre de pouls, Compteur de Saturation en oxygène
4.19 €
Voir le deal

Partagez
 

 A la poursuite de demain [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 2231
Âge : 18 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24

En ligne

A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] EmptyMar 4 Aoû - 19:27

Tel un mari qui aurait à annoncer à sa femme qu'il partait refaire sa vie avec Jessica, sa nouvelle secrétaire – blonde peroxydée Victoire ? à la poitrine opulente, au rire retentissant et au regard rendu curieux par les extensions de faux-cils (lui donnant de faux-airs de Bambi version Drag-Queen) - Joséphine prit son courage à deux mains. Elle se dirigea le premier samedi de l'année vers le bureau de la Directrice, non sans avoir au préalable prévenue sa professeur de Métamorphoses qu'elle souhaitait un entretien avec elle, plus tôt au petit déjeuner « De Guise vous croyez que c'est vraiment le moment ? Laissez-moi terminer mon pudding tranquille, je vous prie ! En plus je viens d'en tomber un morceau dans mon bol de café... la journée commence bien ! ».
Ses cheveux longs roux retenus en une queue de cheval glissant alternativement de gauche à droite au rythme de ses pas, la sorcière, contre les apparences, n'en menait pas large : en fait, elle essayait de faire le point. Il était vital de trouver un angle d'attaque, sans que sa directrice ne lui assène qu'elle n'avait pas de temps à perdre avec les élucubrations de ses 7ème années – ce que Jo pouvait comprendre, elle ne devait pas avoir que ça à faire entre ses parties de Bridge avec Rusard et ses tournois de Crapette Senior avec l'EHPAD de Pré-au-Lard – il fallait être bref, clair et concis.

Joséphine était inquiète pour une simple raison : pas parce que ses propositions lui paraissaient déplacées et inadaptées – non, elle en avait parlé et tout le monde lui avait dit que c'était même plutôt intelligent – mais parce qu'il s'agissait de parler à Minerva McGonagall, la directrice de Poudlard en personne. Bien que très peu confrontée à l'ex-directrice des Gryffondor, on ne pouvait pas dire que Joséphine était à l'aise avec les directrices en général. Rappelons pour la petite histoire qu'avant d'étudier à Poudlard, la Française étudiait à Beauxbâtons et y avait été renvoyée par l'actuelle et tyrannique directrice Olympe Maxime. Autrement dit, l'autorité n'était généralement pas sa meilleure amie, bien qu'il fallait reconnaître que malgré son caractère volcanique, elle avait très peu fait de vagues à Poudlard un ou deux Gryffondor mort par année, mais pas plus. Et jusqu'à preuve du contraire, elle parvenait à rester une élève très sérieuse, tout du moins dans les matières qu'elle affectionnait, dont celle de sa directrice faisait partie.

La jeune fille arriva devant la tour du directeur et prononça le mot de passe donné par Minerva un peu plus tôt. Elle était à la fois un peu impatiente et un peu pressée d'en finir : elle monta les marches deux à deux. L'avis du professeur McGonagall comptait beaucoup pour elle, elle faisait sans conteste partie de ses professeurs préférés. Elle tapa à la porte et une fois qu'elle eu entendu 'oui', se décida à entrer.

- Bonjour professeur. Elle referma la porte derrière elle, lentement, pour ne pas briser la quiétude du lieu et ajouta. Je ne vous dérange pas ? J'aurai aimé vous parler.

Elle le savait, Joséphine n'était pas élève à tailler le bout de gras à ses professeurs à la moindre occasion : elle participait en classe, mais une fois le cours terminé, elle se carapatait vite fait hors de la salle pour discuter avec ses amis.

(547)
Revenir en haut Aller en bas

Minerva McGonagall
Minerva McGonagall
Directrice de Poudlard

Parchemins : 1044
Âge : 86 ans (4 octobre 1926)
Actuellement : Directrice de Poudlard


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: Re: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] EmptyDim 18 Oct - 16:55

Minerva McGonagall n’avait pas pour habitude de laisser son bureau ouvert. Avant d’arriver jusqu’à elle, normalement, les élèves devaient passer par leur directeur de maison, et même avant par leurs préfets. Il faut dire qu’en général, elle se sentait un peu vieille pour discuter avec tous ces jeunes de leurs petits problèmes d’adolescents (qu’elle savait bien réels, mais déjà quand elle avait leur âge ça ne l’intéressait que très moyennement Dahlia voilà ton future), et en plus elle avait pas mal de trucs urgents à gérer. Magicis Sacra était une charge de travail supplémentaire car, pour que Poudlard ne soit plus envahie, elle devait beaucoup communiquer avec le Ministère et vérifier très régulièrement les sortilèges de protection. Elle ne doutait pas qu’il y eut malheureusement des failles, mais elle espérait qu’elles étaient au moins assez colmatés pour éviter que toute l’organisation leur tombe dessus comme la fois précédente. Minerva gardait un souvenir très amer de la période de l’invasion durant laquelle elle s’était sentie impuissante, sentiment auquel elle était peu habituée, étant l’une des sorcières les plus compétentes du Royaume-Uni. On comprenait donc qu’elle fasse tout désormais pour ne plus avoir cette impression horrible de trahir la confiance de ses élèves en échouant à les protéger de ces monstres masqués !

Néanmoins, malgré certaines réticences – essentiellement dues à un manque de temps et non à un manque d’envie de parler à son élève -, la directrice avait accepté de recevoir Mademoiselle de Guise. Celle-ci paraissait avoir réellement besoin de lui parler et il y avait plutôt intérêt à ce que ce soit le cas donc elle lui avait trouvé un créneau dans son emploi du temps chargé et donné le mot de passe. « Bonjour Mademoiselle de Guise, avancez je vous prie. » La vieille femme fit signe à la Poufsouffle de s’avancer, lui amenant une chaise magiquement ce qui était le signe qu’elle pouvait s’asseoir. « Allez-y, je vous écoute, et soyez claire et concise. Ni vous, ni moi n’avons de temps à perdre. » McGonagall était connue pour être assez sévère. Avec elle, pas de risque qu’il y ait des digressions sur la pluie et le beau temps. Mais c’était aussi un professeur juste qui savait écouter ses élèves : Joséphine pouvait donc lui parler librement du moment que le sujet était réellement du ressort de la directrice de Poudlard.


"Hogwarts is threatened!" shouted Professor McGonagall. "Man the boundaries, protect us, do your duty to our school !"

Revenir en haut Aller en bas

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 2231
Âge : 18 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24

En ligne

A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: Re: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] EmptyLun 2 Nov - 0:28

Joséphine entra dans le bureau de la directrice à pas de loup : comme elle s'y était attendue, l'ambiance n'était pas à la gaudriole. Une chaise bougea en sa direction alors que Joséphine avançait dans le grand bureau de l'headmaster, après avoir y été invitée.
En voyant les multiples portraits de directeur s'affairer, Joséphine se souvint de la première et seule fois où elle était venue dans ce bureau : c'était il y'avait trois ans, pour sa répartition avec le Choixpeau Magique. Ayant intégré l'école en cours d'année, la sorcière – forcée de quitter Beauxbâtons suite à un accident avec un autre élève, Magicis Sacra était d'ailleurs déjà impliquée – avait rejoint le bureau de la directrice peu avant de retrouver son cousin Sebastian disparu de Poudlard depuis, afin de savoir dans quelle maison elle passerait l'année, et le reste de sa vie scolaire. Jamais elle n'aurait cru construire à ce moment là une nouvelle vie de famille imagine elle était à Serpentard à la place.

La jeune fille s'assit, et prit une profonde et lente inspiration qu'elle tenta de dissimuler : elle n'était pas sorcière à attirer la pitié en général, elle avait une certaine réputation (de requin impulsif, très probablement) et ne voulait pas que Minerva croit qu'elle ait peur. Elle n'était pas là pour rien et ne comptait pas faire perdre son temps à la directrice.

Quand la jeune fille fut invitée à être claire et concise, la Poufsouffle comprit que son heure était arrivée : Maintenant, c'était à elle.

- Merci. Je suis là pour deux choses, qui sont étroitement liées. Moi. Elle prit une inspiration, la précédente l'avait déjà bien détendue : elle se lança donc. Je suis comme vous le savez en dernière année et j'ai en face de moi un gros problème : j'ignore tout à fait ce que je vais faire l'année prochaine. Du tac-au-tac elle aurait très certainement répondu une boutade du genre « Et en quoi c'est mon problème à moi ? » mais comprit avec soulagement qu'elle n'était pas en face une adolescente taquine c'est le moins que l'on puisse dire mais de la directrice de l'école. Je ne pense pas être la seule dans ce cas et j'ai eu une idée pour remédier à ce problème : cet été j'ai pu mettre à profit mon temps au Ministère de la Magie pour me renseigner sur les carrières possibles et j'ai aussi pas mal passé de temps chez les commerçants du Chemin de Traverse avec qui j'ai beaucoup parlé. Joséphine avait de surcroit travaillé plusieurs semaines dans la boutique de Quidditch de Traverse, elle avait maintenant quelques contacts dans la ruelle. Nous n'avons hélas pas tous les mêmes opportunités, ni les mêmes disponibilités pour ainsi glaner des informations dans le monde sorcier. Elle pensait aux nés-moldus et aux sorciers dont les parents n'étaient pas forcément toujours disponibles pour eux. J'ai pensé qu'il pourrait être intéressant de faire venir plusieurs corps de métiers dans Poudlard – employés du Ministère, indépendants, simple stagiaires, etc – afin de guider les élèves des années supérieures dans leur choix de carrière future. Elle laissa un petit temps à la directrice pour digérer les informations des fois on dit que je parle vite et conclut en disant. J'en ai déjà parlé à quelques personnes pendant mes recherches de cet été et plusieurs se sont dit prêtes à faire le déplacement pour une journée contre rémunération.

Sa première idée avait été exposée et elle était contente de comment elle l'avait placée : la jeune fille pensait ne rien avoir oublié. Du moins, elle l'espérait.

- Et le second point... Elle planta ses yeux bleus dans ceux la directrice C'est que j'aimerai que vous m'arrangiez un rendez-vous avec la Ministre de la Magie.

Non, Joséphine ne doutait de rien. Elle savait la demande plus qu'osée, mais la jeune fille savait qu'elle n'aurait pas abusé de la disponibilité ni des relations de sa professeur de Métamorphoses sans raison. Elle l'aimait beaucoup et savait qu'au fond, sous ses airs de Cerbère elles sont pareilles, une grande dame logique et cartésienne tirait les ficelles. Et pour le coup, Joséphine n'était pas là pour enfiler des perles : elle avait des demandes très sérieuses, des idées qui lui semblaient vitales et elle ne se voyait pas les exposer à la Ministre de la Magie par courrier. Le message devait passer par Minerva McGonagall, qui la connaissait plus que bien, et de qui elle attendait un sérieux appuis. Après tout, ces décisions là la concernait aussi. Et surtout, elle était déterminée.

Joséphine partait d'un postulat de départ qu'elle croyait complet : la jeune fille avait toujours remarqué sur le terrain la présence des aurors et des policiers magiques dans chacune des affaires qui touchaient la Menace : c'était eux qui étaient venus les solliciter quand ils avaient trouvé le vase des sangs-purs, c'était eux qui prenaient la parole quand Magicis Sacra faisaient de même. On entendait parler des aurors par ci et des tireurs de baguette magique d'élite par là mais surtout des aurors, quand même. A ses yeux, la création d'un département secret – qui existait peut-être déjà, en fin de compte – était leur ultime chance de combattre ce mal qui s'était hélas répandu partout. Et à son sens, former une équipe ayant divers points de vue était salutaire : ils devaient mieux comprendre leur ennemi pour le combattre efficacement. Et cette tâche devait s'effectuer à plein temps.

- Oui rien que ça. Je pense que la Ministre ne prendra pas en compte l'avis et les idées d'une adolescente de 17 ans, je me trompe ? Et elle ne réalisera de surcroit pas la pleine démesure de ma motivation. Joséphine regarda Minerva, très sérieuse : elle avait rarement ouvert autant son cœur. J'ai vu un homme perdre une quantité insolite de sang sur le Chemin de Traverse, j'ai vu Payton Harris perdre la mémoire, Julian et Erin devenir de parfaits petits pantins, j'ai combattu avec échec des élèves d'Ilvermorny dont Freja Blomberg avait lavé le cerveau et j'ai cru mourir dans les cachots de cette école. Avec Noé... Elle jugea bon de citer ce dernier, par respect. Peut-être parce qu'il avait beaucoup souffert. Ou peut-être parce qu'elle pensait à lui nuit et jour.

- Les aurors et les tireurs de baguette magique d'élite du Ministère ne peuvent pas s'occuper à plein temps de Magicis Sacra, ils n'ont pas le temps j'ai demandé son avis à Charisma Kostovak et c'est limite si elle ne devra pas s'accoucher tout seule tellement leur temps est compté : nous avons besoin d'un département qui s'occupe de ça à plein temps. Secret, de préférence, parce que les espions de Magicis Sacra sont partout. Et je veux en être. Si elle avait longtemps hésité sur sa carrière future, ce n'était maintenant plus le cas depuis cet été : elle voulait tout faire pour combattre la Menace. Et à la réflexion, en le disant, elle se rendait compte qu'un tel département – secret comme elle le disait – existait peut-être déjà. Si tel était le cas, elle ne pouvait passer que par Minerva : jamais Hermione Weasley ne perdrait du temps à la recevoir, ni même à l'écouter elle avait des elfes de maison à sauver.

- Et je me rend compte qu'au final, je n'ai été ni courte ni concise.

Au moins l'avait-elle réalisé.

(1203)


Dernière édition par Joséphine De Guise le Sam 21 Nov - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Minerva McGonagall
Minerva McGonagall
Directrice de Poudlard

Parchemins : 1044
Âge : 86 ans (4 octobre 1926)
Actuellement : Directrice de Poudlard


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: Re: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] EmptyJeu 19 Nov - 14:52

Il n’était pas rare que les septièmes années ne sachent pas ce qu’ils feraient en sortant de l’école. Certains prenaient un petit boulot, d’autres allaient dans une université moldus, certains entraient au Ministère ou en apprentissage dans des commerces. Le choix des possibles étaient vastes et la problématique rien de neuf. Cependant, c’étaient les directeurs et directrices de maison qui s’occupaient de ça, pas elle, plus depuis qu’elle s’occupait de l’école dans son ensemble. « Malheureusement mademoiselle de Guise, si aucun forum des métiers n’a jamais été organisé à Poudlard, il y a de bonnes raisons à ça : Poudlard est un lieu dont le contrôle ne revient pas totalement – et ce aussi longtemps que je serai là pour m’en assurer – au Ministère de la Magie. Les gens extérieurs à l’école ont interdiction d’y pénétrer, raison pour laquelle nous vous coupons de votre famille et de vos amis du monde extérieur pendant de longs mois. Poudlard a des secrets que beaucoup voudraient nous voler, à commencer par Magicis Sacra. Personne ne doit y pénétrer. Les fois où nous l’avons fait, les événements ont toujours tourné au drame. » Elle se souvint alors, avec toujours une immense tristesse qui voila quelques secondes ses traits, du jeune Cédric Diggory. Organiser ce tournoi, faire venir des étrangers à Poudlard, avait été une erreur monumentale. Dumbledore n’y était pour rien bien sûr, son vieil ami avait tellement rêvé un rapprochement entre les écoles européennes… Et avec Blomberg et ses comparses dans la nature, Minerva refusait de laisser entrer des étrangers dans son école. Elle n’avait confiance en personne en dehors d’un certain cercle circonscrit loin d’inclure l’entièreté du Ministère. Elle l’avait plusieurs fois dit à Hermione : ils avaient des taupes ! Sinon, comment MS auraient-ils toujours un coup d’avance sur eux ?

Elle écouta la suite de la proposition de la jeune fille avec attention mais distance, comme à l’accoutumée. Minerva n’avait pas pour habitude de chouchouter ses élèves : sévère mais juste, elle préférait suivre les enseignements de ses propres professeurs qui datent un peu donc et les laisser faire leurs propres erreurs. Quand Joséphine eut terminé son exposé, Minerva croisa ses doigts fins devant elle, scrutant intensément la Poufsouffle comme si elle cherchait à voir son âme. Plusieurs secondes passèrent qui devinrent des minutes et quand elle perçut un léger signe d’attente ou d’impatience chez la jeune fille, elle lui intima du geste de rester silencieuse et immobile. Minerva réfléchissait.

Le temps s’écoula ainsi sur une durée indéterminée mais qui dut paraître longue à la Poufsouffle quand, enfin, Minerva se leva. « Très bien Mademoiselle de Guise. Nous allons tester votre engagement tout de suite. Vous connaissez les serments inviolables je suppose ? Nous allons en passer un, suite à quoi, nous reparlerons de votre avenir plus en détail. Si vous êtes d’accord bien sûr, sinon, vous connaissez la sortie. Je ne vous en voudrais pas de renoncer. » C’était le compromis trouvé par la directrice : elle s’apprêtait à faire une proposition intéressante à son élève, cependant, il s’agissait d’un secret d’état qu’elle n’avait aucune raison d’avoir en sa possession. Le serment inviolable permettrait d’éviter de se baser sur la seule parole d’une adolescente. Il ne s’agissait pas d’un manque de confiance, plutôt d’une assurance. Elle avait eu assez d’élèves dans sa vie et moi aussi, même si beaucoup moins pour savoir qu’à 17 ans, on avait toujours envie de se confier à ses meilleurs amis ou à son petit ami. Or, ce que la directrice s’apprêtait à dire, sous condition du serment, ne devait pas être ébruité… sinon, ce n’était plus un secret, et le Ministère tenait à ce que cela le reste. Parmi les professeurs de Poudlard, elle était la seule à le savoir en sa qualité de directrice. Les informations étaient cloisonnées de façon à éviter les fameuses fuites qui l’inquiétaient tant… la question était maintenant de savoir si Mademoiselle était assez motivée pour faire un serment inviolable : si elle ne l’était pas, c’est qu’elle n’avait pas l’étoffe pour ce que voulait lui proposer sa directrice.

Confiante cependant, elle fit appel au seul professeur que je peux facilement pnjiser libre, à savoir le professeur Jones, directeur de Serdaigle, pour leur servir de témoin le cas échéant.


"Hogwarts is threatened!" shouted Professor McGonagall. "Man the boundaries, protect us, do your duty to our school !"

Revenir en haut Aller en bas

Joséphine De Guise
Joséphine De Guise
Poufsouffle

Parchemins : 2231
Âge : 18 ans (03/11/97)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 24

En ligne

A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: Re: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] EmptyLun 30 Nov - 0:44

Minerva McGonagall n'était pas réputée pour être une sorcière anglaise sympathique : et elle était – il fallait reconnaître – fidèle à sa réputation en toutes circonstances. Joséphine n'était pas spécialement à l'aise en sa présence, mais voir la directrice la traiter avec distinction et courbettes hypocrites ne l'aurait pas rendue plus à l'aise pour autant : bien au contraire. La froideur de la professeur de Métamorphoses était si habituelle qu'on finissait en fait par s'y faire : elle était comme ça, de toute façon. C'était en fait même plutôt rassurant : là où Joséphine n'était qu'impulsivité et fougue, Minerva était un modèle de calme et de patience. Au fond, la Française aurait adoré avoir le quart du dixième de self-control de sa directrice patience, plus que 150 ans à attendre.
Quand la Française eut terminé son monologue – soyons honnêtes, s'en était un – elle regarda la directrice avec intérêt.
Sa réponse sur le forum des métiers à Poudlard fut nette et précise : on sentait qu'elle avait déjà réfléchi à la question.
Devant ce refus de le mettre en place dans l'école, pour des raisons au final, évidentes Minerva, enfin ! Magicis Sacra est restée pendant un an dans Poudlard, ça vaut vraiment le coup de faire la difficile pour trois/quatre commerçants de Traverse ?, Joséphine chercha une parade. Minerva avait raison, faire entrer autant d'adultes inconnus, dans l'école était un risque : la sorcière était partie du postulat que l'ex directrice de Gryffondor connaissait plus ou moins tous les sorciers du monde magique pour leur avoir enseigné la métamorphoses, à eux, leurs parents, ou leurs grands-parents, mais il fallait se rendre à l'évidence : on ne savait aujourd'hui plus à quel saint se vouer. Qui nous disait que la sympathique vendeuse de farces et attrapes de Pré-au-Lard n'était pas sous l'influence de Magicis Sacra, hein ? Sans compter que la Menace ne devait pas être tracassée outre mesure d'avoir recours à l'Impérium.
A partir de là, même le plus fidèle des sorciers n'était plus fiable.

- Je comprends.

Et c'était vrai : elle qui était obsédée par Magicis Sacra, du haut de ses 18 ans, n'avait pas anticipé ce tout petit détail technique. Mais ce n'était qu'un détail, au final !
Parce que le monde magique ne se résumait pas à Poudlard et que Minerva n'avait pas rejetée son idée en bloc. Elle avait juste omis une réserve plus que grosse sur l'emplacement proposé par la Poufsouffle. Qu'à cela ne tienne, il allait falloir trouver un autre endroit où accueillir ce beau monde.

- On pourrait peut-être trouver un autre endroit... Pré-au-Lard, par exemple, pour sa proximité avec les élèves. Elle avait listé le Ministère, le Chemin de Traverse, tous les villages sorciers du pays, dans sa tête, mais aucun ne permettait aux élèves de 6ème et 7ème années d'y venir à pied. Pré-au-Lard était l'endroit parfait : les élèves pouvaient y venir rapidement et tous les sorciers adultes pouvaient y transplaner. On pourrait privatiser les Trois Balais, ou un autre endroit, je ne sais pas. Je pourrai m'en occuper si vous voulez... Elle réalisa alors que s'occuper de tout ça allait être une tâche colossale et qu'elle n'était clairement pas dans l'année la plus tranquille de sa vie. Elle posa un doigt sur sa lèvre : peut-être n'était-elle pas de taille à s'occuper d'un truc comme ça, à la réflexion... Ou nos directeurs de maison, plutôt... j'ai envie d'avoir toutes mes ASPICs cette année et, de préférence avec d'excellentes notes. Joséphine était loin de maîtriser tous ses cours passés. C'était un euphémisme : elle était loin d'encore tout savoir et n'avait de surcroit pas fini de rattraper son retard en botaniques et en potions. A vrai dire, elle avait à peine commencé. Elle avait du travail.
Mais Jo' était pleine de bonne volonté : que ce soit pour elle, pour ses camarades ou pour les générations futures, elle trouvait ce forum indispensable. Qui mieux que les commerçants, fonctionnaires et apprentis pouvaient mieux renseigner les élèves sur leur carrière future ? Ça permettait de surcroit de découvrir à des métiers auxquels on ne pensait pas sculpteur sur marshmallows ? C'est très original !, une chose ô combien importante pour les métiers de l'ombre.
Et à la réflexion, Jo' ne voyait Minerva accorder sa confiance qu'aux directeurs de maison qu'elle avait elle-même choisis, ou aux autres professeurs de l'école, éventuellement. Et pas à une gamine qu'elle connaissait à peine et qui n'était même pas préfète, de surcroit ça peut s'arranger : préfète-en-chef-suprême, ça existe?. Mais elle était prête à s'en occuper si on le lui demandait, cependant.

Jo entreprit alors d'entamer la partie la plus osée du plan : demander un RDV avec la Ministre de la Magie. Jo' ignorait si Minerva avait un vrai pouvoir sur les affaires du Ministère : en théorie non, mais comme Hermione Weasley était une ancienne élève très respectée de l'ex-directrice de Gryffondor, on pouvait supposer qu'elles étaient restées amies. Leur relation était en tout cas dépeinte comme amicale dans la presse gros ragot ! Elles ne peuvent pas se saquer ! et Minerva était connue pour être d'excellents conseils. Elle avait vécu deux guerres, quand même !
Une fois que la Française eut exposé ses ambitions et ses motivations les plus secrètes et les plus sincères, elle prit une fine inspiration pour reprendre son souffle. Elle n'attendait pas moins qu'une réaction violente de la part de la directrice de Poudlard « Mais vous vous prenez pour qui, ma pauvre fille ? Nous n'êtes rien ici, et vous n'avez rien à demander !  Dehors ! ». Après tout, elle avait du culot de se pointer ici. Jo sentait depuis son arrivée à Poudlard qu'elle était regardée – et le serait toujours – comme étant la petite délinquante qui avait été renvoyée de Beauxbâtons. Alors certes, pas grand monde ne connaissait la vraie histoire – sa bagarre avec Gaspard sous le contrôle de Magicis Sacra – et la plupart devaient s'en ficher. Mais Minerva savait. Et elle se sentait en ce sens comme la dernière des pestiférées qui aurait constamment ses preuves à faire. Comme si cette erreur était placardée sur son front pour le reste de sa vie.

Elle écouta McGonagall lui répondre et son coeur fit un bond dans sa poitrine.
Quoi ? Elle avait bien compris ? Elle hocha la tête à l'affirmative quand elle lui demanda si elle connaissait les serments inviolables – elle connaissait, bien sûr qu'elle connaissait : mais elle n'en avait jamais fait – et s'empressa de répondre à la question de la directrice.

- J'accepte.

A quoi bon réfléchir ? Elle avait ouvert son cœur à la directrice un peu plus tôt et était prête à aller jusqu'au bout du processus. En plus, un serment n'était même pas nécessaire : elle était de parole et si on lui demandait de garder un secret, elle le ferait sans aucun problème. Et Jo' savait de surcroit que ses amis ne s'en formaliseraient pas, pour la simple et bonne raison, qu'ils étaient exactement comme elle. L'avantage d'être un Poufsouffle.

(1145)
Revenir en haut Aller en bas

Minerva McGonagall
Minerva McGonagall
Directrice de Poudlard

Parchemins : 1044
Âge : 86 ans (4 octobre 1926)
Actuellement : Directrice de Poudlard


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: Re: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] EmptyDim 17 Jan - 16:14

« Nous pourrions en effet le faire à Pré-au-lard mais cela pose encore quelques problèmes d’organisation… surtout pour le faire cette année. Il serait plus sage comme vous le notiez vous-même que vous vous préoccupiez de votre propre orientation Mademoiselle de Guise et que vous laissiez celles de vos camarades à la charge des directeurs de maison. » Qui faisaient de leur mieux, soit dit en passant. Toutefois, depuis l’invasion de MS, tout le monde se retrouvait avec une charge de travail rarement égalée car le château devait régulièrement être passée au peigne fin. La dernière fois que l’équipe éducative avait été à ce point sous l’eau, ça avait été l’année sans magie : il avait été difficile pour tout le monde de s’y adapter, sans compter la crainte de ne jamais revoir la magie revenir. C’était un peu différent avec MS, mais le résultat était le même, tout le monde était très occupé dans l’école.

Mademoiselle de Guise acceptant de passer un serment inviolable, la directrice fit venir le professeur Jones pour qu’il soit leur Enchaîneur. Minerva lui expliqua brièvement de quoi il s’agissait puis le rituel commença. Le professeur Jones prononça les termes du serment alors que les chaînes enroulaient leur poignet à toutes les deux : « Par ce serment Minerva McGonagall révélera un secret à Joséphine de Guise. Celle-ci s’engage à ne jamais parler de son contenu sauf aux personnes déjà mises au courant par un tiers. Ce serment est inviolable sous peine de mort. » Lorsqu’il eut fini de parler – et on ne pouvait pas dire qu’il parut très heureux d’évoquer le décès potentiel d’une élève – les chaînes s’estompèrent et il fut remercié. Il partit après un dernier regard perplexe à la Poufsouffle.

« Bien, rasseyez-vous. » ordonna-t-elle à Joséphine tout en faisant la même chose de son côté. Elle croisa ensuite les mains devant elle et commença : « Sachez donc que dans le plus grand secret s’est formé une unité spéciale uniquement dévolue à la recherche de Magicis Sacra. Pour plus de discrétion, ce nouveau département a été institué dans celui des mystères. Il compte pour l’instant peu de membres, mais sur ma recommandation, vous pourrez y entrer. La Ministre ne gère le dossier que de loin, c’est Monsieur Shinku qui dirige ce nouveau département. Je tiens toutefois à vous prévenir, il s’agit surtout pour le moment d’enquêter pour déblayer les méthodes et la magie de MS, vous trouverez peut-être que cela manque d’action au début… mais si nous pouvions nous contenter de nous battre en y allant bille en tête, voilà longtemps que nous aurions vaincu. » Minerva haussa les épaules avec détachement : elle avait fini par accepter que les méthodes de MS étant bien différentes de celles des Mangemorts, il fallait aussi régler le problème autrement.


"Hogwarts is threatened!" shouted Professor McGonagall. "Man the boundaries, protect us, do your duty to our school !"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





A la poursuite de demain [PV] Empty
MessageSujet: Re: A la poursuite de demain [PV]   A la poursuite de demain [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A la poursuite de demain [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Salles de cours :: Bureau de la directrice-
Sauter vers: