AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment : -40%
Écharpe Lacoste en laine côtelée ...
Voir le deal
60 €

Partagez
 

 ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chiara Montgomery
Chiara Montgomery
Serdaigle

Parchemins : 93
Âge : 11 ans {14.07.04}
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   EmptyVen 11 Déc - 14:49

Chiara Montgomery
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi ! - Albert Einstein


Thèmes faits

* En fuite : #9 Course folle
* Prisonniers : #20 Retour à la maison
* Tentations : #24 Bonne nuit
* Outrage : #26 si seulement tu étais à moi
* Projets de mariage : #25 Obstacle


Thèmes restants

1. Regarde-moi
2. Nouvelle ; lettre
3. Scandale
4. Toi et moi
5. « J’ai quelque chose à te dire… »
6. Entre le rêve et la réalité
7. Superstar
8. Jardin secret
10. #10
11. Fleur
12. De bonne humeur
13. Liens
14. Musique
15. Le bleu le plus pur
16. Invincible, sans égal
17. kHz (kilohertz ; unité de mesure de fréquence)
18. « Dites ahhh… »
19. Rouge
21. Violence ; pillage ; extorsion
22. Bercer
23. Bonbon
27. Débordement
28. Médicament
29. Le bruit des vagues
30. Baiser
GASMASK


Dernière édition par Chiara Montgomery le Dim 10 Jan - 12:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Chiara Montgomery
Chiara Montgomery
Serdaigle

Parchemins : 93
Âge : 11 ans {14.07.04}
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: Re: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   EmptyVen 11 Déc - 19:36

Tentative de fuite
"Nous devions continuer de courir comme si notre en vie en dépendait. Parce que c’était le cas, en quelque sorte."


Titre : Tentative de fuite
Couple : Chiara&Leith
Rating (G, PG, PG-13, R, NC-17) : PG
Thème : #9 Course folle
Personnages concernés : Chiara, Leith, Amy, James, Dominique, Caitlyn, Tina, Charlotte.
Cadre : Univers dystopique dans le futur, Chiara est en sixième année.
Nombre de mots : 660

***

« Putain Amy ! Est-ce que tu vas un jour réussir à marcher sans tomber ! » Malgré tout, je m’arrêtai dans ma course pour la relever avec l’aide de Leith alors que nous devions continuer de courir comme si notre en vie en dépendait. Parce que c’était le cas, en quelque sorte, pas dans le sens où nous mourions si nous étions attrapés, mais nous finirions embrigadés dans la petite armée de décérébrés de Freja Blomberg, et c’était tout comme. Nous, les grands de sixième et septième années, nous avons organisé notre fuite minutieusement de façon à ce qu’elle attire assez de nos ennemis pour que ceux plus jeunes que nous s’enfuient de leur côté. L’ennui c’est que ça avait si bien fonctionné que nous n’avions pas une minute pour respirer. Les bracelets à nos chevilles nous empêchaient de transplaner et plus généralement d’utiliser toute magie. Ne nous restaient que nos jambes et notre imagination.

« Merde, merde, merde… ils gagnent du terrain... » On commençait à les voir apparaître, transplanant de plus en plus près de nous. « Il faut faire diversion. » tranchais-je en m’arrêtant subitement, quelques pas devant moi, le groupe m’imita : « Continuez sans moi, je suis le plan ». James, Dominique, Tina, Charlotte, Amy, Caitlyn et la majorité du groupe hochèrent la tête pour signifier leur accord : nous n’avions pas le temps de débattre, nous en avions déjà parlé avant de nous enfuir, en cas de pépin, il ne fallait pas traîner et laisser ceux qui voulaient en arrière. Ils partir un à un, même si certains étaient au bord des larmes, et que d’autres hésitaient. James du pousser Tina à avancer. Il ne resta bientôt plus que moi… et Leith.

« Va-t-en Leith, je ne peux pas t’avoir dans les pattes là, c’est pas l’moment.
- Princesse…
- Non. Va-t-en. » Je sortis de ma poche une grenade à feu d’artifice que j’avais gardé pour ce type de configuration. « Il faut que je dégoupille maintenant alors pars. » Si je lançais ma grenade avant que Leith soit parti, il serait attrapé en même temps que moi. Ce n’était pas le plan. Ce n’était pas ce que nous avions décidé. « Si tu restes, je reste. » Il arborait son air buté mais je n’avais pas le temps pour une dispute. « T’es vraiment le dernier des cons. » Marmonnais-je en dégoupillant ma grenade et en la lançant le plus loin possible de nous deux. Leith me protégea les yeux de l’explosion en mettant sa main devant les miens car, je ne sais pas trop pourquoi, j’étais comme hypnotisée par ma propre opération suicide.

« Tu aurais du partir... » dis-je, n’ayant plus que le petit bout de fer dans la main alors que dans le ciel des feux d’artifice brillaient, indiquant notre position à MS. Ils ne tardèrent pas à faire leur apparition autour de nous, nous encerclant, ne nous laissant aucune possibilité de fuir de nouveau. Non que j’en ai eu l’intention : c’est ce qui était prévu depuis le début, que ce soit moi qui protège le groupe, non pas que je me sente particulièrement impliquée émotionnellement par leur survie. Mais leur fuite était nécessaire, pas pour moi, mais pour la résistance face à MS. Et j’étais la plus capable de garder la tête froide, j’étais aussi la plus imperméable au lavage de cerveau. En théorie du moins… la présence de Leith changeait légèrement la donne.

« Le plan c’était de sauver les autres, je ne vais pas te laisser seule là-bas... » Au moment où la main d’un de nos assaillants se posa sur mon épaule, Leith approcha son visage du mien et m’embrassa. « On reste ensemble... » Malheureusement, nous fûmes aussitôt séparés physiquement par des bras qui me tirèrent violemment en arrière. « Leith... » Je tendis la main vers lui mais reçus un sortilège : je m’effondrai, inconsciente, sous les cris de mon petit ami.
GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

Chiara Montgomery
Chiara Montgomery
Serdaigle

Parchemins : 93
Âge : 11 ans {14.07.04}
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: Re: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   EmptyDim 13 Déc - 18:35

Prisonniers
"Au départ, j’avais évidemment cherché du regard mon petit ami, mais j’étais la seule prisonnière dans cette pièce des cachots. Depuis, je le réclamais, sans répondre aux questions débiles de Blomberg sur la fuite de mes camarades."


Titre : Prisonniers
Couple : Chiara&Leith
Rating (G, PG, PG-13, R, NC-17) : PG
Thème : #20 Retour à la maison
Personnages concernés : Chiara, Leith, Amy, James, Dominique, Caitlyn, Tina, Charlotte.
Cadre : Univers dystopique dans le futur, Chiara est en sixième année.
Nombre de mots : 999

***

« Où est Leith vieille folle ? » Demandais-je pour la dix ou douzième fois depuis que j’avais ouvert les yeux. J’étais attachée à une chaise, les mains et les pieds liés. Blomberg avait du attendre que je me réveille du sortilège qu’ils m’avaient lancé. Au départ, j’avais évidemment cherché du regard mon petit ami, mais j’étais la seule prisonnière dans cette pièce des cachots. Depuis, je le réclamais, sans répondre aux questions débiles de Blomberg sur la fuite de mes camarades. Première règle en cas d’interrogatoire : en rester à sa version initiale pour ne pas craquer. La mienne était que je ne dirai rien sans avoir vu Leith ce qui n’avait rien de surprenant me connaissant. À Poudlard, il n’y avait qu’un petit nombre de personnes réellement importantes pour moi, peu de points de pression sur lesquels appuyés. L’ennui c’est que je n’avais pas prévu que l’un d’eux fasse rater mon plan en restant avec moi. J’avais donc deux priorités : 1) retrouver mon imbécile de copain, 2) ne rien révéler sur nos plans d’évasion. MS pouvait évidemment m’inoculer de la potion de vérité, mais nous avions aussi envisager cette éventualité. Arrivé au premier check point, chaque groupe trouverait des instructions cachées par la rébellion pour aller à un autre point et ainsi de suite, or je ne connaissais pas ces instructions, ayant lâché le groupe avant pour faire diversion. Je ne pouvais pas révéler ce que j’ignorais. Ça avait parfois du bon d’être la plus maline ! J’avais dit à Opaline de suivre ce plan : idéalement, j’avais espéré pouvoir fuir avec les autres, mais nous savions tous depuis le début qu’il y avait trop de zones d’ombre pour prendre des risques.

« Allons Mademoiselle Montgomery, je puis vous assurer que votre cher ami va très bien, vous pourrez le voir dès que vous nous direz où sont les autres.
- Sans déconner, c’est ça votre plan ? Le chantage ? Ecoutez-moi bien : JE. NE. DIRAI. RIEN. Alors rendez-moi Leith, vous gagnerez votre temps. De toute façon, c’est bien simple, pas de Leith, pas de Chiara non plus : je fais la grève de la faim. » L’une des douze règles de l’art de la guerre dit que gagner c’est vaincre sans combattre, perdre c’est combattre avant de vaincre. L’important ici ce n’était pas de gagner contre MS, à moi seule, je savais que je ne pourrais pas grand-chose, mais ne pas perdre suffirait. Je connaissais bien le code de l’honneur de MS : ne pas tuer ni blesser les mineurs. C’était à la fois l’unique chose qui les sauvait dans l’opinion publique et leur plus grand point faible.

« Ahlala… ces jeunes amoureux… vous êtes si explosifs. » Se désola Blomberg avec cette exagération si caractéristique que je détestais chez elle « Vous me connaissez, vous savez que ce ne sont pas des paroles en l’air. » Assénais-je. Voilà plus d’un an que nous étions enfermés ici, à Poudlard, avec les membres de MS. C’était comme ça dans toutes les écoles du monde, et les différentes Ministères n’avaient pas été épargnés non plus. Blomberg restait souvent ici, avec nous, pour remplacer le professeur McGonagall, renvoyée chez elle avec perte et fracas quand MS avait pris le pouvoir. Autrement dit, en tant que directrice de mon école, elle savait très bien que j’avais été inflexible et parfaitement insensible aux sirènes du pouvoir. Je ne céderai pas. Plutôt mourir. « Oui, oui… bah, après tout, tant que vous avez votre petit bracelet de cheville, peu importe que vous soyez tous les deux après tout. » D’un mouvement de baguette, elle me détacha de la chaise et libéra aussi mes pieds. « Allez, suis-moi petit oiseau, je vais te montrer ta nouvelle cage. » Je haussai les épaules : tant qu’à être enfermée, autant l’être avec Leith, je maintenais cette version – pour le moment -.

J’entrai dans une nouvelle cellule, assez semblable à la précédente, et courut vers Leith, dans la même position qui avait été la mienne un peu avant. Freja traça des lignes pour renforcer magiquement notre cellule : « Mangez et reposez-vous, nous verrons ce que nous allons faire de vous demain. » On ne voyait pas le ciel depuis cette pièce mais je supposais qu’une journée entière avait passé. Et maintenant que Blomberg le disait, c’est vrai que j’avais faim, mais je m’occuperai de mon estomac après.

« Tout va bien Leith ? » Je remarquai que Freja venait de le libérer aussi de sa chaise, on avait donc les mains liés, mais pour le reste, nous pouvions désormais bouger dans notre cellule qui se découpait en deux parties cloisonnées : l’une avec des sanitaires, et l’autre où nous étions actuellement avec chaise, table et lit, tout à exemplaire unique. On allait être serrés. Je supposais que réclamer un deuxième lit serait vain après avoir fait mon caprice pour rejoindre Leith. Ce n’était pas le genre de Blomberg de nous faciliter la vie… Bref. Concentration.

« Oui, ça va, ils m’ont juste posé des questions, mais comme j’sais rien d’façon. C’était pareil pour toi ? » demanda-t-il en passant ses bras autour de moi malgré ses liens. Je m’étais assise sur ses genoux et je l’embrassai, sans trop savoir pourquoi, pour me réconforter peut-être. Même si MS ne nous ferait pas de mal, nous étions quand même leurs prisonniers… « Oui, je leur ai fait un petit chantage pour qu’ils m’amènent à toi, mais sinon c’était pareil de mon côté. » Confirmai-je ensuite en soupirant. « Nous voilà de retour à la maison… enfin, si on veut, c’est moins cosy que la salle commune. » Il n’y avait même pas l’ombre d’un livre : j’allais dépérir. « Vrai. Va falloir qu’on s’échappe. » J’acquiesçais mais je n’avais aucun plan pour le moment. « Mangeons d’abord, on réfléchira mieux le ventre plein. » Je ne me berçais pas d’illusions à ce sujet mais un peu d’optimisme ne pouvait pas nous faire de mal vu notre situation.
GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

Chiara Montgomery
Chiara Montgomery
Serdaigle

Parchemins : 93
Âge : 11 ans {14.07.04}
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: Re: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   EmptyJeu 17 Déc - 20:02

Tentations
"Ce qui m’inquiétait c’était plutôt que mon petit ami se déconcentre… Non pas que je n’ai pas confiance en lui, ce n’était pas vraiment ça, mais on ne pouvait pas se permettre de perdre de vue que nous n’étions pas là pour fricoter – surtout que nous étions sûrement surveillés -. "


Titre : Tentations
Couple : Chiara&Leith
Rating (G, PG, PG-13, R, NC-17) : PG-13
Thème : #24 Bonne nuit
Personnages concernés : Chiara, Leith,Douglas.
Cadre : Univers dystopique dans le futur, Chiara est en sixième année.
Nombre de mots : 1 235

***

Nous mangeâmes comme nous pûmes : les mains liés ce n’était pas du tout pratique. Comme nous étions prisonniers, je suppose qu’on ne pouvait pas se permettre de faire les difficiles. Nous donner de bonnes conditions pour réfléchir n’était pas dans leur intérêt. Cela dit, un peu après, ils vinrent nous délier les mains, sûrement parce que ça ne servait à rien vu la solidité de notre prison. Pragmatique, je me satisfaisais de ce changement appréciable, pour tout dire, j’étais un peu plus inquiète concernant la suite de la soirée : Leith, moi, un seul lit… ça n’augurait rien de bon. Je restais d’ailleurs debout devant la couchette, l’air sombre, pendant que Leith était en train de se faire une toilette de chat à la vasque. « C’est bon princesse ! Tu peux y aller ! J’ai essayé de pas trop mouillé la serviette vu qu’on en a qu’une ! » Je secouai la tête, dépitée par cette annonce – MS était radin, ils auraient pu en emmener une deuxième ! -, et levai les mains pour dénouer ma queue de cheval (si serrée qu’elle avait résisté à toutes nos dernières aventures). Mes cheveux, raides et blond pâle, tombèrent alors autour de mes épaules. Je les secouai machinalement pour leur redonner du volume, mais leur apparence n’avait pas d’importance, c’était seulement que je ne voulais pas dormir avec les cheveux attachés. Leith s’approcha dans mon dos et y passa les doigts, je tournai la tête pour le regarder en me retenant de lever les yeux au ciel : il fallait toujours qu’il joue avec – si l’enfermement n’y faisait rien, j’étais à cours d’option pour l’en empêcher -, le sujet de ma coiffure habituelle était d’ailleurs récurrent. Moi je trouvais bien plus pratique de réfléchir en ayant les cheveux attachés sans une mèche qui dépassait quand Leith préférait que je les garde libres, dès qu’il le pouvait, il me les détachait, avec ou sans ma permission. Ce garçon pouvait être très pénible.

Mais c’est mon pénible à moi, alors je compose avec. Cela dit, je me détournai tout de même de son contact pour aller me laver et partiellement me déshabiller. Je comptais réellement dormir et personnellement je n’y arrivais pas en étant tout habillée. Notons au passage que je n’étais ni prude, ni pudique, donc mon dilemme vestimentaire et nocturne n’avait pas à voir avec ça. Ce qui m’inquiétait c’était plutôt que mon petit ami se déconcentre… Non pas que je n’ai pas confiance en lui, ce n’était pas vraiment ça, mais on ne pouvait pas se permettre de perdre de vue que nous n’étions pas là pour fricoter – surtout que nous étions sûrement surveillés -.

Après une toilette minimaliste, j’enlevais collant, jupe, soutien-gorge et veste. En gros, le seul vêtement qui me couvrait était ma chemise qui m’arrivait à peine en-dessous des fesses… Je n’étais pas convaincue. C’est alors que je vis celle de Leith accrochée au mur. J’enlevais donc la mienne pour mettre la sienne à la place, cette fois-ci elle tombait jusqu’à mi-cuisse et j’avais nettement plus de place dedans. « Et bah voilà, c’est bien comme ça. » Et c’est ainsi vêtue que je rejoignis Leith qui, sans surprise, était déjà couché. Il avait même laissé son pantalon en boule par terre. « Tu devrais pas laisser tes vêtements par terre, tu sais pas si ils t’en donneront d’autres. » Et comme j’étais gentille, je le lui ramassai et le pliai pour le poser sur la chaise avec soin. J’aimais quand les choses étaient rangées, ordonnées… pas le côté de ma personnalité le plus séduisant diraient certains – dont Leith -, mais soyons bien au clair sur un point : je ne fais jamais rien dans l’intention de plaire, sauf si on excepte quelques frais de toilette de temps en temps. Les mauvaises langues prétendent d’ailleurs que Leith ne sort avec moi que pour mon physique. C’est oublier que je suis aussi riche, cultivée, intelligente et fiable. Je doute que la moitié de mes détracteurs puissent en dire autant. Franchement, être gentil, en temps de guerre, c’était surfait.

« Princesse… on est en prison, tu crois que le problème ce sont les plis de mon pantalon d’uniforme ?
- La clarté de l’esprit passe par une bonne organisation de son environnement mon bon prince.
- Tu te fous de ma gueule là hein ?
- Rien qu’un peu. » Je souris et m’approche du lit. Leith attrape le bas de la chemise, sa main glissant ensuite jusqu’à ma taille pour me tirer vers lui… en soulevant le tissu évidemment, parce que ce mec n’a absolument aucune limite. « Leith ! » Mes protestations le faisant rire, je me glisse rapidement sous les couvertures. Dans l’absolu, je me fiche qu’on me voit, même nue, mais je ne suis pas exhibitionniste pour autant. Et au risque de me répéter, ce n’était pas le moment ! « C’est toi qui voulais être prisonnière avec moi Princesse. » Me souffla-t-il à l’oreille alors que j’essayais de me faire une place dans le lit minuscule. « On est plus fort ensemble que séparés, mais toi tu es beaucoup trop distrait ! » M’exclamais-je agacée alors qu’il m’embrassait dans le cou. « Je cueille le jour plutôt. Carpe diem, tout ça… et puis tu n’as qu’à pas te promener avec ma chemise aussi. T’es beaucoup trop bonne chérie. » Seigneur ! Je soufflais, peu sensible à son argument de lourdingue. « Ne te fais aucune illusion Leith, je ne coucherai pas avec toi ce soir. » Comme je m’étais allongée sur le dos, il se mit sur moi avec ce petit air narquois qu’il affichait parfois et qui me donnait envie de le baffer 50 % du temps (et de l’embrasser les 50 autres, mais là j’étais plus dans la baffe).

« Sûre de sûre ? Zéro envie ? » Me demanda-t-il en déboutonnant le haut de sa chemise pour approfondir mon décolleté. « Absolument certaine. Ils doivent sûrement nous regarder et c’est vraiment pas mon truc. » Leith rendit finalement les armes mais resta allongée sur moi, la tête sur ma poitrine. Comme il était plus sage, je le pris dans mes bras, passant la main dans ses cheveux tandis qu’il jouait avec les miens. « Quand on sortira d’ici, tu remettras cette chemise, et cette fois tu me laisseras te l’enlever. » Grommela-t-il au bout de quelques secondes. « Quand on sortira d’ici, je te promets qu’on fera tout ce que tu veux, autant que tu veux, mais pour le moment il faut dormir. » Il soupira et se glissa sur le côté, je me mis contre lui en cuillère après l’avoir tendrement embrassé sur les lèvres « Bonne nuit mon cœur. » Il me pressa un peu plus et me répondit alors que je fermai les yeux : « Bonne nuit princesse ».

Nous fûmes tirés du lit par le bruit de la porte de notre cellule ouverte en grand avec violence. Je me relevai sur un coude, éblouie par la brusque lumière d’une baguette. « Toujours avec ce looser Montgomery ? Il faut vraiment que tu redescendes sur terre et que tu sortes avec moi. J’ai toujours eu un faible pour les blondes. » Je fronçai les sourcils et retint Leith, déjà prêt à bondir du lit. Froidement, je répondis : « Bonjour Douglas ». Une nouvelle journée commençait, et pas sous les meilleures augures…
GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

Chiara Montgomery
Chiara Montgomery
Serdaigle

Parchemins : 93
Âge : 11 ans {14.07.04}
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: Re: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   EmptyMar 22 Déc - 14:15

Outrage
"Je l’enlaçais brièvement en l’embrassai dans le cou pour le calmer mais c’était quelque chose de très compliqué car Leith n’était pas comme Douglas et moi, il n’était pas froid, ni calculateur. Il agissait et réfléchissait après. "


Titre : Outrage
Couple : Chiara&Douglas
Rating (G, PG, PG-13, R, NC-17) : PG
Thème : #26 Si seulement tu étais à moi
Personnages concernés : Chiara, Leith, Douglas.
Cadre : Univers dystopique dans le futur, Chiara est en sixième année.
Nombre de mots : 936

***

Douglas, peu sensible à ma froideur, s’approcha et nous prit d’un coup de baguette nos couvertures qui atterrirent dans ses bras. Un frisson me parcourut car il ne faisait pas exactement très chaud dans les cachots de l’école. Surtout à cette saison, nous étions encore en hiver. Notre camarade de maison me reluqua des pieds à la tête, s’attardant sur le décolleté plongeant que les tentatives de Leith la veille avait créé. Je refermai d’un geste vif la chemise d’une main tout en tenant toujours mon petit ami de l’autre. Douglas avait sa baguette, pas nous, lui sauter à la gorge n’aurait aucun effet en l’état actuel des choses. « Joli. » commenta Douglas sans me quitter des yeux, comme si Leith n’était pas là. « Sale fils de... » Je pressai l’épaule de mon copain avec fermeté : « Leith, ça suffit. On va s’habiller. » Je m’extirpai du lit et entraînai Leith qui continuait de fixer le Serdaigle d’un air mauvais. Dans la partie sanitaire de notre prison, malheureusement à portée d’oreille du reste de la cellule, je me serrai contre Leith et lui murmurai aussi bas que possible : « Ne réponds pas, il le fait exprès pour te provoquer. Tu sais très bien que je suis à toi. » Je l’enlaçais brièvement en l’embrassai dans le cou pour le calmer mais c’était quelque chose de très compliqué car Leith n’était pas comme Douglas et moi, il n’était pas froid, ni calculateur. Il agissait et réfléchissait après. Je n’étais pas certaine que mes tentatives pour l’amadouer suffisent à le calmer, même si je supposais qu’une fois que je ne serais plus à moitié nue devant Douglas, il serait moins facile de l’énerver. Après tout, ce n’était pas comme si notre camarade était sérieux, comme il l’avait dit, il avait juste un faible pour les blondes. Ce mec était d’une lourdeur rarement égalée, même par Leith, j’en avais fait les frais, comme la moitié des filles que Doug’ avait jugé assez bien pour lui. Ça n’avait pas plus d’importance que ça et y prêter attention était lui faire trop d’honneur.

Nos uniformes respectifs remis, nous retrouvâmes monsieur le traître en chef. « Tu devrais avoir honte de frayer avec MS Douglas, surtout quelqu’un comme toi. » Le jeune homme haussa les épaules avec nonchalance. « Parfois il faut choisir le camp de vainqueurs Montgomery. » Il s’approcha et avant que Leith ait eu le temps de l’en empêcher, le brun m’embrassa, glissant les doigts dans mes cheveux détachés. Seulement, là, c’en était trop pour mon petit ami qui le détacha de force de moi et lui donna un coup de poing au niveau du visage bien senti.

Je restai pour ma part interdite, peu habituée à ce type de situation. Bien que jolie, j’étais plutôt impopulaire – et on va pas se mentir, j’en avais strictement rien à cirer -, donc je n’avais jamais eu à gérer ce genre d’approche directe. Alors que je restais en état de sidération, figée sans pouvoir parler ou bouger, Douglas avait fini au sol et malgré sa position, il riait à gorge déployée. Leith finit d’ailleurs envoyé au loin dès que son adversaire lui envoya un sort. « Leith ! » Sortie de ma torpeur, je courus vers mon petit ami, sonné. « Leith, ça va ? Réponds-moi ! » Il mit quelques secondes à se remettre mais me prit dans ses bras pour me rassurer : « Oui… oui, ça va, t’inquiète princesse. »

Des liens invisibles m’arrachèrent cependant à lui, m’attirant dans d’autres bras : « Non ! Leith ! » Mais autant essayer de se battre contre les éléments. Douglas avait la magie de son côté et je me retrouvais totalement impuissante quand il m’emmena hors de la cellule. « Lâche-moi ! Leith ! Leith ! » La porte de la cellule se referma sur mon petit ami qui donnait de grands coups dedans. Douglas ne me relâcha que lorsque nous fûmes dans la pièce que je reconnus pour être le bureau auto-attitré de Blomberg. Seuls pour le moment, il m’attacha à une des chaises, et repassa une main dans mes cheveux : si je trouvais déjà ce geste agaçant quand c’était Leith qui le faisait, imaginez ce que je ressentais à cet instant. Mais je restais impassible : je refusais qu’il se délecte de mon dégoût, d’autant que j’étais sûre que cette opération de déstabilisation ne venait pas (uniquement) de Douglas. « Si seulement tu étais à moi Montgomery… nous pourrions faire de grandes choses tous les deux. Mais tu finiras par te faire à l’idée. » Je le regardai à peu près comme s’il était un cafard, et encore, j’avais plus d’affection pour les cafards que pour lui. Néanmoins, je restais toujours silencieuse et impassible malgré les sentiments confus qui m’animaient. Je m’inquiétais de Leith, seul dans sa cellule après le coup violent qu’il avait reçu, et aussi des paroles de Douglas. Le mieux restait toutefois de garder la tête froide.

C’est ainsi que nous trouva Blomberg, Douglas fier comme Artaban, et moi murée dans mon silence. « Mais voilà les heureux fiancés ! Très bien, nous allons pouvoir passer à la suite des opérations ! » Pardon ? J’écarquillais les yeux, ayant peur de comprendre à quoi rimait ce manège. « Voyons Douglas, tu ne lui as rien expliqué. Ce n’est pas bien, elle a le droit de savoir ! » Un peu oui… Je me gardai de tout commentaire : Freja semblait prête à cracher le morceau et il fallait que je sache quel était le plan si je voulais le contrer.
GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

Chiara Montgomery
Chiara Montgomery
Serdaigle

Parchemins : 93
Âge : 11 ans {14.07.04}
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: Re: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   EmptyDim 10 Jan - 12:58

Projets de mariage
"Si j’avais suivi la rébellion, si j’avais monté ce plan avec Opaline, si je m’étais sacrifiée pour le reste du groupe… c’était uniquement pour ma famille. Et pour Leith. Je n’avais pas l’âme d’une rebelle, j’étais une individualiste, en somme je n’étais pas si différente par certains aspects de Douglas."


Titre : Projets de mariage.
Couple : Chiara&Leith
Rating (G, PG, PG-13, R, NC-17) : PG
Thème : #25 Obstacle
Personnages concernés : Chiara, Leith, Douglas, Freja.
Cadre : Univers dystopique dans le futur, Chiara est en sixième année.
Nombre de mots : 1 065

***

« Donc, Mademoiselle Montgomery, comme vous le savez sûrement, Douglas est un né-moldu. Il doit donc renforcer ses liens avec le monde magique par un mariage intéressant, avec une sang mêlée de bonne famille. Vous êtes issues de deux grandes familles de sorciers malgré votre grand-père moldu, et vous êtes aussi l’une des rares jeunes filles avec ce profil qui ne soit ni engagée ailleurs, ni en fuite. » Blomberg ponctua son explication d’un haussement d’épaule, comme si cela devait tout résoudre. « Je suis déjà engagée : je suis en couple avec Leith et vous le savez parfaitement. » Nous n’étions certes pas fiancés – on n’a seize ans ! -, mais pour notre âge on pouvait dire que nous avions une relation très sérieuse : outre le fait que je n’étais jamais sortie avec personne d’autre, nous avions une certaine pratique des relations intimes et nous connaissions chacun la famille de l’autre. Conclusion : niveau engagement, pour une fille de sixième année, je pensais avoir une longueur d’avance sur la moyenne de mes camarades. Seulement, les filles qui étaient restées à Poudlard et n’avaient pas voulu fuir étaient des petites sang pur, ou des sang mêlées avec peu de sang moldu dans les veines (comme c’est mon cas), qui obéissaient aux règles de MS, tout particulièrement concernant le mariage. Blomberg prônait le mariage d’intérêt, de façon à faire de beaux enfants sorciers, et une certaine flexibilité dans le domaine de la fidélité une fois cette « mission » accomplie. Aussi je ne fus guère surprise par la réponse qui suivit : « Mais vous n’allez pas vous marier avec Monsieur Thomson, je me trompe ? Et vous connaissez nos règles sur la question : le mariage et les sentiments sont deux choses différentes. Si vous donnez à Douglas un statut et des héritiers, vous pourrez garder Leith comme animal de compagnie. Un ou deux bâtards peuvent même être acceptables, même si je ne pense que ce chiot ait un instinct paternel très développé. » Je ne savais pas ce qui me mettait le plus en colère : être considérée comme une pouliche ou qu’elle insulte Leith comme s’il ne valait rien. Il était sorcier lui aussi que je sache !

Mais je n’étais pas naïve, ce qui était intéressant pour Douglas, sorcier sans ascendance, c’était mon nom et ma fortune. Pour lui, le papier était plus intéressant que ma personne. « Vous vous souvenez que j’ai un frère et une sœur aînés ? Ce n’est pas moi qui hériterai de la fortune de mes parents. » soulignais-je par pure forme. J’étais assez intelligente pour connaître les réponses, je trouvais seulement un peu de satisfaction à montrer que j’étais contre ce plan. « Ils font partis des rebelles, comme la majorité de votre famille. Leurs biens vont donc à la personne que je choisirai. Soyez donc heureuse Mademoiselle Montgomery, c’est une offre qui vous permettra de vivre confortablement. Vous n’aimez guère vos semblables, que vous importe que nous les fassions tous pliés ? » En effet, moi, je m’en fichais. Si j’avais suivi la rébellion, si j’avais monté ce plan avec Opaline, si je m’étais sacrifiée pour le reste du groupe… c’était uniquement pour ma famille. Et pour Leith. Je n’avais pas l’âme d’une rebelle, j’étais une individualiste, en somme je n’étais pas si différente par certains aspects de Douglas. Il y avait cependant sur cette planète des personnes à qui je devais de faire des concessions avec moi-même. Je n’étais pas une gentille, mais j’en fréquentais.  « C’est vrai. Vous ou quelqu’un d’autre, je me fiche de qui dirige la politique de ce pays. Mais coucher avec Douglas, c’est trop me demander. Sans rancune Doug’ mais t’es vraiment pas mon genre. » Mon camarade de maison haussa les épaules, son orgueil lui évitant qu’une simple remarque puisse égratigner son assurance.

« Ce n’est pas un obstacle, tu changeras d’avis.
- Je ne crois pas, mais si ça peut te faire plaisir de le penser, libre à toi.
- Tu n’as pas idée de ce contre quoi tu te dresses…
- Laisse-moi réfléchir : une organisation sur-puissante qui a envahi le monde entier ? Si, je t’assure que j’ai une vague idée de ce contre quoi je me dresse comme tu dis. » Douglas me libéra partiellement pour me reconduire à ma cellule, Blomberg n’avait pas eu l’air déstabilisée par mon refus, je supposais donc qu’elle allait me forcer la main. Comment ? C’était toute la question car les possibilités étaient vastes : filtres d’amour, imperium, menaces… Les méthodes pour me forcer à épouser Douglas étaient nombreuses, mais toutes avaient comme point commun qu’ils devraient attendre que j’ai 17 ans. En effet, tant que j’étais mineure, aucun mariage ne serait légale sans la signature de mes parents, et ils étaient en fuite avec le reste de ma famille. Pas de mariage avant plusieurs mois donc ! Ce qui expliquait probablement que je retrouve Leith malgré ces « fiançailles ».

Douglas me poussa à l’intérieur, sans un mot ce qui était assez surprenant de sa part, et je me dirigeais droit vers Leith que j’avais quitté blessé. « Leith ? Ça va ? Tu n’as rien de cassé ? 
- Non, ça va, ils sont venus me soigner pendant que tu étais partie. Qu’est-ce qu’ils t’ont dit ? Pourquoi il t’a embarqué l’autre connard ?
- Blomberg veut que je me marie avec lui.
- Quoi ? C’est mort ! Non mais elle s’est pris pour qui celle-là !
- Pour le maître du monde faut croire… J’ai dit non, évidemment, mais ils n’ont pas été très sensibles à mes arguments. » Nous étions assis sur le lit. Je soupirais. Ma vie serait plus simple si je n’aimais effectivement personne. C’était une réflexion que je me faisais souvent depuis quelques temps. « Je ne les laisserai pas faire, il faudra qu’on se barre avant. » Marmonna Leith en passant un bras autour de mes épaules. Il m’approcha de lui et m’embrassa avec fièvre : il était inquiet des derniers développements. « Oui. Il le faut. » Ma volonté n’étant pas un obstacle, il faudrait que mon absence le soit. Nous avions un peu de temps devant nous, mais des moyens limités… J’enfouissais mon visage dans le cou de Leith pour qu’il ne voit pas mon air sombre. Mieux valait ne pas ajouter à son angoisse.

GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty
MessageSujet: Re: ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥    ♥ Les 30 baisers de Chiara ♥   Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
♥ Les 30 baisers de Chiara ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Hors-jeux :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers-
Sauter vers: