Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-35%
Le deal à ne pas rater :
-35% sur les lunettes de soleil audio Bose Frames Rondo
149.99 € 229.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 162
Âge : 10 novembre 2000 (15 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyLun 28 Déc - 0:07


love is painful, pointless and overrated

Since you've gone I've been lost without a trace. I dream at night, I can only see your face. I look around but it's you I can't replace. I feel so cold, and I long for your embrace. I keep crying baby, baby, please..
Karen & Jensen

Karen vit apparaître les entrées sur la table des Serpentards avec circonspection. Son esprit, qui analysait constamment son environnement, passa automatiquement au scanner les différents plats. Cupcakes au saumon fumé [trop salé, et puis le saumon c’était trop gras], des œufs Bénédictine [pourquoi pas, mais sans le bacon], du jelly au homard [un concentré de sucre, ce n’était même pas la peine d’en parler], du welsch rarebit [du pain qui suintait le beurre et le fromage ? Non merci], du coleslaw aux cranberries [la seule option envisageable]. Karen s’était examinée sévèrement ce matin dans la glace de la salle de bain de son dortoir : elle avait encore pris du poids. Ce n’était juste pas tolérable. Elle s’était accroupie près des toilettes, après avoir jeté un sort sur la porte pour que la pièce soit insonorisée. Calmement, elle avait attaché ses cheveux et posé la paume de ses mains sur la cuvette. Elle avait pris ensuite sa respiration, avant de fermer les yeux. Elle visualisait son père, lors de leurs exercices pour l’entraîner à protéger son esprit. "Tu es la seule qui tient le contrôle de toi même." Elle inspira, bloqua sa respiration durant quelques secondes avant d’expirer. Et au lieu de mettre deux doigts dans sa bouche et de se pencher vers la cuvette, elle s’était relevé sans trembler. "Tu es plus forte que ta faiblesse", martelait son père. Elle n’avait jamais pu lui cacher ses crises, impossible d’insonoriser ses toilettes lorsqu’elle n’avait pas le droit d’utiliser la magie à la maison. Son père la surveillait de manière stricte à présent, mais Karen savait que c’était pour son bien.

N’empêche que ce n’était pas une raison pour manger n’importe quoi. Elle avait réussi à résister, elle avait un peu flanché mais elle n’avait pas été jusqu’au bout, et c’était le principal. Maintenant, elle devait éviter d’entamer un nouveau cycle : se gaver, se vider, se priver. "Tu peux surmonter cette défaillance, tu es plus forte que ça." Elle cilla, et se servit de trois feuilles de salade. Autour d’elle, le brouhaha régnait. Ses camarades ne semblaient pas beaucoup s’intéresser au festin qui s’étalait devant eux. La plupart des sorciers étaient tout excités par la présence d’une délégation de sorciers venus d’Angleterre et d’ailleurs. Des génies, des experts dans leurs domaines venus renforcer le bouclier magique de Poudlard [mais s’ils étaient choisi avec le même zèle que Gilderoy Lockhart au poste de professeur de Défenses Contre les Forces du Mal, le bouclier avait plus de chances d’être affaibli que d’être renforcé] tout cela dans un but apparemment noble mais que Karen jugeait totalement stupide c’est dit avec affection Minerva : éviter que l’enlèvement de Viska Spingate [Sang-mêlée malheureusement élevée par les moldus, issue d’une famille d’assassins à la solde des Malefoy et à l’esprit détraqué, leadeuse de la Brigade Anti Menace et ennemie autoproclamée de MS, autant dire une idiote finie] ne se reproduise et que Magicis Sacra ne pénètre de nouveau dans le château. Toute cette entreprise était si naïvement vaine que Karen ne s’embêtait même pas à la juger d’un œil sévère : autant d’espoir provenant de sorciers censés être les meilleurs de leur génération la faisait doucement rire. Pensaient-ils sincèrement qu’aucun partisan de MS ne s’était glissé dans leur délégation ? Ou ne faisait partie des professeurs connaissant les nouvelles protections ? Elle même comptait bien fouiner là où il fallait pour rapporter des informations à son père, et par conséquent, à Freja.

Karen avait tout de même du mal à croire que cette incontinente de McGonagall soit sénile au point de penser réellement qu’elle pourrait écarter MS à tout jamais du château juste en ajoutant un ou deux sorts de protection de plus. A ses yeux, toute cette mascarade ne visait qu’à rassurer les idiots qui pensaient qu’ils allaient se faire enlever à leur tour. MS ne touchait pas aux enfants. Ce qui était arrivé à Spingate était une erreur bête, et MS n’aurait jamais dû s’associer à ce sociopathe de Symphonie, son père ne cessait de lui répéter dans ses lettres [dans un langage crypté connu d’eux seuls, on était jamais trop prudent]. Mais d’après Klaus, l’association avec l’ancien Mangemort touchait à sa fin. Il n’avait pas voulu lui en révéler davantage mais Care sentait qu’elle en saurait plus très bientôt.

Assise en face de Jensen [Sang-Pur, traditionnaliste, a approuvé la philosophie de MS, anti moldus et nés-moldus fut une période, connaît un revirement désagréable depuis peu et désormais membre de la BAM], la brunette jeta un coup d’œil à Spingate, présentement en pleine discussion avec Peony [Sang-mêlée, provient d’une bonne famille galloise, affiliation à la BAM mais grande amie]. « Tu sais comment Viska prend la nouvelle ? J’espère que les nouvelles protections pourront au moins un peu la rassurer. » Elle adressa un sourire aimable à son ami. Elle avait beau ne pas tenir Spingate dans son cœur, en dépit de ce qu’elle laissait montrer, elle n’aurait souhaitait son sort à personne au monde, même pas sa pire ennemie Ells-le-Japon-c’est-le-meilleur-pays-et-le-matcha-c’est-la-vie c’est dire. « Et toi au passage », souligna-t-elle avec un brin d’amusement. Jensen s’était transformé en vraie loque humaine lorsque sa petite copine avait disparue. Maintenant qu’elle était de nouveau parmi eux, il la collait et se désintéressait même du Quidditch. Si ça, ce n’était pas la preuve que l’amour était la pire chose qui pouvait vous arriver…Jensen avait déjà commencé à tourner mal avant de sortir subitement avec Spingate. Il avait commencé à fréquenter la BAM et semblait mieux tolérer les moldus et nés-moldus ce qui l’avait énormément déçue. Elle savait que son père, qui voyait dans le jeune garçon un potentiel gendre sans demander l’avis du concerné car c’est dépassé, tout comme en Niels ou d’autres garçons de bonne famille aux idéologies proches de MS avait été consterné par la nouvelle. On ne pouvait compter sur grand monde de nos jours, même si les partisans de MS étaient bien plus nombreux que ne semblaient le penser le Ministère ou la directrice de Poudlard. Karen gardait une profonde affection pour Jensen, mais il était vrai que son comportement ces derniers mois laissait à désirer. Elle espérait que Spingate, connue pour être assez frivole, finisse par le laisser tomber et que lui retrouve ses sens. La nouvelle génération de MS aurait bien besoin de ses talents de sorcier.

1 056 mots



All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain


Dernière édition par Karen Blackthorn le Ven 5 Fév - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Jensen McGowan
Jensen McGowan
Capitaine de Serpentard

Parchemins : 601
Âge : 16 ans (20.06.2000)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 9


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyLun 28 Déc - 13:35

Jensen & Karen.
Fade away with the sun wake up and we come undone. Stay or leave, we can't escape doesn't matter where we run. Under a dark star, that's where you and I, and you and I belong. Under a night sky, that's where you and I, and you and I can fly. We can find another way. Yeah you know it's not too late. We can fight for what we want. Live or die, don't be ashamed.
La colère du capitaine des Serpentards ne se tarissait pas. Depuis trois semaines, il était sur les nerfs, prêt à envoyer royalement chier le premier qui viendrait lui dire un mot de travers, et n’était clairement pas une compagnie des plus agréables. La directrice de l’école en avait fait les frais dès l’instant même où il avait su que Viska avait disparue, remettant en cause la terre entière, mais surtout la direction et le Ministère de la Magie, qu’il qualifiait désormais, tous autant qu’ils étaient, de parfaits incompétents. Certains prenaient directement, comme Alan, que Jensen se fichait pas mal d’envoyer balader comme un malpropre s’il tentait ne serait-ce que de s’approcher de Viska. Il avait toujours en travers de la gorge le comportement du jaune et noir envers la blonde, qui ne datait pas d’hier, et les messages qu’il avait pu lui envoyer sur sa tablette quand elle avait été alitée a l’infirmerie. Si Jensen n’avait tout d’abord su que le fait qu’il lui envoyait des messages, quand il en avait appris le contenu, Carmichael avait juste eu de la chance que le Serpentard se refusait de quitter l’infirmerie. Jaloux et possessif, même s’il ne le montrait pas -ou qu’elle Viska se voilait la face, l’un dans l’autre, on arrivait au même résultat- il était hors de question que le capitaine des jaune et noir revienne après autant de temps la bouche en coeur et la queue entre les jambes, en faisant comme si rien ne s’était passé. Au courant de toute l’histoire d’agression, que Viska lui avait relayé après qu’ils aient croisé deux idiots et que la blonde ne revienne dans la salle commune au bord des larmes, ce n’était, à son avis, tout de même pas une raison pour évincer une amie, soit-disant une meilleure amie en plus de cela, de sa vie. Il avait quand même préféré passer des vacances avec des membres de sa propre maison plutôt qu’avec Viska. Bravo la loyauté. À côté, même Reynolds était moins insupportable que lui, et pourtant, on ne pouvait clairement pas dire qu’il la portait dans son coeur, loin de là même.

Aussi, quand il avait su qu’une délégation du Ministère de la Magie allait venir pour renforcer les barrières magiques qui étaient censées protéger l’école, son sang n’avait fait qu’un tour. Vraiment ? Ils pensaient réellement que faire tout un cinéma pour quelque chose qui aurait dû être fait depuis des semaines voire même des mois maintenant, était une bonne chose ?! Non parce que vraiment, Jensen lui, avait de sérieux doutes. Il ne comprenait absolument pas la façon de penser des adultes. Il n’avait d’ailleurs pas manquer d’envoyer un hibou à son père, rempli de mots cinglants, pour qu’il se charge un peu de remettre le Ministère dans le droit chemin. Oui, il mettait beaucoup d’espoir dans quelque chose d’aussi futile et infantile, mais il faisait avec les moyens du bord. Son père était le Président-Sorcier, par Salazar, pas le premier plouc venu ! Il devait bien être capable de faire remonter les informations et la colère des élèves de l’école, non? L’une des leurs avait été enlevée, séquestrée, battue et brûlée, nom d’un scrout-à-pétard ! Bon, certes, Jensen était sans doute celui qui râlait le plus dans toute cette histoire, si l’on ne comptait pas Viska, encore que, Victoire pouvait se montrer un allié de choix dans cette rébellion. Après tout, la blonde avait été presque constamment auprès de lui pendant la semaine où sa petite amie avait disparue, ce qui avait étonné les deux intéressés. Mais ils s’étaient compris, pour une fois, et c’était là le plus important non?

Assis à la table des vipères, non loin de Peony et Viska, mais en face de Karen, une amie d’enfance avec qui il partageait plus d’un point commun, Jensen regardait d’un œil sceptique la table des professeurs. Son frère et sa sœur étaient aux côtés de la délégation du Ministère, et McGonagall semblait ravie de sa petite mise en scène. Il aurait été sûr que tout cela soit actuellement utile et fait dans les règles de l’art, il aurait peut-être pu se calmer. Pour le moment, il attendait surtout de voir ce qu’il en était de tout ce cinéma stupide. Bref. La brune en face de lui était donc ce qui se rapprochait le plus d’une meilleure amie d’enfance. Jensen avait toujours connu Karen, s’était toujours très bien entendu avec elle, et ils avaient longtemps partagé la même philosophie de vie. Jensen n’avait changé d’avis sur toutes ces histoires de Magicis Sacra qu’en troisième année, quand Gabrielle avait été capturée par l’organisation et qu’il avait fallu l’oublietter, pour qu’elle cesse de faire des cauchemars toutes les nuits. Le traumatisme de sa nièce s’était imprégné en Jensen, tonton bien trop gaga de la petite fille. Puis il y avait eu Fiona. Et à dire vrai, c’était surtout à cause d’elle que sa vision du monde changeait petit à petit. Bien entendu, sa haine de Magicis Sacra aidait fortement, mais s’il revoyait le statut des nés-moldus et leur place à l’école, c’était essentiellement à cause de Fiona et de son stupide coeur. Même s’il était amoureux de Viska, il savait que la bleue et bronze avait tout de même une partie de son coeur, bien malheureusement pour lui. Il remarqua les trois pauvres feuilles de salade dans l’assiette de la brune, mais ne fit aucune remarque dessus, elle était bien assez grande pour faire ce qu’elle voulait et s’il devait se battre pour que toutes ses amies avalent quelque chose, il n’avait pas fini. Lui-même n’ayant pas grand appétit -et pourtant, Viska vous le dirait, il était normalement un gros mangeur!- il ne se sentait pas spécialement à même de faire des remarques aux autres. A la question de son amie, Jensen posa ses yeux bleus gris sur la brune, avant de reposer son attention sur la table des professeurs . « Tu parles, ils font ça beaucoup trop tard. Elle a déjà été kidnappée et torturée. C’est n’importe quoi. » L’énervement pointait dans sa voix, mais cela était devenue monnaie courante depuis trois semaines. « Moi ? Ça ne va pas éloigner les gêneurs de Viska. Mais merci de t’en soucier. » Car si tout le monde était après Viska, peu lui demandait, à lui, comment il allait. Ou à Alexandre, d’ailleurs. Mais il s’en fichait, lui-même ne pensait qu’au bien-être de la blonde, le sien passait après. Il n’était pas sûr lui-même de savoir comment il allait. « Je ne comprends pas comment ils veulent qu’on se sente en sécurité juste parce que je-ne-sais-qui du Ministère a daigné faire le déplacement. Même là Ministre n’est pas là. C’est une grosse blague, tu ne crois pas ? » On comprenait donc que l’opinion de Jensen sur le sujet n’était pas des plus heureuses. Il ne doutait pas que McGonagall allait s’enorgueillir de toute cette histoire, alors que franchement, elle avait trois semaines, au moins, de retard.
acidbrain


• 1 161 mots •



So much more than royal.
And I know they're gonna hate but I don't care, I barely could wait to hit them with the snare and the bass. Square in the face, this fuckin' world better prepare to get laced because they're gonna taste my venom. (c)Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 162
Âge : 10 novembre 2000 (15 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyLun 28 Déc - 17:39


Il avait fallu une micro seconde d’adaptation à Karen pour savoir comment se comporter face à la colère noire de Jensen. Son ami d’enfance ne l’avait pas habituée à une émotion si négative, si puissante et dévastatrice et pourtant désormais la rage ne semblait le quitter, même alors que Viska était revenue. Jensen était pourtant fait du même bois qu’elle, du moins l’avait-elle cru pendant des années, peu d’événements pouvaient réellement les faire sortir de leurs gonds et ils étaient devenus experts pour maitriser leurs émotions. Aussi, quand Symphonie avait eu le mauvais goût de kidnapper sa propre fille [et que S et Mat avaient eu la judicieuse idée de lui prêter un coup de main], Karen ne s’était pas attendue à retrouver l’Ecossais à errer comme une âme en peine dans le château, énervé comme pas possible et partageant son agacement avec Victoire Weasley [avec qui il avait plus l’habitude de se disputer, mais pour la défense de Jensen, la lionne pouvait énerver le plus patient des sorciers]. Bien sûr, elle voyait bien qu’il était attaché [des sentiments pour une fille élevée comme une née-moldue…comme c’était décevant] à Spingate mais à ce point…non, elle avait cru, bêtement sans doute, que cette petite histoire de fesses ne durerait pas bien longtemps et que les deux cinquièmes années finiraient par rompre, à grand renforts de cris comme ils en avaient abreuvé la salle commune depuis le début de leur scolarité [on avait pas idée de régler un conflit avec autant de bruit et non elle ne hurle pas quand elle se dispute avec Kate, pas du tout] et que Jensen aurait fini par retrouver ses esprits, avant de se trouver une copine plus acceptable.

Mais Jensen semblait être sur le pied de guerre depuis des semaines, prêt à tout faire valser, y compris son poste de capitaine de Quidditch qui l’avait pourtant ravi, et l’invitation des sorciers venus réparer le bouclier magique ne semblait pas arranger son humeur, bien au contraire. Karen pouvait le comprendre, il était évident que cette vieille chouette de McGonagall agissait bien trop tard et que de toute façon, ses ridicules et pathétiques tentatives pour empêcher Magicis Sacra de pénétrer dans le château ne lui seraient d’aucun secours. Aussi, la brune n’eut-elle pas à feindre d’être d’accord avec l’Ecossais : « J’imagine que c’est pour se donner bonne conscience. Puis pour éviter que ce qui est arrivé à Viska ne se reproduise. » Elle laissa une note de scepticisme envelopper sa voix. Tout était toujours calculé chez Karen, de son attitude, ses gestes ou son ton. Elle savait bien que se montrer confiante dans les nouvelles protections de leur école ne convaincrait pas Jensen. Il avait vécu comme elle la venue de MS dans le château [que Karen avait accueilli comme un bon bol d’air frais en pleine canicule], il faisait désormais partie de la Brigade Anti-Menace, il savait quels brillants esprits faisaient partie du groupe. S’il avait été si facile pour eux de pénétrer dans Poudlard une première fois, il savait que réitérer ce soit disant exploit était à leur portée, bouclier magique renforcé ou non.

« Je ne sais pas ce que recherchent tous ces curieux à lui tourner toujours autour. Elle n’est pas une bête de foire ! » Bien. Typiquement le genre de phrases qu’approuverait Jensen. Elle ajouta, étirant ses lèvres en un sourire soucieux, une sincère affection brillant dans ses yeux, d’une teinte acier en ce mercredi soir : « C’est normal que je me soucie de toi Jensen. Tu passes tellement de temps à essayer de la protéger des autres, à l’aider et à la soutenir. Certains oublient que son enlèvement t’a marqué, toi aussi. » Son père aurait été fière d’elle. Personne n’aurait pu douter que sa sollicitude était véritable, hormis éventuellement un Legilimens de très haut niveau, ce qui ne courrait pas les couloirs à Poudlard. De ce qu’elle en savait, et même si la propre sœur de Jensen était sa préceptrice ici, Jensen lui-même ne protégeait pas son esprit. Le père de Karen répétait souvent que c’était l’une des nombreuses défaillances de l’enseignement à Poudlard, car l’Occlumancie et la Legilimancie étaient des atouts précieux, qu’il ne fallait négliger.

Jensen continua de fulminer contre les professeurs. Si seulement cet énervement pouvait le conduire sur le bon chemin…Mais Karen supposait que cette histoire n’avait fait qu’éloigner un peu plus Jensen de MS. C’était tellement dommage…Mais tout le monde pouvait être retourné, même un être aussi têtu que le brun, Karen en était persuadée. D’autant qu’elle sentait que le Sang-Pur en Jensen était toujours aussi d’accord avec les fondements de l’idéologie de MS, même s’il semblait désapprouvait leurs méthodes. Il finirait par se rendre à l’évidence qu’il s’agissait du seul moyen, que c’était la bonne méthode. Il finirait par retrouver la raison. La jeune fille reporta son attention sur les paroles de son ami, réfléchissant à la réponse la plus judicieuse [certains élèves feraient mieux de la prendre en exemple au lieu de balancer tout ce qui leur passait en tête].  « Tout ça c’est de la poudre de perlimpinpin Cheminette. Ils veulent rassurer les plus jeunes, et surtout éviter que des élèves soient retirés de l’école. » Il ne fallait pas oublier qu’hormis les boursiers, tous les élèves payaient pour leur scolarité à Poudlard. « Mais c’est vrai que la Ministre aurait pu faire le déplacement. Ou à défaut la sous-secrétaire d’État. Tout ça ne donne pas une caution très sérieuse à cette affaire. Pourtant, on pourrait penser que l’école de sorcellerie du pays aurait une importance aux yeux du Ministère. » Elle reporta son attention sur la table des professeurs, tâchant de déterminer quels sorciers pouvaient appartenir à MS, car elle était persuadée qu’un des leurs se cachait dans la délégation. Karen connaissait plutôt bien certains membres du cercle intérieur. Elle considérait Eustache comme un oncle, et elle portait une grande admiration à Valeryia, sans parler même de Freja qu’elle avait eue l’honneur de rencontrer plusieurs fois. Mais évidemment, elle ne connaissait pas tout le monde. Son père entrainait les nouveaux entrants dans des planques secrètes et depuis son entrée à Poudlard, elle n’avait pas l’occasion de croiser les membres de l’organisation. La seule fois où elle les avait côtoyé sur un temps long fut lorsqu’ils s’occupèrent de l’école [et ça n’avait pas fait de mal, même si ça n’avait duré que trop peu de temps.]

1 066 mots



All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain


Dernière édition par Karen Blackthorn le Mar 5 Jan - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Jensen McGowan
Jensen McGowan
Capitaine de Serpentard

Parchemins : 601
Âge : 16 ans (20.06.2000)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 9


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyMer 30 Déc - 0:04

Jensen connaissait bien Karen, et son mode de fonctionnement. Après tout, il avait été comme elle. En soit, il l’était toujours, il semblait cependant plus apte au changement que la brunette. Et surtout, il avait des points faibles qu’il ne pouvait nier. Gabrielle et Terence, dans un premier temps, ainsi que le troisième enfant à venir de sa soeur. Ses parents et sa fratrie, bien entendu, et enfin, Viska. Il n’avait pas vraiment compris comment tout cela avait bien pu lui tomber dessus, mais il était clair et net que la jeune femme était devenu son point faible, tout comme le reste de sa famille. Il avait donc, lui aussi, l’habitude de dire ce que les gens voulaient entendre pour se les mettre dans la poche. Mais franchement, à l’instant T, il s’en fichait pas mal. Il connaissait Karen depuis des années, et la brune avait toujours été à ses côtés, depuis aussi longtemps qu’il pouvait s’en rappeler, tout comme Michael. A eux trois, ils avaient vu bien des bals et des soirées mondaines défilés devant leurs yeux.

Ces derniers temps, il semblait que pas mal d’élèves réussissaient à s’accorder et à penser de la même façon, surtout dans la maison Serpentard. Après tout, ils avaient été les premiers concernés dans l’enlèvement de Viska, et dans toutes les autres petites histoires de Magicis Sacra. Comment si leur maison ne trinquait déjà pas assez depuis plus d’un siècle. « C’est n’importe quoi. Même si les barrières ont été renforcées, le résultat est toujours le même. Viska s’est plainte pendant un mois et demi, sans qu’ils ne bougent le petit doigt. Et maintenant, c’est trop tard. » Car il n’était pas possible de faire oublier à Viska tout ce qu’elle avait vécu. D’une part parce qu’elle refuserait sans aucun doute de se faire oublietter et que, de toute manière, s’ils le faisaient sur la blonde, c’était tout le château qui devrait subit le même sort… Un peu trop compliqué donc, de réaliser cela à une si grand échelle sans risquer le moindre contre-coup. «  Ils vont venir à bout de leurs petits sorts de pacotille en deux secondes. » ronchonna-t-il, resserrant son poing sur le manche de sa fourchette. Il n’avait pratiquement pas touché à son assiette, se contentant de couper et recouper ce qu’il y avait mis. Rien de bien folichon donc. Cependant, Jensen était trop bien élevé pour sortir de table d’un seul coup, ou s’affaler sur la table pour attendre que le temps passe. Le dos droit, un coude malgré tout sur la table, Jensen gardait les yeux rivés sur son assiette, fulminant intérieurement. Si ça n’avait tenu qu’à lui, il ne serait tout simplement pas venu dans la Grande Salle. Il avait d’ailleurs demandé à son frère s’il était vraiment obligé d’y aller, et Haven lui avait assuré qu’il ne s’agissait que d’un dîner. Tu parles. Une démonstration stupide de la part de McGonagall, pour qu’elle puisse se faire mousser de son entreprise. Alors qu’elle avait deux mois et demi de retard, c’était du grand n’importe quoi.

Il devait bien l’avouer, Jensen trouvait un certain réconfort dans les mots de son amie d’enfance. Qu’elle soit sincère ou non lui importait peu, il n’y réfléchissait d’ailleurs même pas, ne se disait que, peut-être, elle se fichait complètement de sa situation et qu’elle faisait ça, plus pour arrondir les angles et passer un dîner relativement calme plus qu’autre chose. Non, il avait vidé son esprit de toutes ces pensées parasites, se concentrant seulement et uniquement sur ce qu’il se passait maintenant. Le petit cinéma qu’avait organisé McGonagall et le nombre exorbitant de membres du Ministère présent. « Il ne manquerait plus qu’elle la donne en pâture au Ministère. Pourquoi il y a des membres étrangers ? » Jensen connaissait un grand nombre de personnes haut placé dans l’institution magique, le poste de son père aidant énormément. Et pourtant, il y avait des visages qui ne lui disait rien. Qui était ce De Liechtenstein, franchement ? Et même s’ils avaient besoin de toute la force possible, il n’en restait pas moins sceptique quant au résultat que cela apporterait. « Je n’ai pas vécu ce qu’elle a vécu, Care. Je… » Il avait été perturbé, touché, dévasté, bien entendu. Mais franchement, à côté de ce que Viska avait du endurer, il ne pouvait pas vraiment se plaindre. Ce n’était pas lui qui avait été battu et torturé par un sociopathe complètement ravagé du cerveau. « Ca serait lui manquer de respect que de penser que j’ai autant souffert qu’elle. Personne dans ce château n’aurait pu tenir comme elle. » Personne n’était capable de faire face à un fou comme Symphonie, personne. Viska elle, avait tenu pendant six jours, et lui avait tenu tête. Elle l’avait lourdement payé, mais encore, le pire avait été évité.

« Je ne comprends toujours pas pourquoi elle a été élue. C’est bien beau de prôner les nés-moldus, mais en attendant, elle est pas fichue de battra un groupuscule de sorciers ! Tu parles d’une héroïne. » On l’aura compris, Jensen était en colère après les adultes, tous autant soient-ils. Et bien malheureusement pour eux, ses pensées archaïques refusaient doublement surface sous le coup de la colère. S’il se retenait généralement de dire quoi que ce soit à Viska, car ses parents étaient des moldus et qu’il préférait largement éviter de critiquer les Spingate, surtout quand on voyait le cas qu’était Symhponie, il savait qu’avec Karen, il pouvait se laisser aller. Il fallait cependant noter que son language restait celui qu’on lui connaissait habituellement. Soutenu et retenu, il ne se laissait pas encore aller aux jurons qu’il lui arrivait de pousser lorsqu’il ne contrôlait plus rien. Il jeta un regard, par réflexe, à sa petite amie, en grande discussion avec Peony. « J’ai demandé à mon père s’ils allaient se passer quelque chose, s’ils avaient la moindre idée d’où était ce barge. Et tu sais ce qu’il m’a dit ? « Laisse le Ministère s’en charger. » Comme si le Ministère avait été capable de la protéger ! Elle avait disparue, par Salazar, ils s’en rendent pas compte ou quoi ?! » Non, vraiment, on ne pouvait pas dire qu’il était le plus fervent supporter du Ministère de la Magie depuis la mi-février. Heureusement pour lui qu’il ne comptait pas y faire carrière…
acidbrain


• 1 040 mots •



So much more than royal.
And I know they're gonna hate but I don't care, I barely could wait to hit them with the snare and the bass. Square in the face, this fuckin' world better prepare to get laced because they're gonna taste my venom. (c)Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 162
Âge : 10 novembre 2000 (15 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyMer 30 Déc - 16:44


Lorsque Spingate avait disparue, grâce à son bracelet enchanté par Mat et S, l’agitation avait régné dans Poudlard, et surtout au sein de la salle commune des Serpentards. La plupart des verts et argent, même ceux qui ne connaissaient pas personnellement la blonde, avaient paru comme endeuillés. Karen, elle, avait posé un regard sceptique, et assez dur, il fallait bien le dire, sur ses petits camarades et particulièrement sur Jensen qu’elle n’aurait jamais pensé voir dans un état aussi lamentable un jour. L’amour pouvait vraiment vous tirer vers le bas, c’était d’un pathétique. Certes, à défaut d’être insensible comme elle, Jensen pouvait s’enflammer bien vite dès qu’un sujet le touchait de près, comme sa famille, mais qu’il se retrouve comme brisé par l’absence de Spingate…non, ça la dépassait clairement.

Bien sûr, Karen ne s’était pas enchantée du kidnapping de la co-leadeuse de la Brigade Anti-Menace [qui, à défaut de renier ses origines moldues, tachait de faire honneur au monde magique], d’autant qu’elle sentait clairement que cette histoire entacherait un peu plus l’image de Magicis Sacra auprès des élèves, mais les derniers évènements lui passaient clairement au-dessus. Finalement, en ce qui la concernait, elle devait simplement désormais composer avec les blagues lourdes d’Hartley au moment des entraînements de Quidditch et avec la mauvaise humeur semble-t-il constante de Jensen. « La directrice s’est rangée derrière l’idée naïve que le bouclier suffirait à faire barrage aux éventuels assauts de Symphonie. Elle avait confiante en la capacité des Aurors à l’arrêter. Elle ne s’est pas montrée clairvoyante. Je me demande…comment peut-elle être encore à sa place après tout ce temps ? » Elle savait qu’en dépit des cours d’animagie de Jensen avec McGonagall, il irait dans son sens après tous ces rebondissements. La seule bonne nouvelle, dans toute cette histoire, était que le Serpentard était remonté contre la direction, et le Ministère aussi, et elle comptait bien exploiter cela. Même si MS avait été malheureusement impliqué dans l’enlèvement de sa copine, il fallait bien qu’il comprenne que l’organisation était la seule en mesure de la protéger.

Karen acquiesça lorsque son ami affirmait que c’était trop tard. Spingate était complètement amochée, traumatisée par les sévices que lui avait infligés son père biologique. On ne se relevait pas tout à fait entier de ce genre d’événement, même en étant aussi fort mentalement que la blonde ne l’était. Care ne partageait pas sa manière de penser, mais elle lui reconnaissait un côté dur à cuire qui forçait le respect. Pour ce qui était de réduire les défenses de l’école à néant, il était évident que la jeune fille était convaincue que cela ne représentait aucun problème pour MS, son père le lui confirmerait très certainement lorsqu’elle lui livrerait les informations qu’elle glanerait ce soir. Le regard scrutateur de Karen analysait déjà les moindres gestes de la délégation de sorciers pour déterminer lequel serait le plus facile à approcher. « Je ne suis pas sure qu’il y ait la moindre chose que l’on puisse faire face à eux », souligna-t-elle d’un ton neutre. Inutile de prétendre qu’elle ne supportait pas les agissements de MS, comme beaucoup d’autres élèves du château, face à Jensen : il savait très bien ce qu’elle en pensait réellement, puisqu’il pensait encore pareil il y a peu. Elle avait toujours prétendu devant lui que son engagement dans la BAM avait pour principal objectif de comprendre comment leur magie fonctionnait, car, et c’était bien connu, la magie fascinait Karen. Personne, même pas Michael, ne savait qu’elle jouait les espionnes pour le compte de Freja, personne, hormis Eurydice [mais la fille d’Eustache ne moufterait jamais, elle avait beau ne pas vouloir remplir cette digne mission, elle se montrerait d’une loyauté sans failles à son père et du coup, dans une moindre mesure, à MS].

Karen avait beau ne pas réagir avec la même virulence que Jensen à toute cette histoire [mais elle laissait les réactions excessives aux personnes incapables de se contrôler comme Weasley ou Spingate tiens] mais sa détresse la touchait personnellement. Elle aimait Jensen, d’un amour amical et totalement sans ambiguïtés, mais il était l’une des personnes qui comptait le plus pour elle, même si ces derniers temps, elle réprouvait son comportement. Elle ne pouvait pas comprendre ce qu’il ressentait, mais elle pouvait au moins se montrer présente. « Tu penses que le Ministère veut mettre la main sur Viska ? Et pour ceux qui ne viennent pas du Royaume-Uni, je pense que c’est parce que MS a conçu une magie hybride, qui mêle des sorts de tout pays. J’imagine que McGonagall voulait faire pareil pour le bouclier. » Elle jeta un bref coup d’œil, qui se voulait inquiet en direction de la blonde puis des sorciers qui entouraient leurs enseignants Nico ? Toi ici ? Bye-bye Jensou, l’amour de ma vie est là. Elle sentait Jensen dériver, et sa réprobation des actions de McGonagall et du Ministère était du pain béni pour elle.

« Je sais bien, ce n’est pas ce que j’ai dit, concéda-t-elle. Les soucis que certaines personnes peuvent rencontrer au château, à côté de ce que Symphonie lui a infligé, ce n’est rien. Mais ce n’est pas une raison pour minimiser les conséquences de ses six jours d’incertitude totale sur toi. » Elle attrapa la main droite de Jensen l’autre tient un couteau donc vaut mieux éviter et la serra entre ses doigts fins de violoniste aucune idée si les violonistes ont les doigts fins mais qu’importe. « Elle a de la chance de pouvoir au moins compter sur toi. » Elle lui sourit. Karen ne lançait pas ses phrases uniquement pour réconforter Jensen et l’apaiser : l’ego du brun était énorme et avait bien besoin qu’on le flatte de temps en temps.

La jeune vipère retint un sourire satisfait lorsque Jensen pesta contre cette incompétente de Granger-Weasley. « A trop vouloir favoriser une frange des sorciers, à trop vouloir se rapprocher des moldus, elle en oublie certaines priorités. Celle-ci aussi on se demande comment elle peut encore être en place. » Nombre de requins louchaient sur la place de la Ministre, comme le directeur du département des Accidents et Catastrophes Magiques Rustam Baksh [dont le fils était à Serpentard, mais cet idiot ne savait que sortir les poings quand il était contrarié et n’avait pas hérité de l’esprit de son père qui soutenait désormais avec force MS]. Karen pensait cependant que la solution ne résidait pas dans le fait de battre MS, Jensen ne voyait-il pas que le groupuscule était justement le seul capable de mener le monde sorcier correctement ? « C’est dingue qu’ils nous regardent tous encore que comme des gamins. La BAM a pourtant réussi là où le Ministère a échoué. En plus, informer Viska au moins de l’avancée de leurs recherches, ce serait bien la moindre des choses. » C’était encore une différence de traitement entre le gouvernement actuel et MS. Son père ne la traitait pas comme une inférieure juste parce qu’elle était plus jeune, il voyait en elle une sorcière en plein apprentissage, certes, mais aussi une égale.

1 175 mots



All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain


Dernière édition par Karen Blackthorn le Sam 6 Fév - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Jensen McGowan
Jensen McGowan
Capitaine de Serpentard

Parchemins : 601
Âge : 16 ans (20.06.2000)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 9


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyVen 1 Jan - 16:42

Jensen devait l’avouer, Karen marquait un point. Si la vieille chouette de McGonagall lui enseignait l’art et la manière de l’animagie et qu’il avait du la travailler au corps pour qu’elle accepte, il n’était cependant pas aveugle. Il y avait énormément de choses qui clochaient dans toute cette histoire, donc il ne pouvait pas lui faire l’apologie du siècle non plus. « Aucune idée. Elle n’a pas trop aimé que je me dresse contre ses directives, et crois-moi, malgré son âge avancé, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. » Par contre, il fallait bien avouer que face à la colère conjointe de Jensen et de la tante de Viska, la directrice avait du céder à plus d’un caprice. Jensen redoutait le jour où il allait devoir se retrouver seul à seul avec la vieille femme. Nul doute qu’elle allait lui faire payer son comportement de petit prince condescendant, buté et borné. Mais à la rigueur, il avait pour lui qu’il ne l’avait pas insultée. Il s’était montré féroce, colérique et avait certes, parfois eu un langage particulièrement douteux pour sa petite personne, mais il avait visé les adultes dans leur entièreté, pas la vieille directrice précisément. Certes, c’était parfois tout comme, mais quand même... Il avait presque espoir qu’elle comprenait ce qu’il ressentait, sans pour autant en être particulièrement convaincu.

Jensen ne savait pas vraiment ce qu’ils pouvaient bien faire pour contrer Magicis Sacra. Il ne pouvait nier que leur magie l’intriguait, ce n’était pas pour rien qu’il avait participé au cours spécial du professeur Jones l’an passé ainsi qu’au stage du Ministère. Mais tout cela n’avait absolument aucun impact sur ce qu’ils pouvaient faire pour se dresser contre l’organisation. Fronçant les sourcils, Jensen regarda son assiette, l’air morose. « Il doit bien y avoir quelque chose. Potter s’est bien débarrassé de Tu-Sais-Qui... » Alors certes, cela avait pris plusieurs années, voire décennies, de nombreux morts et cela avait eu de nombreux impacts sur le monde magique britannique. Sauf que là, Magicis Sacra était une organisation internationale. Ce n’était pas pour rien que des membres des ministères étrangers étaient présents. Même si niveau violence, on n’y était clairement pas, il y avait par contre bien plus d’adeptes... À croire que chaque génération de sorciers devait morfler à sa manière -cela étant, ses parents et le reste de sa fratrie avaient dû faire avec Lord Voldemort, donc en soit, il s’en sortait plutôt bien, non? Si on oubliait le traumatisme qu’il venait de subir, qui en soit, était surtout un traumatisme pour Viska. Et encore, tout ça n’était pas vraiment à cause de MS mais de son sociopathe de père biologique.

Le capitaine des verts et argents savait parfaitement ce que Viska pensait de son comportement, et par extension, celui de son cousin. Les deux garçons étaient t clairement en train de sur-réagir à la moindre petite chose, mais en même temps, ce n’était pas si mal de temps en temps. Viska était encore trop souvent en proie à des crises de panique, et si Jensen n’était pas prêt à réagir, il ne savait pas trop ce que cela pourrait donner. « Je ne sais pas, je pense que j’abuse un peu, mais pour que MS vienne en aide à son père, c’est qu’ils doivent avoir une idée derrière la tête. » Par contre, pour une organisation qui prônait l’amour des enfants sorciers, ce n’était pas vraiment visible. Les cicatrices qui barraient le corps de Viska en était la preuve. Jensen n’en n’avait eu que faire le week-end, même s’il avait été particulièrement surpris de leur nombre. Surtout qu’il savait que le total avait déjà diminué, qu’elles étaient presque complètement parties, à peu de choses près, mais quand même. « Oui, ça serait logique. Mais je ne sais pas si tous les autres Ministères en ont quelque chose à faire de Viska. » Parce que si, éventuellement, celui du Royaume-Uni avait en effet quelque chose à faire de Viska, pour le reste du monde, elle restait sans doute une adolescente parmi d’autres, même si elle avait créé la BAM.

Les mots de Karen eurent pour effet d’apaiser légèrement Jensen. Il savait que malgré tout, et même si elle ne cautionnait pas réellement ses actes ces derniers temps -il n’était pas dupe, il savait que son comportement changeait beaucoup de ce à quoi son entourage (et lui-même également !) était habitué- il pourrait toujours compter sur la violoniste. Il pressa doucement la main réconfortante de Care, avant de reprendre la parole : « C’est sûr que ce n’est pas sur Alan qu’elle pourrait compter. » Jensen ayant toujours très en travers de la gorge le comportement du Poufsouffle envers Viska, encore plus depuis qu’ils étaient en couple, il fallait admettre qu’il n’était pas particulièrement objectif. Cela dit, il y avait également les messages bizarres qu’il avait envoyé à la blonde lorsqu’elle était revenue, croyant quoi ? Que tout redeviendrait comme avant juste parce qu’il lui disait qu’il l’aimait ? Qu’il se souciait d’elle ? Jensen aussi l’aimait et se souciait d’elle, et lui au moins, ne l’avait pas abandonnée comme une vieille chaussette au profit d’autres élèves de sa maison. Et pour quelle raison, franchement ? Viska n’était-elle pas assez bien pour venir en Irlande ? Pour sûr, cela n’arriverait sûrement pas dans le petit trio que formaient Karen, Michael et Jensen. Ensembles depuis aussi loin qu’il pouvait s’en souvenir, Jensen ne se voyait pas inviter Michael et pas Karen ou inversement, même si les deux avaient un an de moins que lui.

Jensen n’avait jamais mis à mal les capacités de Potter et compagnie. Que Granger-Weasley devienne Ministre de la Magie, à l’époque, ne lui avait fait ni chaud ni froid. Il lui reconnaissait un certain talent par ses actes passés. Cependant, force était de constater que tout cela ne résonnait plus vraiment maintenant. « Elle est née-moldue, il fallait s’y attendre. Mais je ne comprend pas comment elle peut se laisser dépasser comme ça. Elle est censée être la sorcière la plus intelligente de sa génération et elle a Potter avec elle. » Il ronchonnait, oui, mais en même temps, c’était vrai, non ? Elle avait derrière elle un sacré passé, de nombreux sorciers brillants à sa botte, et pourtant, elle était à la masse, Magicis Sacra ayant toujours un ou deux pas d’avance sur les équipes britanniques. « Ils ne l’informent pas, parce qu’ils n’ont aucune idée d’où il est. » Ce qui avait le don d’énerver Jensen dès qu’il y pensait. Quant ils avaient été chez sa sœur, tout avait pourtant semblé correct, presque rassurant. Mais il savait que les protections avaient été multipliées et que Raphaël lui-même s’en était chargé. « Je ne sais pas comment ils se débrouillent. » Quant à son père, il ne comprenait pas du tout pourquoi il le considérait comme un gamin de dix ans. Il en avait presque seize, par Merlin !
acidbrain


• 1 139 mots •



So much more than royal.
And I know they're gonna hate but I don't care, I barely could wait to hit them with the snare and the bass. Square in the face, this fuckin' world better prepare to get laced because they're gonna taste my venom. (c)Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 162
Âge : 10 novembre 2000 (15 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptySam 6 Fév - 23:28

Karen n’avait pas compris comment Jensen, son fier et froid ami Jensen, avait pu se transformer en carpette ambulante pendant six jours tout ça parce que sa presque techniquement Née-moldue de petite amie [car même si le père de Spingate était de Sang-Pur, elle avait été élevée par deux moldus et n’avait découvert ses origines qu’en arrivant à Poudlard] avait été enlevée. Alors d’accord, son sociopathe de père l’avait torturée [dire que S et Mat l’avait aidé à kidnapper sa fille…quels imbéciles ils avaient été] mais bon était-ce une raison pour trainer dans le château avec la mine déterrée d’un vampire ? Elle ne croyait pas. Néanmoins, l’incapacité des Aurors à retrouver sa chère et tendre [elle se sentirait presque vomir rien qu’en pensant à ses mots], puis le comportement des autorités de Poudlard, et maintenant tout le foin qu’ils faisaient autour de la venue des sorciers anglais et étrangers énervait l’Ecossais. Or, la rage était une émotion puissante, facile à manipuler. Le seul problème se trouvait dans la certitude que la colère de Jensen était aussi dirigée vers Magicis Sacra. Mais elle pouvait arranger ça, elle en était sure. « Elle ne peut pas espérer que tu restes tranquille et que tu respectes tout ce qu’elle te dit sans broncher ! », s’exclama-t-elle donc dans le but déguisé de renforcer le ressentiment de Jensen envers leur directrice. Plus il serait énervé contre McGonagall, mieux cela servirait ses plans.

Karen résista à la tentation de froncer les sourcils et de protester lorsque Jensen compara MS au Seigneur des Ténèbres. Il n’était pas sérieux là ? Comment pouvait-il comparer une organisation mondiale comme Magicis Sacra à ce mage noir certes puissant mais quand même assez bête [sérieusement, qui avait la sombre idée de cacher tous les objets magiques censés assurer sa protection et le sauver de sa mort dans le même pays ? Un simple verre caché au fin fond d’une forêt en Albanie et ce chanceux d’Harry Potter aurait échoué dans sa tâche.] Quant aux Mangemorts, certains avaient été de brillants sorciers, mais la plupart n’étaient que des pantins désireux de se réfugier sous la protection d’un mage bien plus puissants qu’ils ne le seraient jamais et de le servir. Peut-être que le cercle intérieur de MS se servaient de tels soldats pour assurer leur protection mais c’était le seul point commun entre MS et Voldemort. « Le problème, c’est que c’est une organisation étendue à l’internationale à priori, ce que n’a jamais été les Mangemorts », releva-t-elle simplement de façon neutre. Jensen n’ignorait pas son opinion sur MS néanmoins, elle avait fait partie de la Brigade Anti Menace avant lui et elle veillait à ce que personne ne sache à quel point elle pouvait réellement se montrer complaisante envers ceux que la plupart des élèves considéraient [faussement] comme leurs ennemis. « Ça me parait évident. Ils n’auraient pas aidé Nathan Symphonie pour rien, surtout pour ce que ça leur a apporté. » Et quand elle disait ça, elle pensait évidemment à toute la mauvaise publicité que cette malheureuse association avec l’ancien Mangemort leur avait apporté. MS avait construit leur image, leur différence même avec bien d’autres mages noirs, sur le fait qu’ils ne touchaient pas aux enfants. Et en un instant, tout cela avait été brisé. A cause de Symphonie. Karen ne doutait pas qu’à terme, les élèves de Poudlard et d’Ilvermorny se souviendraient que durant l’occupation de leurs écoles, on ne leur avait rien infligé, mais cela prendrait du temps et toute cette histoire avait tout de même bien endommagé l’image de l’organisation. [Il faudrait qu’elle pense à demander à son père si Freja comptait se débarrasser de Symphonie et si elle allait punir S et Mat pour leur rôle dans l’enlèvement de Viska, ils avaient vraiment manqué de vigilance pour cette fois.] « Je pense que les autres Ministères ont envoyé une délégation surtout pour essayer de contrer MS », remarqua-t-elle d’un ton prudent. Il était évident que Viska, toute importante qu’elle soit au château [et Karen minimisait tout de même cette pseudo importance, même si Spingate était clairement une élève populaire et son rôle dans deux clubs importants la rendait peu manquable] ne l’était pas à l’échelle du monde sorcier.

La main de Jensen dans la sienne, Karen tentait de réconforter son ami d’enfance du mieux qu’elle le pouvait. Sachant que tout son être lui criait que le garçon avait adopté un comportement tout à fait incompréhensible à ses yeux. Elle sentit une note de jalousie dans sa critique peu voilée contre Carmichaël [Sang-mêlé, capitaine des Poufsouffles, fils d’une joueuse de Quidditch irlandaise célèbre, ancien super ami de Spingate et implication dans la BAM] mais surtout beaucoup de colère. « Laisse tomber avec Carmichaël. Viska t’as toi, et Victoire, Faraday, Peony. Elle n’a pas besoin de lui. » Elle avait suivi de [très] loin cette brouille entre le jaune et noir et la verte et argent, et surtout avec ce que lui avait dit Jensen [et en même temps, elle s’en fichait comme de sa première robe de soirée.] « De toutes façons, tu m’as dit qu’elle ne voulait plus le voir, non ? » Même si d’après ce qu’elle avait compris, tout était parti du fait que Carmichaël avait soudainement décidé d’ignorer Viska, tout en continuant à passer du temps avec ses petits copains Poufsouffles.

On ne pouvait pas retirer à Granger-Weasley qu’elle était effectivement brillante, une excellente sorcière en dépit de ses origines moldues. Mais comme tout le monde, elle se retrouvait dépassée par Magicis Sacra. Car personne n’était aussi brillant que Freja, Sabriye et les membres du cercle intérieur. « A croire qu’être intelligente et avoir le Survivant à disposition n’est pas suffisant. » C’était même certain. Potter avait été assez puissant pour lutter face à Lord Voldemort mais il n’était rien face à MS. « C’est tout de même incroyable. Tous les Aurors doivent être sur le champ de bataille. La plupart doivent courir après Symphonie et il continue de leur échapper. Un seul homme met en échec les meilleurs chasseurs de mages noirs du pays. D’accord Symphonie vit comme un moldu, mais c’est pas tout l’intérêt d’une Ministre de la Magie Née-moldue ? Qu’elle connaisse les moyens de le tracer sans magie ? » Alimenter la rancœur de Jensen comportait des risques : Karen n’excluait pas qu’il finisse par s’emporter et lui planter sa fourchette dans la main partir de leur table pour montrer son mécontentement à toute l’équipe professorale, y compris son frère et sa sœur. Mais cela pouvait aussi lui rapporter beaucoup.

1 093 mots




All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain


Dernière édition par Karen Blackthorn le Sam 10 Avr - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Jensen McGowan
Jensen McGowan
Capitaine de Serpentard

Parchemins : 601
Âge : 16 ans (20.06.2000)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 9


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptyVen 12 Mar - 14:53

Jensen n’avait jamais été mis au courant des petites affaires de ses parents. Loin de son esprit donc l’idée de penser que ses parents -les deux !- étaient d’anciens mangemorts et qu’ils avaient, par la suite, été des membres de l’organisation des Sombrarcanes. Pour lui, ses parents étaient des modèles, et jamais il n’aurait pensé qu’ils puissent tremper dans la magie noire. Il savait que certains ouvrages de la grande bibliothèque du Manoir traitaient du sujet, mais il était loin de se douter qu’il y avait d’autres raisons qu’une soif de savoir. Ces livres là étaient d’ailleurs enchantés avec plusieurs sortilèges et ne pouvaient même pas quitter la pièce dans laquelle ils se trouvaient. Autant dire qu’il y avait là encore plus de sécurité que dans la Réserve de la bibliothèque de l’école. « Je ne vois vraiment pas ce que ça peut leur apporter de participer au potentiel viol d’une élève. Comme si oublietter Harris et manipuler élèves et professeurs n’était plus assez distrayant. » Non, il n’abusait pas du tout enfin ! Mais vraiment, tout cela n’aidait clairement pas leur cause. La plupart des élèves n’était déjà pas de leur côté de base, imaginez donc maintenant ! « En même temps, ils doivent avoir peur que les autres écoles deviennent comme Ilvermorny. Tu peux être sûre qu’il n’y aura pas d’échange avec eux sous peu... » Il était toujours possible que des élèves d’Ilvermorny arrivent à Poudlard, bien sûr, mais Jensen espérait au moins que si cela arrivait, le ou les élève.s concernés seraient au moins vu par le Ministère et la Directrice avant. Histoire de voir s’ils étaient bien dans leurs têtes ou s’il s’agissait d’une nouvelle technique de Magicis Sacra pour infiltrer l’école. Non, on n’était à l’abris de rien. Coucou Niels.

Concernant Alan, Jensen savait qu’il forçait un peu. Au demeurant, vu qu’il se contentait d’éloigner le Poufsouffle à la demande de Viska, il n’avait pas grand chose à se reprocher. Il avait cependant du mal à comprendre comment Alan avait pu penser que se couper du monde parce qu’il avait été agressé était une bonne idée. Qu’il ne veuille pas en parler à des adultes, passe encore. Mais Viska était censée être sa meilleure amie. La ghoster ainsi n’avait pas de sens. Il se voyait très mal agir de la sorte avec Mike, Karen ou Peony, voyez-vous. « Oui, mais je n’y peux rien moi. C’est quand même moi qui l’envoie balader. » Et au fond, il aimait quand même bien le Poufsouffle, quand il ne jouait pas au plus idiot. Ils s’étaient toujours entendu sur le Quidditch, et c’était ce qui les avaient rapprochés malgré leurs -nombreuses- différences. Mais peut-être que s’il creusait encore un peu, il tomberait sur la jalousie qu’il était capable de ressentir maintenant qu’il sortait avec Viska, et peut-être était-ce cela qui lui fichait la trouille.

Un rictus mauvais étira les lèvres du capitaine de Serpentard, suite à la remarque de son amie d’enfance sur l’a Ministre de la Magie. Karen n’avait pas tort, clairement, Hermione Granger-Weasley avait perdu toute la foi que Jensen avait pu avoir en elle lorsque Viska avait été enlevée et qu’ils avaient mis six jours à la retrouver, avant qu’elle ne lance elle-même un patronus pour qu’on puisse la localiser. « Visiblement, ça ne suffit pas. Ils n’étaient pas non plus censés savoir « mieux » que les autres, puisqu’ils ont vécu ça, eux aussi ? » Certes, vivre dans la peur du Seigneur des Ténèbres et de sa troupe de Mangemorts, c’était plus sombre que vivre avec l’épée Magicis Sacra au-dessus de la tête. Mais justement, est-ce que tout ce qu’ils avaient vécu dans leur jeunesse n’était pas censé peser un minimum dans la balance ? Visiblement pas. « J’en ai marre. C’est pas bientôt fini ce cinéma ? Tu crois qu’on peut partir quand ? » Non pas qu’il commençait à en avoir plus qu’assez mais... Un peu quand même...
acidbrain



So much more than royal.
And I know they're gonna hate but I don't care, I barely could wait to hit them with the snare and the bass. Square in the face, this fuckin' world better prepare to get laced because they're gonna taste my venom. (c)Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 162
Âge : 10 novembre 2000 (15 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen EmptySam 10 Avr - 19:17

Karen s’était longuement interrogée sur la raison derrière l’implication de Magicis Sacra dans l’enlèvement de Spingate [car râler contre Mathias et Sabrye ne servaient pas à grand-chose en soi, leur inconscience avait certes mené à des conséquences désastreuses sur l’organisation, mais ils avaient tout de même leurs raisons.] Elle en était venu à la conclusion que c’était simplement pour remettre la blonde à son parent légitime, son parent sorcier et Sang-Pur de surcroît. Plus que quiconque dans ce château sans doute, Karen comprenait le but de MS mais dans ce cas précis, elle y trouvait une sérieuse limite. Nathan Symphonie était un sociopathe bien connu pour ses penchants incestueux. Qu’il ait tué des moldus lui passait bien au-dessus, mais qu’il ait attouché sa petite sœur de Sang-Pur la révulsait au plus haut point. De manière générale, on ne pouvait pas présumer que les mariages entre cousins pour garder la pureté de sang intacte avait été le meilleur choix du monde. Bien des sorciers, malgré leur magie, en étaient sortis fragilisés.

Quoiqu’il en soit, même si Karen pensait qu’enlever Spingate de l’influence négative de ses parents moldus était une bonne chose, la remettre à son père biologique n’en était pas une. « Je ne vois pas non plus », préféra-t-elle donc répondre à Jensen qui n’avait pas besoin d’en connaître plus sur ses pensées, spécialement maintenant qu’il était passé du côté de l’Ennemi. « C’est sûr. Mais pour le moment, MS n’a pas attaqué d’autres écoles et on ne sait pas ce que ça a fini par donner à Ilvermorny. Peut-être que certains ont fini par se rendre compte qu’ils avaient été manipulés. » Il en coûtait à Karen de prononcer ces mots. A ses yeux, les membres de l’organisation qui avaient occupé l’école canadienne avaient ouvert les yeux aux jeunes sorciers qui y étudiaient. Même s’ils avaient libéré Ilvermorny, Karen se doutait d’ailleurs que ses élèves étaient encore surveillés par le groupe. Il ne s’agirait pas de ruiner les efforts et leur succès là-bas en ne recrutant pas les élèves les plus âgés. Son père s’occupait d’ailleurs probablement de la formation en ce moment même.

Karen n’ajouta rien concernant Alan Carmichaël. Elle jugeait sévèrement la posture que prenait Jensen dans cette histoire. Derrière ses dehors arrogants et égoïstes, elle le savait très protecteur dans l’âme, il suffisait de le voir avec son neveu et sa nièce pour en être convaincu. Mais qu’il agisse ainsi avec une vulgaire presque Née-moldue dont il avait fini par tomber amoureux la dépassait sincèrement. En dépit de tout son talent d’espionne, elle savait bien que c’était son principal défaut. Elle était si insensible qu’elle ne comprenait pas lorsque ses pairs agissaient avec leur cœur plutôt qu’avec leur raison, surtout lorsqu’il s’agissait de quelqu’un qu’elle avait toujours estimé. Heureusement, elle avait la Legilimancie de son côté pour apprendre à lire les émotions des autres, à défaut de réellement les comprendre.

« Si. Ils étaient censés. Beaucoup de paroles, peu d’actes en somme », confirma Karen histoire d’enfoncer le clou. Elle se retint de sourire. Elle n’avait pas complètement récupérer le Jensen d’avant, mais elle avait avancé quelques pions, et elle avait constaté qu’elle ne se faisait pas attaquer. Elle sentait que le brun revenait à de meilleurs sentiments et qu’à force de discussions, il regagnerait son camp, le camp de MS, le seul camp qu’il convenait de choisir. Souriant devant son impatience, elle jeta un regard alentour et s’aperçut que Peony s’était levée. « Je crois que c’est bon, on peut y aller. On ne pas rester plus longtemps qu’il ne le faut, n’est-ce pas ? » Question rhétorique au vu du comportement de son ami d’enfance depuis le début du repas. Elle repoussa son assiette, à laquelle elle avait très peu touché, avant de se lever. Il était temps de regagner les cachots.

639 mots

Topic terminé




All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Contenu sponsorisé





love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty
Ξ Sujet: Re: love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen   love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
love is painful, pointless and overrated ↄ Jensen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 123456789... Déclaration !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 25 (2015-2016)-
Sauter vers: