AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez
 

 [THEME PV] Débordements.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Alexandre Symphonie
Alexandre Symphonie
Gryffondor

Parchemins : 159
Âge : 13 ans (3 juin 2002)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyLun 30 Nov - 0:22




Débordements


Alex&Stef

samedi 20 février 2016

BOUM PAF

Le bruit des coups qu’Alexandre donnait dans le tronc d’un arbre résonnait à plusieurs mètres autour de lui. Il avait scotché des coussins tout autour parce que l’infirmière qui l’avait soignée la veille considérait qu’il n’était qu’un petit imbécile inconscient à se briser ainsi les mains. Le jeune lion n’était cependant pas certain que cette protection supplémentaire aux bandes qu’il avait mises sur ses deux mains suffirait à empêcher un nouveau passage par la case infirmerie. La douleur l’indifférait : elle était un bon moyen de penser à autre chose qu’à sa cousine disparue depuis deux jours. Il allait se faire soigner par égard envers ses camarades de dortoir qui n’avaient pas tous la même insensibilité au sang que lui.

Deux jours. Un peu plus même vu qu’elle s’était volatilisée dans la matinée du jeudi et qu’ils étaient déjà samedi soir. De rage, il donna un nouveau coup de pied sauté contre l’arbre mais loupa sa réception et s’étala au sol, le souffle court. Il avait séché l’entraînement de Quidditch – il n’était même pas sûr que Vic’ l’ait maintenu, celui de Serpentard ayant été suspendu -, avait fui la plupart de ses camarades, se réfugiant dans le parc. Il faisait des tours entiers de château en courant, balançait des couteaux de vaisselle contre des arbres, et quand ça n’était plus assez – surtout que les couteaux qu’on leur filait pour couper la viande n’avait rien de poignards de lancés -, y allait aux poings.

Peut-être que la plupart des gens se moquait de la disparition de Viska, se disait qu’après tout, elle avait été enlevée par son père et qu’il ne lui ferait pas de mal, ou d’autres conneries du même genre… mais Alex’ savait que ce n’était pas ce qui était en train de se passer. Son oncle n’avait pas cherché Viska pour vivre d’émouvantes retrouvailles père-fille. Ce type était l’essence de tout ce qui n’allait pas dans leur famille depuis des dizaines, voire des centaines d’années.

Le jeune garçon resta un moment allongé sur le ventre, face contre terre, tentant de reprendre sa respiration. À force d’exercice intensif, elle commençait à lui manquer. Quand il se redressa, il vit des pieds – de fille à en juger par les chaussures – et remonta jusqu’au visage de celle auxquels ils appartenaient : Stef. L’apparition de son amie (et coup de cœur à sens unique, bien que ses problèmes affectifs aient peu de sens actuellement) lui fit réaliser que la nuit était presque entièrement tombée. Se levant pour de bon, il essuya vainement la terre sur ses vêtements et, de la manche, la sueur sur son front. « Qu’est-ce que tu fous là Stef ? T’as été désignée volontaire pour me faire rentrer ? Je pensais que suivre partout ce crétin de Miller était devenu ton occupation à plein temps pourtant, non ? » Il savait qu’il était méchant et qu’elle était sûrement venue là parce qu’elle s’inquiétait (ou en messagère de tous ceux qui s’inquiétaient, il ne savait pas bien)… tout comme il savait que s’en prendre à elle ne ferait pas revenir Viska.

Deux jours plus tôt, cette histoire avec Miller était au cœur de ses préoccupations. Il admettait volontiers que non seulement il était jaloux mais qu’en plus il ne voyait pas ce que ce type avait de plus que lui : pour tout dire, il avait même l’impression que c’était juste une version plus vieille, plus fade et moins sportive de lui. Alex avait beau être le plus modéré d’entre eux, il possédait quand même cette pointe d’orgueil et de fierté propre aux Symphonie (et aux Montgomery pour la plupart remarquez). Maintenant, ça avait beau lui paraître assez ridicule – sa cousine avait été enlevée par un mangemort versé dans la torture des jeunes filles par Merlin ! -, il n’avait quand même pas envie de repenser à son amour à sens unique pour Stef ou à son rival. Il ne savait pas qui avait eu la bonne idée de souffler à la lionne l’idée d’aller le chercher mais ce devait forcément être quelqu’un de sadique. Il vivait assez bien sa jalousie quand sa vie était calme et bien ordonnée, mais pour le moment il avait bien trop de colère sans destinataire à gérer. Et il n’était pas vraiment en colère contre Stef. Il s’en rendit compte seulement deux ou trois secondes après avoir prononcé ses premières paroles.

Prenant une profonde inspiration, Alex ferma les yeux et dit : « Désolé. Je n’aurais pas du dire ça. Ce n’est pas ce que je voulais dire. Juste, laisse-moi seul. » Il lui tourna le dos et retourna frapper contre le tronc de l’arbre, avec moins d’énergie cependant parce qu’il sentait malgré tout la présence de son amie derrière lui. Il se demanda si elle allait vraiment partir : même s’il avait été désagréable avec elle, il la savait vraiment têtue. Tout dépendrait jusqu’à quel point elle tenait à ce qu’il rentre au château. De son côté, il ne se sentait pas capable de faire face à ses camarades. Déjà, croisé sa mère avait été très dur : elle l’avait serré contre elle et lui avait promis qu’elle retrouverait Viska… mais Alex’ avait l’impression d’avoir manqué à son devoir. Il aurait du savoir que son oncle arriverait à trouver une combine : ça faisait tellement longtemps qu’il fuyait les aurors ! Il aurait du suivre Viska, prévenir Jensen, n’importe quoi mais faire quelque chose pour protéger sa cousine.

Il sentit une vague de nausée le prendre ce qu’il trouva étrange vu qu’il n’avait rien mangé depuis le matin. L’avantage du week-end c’est qu’aucun adulte ne s’était trop préoccupé de ce qu’il faisait alors il avait sauté le déjeuner, ne prenant qu’une bouteille d’eau avec lui dans le parc. Fatigué, il donna un dernier coup dans le tronc encoussiné et s’assit à son pied, se prenant la tête dans les mains. Quand il les ôta, il vit que Stef était, bizarrement, toujours là… à moins qu’elle ne soit partie puis revenue ? En tout cas, sa présence ne signifiait qu’une seule chose : elle avait des choses à dire.

{1 013}
(c) DΛNDELION


FLORISSONE

Mister Poudlard 2015

Alexandre Symphonie

Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 557
Âge : 14 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyLun 30 Nov - 0:25


     
Débordements
Alexandre + Estefanía
(c) princessecapricieuse


Personne n'avait dû pousser Stef à venir à la rencontre d'Alexandre ce soir-là. Deux jours plus tôt, ils avaient tous appris que sa cousine avait été enlevée par son propre père, un ancien mangemort dont Stef avait longuement observé la photo et le nom à la Une de la Gazette, ce nom qu'il partageait avec Alexandre, justement. Il aurait fallu être complètement aveugle pour ne pas voir qu'il allait mal - quand bien même Stef trouvait ça entièrement justifié. Elle ne savait pas comment elle aurait elle-même réagi si Gabriel, Quino, Tina ou l'un de ses cousins se trouvaient un jour dans cette situation (ce qui avait toutefois très peu de risques de se produire, étant donné que les Kostas n'avaient pas exactement les mêmes antécédents que les Symphonie). Alexandre n'était pas tout à fait lui-même. Il s'isolait, et elle n'était pas encore parvenue à capter son attention suffisamment longtemps pour lui parler vraiment.

Ce soir-là, elle le trouva dans le parc. Faute de le croiser dans la salle commune (où il semblait passer en un éclair, l'air tout sauf ouvert à la conversation), elle avait opté pour l'investigation technique Kostas. La réponse n'avait pas été bien difficile à découvrir : malgré le froid ambiant et l’inhospitalité subséquente du monde extérieur, Alexandre était dehors. Elle l'observait depuis plusieurs minutes, frapper des pieds et des mains contre un tronc d'arbre, en imaginant peut-être qu'il était son oncle. Sa cousine s'était volatilisée, et il était impuissant, coincé à Poudlard sans nouvelles. Elle n'imaginait même pas ce qu'il devait ressentir. Mais elle pouvait malgré tout être pour lui. C'était ce que faisaient les vrais amis, non ? Parfois ils étaient juste , même et surtout quand ils ne pouvaient rien faire de particulier.

Prenant une inspiration pour se donner du courage, Stef avança vers Alexandre. Il venait de tomber par terre, et mit quelques secondes à remarquer sa présence. Le regard qu'il lui adressa en cet instant la fit se figer : il ne l'avait jamais regardée comme ça. Il ne lui avait jamais parlé comme ça non plus. Une lueur blessée brilla fugitivement dans ses yeux, mais elle se reprit rapidement, retrouvant aisément sa détermination. Il en fallait plus que ça pour l'impressionner - elle avait grandi avec deux frères aînés pas toujours commodes, et elle avait elle-même une forte personnalité. « Je voulais te voir. » dit-elle succinctement, puis : « On ne m'a pas désignée comme volontaire, je voulais juste... » Elle soupira, hésitante. La mention d'Adam était un retour bizarre à la réalité pour elle aussi, l'évocation d'un nom qu'elle avait constamment eu aux lèvres depuis la rentrée de janvier, mais qui dernièrement avait été source d'euphorie, puis de déception. Adam Miller ne voulait pas sortir avec elle, car Adam Miller avait d'autres cibles en vue. Comme par exemple Michelle Maguire, que Stef l'avait surpris en train d'embrasser quelques jours après leur baiser. Sur le moment, elle avait été surprise, et déçue, et elle n'avait pas manqué d'en faire un long exposé à Lu'. Mais elle n'avait pas eu le cœur brisé comme elle l'avait imaginé. Peut-être qu'elle avait placé trop d'anticipation dans ce baiser, et pas assez dans l'après. Parce qu'en vérité, que savait-elle concrètement d'Adam Miller ? Pas grand-chose, si ce n'était la version idéalisée qui avait existé dans son esprit. Mais toutes ces perspectives avaient de toute façon été balayées par la nouvelle de l'enlèvement. Comment se soucier de son stupide coup de cœur pour Adam lorsqu'une fille de son âge était portée disparue depuis deux jours ?

« C'est effectivement un crétin, et je ne le suis pas partout. » reprit-elle sèchement tandis qu'Alexandre se redressait. Elle n'appréciait pas trop ce coup bas, quand bien même elle savait qu'Alexandre était remonté, et qu'il avait des raisons de l'être. « Pas besoin de m'agresser, c'est pas de ma faute tu sais. » dit-elle plus doucement, détaillant l'état dans lequel se trouvait son ami. Ses yeux s'arrêtèrent sur ses mains. « Tu es blessé ? » Elle avait entendu parler d'un séjour express à l'infirmerie et de lancers de couteaux qu'elle n'avait pas pu observer de ses propres yeux. Elle tendit la main vers lui avec hésitation, mais la laissa retomber. Elle ne l'avait jamais vu agir ainsi, et elle ne savait pas comment se comporter en conséquence. De manière évidente, il cherchait à la repousser, mais sur ce point-là il pouvait toujours courir. Elle était venue lui parler, et elle ne partirait pas de sitôt.

Elle le retrouva quand il s'excusa presque immédiatement, et un sourire rassurant trouva brièvement les lèvres de la brune, consciente de l'effort fourni pour maîtriser sa frustration. Alexandre se détourna d'elle, mais Stef ne bougea pas d'un pouce, l'observant avec indécision. Clairement, il ne voulait pas de sa présence, mais voilà, elle ne pensait pas qu'il soit réellement mieux seul. Les blessures, la colère, la culpabilité même : ça n'était pas bon de garder tout ça pour soi. Et s'il en résultait d'autres récriminations pour sa pomme, ainsi soit-il. Encore une fois, elle voulut tendre la main pour la poser sur son épaule cette fois-ci - et attirer son attention -, mais se ravisa. A la place, elle s'assit en tailleur dans l'herbe, puisqu'Alexandre n'avait pas l'air décidé à s'arrêter ou à la suivre pour l'instant. Soit, elle attendrait.

Elle le regarda donc poursuivre ses coups, puis stopper après un moment, s'asseyant par terre. Elle le trouva pâle, mais se tut pour l'heure, jusqu'à ce qu'il relève la tête et croise finalement son regard. « On n'est pas obligé de parler si tu ne veux pas. Mais je suis là si tu veux. » dit-elle avec simplicité. Elle était à peu près prête à tout : un éclat de voix destiné à la faire partir, un aveu, potentiellement un évanouissement au vu de son état actuel... Voire les trois. En attendant, elle n'avait pas de grand discours à lui offrir, ou de promesses dans le vent : c'était le premier truc qui lui venait dans ce genre de circonstance, mais elle doutait qu'une telle remarque soit bien accueillie par le brun au vu de son attitude globale (et puis, ça ne les avancerait pas à grand chose de toute façon !).

[ 1036 ]




estefanía; — Reputation precedes me, they told you I'm crazy. I swear I don't love the drama, it loves me. ;;

Revenir en haut Aller en bas

Alexandre Symphonie
Alexandre Symphonie
Gryffondor

Parchemins : 159
Âge : 13 ans (3 juin 2002)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyLun 30 Nov - 0:27


Tiens donc, Miller n’était plus le centre de l’univers d’Estefania ? Tant mieux, ça lui faisait un souci de moins. Encore que ses histoires de cœur ne soit pas vraiment ce qui le préoccupait depuis l’annonce de l’enlèvement de Viska. En plus, pouvait-on vraiment parler d’histoire dans un cas pareil ? Sous prétexte qu’il avait un an de moins qu’elle, il n’existait pas pour la lionne. C’était d’autant plus vexant qu’à priori, d’autres dans Poudlard ne partageaient pas cette opinion puisqu’il avait été élu Mister Poudlard lors du dernier bal. Mais bon, ils étaient amis malgré tout, ce qui expliquait visiblement sa présence dans le parc au soir tombant. « Je sais » Grommela-t-il quand elle lui dit que ce n’était pas sa faute. Bien entendu que Stef n’y était pour rien, ce n’était pas non plus sa faute à lui si on allait par là. Et pourtant Viska était toujours portée disparue, alors ça lui faisait une belle jambe que ce ne soit la faute de personne.

« Non. Je vais bien. » Mentit Alex de manière éhonté en fuyant le contact de son amie autant qu’il évitait son regard. Il ne voulait pas de sa compassion, il ne savait pas quoi en faire. Il ne voulait pas réellement être désagréable avec la lionne, il n’arrivait juste plus à faire la part des choses. Ce comportement ne lui ressemblait pas, c’est pourquoi il s’excusa aussitôt. Il n’avait pas envie de lui faire de la peine non plus, seulement il ne savait pas quoi faire de son stress.  S’épuiser était sa manière à lui de gérer, de même que s’isoler pour ne pas imposer sa mauvaise humeur aux autres.

Il finit par se lasser de taper dans l’arbre, peut-être parce qu’il sentait la présence de Stef, et il finit par s’asseoir au sol en se laissant glisser. Son regard croisa celui de son amie qui s’était également assise... « Tu ne devrais pas rester là Stef’, il fait froid et il va faire nuit. » Finit-il par lui répondre en soupirant, le haut du crâne contre le tronc, le nez levé au ciel pour fuir les prunelles inquisitrices de son amie. Sa respiration commençait à former une buée blanche quand il respirait. Il avait toujours trouvé ce phénomène amusant. Pas ce soir pourtant.

« Et ce n’est pas que je ne veux pas parler, c’est juste que… il n’y a rien à dire de plus. » Son oncle – qu’il ne connaissait pas par ailleurs - avait enlevé sa cousine. Ce fait, somme toute assez simple, était rendu plus complexe par deux éléments admis jusque dans la Gazette (pourtant pas très finaude) : 1) Nathan était dangereux, 2) il était violent. Alex’ pouvait aussi y ajouter un 3) ce mec avait des penchants carrément pas naturels. Sa mère n’avait jamais voulu lui parler de ça, mais dans le petit monde des sang pur, tout se savait, et quand Nathan avait été poursuivi pour son implication parmi les mangemorts et avoir battu sa sœur, il avait aussi été fait mention de suspicion d’inceste. Cette pourriture avait fait beaucoup de mal à sa mère – qui en gardait de nombreuses cicatrices au niveau des cuisses -, et maintenant il s’en prenait à sa cousine. Alex’ n’aimait pas la violence, mais s’il en avait le pouvoir, il ne donnerait pas cher de la vie de Nathan, là, tout de suite. Le Gryffondor voulait juste que son oncle disparaisse de nouveau de sa vie, mais cette fois-ci de manière définitive.

« Tu n’as qu’à parler toi… tu dois bien avoir un truc à me raconter. » Suggéra-t-il toujours sans la regarder mais plus calme qu’au tout début, quand elle était arrivée. Il faut dire qu’il n’avait plus vraiment d’énergie. Il avait atteint son objectif de départ : il était épuisé.

634
(c) DΛNDELION


FLORISSONE

Mister Poudlard 2015

Alexandre Symphonie

Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 557
Âge : 14 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyLun 30 Nov - 0:30

Stef était inquiète pour Alexandre. Elle savait que les préfets gardaient un œil plus acéré sur les élèves depuis l'enlèvement, et à Gryffondor ils avaient Graham et Vanellope, mais elle n'était pas sûre que ça suffise. Sinon, Alexandre n'aurait pas été tout seul dehors alors que la nuit tombait, tapant contre un arbre et mettant ses mains dans un état qu'elle jugeait suspect. Il ne contesta pas quand elle lui rétorqua qu'elle n'était pas responsable de cette situation, se contentant d'acquiescer avec mauvaise grâce, mais avec moins d'hostilité qu'initialement. Elle se détendit légèrement, songeant que derrière ce masque d'indifférence il était toujours Alexandre, ce qu'il lui prouva bien en s'excusant presque aussitôt. Il était tendu (et à juste titre) mais il n'était pas non plus totalement imprévisible.

En revanche, elle était sûre qu'il lui avait menti sans sourciller concernant ses mains. Seulement, il ne lui laissa pas le temps de contester comme elle l'aurait fait habituellement (et comme elle le faisait systématiquement avec Ash quand il prétendait qu'il n'avait pas mal alors que son sang gouttait de manière visible par terre. Pourquoi les garçons insistaient-ils à jouer les héros que rien n'affecte ? Stoïque dans la douleur, mon oeil). Il se détourna d'elle, et si Stef jugea qu'elle avait perdu cette bataille, elle était loin d'avoir perdu la guerre. Un Kostas n'abandonne jamais nous profitons de cet instant pour souhaiter bonne chance à un certain James Potter.

« Je n'ai pas froid et j'aime bien la nuit. Si tu restes là moi aussi. » décréta-t-elle de son ton caractéristique n'admettant aucune réplique. Celui qu'elle employait si Quino ne voulait pas l'aider à débarrasser la table, ou quand la vendeuse chez Madame Guipure lui assurait qu'ils n'avaient plus sa robe coup de cœur à sa taille alors qu'elle la voyait, rangée au mauvais endroit. Par contre, elle avait menti de manière éhontée à son tour, car elle n'était initialement pas sortie pour s'installer dehors : elle n'était pas habillée en conséquence. Elle était venue pour parler à Alexandre, mais elle voyait ça à l'intérieur du château, peut-être même équipée d'un chocolat chaud. Quelque part au fond d'elle, une part sournoise de sa personnalité se disait qu'Alexandre ne pourrait pas la laisser mourir de froid dehors. Son côté chevaleresque finirait par le pousser à vouloir lui éviter l'hypothermie (elle n'était pas sûre de séduire les foules avec toutes ses extrémités en moins) et il devrait donc se résoudre à rentrer avec elle. Car elle n'avait pas menti en disant qu'elle resterait avec lui.

Elle avait réussi à obtenir des réponses d'Alexandre, ce qu'elle jugeait être un progrès. Jouant inconsciemment avec le bracelet qu'il lui avait offert, et qui se trouvait à son poignet, Stef soupira. « Est-ce que tu as eu des nouvelles aujourd'hui ? » Plusieurs questions lui brûlaient les lèvres (Avait-il déjà rencontré son oncle ? Savait-il comment Viska avait pu être enlevée dans l'enceinte même du château ? Nathan Symphonie avait-il vraiment tué des gens ?) mais elles lui paraissaient indélicates - mal venues. Alexandre n'avait pas besoin de son indiscrétion légendaire. Elle haussa les épaules. « A quoi tu penses ? Parfois ça aide de formuler ses pensées à haute voix, pour ne pas les entendre en boucle dans sa tête. » proposa-t-elle avec prudence. Elle avançait clairement à vue : elle n'avait absolument pas les armes pour mener une telle conversation, mais ça ne l'empêcherait pas d'essayer la devise des Kostas.

Elle écarquilla les yeux quand il lui demanda à elle de parler. Il ne la regardait pas, ce qui était déstabilisant, et elle était toujours concentrée sur cette affaire de blessure. Ses yeux passaient régulièrement sur les mains du garçon, mais elle ne savait pas encore comment ramener le sujet sur le tapis. En attendant, elle réfléchit. « De n'importe quoi ? » Elle supposait qu'elle pouvait faire ça. Après tout, déblatérer des anecdotes à toute vitesse était un peu sa spécialité. Ça semblait vaguement incongru dans le contexte actuel, mais si ça aidait à distraire Alexandre ne serait-ce qu'un instant, peut-être serait-ce pour la bonne cause. « Je crois que je vais bientôt être la vieille fille de ma famille. Quino a une copine, ce qui est totalement improbable, même si je suis plutôt contente que ça soit Kate, au moins on est amies toutes les deux. » Même si elle n'aimait pas trop, trop l'idée que son frère et son amie soient ensemble, et que pendant ce temps, elle reste sur le carreau. Penser à Kate lui rappela leur conversation suivant le baiser avec Adam, au sujet d'Alexandre justement, et elle sentit ses joues chauffer malgré elle. Elle se racla la gorge pour reprendre sa tirade : « Et Gab' sort toujours avec sa copine-secrète-plus-si-secrète. Tina garantit qu'elle va finir avec James Potter, et maintenant que Thiago est là, ce n'est plus qu'une question de jours avant que Lu' et lui ne tombent dans les bras l'un de l'autre je pense. » Venait-elle de faire le point sur les vies amoureuses de l'intégralité de sa famille proche ? Oui, elle venait tout à fait de le faire. « Moi je fais toujours les mauvais choix. » conclut-elle en fronçant le nez. Elle n'était pas sûre que c'était ce à quoi Alexandre s'était attendu en lui demandant de parler, mais ça s'était produit, et elle ne pouvait plus revenir en arrière.

[ 950 ]




estefanía; — Reputation precedes me, they told you I'm crazy. I swear I don't love the drama, it loves me. ;;

Revenir en haut Aller en bas

Alexandre Symphonie
Alexandre Symphonie
Gryffondor

Parchemins : 159
Âge : 13 ans (3 juin 2002)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyLun 30 Nov - 10:29


« C’est ça oui, autant plonger un lézard dans l’eau froide. » Rétorqua Alex’ non sans une légère trace de sa mauvaise humeur initiale. Il savait très bien que Stef n’aimait pas le froid, elle se plaignait assez du mauvais temps régnant en Écosse pour qu’il soit au courant il est un peu le seul du château qui accepte encore de l’écouter se plaindre à chaque nouvelle averse. Ce que la brune aimait vraiment, c’était le soleil comme un lézard donc, pour ceux que la métaphore aurait perdu, et là, il était carrément sur le point de disparaître à l’horizon… Se décollant de son tronc d’arbre, il enleva sa veste de jogging -malgré leur année d’écart, Alex était plus grand et corpulent que Stef -, vérifia qu’elle ne sentait pas mauvais (même s’il mettait du déodorant, les situations de crise ne lui faisaient pas oublier certains gestes) et la lança à Stef. « Mets ça plutôt, tu vas nous choper la crève sinon. » Lui se retrouvait en tee-shirt mais il allait le garder parce que mois de février, tout ça, tout ça, cela dit parmi les entraînements imposés par sa mère, il y avait la résistance au froid. Songer à la scène que Viska leur avait fait l’été dernier quand ils avaient tous les deux été plongés dans l’eau froide lui serra le cœur. Et pourtant, être bien entraînée serait la seule porte de sortie de sa cousine…

Il remarqua du coin de l’œil qu’elle jouait avec son bracelet mais sa question ne lui permit pas de s’attarder sur ce geste. « Non… j’ai revu ma mère, mais on n’en sait pas plus. » Il ne serait pas là s’il avait plus de nouvelle. Il était peut-être le seul qui pourrait éventuellement sortir de Poudlard s’il le fallait, parce que c’était sa cousine qui avait disparu, que l’école avait failli à la protéger, et que Myrielle devait pouvoir demander à récupérer son fils. Au moins était-il sûr de pouvoir revoir sa cousine si le Ministère la retrouvait.

Quant à ses pensées… « J’essaie de ne pas penser. Ça me rend dingue d’imaginer Viska quelque part avec lui. » Son oncle sociopathe, meurtrier et incestueux. Vraiment, il valait mieux qu’il essaie de ne pas penser à ce que Nathan était en train de faire à sa cousine. « Viska se sacrifie déjà pour la malédiction, et maintenant ça, c’est… injuste. » Conclut-il de la manière la plus mesurée possible bien que sa voix grondait d’une colère retenue et sans destinataire.

Il se mit alors à regarder le ciel plutôt que son amie, lui demandant de lui parler, de lui raconter autre chose… après tout, ils pourraient bien parler de la disparition de Viska toute la nuit que ça n’y changerait rien. « Ce que tu veux. » confirma-t-il, l’écoutant ensuite lui parler des histoires de coeur de tous les Kostas. Il était déjà au courant pour la plupart vu qu’il connaissait presque à chaque fois au moins un des deux protagonistes. « Je suis pas sûr que James soit au courant pour Tina. » Réussit-il à s’amuser, l’animosité du première année envers les Serpentard étant bien connu. Quant à Lu et Thiago, c’était sûrement une bonne chose, même si toute nouvelle arrivée pouvait boulverser l’équilibre des relations au sein de l’école cœur sur toi Ash.

Quant au fait que Stef’ fasse les mauvais choix, un sourire triste passa sur le visage d’Alex’, toujours en train d’admirer le ciel brumeux du crépuscule. « Je te confirme qu’avoir choisi du thé bas de gamme, merci Kate Miller plutôt que moi, c’était nul. Ce mec est un gros naze. » Le Gryffondor ne s’était jamais ouvertement déclaré à Stef’, et en même temps, il ne voyait pas bien quand il l’aurait fait entre les différentes passions de son amie pour les garçons plus âgés. Néanmoins, il ne s’en était pas caché non plus, tout le château était au courant, et aucune de ses amies (sauf peut-être Eurydice?) n’étaient d’une assez grande discrétion pour que Stef ne se soit pas douté de ce qu’il éprouvait. Mais elle avait préféré Miller, juste parce que… quoi ? Parce qu’il était plus vieux ? Ce n’était pas franchement un gage de maturité ou de bonne éducation. Et puis à quoi ça lui servait d’être élu Mister Poudlard si c’était pour qu’on lui préfère un crétin comme Miller ? Enfin… tout ça, c’était du passé. Pas qu’il n’aimait plus Stef, mais elle n’était pas exactement au cœur de ses préoccupations pour l’instant. C’était peut-être pour ça qu’il avait lancé le sujet d’un ton aussi naturel. Et puis, si ce n’était plus Miller, ce serait forcément quelqu’un d’autre prochainement, un autre gars qui ne serait pas lui. C’était comme ça, c’était le jeu.

795
(c) DΛNDELION


FLORISSONE

Mister Poudlard 2015

Alexandre Symphonie

Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 557
Âge : 14 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyLun 30 Nov - 22:46

Stef adressa un regard dépité à Alexandre. Bon, d'accord, elle était grillée : il était notoire qu'elle avait la météo écossaise en horreur, un trait qu'elle partageait notamment avec Lu' et Thiago. En plus, en l'occurrence, elle n'était vêtue que de son uniforme - version hiver avec des collants épais, certes - et on ne pouvait pas dire qu'il lui tenait chaud. Mais Stef étant Stef, elle aurait pu être en train de claquer des dents et ne plus sentir ses mains et toujours clamer haut et fort que tout allait bien, tout ça pour ne pas capituler. Parfois, gagner était plus important qu'un misérable détail comme l'intégrité physique il se passe des trucs pas très nets dans cette famille. « T'exagères. » répliqua-t-elle dignement, mais piquée au vif. Il la connaissait trop bien pour tomber dans le panneau : noté.

Elle le regarda retirer sa veste et vit ses soupçons se confirmer : Alexandre avait ce côté chevaleresque qui le poussait à sacrifier son propre blouson pour lui apporter son assistance. Comme quoi, elle aussi le connaissait. Ce qui pourtant ne l'arrangeait guère. Elle comptait plutôt sur le fait qu'il la prenne en pitié après l'avoir vue grelotter pendant plusieurs minutes, et que vaincu par son entêtement, il ne décide finalement de rentrer avec elle. A la place, on était sur une sorte de compromis un peu masochiste : il ne l'avait pas chassée à nouveau, mais ils étaient toujours dehors, et Alexandre était à présent en t-shirt en plein mois de février. « Merci. » dit-elle doucement en attrapant le blouson, l'incertitude se lisant sur son visage. « Mais c'est toi qui vas mourir de froid maintenant, t'es fou ! Il doit faire trois degrés. » souligna-t-elle en secouant la tête. Frissonnant, elle enfila pourtant la veste par dessus son uniforme, éprouvant une satisfaction indescriptible à porter le vêtement d'Alexandre - il sentait comme lui la sueur donc, pour ceux qui se poseraient la question. Peut-être que si elle forçait un peu les tremblements, il se déciderait à rentrer avec elle ? Qui ne tente rien n'a rien. « Le mieux ce serait quand même de retourner à l'intérieur avant que tu ne deviennes tout bleu. On n'est pas forcé d'aller à la salle commune. » précisa-t-elle, devinant qu'Alexandre ne voulait pas être confronté à la foule. Les regards tendaient à le suivre depuis l'annonce de l'enlèvement de sa cousine.

De manière peu caractéristique, Stef craignait de mettre les pieds dans le plat. Elle était venue jusque là avec la certitude que c'était la chose à faire, et qu'elle devait être présente auprès de lui, mais face au fait accompli, elle n'était pas certaine de ce qu'elle pouvait dire sans que ça ne manque incroyablement de tact. Elle acquiesça d'un hochement de tête, visualisant la mère d'Alexandre. Elle l'avait vue avant le bal de Noël, quand elle était allée acheter sa robe en traînant Lu' et Alexandre derrière elle. Cette rencontre lui paraissait désormais étrangement lointaine.

« On n'est pas obligé d'en parler alors. » le rassura-t-elle aussitôt, soucieuse de ne pas le faire se sentir encore plus mal que ça n'était déjà le cas. Elle avait lu la liste des crimes de son oncle dans la Gazette, et ça lui avait déjà fait froid dans le dos. Elle pouvait comprendre qu'Alexandre ne souhaite pas se torturer en déroulant minute par minute les pires scénarios dans sa tête. « Le Ministère va forcément les retrouver bientôt, non ? » Bien que Nathan Symphonie ait visiblement échappé à leur vigilance depuis dix-sept ans, donc elle pouvait imaginer qu'Alexandre et sa mère ne débordent pas d'optimisme. « C'est clair, la pauvre... » approuva-t-elle à mi voix, sincèrement peinée et ne sachant pas vraiment quoi formuler de plus éloquent. Elle n'avait découvert les détails  de la malédiction qu'à la rentrée de septembre, lorsqu'Alexandre les lui avait dévoilés, et ça lui avait déjà paru être un poids énorme à porter pour des enfants de leurs âges. Mais ce qui venait de se passer deux jours plus tôt dépassait carrément l'entendement.

Alexandre l'invita à parler de ce qu'elle voulait tant qu'elle parlait il est donc officiellement maso - puisque lui-même n'était pas d'humeur à le faire -, et de manière prévisible, Stef évoqua des histoires de cœur. C'était un peu une spécialité familiale dernièrement (et pas que dernièrement). Elle cita l'ensemble de sa fratrie, et réussit même à décrocher un commentaire amusé de son ami concernant Tina et James Potter, ce qui lui procura une petite pointe de satisfaction. « Elle dit que c'est le destin, donc pas de souci à se faire. Je te déconseille de remettre en question cette affirmation devant elle d'ailleurs, elle ne trouve pas ça rigolo du tout. "Les âmes sœurs ne sont pas un sujet de plaisanterie, Stef." » imita-t-elle de manière plutôt juste. Elle avait eu une dizaine d'années pour apprendre, après tout.

Elle termina son récit en ramenant les yeux vers ceux d'Alexandre - toujours détournés d'elle -, mais les paroles suivantes du brun eurent un effet inattendu sur sa personne : il lui sembla que son cœur avait dû louper un battement. Et soudain, il se mit à battre nettement plus vite, trop vite, ce qui lui parut incongru face au détachement affiché d'Alexandre (si ce n'était qu'il avait eu l'air... triste ?). La discussion avait basculé sans qu'elle ne s'y attende, ou qu'elle y soit tout à fait préparée. Elle repensa aux paroles de Kate et aux allusions de Victoire, et elle se maudit intérieurement. De quoi exactement ? Elle ne savait pas trop. De ne pas les avoir crues peut-être ? D'avoir loupé des signes qui apparemment étaient évidents à son entourage ? « Je ne savais pas qu'il y avait un choix. » articula-t-elle, son trouble transparaissant dans sa voix. Elle n'avait jamais été très bonne pour cacher ses émotions, même si en cet instant, elle aurait aimé pouvoir faire preuve de plus de mesure qu'elle n'en ressentait. Alexandre, lui, affichait un calme apparent, ce qui lui semblait injuste. Il ne pouvait pas ouvrir pareille discussion et se montrer impassible.

[ 1015 ]




estefanía; — Reputation precedes me, they told you I'm crazy. I swear I don't love the drama, it loves me. ;;

Revenir en haut Aller en bas

Alexandre Symphonie
Alexandre Symphonie
Gryffondor

Parchemins : 159
Âge : 13 ans (3 juin 2002)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyMar 1 Déc - 19:12


Exagération ou non, Stef semblait déjà transie de froid. Alex’, lui, était né et avait grandi en Écosse, il était donc bien plus habitué à la pluie et au mauvais temps. Au final, il aurait sûrement bien plus de mal à supporter de fortes chaleurs que le froid humide qui régnait actuellement. « On ne meurt pas de froid par trois degrés, au pire j’en serais quitte pour un rhume, ça me donnera une bonne excuse pour sécher les cours. » Ce qu’il faisait déjà, notez, mais sans aucune excuse pour le justifier, il n’allait pas en classe et c’était tout entre Jensen et Alex, c’est un peu l’école à la carte ces derniers temps à Poudlard. « C’est oppressant à l’intérieur... » Même si, en réalité, depuis la disparition de Viska, il se sentait oppressé partout et tout le temps. Comme sa mère, il trouvait que l’école avait failli à protéger sa cousine, ce n’était pas comme si c’était arrivé par surprise : il s’était passé presque deux mois entre l’apparition de Nathan et la disparition de Viska. Et ils n’avaient jamais pris au sérieux la menace que l’ancien mangemort représentait. Ils étaient tous partis du principe que puisqu’il était fou, ses actions ne suivaient aucune logique… et Nathan avait gagné : Viska était entre ses griffes maintenant. Quelqu’un qui parvenait à s’enfuir d’Azkaban non pas une, mais deux fois, et qui ensuite était resté caché pendant des années, ne pouvait pas juste être relégué au rang d’excentrique vaguement dangereux. Nathan était un assassin, versé dans les arts martiaux, aussi à l’aise chez les moldus que chez les sorciers, parce que c’était comme ça dans leur famille : la magie était sacrée, on ne l’utilisait pas pour tuer.

« J’ai zéro confiance dans le Ministère. » confia-t-il à son amie et les faits lui donneront raison pour le moment. Dans cette histoires, les seules personnes dans lesquelles il croyait, c’était sa mère et Viska. La première avait appris à la seconde comment se défendre, et plus généralement sa cousine avait le sens de la débrouille, elle l’avait prouvé avec la BAM. Alex’ espérait qu’elle trouverait un moyen ou un autre de fausser compagnie à Nathan. Il savait qu’elle n’avait pas d’armes sur elle, ils n’avaient pas le droit d’avoir leurs poignards dans Poudlard, et Alex’ s’en accommodait généralement plutôt bien… mais, là, il regrettait sincèrement que Viska n’ait rien pour se défendre. Sa baguette avait été retrouvée avec son sac sur le sol du couloir… désarmée même magiquement, face à un homme adulte, les probabilités n’étaient pas en faveur de la Serpentard. Mais Alex avait besoin de croire en elle, en sa fuite, en son retour…

Finalement, le lion se dérida légèrement à la mention de Tina. La petite sœur de Stef’ avait ce petit côté enjoué qu’il trouvait d’ordinaire très amusant. Il manquait seulement de sens de l’humour ces derniers jours… « Si Tina n’existait pas, il faudrait l’inventer. » Car pour le faire sourire en ce moment, il fallait quand même être extraordinaire… ce qui valait aussi pour Stef’, mais personne dans le château ne doutait qu’il le pensa d’elle. Après tout… il en était amoureux, ce n’était pas rien.

À la réponse de Stef concernant Miller – car pour lui il s’était agit de ça -, Alex’ quitta sa contemplation du ciel pour poser son regard clair sur elle. La pénombre qui commençait à les entourer formait une impression faussement intime, pourtant, Alex’ choisit de hausser nonchalamment les épaules. « Tu n’as juste pas voulu voir que c’était possible, toute l’école le savait – le sait -. » Stef ne l’avait jamais envisagé comme un petit ami potentiel, parce qu’il était plus jeune. C’était peut-être encore pire pour son ego. Mais bon… Alex’ était magnanime : Stef pouvait bien courir après tous les Adam Miller de Poudlard, il ne lui en voudrait pas. Il trouvait juste ça un peu… dommage. Ce qui était sa manière à lui d’être jaloux : il observait Stef de loin en fronçant les sourcils d’un air renfrogné mais sans faire de remarque. Et depuis deux jours, même ça, il ne le faisait plus. Il avait cependant manqué les derniers développements puisque Miller paraissait hors jeu.

« Ne pas me remarquer, c’est une sorte de choix. » Surtout qu’il était prêt à parier qu’il y avait eu du monde pour essayer d’en parler à Stef, et qu’elle n’avait jamais rien voulu entendre, niant en bloc. Il la connaissait… Elle était franchement têtue quand elle s’y mettait.

752
(c) DΛNDELION


FLORISSONE

Mister Poudlard 2015

Alexandre Symphonie

Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 557
Âge : 14 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyJeu 3 Déc - 0:32

Sécher les cours faisait visiblement partie des nouvelles habitudes d'Alexandre depuis l'enlèvement de Viska - ça et passer tout son temps dehors par les trois degrés ambiants, mais Stef ne se sentit pas le cœur de lui faire une remarque à ce sujet. Difficile de lui reprocher son manque d'assiduité scolaire lorsque sa cousine avait disparu deux jours plus tôt, sans laisser de traces, et sans espoir pour l'instant d'être retrouvée. Elle secoua la tête sans mot de dire, préférant réagir sur le sentiment d'oppression : « Je comprends. Enfin pas totalement, mais j'imagine. » acquiesça-t-elle doucement, à défaut d'avoir une autre alternative à lui proposer. Si le château dans son intégralité posait problème - et pas que leur salle commune -, il y avait en effet peu d'autres options que le parc, où ils se trouvaient en cet instant par ce froid hivernal. Au moins dehors étaient-ils à peu près seuls, loin des regards curieux, plutôt qu'enfermés entre quatre murs. A la limite, sa prédilection pour le temps passé en plein air n'était pas ce qui l'inquiétait le plus chez Alexandre en ce moment. Elle resserra le col du blouson autour d'elle car malgré ses dires, elle, elle avait froid.

Elle ne sut pas immédiatement quoi répondre au sujet du Ministère : c'était la seule pensée un minimum optimiste qu'elle s'était permise de formuler, mais elle-même demeurait sceptique. D'après ce qu'elle avait compris, ils cherchaient Nathan Symphonie depuis très longtemps, et cet individu avait tout de même réussi à s'enfuir par deux fois d'Azkaban. « Peut-être qu'ils nous surprendront cette fois... Ils ont quand même beaucoup de moyens. » nuança-t-elle sans conviction. Puis, passant du coq à l'âne, elle s'approcha brusquement d'Alexandre, tout en évitant pourtant d'envahir excessivement son espace vital - elle restait prudente après l'accueil qu'elle avait reçu. Elle tendit la main, paume vers le ciel. « Maintenant fais voir tes mains. » ajouta-t-elle d'un ton décidé. Quand elle avait une idée en tête, il était très difficile de l'en déloger. Elle n'était peut-être pas capable de venir en aide à Viska, mais au moins pouvait-elle évaluer le niveau de dommage que son cousin s'était auto-infligé.

Elle sourit, sincèrement heureuse d'entendre Alexandre dire du bien de sa petite-soeur. La famille lui avait toujours énormément tenu à cœur, et elle se sentait touchée que son ami partage l'affection qu'elle éprouvait pour Tina. Elle opina aisément du chef, mais leur discussion perdit alors nettement en légèreté. Alexandre avait finalement ramené le regard sur elle, et c'était à présent Stef qui n'arrivait plus à soutenir le sien. Elle sentait - traditionnellement - ses joues chauffer, et avait bien des difficultés à se concentrer par-dessus les battements devenus si forts de son cœur.  Etait-il possible de les entendre de l'extérieur ? Quelqu'un avait-il des infos sur ça ? « C'est pas vrai ! » se défendit-elle par automatisme - réflexe. Quelque part, son cerveau enregistra l'usage du passé, puis la rectification au présent. « Comment ça toute l'école ? » Elle qui était rarement avare de mots se sentait complètement bête, larguée et sans la moindre éloquence belle soirée !

« Tu ne m'as rien dit, je ne pouvais pas savoir... » réitéra-t-elle dans une version modifiée de ses paroles précédentes. Car le fait de savoir, pour de vrai, changeait tout, forcément. Il ne s'agissait plus de sous entendus hyper lourds de la part de Kate ou de Victoire - qui adoraient la charrier sur ce genre de sujet - ou d'une situation entièrement hypothétique, mais d'une réalité, révélée sans même la regarder, d'une voix teintée de reproche. Elle secoua la tête. « Je t'ai remarqué Alexandre, c'est juste... » Juste quoi, précisément ? Juste plus simple de vivre son coup de foudre digne des contes de fées pour Adam ? Car tout ce qui avait précédé - Derek, Louis - ne pouvait pas compter : elle avait été plus jeune, et pour sa modeste défense, elle avait vraiment cru que Derek Bradford était son âme soeur - ou du moins, elle s'en était très bien convaincue. En revanche, elle ne s'était jamais projetée dans une situation où Alexandre pouvait vraiment... quoi, s'intéresser à elle ? Prendre la place d'Adam Miller et lui donner son premier baiser - éventuellement, dans un endroit un peu moins poussiéreux que la bibliothèque ? Elle voyait le scénario se dérouler dans sa tête, plus naturel, plus enviable et soudain elle se sentit soulagée qu'ils soient restés dehors dans la pénombre, plutôt que de rentrer dans le château dangereusement éclairé. « Qu'est-ce que tu voulais que je fasse ? » soupira-t-elle finalement. Bien sûr qu'elle trouvait Alexandre beau. Malgré leur écart d'un an, il avait toujours paru plus vieux que son âge, plus vieux qu'elle, presque. Elle savait aussi qu'il faisait tourner les têtes : le bal de Noël l'avait bien prouvé cette année, avec son élection au titre de Mister Poudlard. Elle le remarquait mais il avait raison, elle ne l'avait jamais considéré comme une possibilité, tout comme elle n'avait jamais considéré qui que ce soit de son âge, en vérité. Elle s'était toujours monté des histoires avec des garçons beaucoup trop âgés, ou totalement inaccessibles, voire les deux. D'abord, par une sorte de pure fibre de coeur d'artichaut ayant regardé trop de comédies à l'eau de rose et dernièrement... Elle n'aurait pas tout à fait su l'expliquer. La réalité d'Adam Miller l'avait déçue, la réalité de ce qu'il était, mais même avant ça. Post-baiser et pré-drame, elle avait déjà compris. Peut-être qu'elle n'était simplement pas capable de prendre les bonnes décisions.

[ 925 ]




estefanía; — Reputation precedes me, they told you I'm crazy. I swear I don't love the drama, it loves me. ;;

Revenir en haut Aller en bas

Alexandre Symphonie
Alexandre Symphonie
Gryffondor

Parchemins : 159
Âge : 13 ans (3 juin 2002)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptyJeu 3 Déc - 22:00


Alexandre n’était pas absolument certain que Stef le comprenne vraiment mais tant qu’elle ne le poussait pas à rentrer tout de suite, il pouvait lui accorder le bénéfice du doute. Si le jeune lion se sentait aussi oppressé à l’intérieur de Poudlard, c’était parce que l’école était devenu une sorte de piège qui s’était refermé sur sa cousine. On leur avait dit – pas à lui personnellement mais à Viska et à Myrielle – que l’école était un lieu sûr pour sa cousine, que Nathan ne pouvait pas y entrer. Effectivement, il n’était pas entré, le problème c’est qu’il en avait fait sortir Viska et ce n’était pas mieux ! « C’est vrai… mais ça leur a pris deux mois pour libérer Poudlard, j’aimerais qu’il ne mette pas aussi longtemps pour ma cousine. » Car dans quel état retrouveraient-ils Viska si elle devait rester autant de temps entre les mains de Nathan ?

Quand elle lui demanda à voir ses mains, il hésita… et, finalement, il décida de les lui tendre plutôt que d’entrer dans un débat stérile et inutilement fatiguant. Stef était beaucoup plus têtue que lui ! « J’ai l’habitude, et j’ai mis des coussins cette fois-ci. » dit-il en désignant du menton l’arbre se dressant au-dessus d’eux, les oreillers qu’il y avait scotchés toujours fermement attachés malgré les heures à taper dessus : il avait été généreux en ruban adhésif.

Rapidement, ses mains devinrent – pour le meilleur comme pour le pire – un sujet très secondaire de leur conversation. « Et bien, toute l’école… du moins toute la partie de l’école qui nous connaît. Et comme j’ai été élu Mister Poudlard au dernier bal, je suppose que ça représente déjà pas mal de monde. Plus précisément, si tu veux des noms, il y a Ash, Eurydice, Dominique, Kate, Lu’, probablement Thiago, Victoire… je ne me suis pas caché Stef. Tu n’as pas voulu voir, ce qui est très différent. » Et pourquoi est-ce qu’ils parlaient de ça de toute façon ? Qu’est-ce que ça changeait ?

« Et quand est-ce que je te l’aurais dit exactement ? Le bal était à peine passé que tu t’étais déjà prise de passion pour l’autre abruti ! » Il souffla, agacé par sa propre jalousie, par les tentatives de Stef de se justifier… ce qu’elle ne parvint pas vraiment à faire. Il aurait été de mauvaise foi de sa part de prétendre qu’elle le regardait vraiment, sinon elle aurait remarqué qu’il s’intéressait à elle.

« Honnêtement ? J’en sais rien. Même si ça… me contrarie… tu as tout à fait le droit d’aimer qui tu veux. Seulement... Miller, vraiment ? Il n’y a rien que ce mec fasse que je ne sois pas capable de faire dix fois mieux. » Il arracha quelques brins d’herbe qu’il jeta rageusement devant lui. En un sens, il était de mauvaise foi, parce que Adam Miller était plus vieux que lui, donc il y avait forcément des tas de choses qu’il faisait mieux qu’un troisième année, mais ce n’était pas ce à quoi Alex’ pensait. Il songeait plutôt à ses propres atouts : son talent pour la danse, son physique, sa force, son bon caractère… il devait être trop présomptueux après tout, trop bouffi d’orgueil : il n’arrivait pas à voir ce qui pouvait faire préférer Miller à lui ! Et il s’en voulait un peu de ça, car c’était assez injuste en un sens, on ne choisissait pas qui on aimait.

Peu conscient du trouble de Stef, il poursuivit : « Si j’avais su que ça tournerait comme ça, j’aurais fait quelque chose au bal : me déclarer, t’embrasser, je sais pas… mais quelque chose ! Après c’était trop tard, et maintenant… je me dis que ça n’a plus tellement d’importance… rien n’a plus vraiment d’importance. » S’il devait admettre que parler de ses sentiments était une distraction presque parfaite, il n’oubliait pas totalement que sa cousine avait disparu et qu’à côté de ça, le triangle amoureux Stef-Adam-lui ne faisait pas très sérieux. Personne ne mourrait d’un chagrin d’amour, il finirait bien par s’en remettre…

{679}
(c) DΛNDELION


FLORISSONE

Mister Poudlard 2015

Alexandre Symphonie

Revenir en haut Aller en bas

Estefanía Kostas
Estefanía Kostas
Gryffondor

Parchemins : 557
Âge : 14 ans { 03 / 07 / 2001 }
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 7


[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. EmptySam 5 Déc - 13:47

Stef n'insista pas davantage au sujet du Ministère et en l'occurrence, sur sa capacité à retrouver Viska rapidement. Elle opina du chef, même si elle était loin de s'imaginer de manière aussi concrète (et horrifique) qu'Alexandre ce qu'il pourrait advenir de Viska pendant deux mois passés avec son père. L'essentiel de ce qu'elle connaissait des Symphonie lui venait des paroles d'Eurydice, d'Alexandre, ou de ce qu'elle avait lu dans les journaux au cours des deux derniers jours. Ayant grandi dans une famille saine ça se discute, aimante et relativement normale, Stef avait du mal à croire qu'un père puisse s'en prendre vraiment à sa propre fille. Elle voyait bien au vu du comportement d'Alexandre qu'il y avait de quoi s'inquiéter, et ce qu'elle avait lu avait eu de quoi l'alarmer - père ou pas, Nathan Symphonie avait tué et torturé des gens, pas le premier truc qu'on recherche chez un géniteur - alors s'était gardée d'essayer de tempérer le brun. Des choses lui échappaient dans cette histoire, mais ce dont elle était certaine, c'était qu'Alexandre - contrairement à elle - ne versait pas dans le dramatique sans raison. S'il était aussi bouleversé, c'était que Viska était en réel danger, et que le Ministère avait effectivement intérêt à se bouger pour la retrouver.

Ensuite, et pour tendre vers un sujet légèrement moins déprimant, elle en revînt aux mains abîmées d'Alexandre, concernant lesquelles elle l'avait interrogé dès son arrivée, suscitant un mensonge éhonté de sa part - elle en était certaine. S'étant rapprochée de lui, elle ne lui laissait pas tout à fait le choix. Alexandre était certes énervé - et ça l'avait initialement désarçonnée - mais Stef perdait rarement de sa détermination. Comme il lui tendit lui-même les mains, elle en attrapa doucement une, lui communiquant au passage le froid intense qui s'était emparé des siennes. « Tu devrais quand même passer à l'infirmerie. Je n'ai jamais testé de sortilège de soin, sinon je l'aurais fait. » lui dit-elle en secouant la tête, après avoir examiné son autre main. Elle supposait que chacun évacuait sa frustration comme il l'entendait, même si frapper dans un arbre n'aurait pas été son choix de prédilection. De toute façon, elle n'avait pas pour objectif de raisonner Alexandre pour l'instant, elle avait le sentiment que c'était peine perdue, et elle cherchait encore à s'acclimater à cette nouvelle facette de sa personnalité - blasée et presque hostile.

Elle lâcha mollement ses mains quand la discussion changea de bord. Les joues rougissant sensiblement, elle regretta de s'être approchée du brun : ça n'aidait pas à contrôler son trouble. D'abord dans le déni, elle l'interrogea sur cette notion que toute l'école ait pu être au courant. Elle ne s'était pas attendue à obtenir une liste aussi complète. « Ash ? Eurydice ? Ils ne m'ont rien dit ! C'est pas possible... » contra-t-elle en secouant la tête, parce que se concentrer sur ce détail de l'histoire était plus facile que d'affronter la situation globale. En outre, si Alexandre avait raison, alors elle était assez offensée : Eurydice était pour ainsi dire sa meilleure amie, n'aurait-elle pas pu le lui dire explicitement ? Avec Kate et Victoire, c'était différent, parce qu'elle savait que les deux filles aimaient l'asticoter, et qu'elle avait pensé que leurs esprits dramatiques grossissaient l'affaire. Mais Eurydice, qui était toujours si posée et raisonnable... Elle aurait été forcée d'ouvrir les yeux si Eurydice lui en avait parlé rejetons la faute sur les autres, l'exercice préféré des Kostas.

Elle plissa les yeux face à tant d'inimitié dirigée vers Adam. Il semblait qu'elle avait été aveugle à bien des choses concernant Alexandre. Elle déglutit. « Ça ne voulait rien dire, tu sais comment je suis avec ça, je me monte la tête toute seule parfois... » admit-elle doucement, et sans voir d'intérêt à défendre Adam. Elle avait effectivement pensé qu'il était son grand amour, mais maintenant, elle aurait été incapable d'expliquer tout à fait pourquoi. Ils avaient commencé à se parler davantage à la rentrée de janvier, et son petit cœur d'artichaut s'était - classiquement - emballé. Elle ne s'était nullement doutée que Alexandre en serait autant touché.

« Je n'aime - n'aimais pas vraiment Adam. Juste... l'idée d'Adam je suppose, si ça a du sens. » Un camarade de classe de Quino, qui a priori s'entendait bien avec lui - un point fondamental pour Stef -, qui était plus âgé - elle avait toujours été incorrigible là-dessus, qui s'intéressait ouvertement à elle et qui avait le mérite d'être très beau. Mais Alexandre avait raison : sur la majorité de ces points, il pouvait surpasser Adam, si ce n'était qu'il n'était plus jeune qu'elle et aussi, qu'il était son ami depuis longtemps. Elle ne le regardait pas comme ça, de la même manière qu'elle ne se serait jamais intéressée à Ash, même si au fond d'elle, elle savait bien qu'elle différenciait les deux garçons. Elle n'avait juste jamais été capable de se l'expliquer - ou elle n'avait jamais pris assez de recul pour le faire.

Elle frissonna quand il parla de l'embrasser, ses yeux passant machinalement sur les lèvres du brun avant de revenir sur ses yeux. Même dans l'éventualité où elle aurait accepté une partie des insinuations de Kate ou de Victoire, jamais ô grand jamais n'aurait-elle pu imaginer qu'Alexandre nourrissait des pensées aussi vives à son égard. Au mieux, elle avait peut-être, certains jours, pensé qu'elle pouvait lui plaire - parce qu'objectivement, elle était loin d'être laide, et elle sentait parfois comment certains garçons la regardaient -, mais comme ils étaient amis, elle n'avait jamais pensé que ça allait plus loin que ça. Elle était consciente que le contexte était dramatique, que sa cousine avait été enlevée, et qu'il était bouleversé, mais elle ne put étouffer la pointe de déception qui se manifesta en elle quand il lui dit que plus rien n'avait d'importance. Avait-elle gâché ses chances en gardant la tête dans le sable aussi longtemps ? S'était-il lassé de sa propension pour le théâtral et sa capacité rarement égalée à tomber amoureuse à tour de bras ? « Tu aurais pu m'embrasser. Ça aurait été beaucoup plus clair. » lui dit-elle à mi-voix, son cœur battant à toute allure dans sa poitrine.

[ 1033 ]




estefanía; — Reputation precedes me, they told you I'm crazy. I swear I don't love the drama, it loves me. ;;

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





[THEME PV] Débordements. Empty
MessageSujet: Re: [THEME PV] Débordements.   [THEME PV] Débordements. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[THEME PV] Débordements.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Village Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Extérieur du chateau :: Le Parc-
Sauter vers: