Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment :
Légendes Pokémon: Arceus Nintendo Switch ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez
 

 Have you seen a ghost? [Karen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Thomé Mertvyy
Thomé Mertvyy
Serpentard

Parchemins : 96
Âge : 15 ans ◘13/02/2001◘
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 17
FACECLAIM: Asa Butterfield


Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 EmptyMer 5 Mai - 23:48

Have you seen a ghost?
Karen
Avait dût pratiquer l'Occulmancie ou la Legimancie était bien loin de la vérité. Il avait subit la Legimancie a répétition jusqu'à réussir à la sentir, aussi faiblement soit-elle que pouvait pratiquer sa mère adoptive. Pour une demi-vampire, elle ne brillait pas beaucoup dans ce domaine, mais cela avait néanmoins permis à Thomé d'avoir une base solide sur le sujet. Lui qui ne pouvait que mépriser ces deux arts jouant avec l'esprit, sortilèges trop pratiqué par les Mertvyy's. Entre ces derniers et des potions prohibées, il n'en fallait pas plus pour donner froid dans le dos à n'importe qui. N'était-il donc pas normal, voir totalement logique que le russe ait donc prit ce petit sondage pour une agression ouverte?

L'expression tranquille déstabilisait un peu Thomé. Qui resterait aussi calme alors qu'on l'insulte? Le ton sérieux lança une menace qui ne pouvait qu'être prit pour des promesses d'ivresses. Le vert entre ouvrit la bouche avec une joie non dissimulée avant de sourire plutôt amusé. Un rire, un peu nerveux, lui échappa. Comment la prendre au sérieux? Karen lui offrait un fragment de paradis sous couvert d'une menace! Certes, elle ne comptait pas lui montrer les meilleurs instant passé avec sa petite-soeur, mais plutôt les pires. Qui était au nombre unique d'une mort tragique. "C'est sensé être une menace?" Ricana-t-il avant de poser une main sur sa bouche pour essayer de se taire. L'ironie était qu'il voudrait, plus que tout, la revoir, même un instant, au point de l'apercevoir en étant bien éveillé. Cette joie emprunte de chagrin ne chassa pas sa colère. "Alors pour quel genre d'individu me prends-tu?" Reprit-il plus sérieusement en la fixant droit dans les yeux, tout en ne pensant qu'à une seule chose, si férocement que son esprit s'en remplit pour replacer cette défense qu'il n'aurait jamais du baisser en quittant la Russie: un lac de glace si translucide que le fond, couverte d'étoiles de mer et de poissons, semblent à porté de main.

Pour un menteur, il avait le droit de trouver une menteuse plus ou moins douée que lui. Lancer une critique, avec une fausse quotation, il devait bien l'avouer Karen méritait du neuf sur dix, le dernier point étant pour les réactions plus naturellement logiques. Qui ne panique pas en voyant des flammes couvrir le plafond? "Je m'excuse de t'avoir percuté princesse, mais c'est toi qui a osé s'en prendre à moi en première." S'excuser ne lui apportait rien, même s'il était sincère, il ne voyait pas où était vraiment le mal à ce choc, puisqu'elle n'avait pas fait attention non plus. Soit, le soucis n'était pas vraiment là, il bloquait sur son touché qu'elle osait pratiqué.

La menace, véridique et pesante lui avait échappé. Quand la brune prononça le nom, Thomé grinça presque des dents. Il avait du mal en cours à l'entendre quand quelqu'un l'interrogeait. Il n'était donc pas nécessaire qu'elle explique. "Garvan Mertvyy. Un violeur, manipulateur et meurtrier de surcroit. Le pire c'est qu'il est mon géniteur." Du dégout suintait de tous ses ports. Il ne le cachait pas, cet homme n'était qu'un monstre sans scrupule aux idées arriérées. Seule l'annonce de sa mort pouvait apporter de la joie avec son nom. Une chose que Thomé n'avait pas réalisé, du moins pas pleinement: plus que tout, après le deuil, venait la vengeance. "Que ferais-tu, toi, si quelqu'un massacrait ta famille juste pour ton talent de légimencie? Juste pour droguer ton esprit, noyer ta raison et user de ton corps." Une lueur sombre sur cette vérité qu'il n'avait jamais qu'entendu par sa mère adoptive, l'amie et grand-amour de sa mère biologique.

~
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 256
Âge : 10 novembre 2000 (16 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 2
FACECLAIM: Danielle Rose Russell/Elizabeth Gillies


Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 EmptyJeu 13 Mai - 19:33

Karen glorifiait la magie. Parce qu’elle était source de pouvoir, évidemment, mais aussi parce que ses origines et ses facettes multiples l’intéressait énormément. Elle aimait la magie, et toutes ses formes, y compris les plus noires même si les mous du genou qui étaient à la tête du Ministère anglais et de Poudlard considéraient toujours ces formes prohibés. Parfois, Karen regrettait de n’avoir jamais pu étudier à Durmstrang mais Magicis Sacra avait plus besoin d’elle à Poudlard que dans l’Institut bulgare où nombre d’élèves étaient déjà acquis à leur cause. A Ilvermorny aussi, après l’occupation. Finalement, l’école anglais était l’une des rares à résister, peut-être parce qu’elle avait subi plusieurs guerres contre un mage noir auparavant et parce que beaucoup de directeurs n’avaient jamais caché leur opinion pro-moldue. En même temps, Karen considérait que l’apprentissage de la Legilimancie et de l’Occlumancie devaient être réservé à une élite, aux sorciers qui s’en prouvaient dignes [ce qui n’englobait pas que les Sangs-Purs, même si elle prônait la pureté de sang, certains Sangs-mêlés et même certains nés-moldus disposaient de beaucoup de talent] aussi ne voyait-elle pas forcément des cours ouverts à tout le monde d’un bon œil.

La menace subtile de Karen n’eut pas tout à fait l’effet escompté et la jeune fille se dit de nouveau que ce garçon était définitivement bien spécial. Il riait même. Savait-il seulement ce qu’une torture par Legilimancie pouvait causer comme dommages à l’esprit ? Ce garçon était clairement inconscient et Karen se demanda ce qu’il fichait dans la maison du raisonnable Serpentard mais elle lui reconnaissait cependant une certaine dose de malice. « Tu n’es pas un individu comme les autres, ça, c’est certain », observa-t-elle tout en gardant une expression impénétrable sur le visage. Ceux qui n’y connaissaient rien lui feraient remarquer que tenter la flatterie après s’être dévoilée plus froide et menaçante n’était vraiment pas une bonne stratégie mais Karen croyait fermement que quelques compliments ne faisaient jamais de mal.

Ses yeux gris-bleus plongés dans les siens, elle entra dans son esprit, malgré son avertissement à lui, curieuse de découvrir la raison de son rire et retint un sourire qui briserait son visage impassible. « Joli. Ça donne presque envie de faire un petit tour en Russie », commenta-t-elle, plus amusée par cet effort de défense que réellement impressionnée, persuadée que si elle avait eu envie de pousser, l’image du lac se serait brisée en une seconde. « Je ne devrais même pas te le dire, mais tu sais, il n’est jamais bon de replonger dans ses souvenirs. Surtout les plus douloureux d’entre eux. » Elle para avant qu’elle ne vienne la dernière image de sa mère avant son départ de la maison, avant qu’elle ne disparaisse à jamais, pour mourir aux mains des ennemis des Blackthorn [du moins c’était ce qu’elle supposait, le mystère de l’absence de sa mère n’avait jamais été résolu].

Karen faillit grincer des dents au surnom dont il l’affubla. Elle devait bien reconnaître que Thomé possédait un certain don pour la désarçonner, à tel point qu’elle en perdait presque le contrôle de sa carapace de glaces –presque. Elle avait été trop bien entraînée, elle s’était trop bien préparée, pour perdre son sang-froid à la moindre surprise venue. « Tu t’enflammes vite, se contenta-t-elle donc de remarquer. Pas étonnant cependant pour un enfant du feu. » Elle se demanda vaguement si d’autres personnes au château avaient découvert le don du brun. Le feu avait cette capacité imprévisible à se manifester quand il le voulait, semblant presque posséder une volonté propre. Elle avait toujours jugé que c’était l’élément le plus dangereux de tous, car instable.

Pour un menteur, Thomé n’était définitivement pas très bon pour cacher ses émotions, du moins lorsque cela concernait son patronyme. « On ne choisit pas ses géniteurs. On peut seulement choisir ce qu’on garde d’eux et ce qu’on laisse. » Elle pensa brièvement à Nathan Symphonie, assassin, incestueux, sociopathe. « Pourquoi tu n’abandonnes pas ce nom que tu détestes tant ? » Elle l’écouta évoquer à demi-mots ce que son père biologique lui avait infligé, intérieurement satisfaite des informations qu’elle collectait au passage. « Je me vengerais, répondit-elle sur le ton de l’évidence. Je préparerais le meilleur plan possible, je m’associerais aux personnes qu’il faut, et je me vengerais. » Bien sûr, elle semait les graines d’une potentielle allégeance à Magicis Sacra. Il ne fallait jamais lâcher de vue son objectif.


All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain


Dernière édition par Karen Blackthorn le Mar 27 Juil - 11:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Thomé Mertvyy
Thomé Mertvyy
Serpentard

Parchemins : 96
Âge : 15 ans ◘13/02/2001◘
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 17
FACECLAIM: Asa Butterfield


Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 EmptyMar 15 Juin - 2:35

Have you seen a ghost?
Karen
Douce pluie tiède d'automne qui s'abat pour chasser l'ardeur de l'été, tout en annonçant l'ivresse de l'hiver. Si Thomé pestait encore, c'était bien sur sa faiblesse, sa naïveté renouvelée. Le sourire un peu trop charmant d'une belle inconnue courageuse et vivante et voilà que le sombre renard devenait un brave chiot. Il en aurait bien rit, son père, si il avait entendu l'écho de son échec dans ce couloir! Qui en aurait pleuré? Sa grand-mère adoptive qui avait vu sa lignée s'effacée? La mère qui ne connaîtra jamais son enfant? Ce grand-père dévasté sans même connaître le visage de son petit-fils? Qui en pleurera, de ce ridicule échec à cacher des flammes si vivaces? Thomé le premier, peut-être un jour.

Son rire résonnait encore, avec cette douce mélancolie plus emprunte à la nostalgie qu'au chagrin. Derrière le rire ironique et son assurance apparente, il avait mal. Pauvre Thomé, baptisé dans les flammes, initiateur du brasier qu'il ne parvenait pas à contrôler. Hors, la glaciale Karen laissa un peu son masque basculer. Elle reconnu, sans demi-mot, qu'il était vrai que Thomé n'était pas un simple Serpentard. Pas assez pour gonfler son égo, mais la reconnaissance ne faisait pas de mal, même si de toute évidence, il pouvait en dire autant de cette brune. Une fillette après tout, qui se croyait supérieure, mais pour quelle raison? Il avait bien envie de le savoir, de chercher un peu, hors c'était un passage miné. Mieux valu, pour lui, de ne pas s'y attarder.

Le jeu reprit, la flamme plus vive, contrôlée, amusante, mais pas moins brulante. L'intrusion ne fut qu'à moitié, même si Thomé laissait la porte d'entrée déverrouillée, il avait mis un panneau: "Entrez à vos dépends." Sans peur, ou par curiosité, la vipère se faufila pour admirer, un spectacle auquel elle ne s'attendait pas. Le froid du lac ne se limitait pas à la glace, le jeune mage le connaissait bien, cette froideur prenante qui s'immisce jusque dans les os. Allait-elle aller plus loin, sentir le mordant du froid qui ne pouvait qu'atteindre les trop curieux. Presque avec hâte, le russe l'attendait, son esprit admirait tout aussi bien ce paysage envoutant, que cette sensation dangereuse. "Vraiment? Que sais-tu de la douleur?" Le retour de flamme qui ne fit pas tout à fait mouche. Ce n'était pas son truc, attaquer pour le plaisir, s'inviter, scruter, mais, bien malgré son bon vouloir, il aperçu une façade de maison. Surpris, silencieux, devait-il oser dire quelque chose?

En changeant de sujet, c'était certain qu'il éviterait d'évoquer quelque chose de déplaisant, ou pas. Le petit surnom la fit à peine réagir, une certaine déception glissa en lui, tel un souffle du vent, déjà emportée trop loin pour y tenir encore compte. C'était son truc à lui, nommer les gens de manières plus ou moins agréables. La seule personne à ne pas avoir encore eu droit à un tel surnom, c'était ce monstre dont il partageait le sang. La remarque quitta les lèvres qu'il aurait bien embrassé, juste pour s'amuser?, que Thomé pencha la tête. "Merci, je crois?" Ironisa-t-il avec un sourire amère. Ses flammes, elles lui avaient coûté chères. Des années d'entrainement, jours et nuits, des heures de silence et de concentration, des sceaux d'eaux glacés pour le réveiller à la moindre somnolence, soit, il en avait bavé pour les gardées sous contrôle. A moins que, n'était-ce pas elles qui le contrôlaient?

La petite morale de la brune en disait long sur ce qu'elle ne savait pas. Viska, aurait-elle choisi de voir cet homme venir la kidnappé? Un sourcil arqué, du méprit plein le regard, ses yeux bleus fusillaient l'odieuse bouche. La bruler semblait devenir une idée bien alléchante. Exécuter une sentence rapide, sans l'ombre d'un regard au alentour. L'idée, aussi alléchante que révoltante, lui fit penser qu'avec un tel acte, il confirmerait l'atroce nom des Mertvyy's, vallait-il donc mieux ne rien faire, physiquement. "Pour ne jamais oublier." Fut une réponse murmurée avec la promesse d'une fureur à venir avec les ans qui s'écoulent, plus qu'avec les heures. Thomé le savait, changer de nom, changer d'identité ne servait, d'abord à rien, il ne pouvait se cacher, mais aussi à lui rappeler. La personne qui lui a tout pris, ne fut pas seulement cet être dont il méprisait le nom, mais ses choix, ses erreurs. Hors, ce fut celle de ce père qu'il nomme, très brièvement, pour entendre l'unique réponse valable qui lui arracha un sourire d'entente bien sombre. "La réponse est simple, mais y parvenir... demande plus qu'un petit sortilège. Dans ce pays... Ricana-t-il avec un dégoût amère d'incertitude sur sa propre position plus que l'annonce évidente. tous est considéré par ses actes. Je n'ai rien fait de mal, je serais donc défendu. Des allier sont déjà à mes côtés, mais je peux m'en faire plus. Non, j'en veux plus." Son regard se plongea plus longuement dans celui de la brune, comme pour lire entre les lignes, ou plutôt, à son tour, essayer de voir en elle, apercevoir son visage derrière ce masque qu'il sait être présent.

"C'est pas mon truc la légimenticie." Avoua-t-il d'un bloc en ne parvenant qu'à admirer les beaux yeux de la brune. Hors, le petit sourire en coin qui remontait jusque dans son regard, ne disait-il pas autre chose? "Tu devrais peut-être m'entrainer un peu?" Sifflèrent les mots emprunts de défis.

~
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 256
Âge : 10 novembre 2000 (16 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 2
FACECLAIM: Danielle Rose Russell/Elizabeth Gillies


Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 EmptyMar 27 Juil - 12:49

Le rire de Thomé raisonnait d’une musique bien particulière. D’abord, il tombait à un moment un peu étrange, et tombait presque à plat. Et puis, il ne sonnait pas aussi joyeux qu’un rire était supposé l’être. Il découlait de ce rire quelque chose de nostalgique, de triste, qui détonnait avec l’expression du Russe. Un rire qui en cachait bien plus que ce qu’il ne laissait penser, à l’image de celui qui riait, et qui donnait évidemment à Karen l’envie de creuser davantage. Au risque de se brûler ? Elle ne le pensait pas – ce n’était pas un simple petit feu qui allait l’effrayer [ni réchauffer son cœur et sa carapace de glace].

Peut-être s’était-elle laissé prendre à son propre jeu en s’infiltrant une nouvelle fois dans son esprit, en admirant ce coin de Russie, cette froideur qu’elle sentait s’imprégner sur son corps même s’il ne s’agissait que d’une pensée. Elle se souvenait un peu de la Russie, son père l’avait emmenée une fois avec lui. Sa mère venait de disparaître et il n’avait confiance en personne pour la garder. C’était une période floue de son existence, le cœur et l’esprit brisés par cette disparition qu’elle n’avait jamais su s’expliquer, et elle ne gardait pas du pays un souvenir aussi vivace que cette simple image de lac. Elle se souvenait que c’était là-bas, que c’était là-bas qu’avait commencé ses crises, que sa plus grande faille s’était déclenchée sans qu’elle n’arrive à la contrôler [la seule particularité qu’elle n’ait jamais réussi à contrôler.] « Crois-tu réellement être le seul à souffrir Thomé Mertvyy ? » Elle pencha la tête, toujours à le fixer de ses yeux presque noirs dans la pénombre des cachots. Mais à la lueur des flammes, on pouvait y apercevoir un éclat dangereux –machiavélique. Il avait au moins eu le mérite de l’avoir sorti de sa presque transe, de cette envie impérieuse de se vider, comme pour ressentir physiquement le vide que sa mère avait laissé en elle et qui n’avait jamais été comblé.

Il entra dans son esprit, aussitôt chassé comme on chasse une mouche qui vole trop près de son déjeuner, mais elle sourit d’un air malin. Il n’était pas à sa hauteur, hormis son père et peut-être la professeure Gibson, elle doutait très sérieusement que quelqu’un ait l’esprit aussi aiguisé qu’elle bisous Niels, mais qu’il s’avère un peu Legilimens ne le rendait que plus intéressant. « Oh, fais attention Thomé, tu pourrais regretter ton voyage… » Elle s’approcha encore de lui pour solidifier le contact, et elle déversa des souvenirs bien choisis à Thomé : la douleur de l’aiguille sur la clavicule alors qu’on gravait son signe astrologique et le blason de la naissance, signe qu’elle était une sorcière, la brulure de l’estomac alors qu’elle rejetait son repas, le feu sur sa main pour apprendre à ne plus rien ressentir, la torture du sortilège Doloris qu’elle avait appris à supporter, les multiples assauts sur son esprit auxquels elle avait été formé à résister. Puis, en une seconde tout disparut et ils n’étaient plus que deux adolescents qui avaient trop vu et trop vécu pour leur âge.

Thomé ne voulait pas de son conseil, tant pis pour lui. Elle n’était certainement pas du genre à imposer ses choix aux autres [enfin…pas tous]. Aussi accueillit-elle sa confidence avec une indifférence qui n’avait rien d’affectée. « Bien sûr. La vengeance se prépare, et se prépare bien si elle veut être réussie. Elle demande du temps, et beaucoup d’implication. Tu es prêt à te venger Thomé ? » Elle lui rendit son regard, notant intérieurement qu’il voulait plus d’alliés. L’information n’était certainement pas tombée dans l’oreille d’une sourde et elle en informerait son père le soir-même. Si Magicis Sacra décidait d’aider Thomé dans sa tâche, Karen était convaincue qu’il se rangerait de leurs côtés [du seul côté qui valait la peine d’être choisi].

Un rire spontané [alors qu’il n’y avait plus rien de spontané chez elle depuis longtemps] sortit de la gorge de Karen. Elle en fut la première surprise bien qu’elle ne le montra pas. Hors de question que Thomé devine que cette réaction-là n’était pas calculée. Ou au contraire, qu'il le pense. Elle ne savait même pas elle-même pourquoi elle avait ri. L’idée que quelqu’un n’exploite pas son potentiel en Legilimancie avait plutôt tendance à l’agacer, au contraire. « C’est pourtant un bel outil. Un bon moyen de tromper l’ennui aussi, fouiller ans l’esprit des autres, ça a un côté divertissant… » Elle ne quittait pas Thomé du regard désormais. Elle ne lui faisait pas confiance [elle ne faisait confiance à personne, sauf à son père] mais elle savait que s’il irait raconter ses confidences au tout Poudlard, personne ne le croirait. Qui irait croire un sombre étudiant étranger, venu de Merlin savait où, face à Karen Elena Blackthorn, héritière, Sang-Pure, de bonne famille et d’éducation ? Personne. « Pourquoi je devrais te filer toutes mes astuces ? » La question était sérieuse. Thomé avait montré le potentiel d’être digne d’être formé –mais le potentiel seulement pour le moment.


All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain


Dernière édition par Karen Blackthorn le Dim 19 Sep - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Thomé Mertvyy
Thomé Mertvyy
Serpentard

Parchemins : 96
Âge : 15 ans ◘13/02/2001◘
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 17
FACECLAIM: Asa Butterfield


Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 EmptyJeu 19 Aoû - 22:07

Have you seen a ghost?
Karen
Le froid de la solitude et du silence ne l'atteignait que partiellement. Il n'était pas seul, il ne l'avait jamais été, quand bien même son cœur lui hurlait qu'elle lui manquait, cette famille qui lui fut arracher. Peut-être que c'était les flammes en lui qui le protégeait du froid, il avait perdu, plus d'une fois. La défaite possédait ce goût complexe, qu'il n'appréciait pas, mais qu'il comprenait et en triait les saveurs. Le sucré du réconfort, l'amère de la perte, l'acidité du mépris. Encore une fois, son lac de glace nuancé par l'air pris au piège, avait cet effet miroir de l'aveuglant soleil. "On souffre tous... jamais de la même manière." Son souffle murmurait plutôt que personne n'était jamais seul dans les pires instants, que ce soit alliés ou ennemis, une ombre planait. La sienne avait le délice mielleux d'une vengeance qu'il parviendrait un jour à mettre en place.

Tout comme il parviendrait peut-être un jour à être doué en légimencie. Non ce n'était pas son truc, il savait renvoyer le coup, glisser à la surface, mais pas avec la subtilité nécessaire. Preuve étant, elle le chassait sans mal, comme un simple mouvement de poignet. La remarque le fit hausser les épaules. Elle qui avait eu l'air si vulnérable et fragilisée quelques secondes plutôt, de quoi donner envie à n'importe qui de fouiller. "Tu étais plutôt loin là non?" Qu'avait-elle trouvée pour se figer un instant? Il aurait aimé avoir la réponse ou même pouvoir simplement en définir les raisons. Impossible, il ne la connaissait que trop peu et fouiner plus loin était hors de ses capacités. Hors, ce fut elle qui lui envoya tout. La brulure de la douleur qui s'enfonçait dans sa chair. Dure, elle lui rappelait étrangement un éclat dans son poignet, vive morsure d'origine inconnue. Il ferma les yeux en posant une main sur sa bouche, goutant même cet acide sur sa langue, sensation trop réaliste qui pourtant ne collait pas avec la sensation de sa bouche close. Ce fut la flamme qui était de trop, il eut un petit sourire en se plongeant non pas à la surface du lac de glace, mais dans le froid même. Les vagues suivantes furent moindre, certes douloureuses, mais moins efficaces, moins pénibles. La glace, comme les flammes dans sa magie, formait un mur pour son esprit. La fin fut l'inconnu qu'on regarde de loin dont on semble tout savoir, mais qui nous intrigue quand même. Le russe ouvrit les yeux, ses doigts glissant sur ses lèvres attestaient qu'il n'avait pas vomis. "Aïche..." Gronda sa voix plus lourde qu'il ne l'aurait voulu. "C'était pas beau à vivre... qui as bien pue jouer ainsi avec toi?" Ses yeux claires n'affichaient pas tout à fait de la compassion, un étrange questionnement plutôt. Il se doutait que si elle avait toujours la raison, c'était alors loin de ce qui l'attendait. Difficile d'imaginer ce que son géniteur lui ferait subir pour que Thomé rentre dans le moule ou point de n'être plus rien qu'une coquille vide, comme sa mère.

Question vengeance, son cœur s'allégeait. Son esprit aussi. Il n'avait aucun doute, des personnes qui l'aideraient, il y en avait déjà à ses côtés, mais ce n'était pas assez. Une guerre contre la folie n'était pas simple à affronter. Elle avait raison, la Karen, en affirmant qu'il fallait bien préparer les choses. Avait-elle réussi à rendre la monnaie de sa pièce aux personnes qui l'avait ainsi utilisé? Il ne le croyait pas, pas avec cette expression insensible. "Non." Fut une réponse aussi brève que franche et même, le mot claqua dans le couloir. Il n'avait pas crié, mais il le savait, ironiquement, il ne le serait peut-être jamais. "Qui est près à vivre? A mourir?" Petite précision rapide qui suivirent sa réponse. Un haussement d'épaule, soulevant une douleur fantôme sur sa clavicule. Persistante la sensation, hors, son regard tomba sur son poignet gauche. Cette brûlure à la forme si particulière, cicatrisée depuis des années, quand était-elle apparue? Il ne s'était jamais vraiment attardé dessus, la prenant pour un accident d'enfance, le genre de chose dont personne ne parle vraiment.

En affirmant que la légimencie n'était pas son "truc", il ne s'attendait pas à l'entendre rire. Non, à la voir rire. La forme de ses lèvres, l'éclat de la lumière des torches dans ses yeux, même le soulèvement de ses épaules faisaient très réaliste, trop naturel. Il y aurait presque cru, presque. En sachant qu'elle portait un masque, allez savoir pourquoi, il ne pouvait pas se dire qu'il venait de percevoir la véritable Karen Blackthorn pas de Black-machin cette fois!. Le fait qu'elle parle d'outil lui aurait presque fait grincé des dents. Il voulait jouer un peu, mais son sérieux lui arracha une moue de déception. Lui, il osait montrer une telle grimace! Thomé s'étonnait presque de la trouver mignonne avec ses grands airs. "Nan, je passe, tu es pas assez jolie pour que je prenne plaisir de ta compagnie." La langue de vipère. Un soupire le fit hausser les épaules et secouer la tête. Que foutait-il à dans ce couloir? "Je devrais p'être aller manger un truc avant que la grande-salle ferme. Tu m'accompagnes?" Sa proposition l'étonna. Il n'appréciait pas vraiment ce qu'elle avait fait, ni même son attitude, mais au fond Karen ressemblait bien à Sophia. Se l'avouera-t-il un jour? Impossible, le gout du vomis persistait sur sa langue, il comptait bien l'enlever.

~
:copyright: 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Karen Blackthorn
Karen Blackthorn
Serpentard

Parchemins : 256
Âge : 10 novembre 2000 (16 ans)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 2
FACECLAIM: Danielle Rose Russell/Elizabeth Gillies


Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 EmptyMar 5 Oct - 23:15

 Karen avait infiltré les esprits de plus de monde qu’elle ne pouvait le compter de tête. Elle avait analysé et passé sous crible toute la population poudlarienne et il y avait en effet peu qui n’étaient pas en souffrance ou qui n’avaient pas connu la souffrance. Ceux qui ne connaissaient pas de revers dans la vie ou qui étaient toujours parfaitement heureux étaient bien rares, même si chaque souffrance était différente et que chacun la gérait d’une manière différente comme le remarquait Thomé [ce qui prouvait bien qu’il avait fait sa petite analyse, lui aussi] et de la montrer. Certains étaient des livres toujours ouverts, d’autres étaient des serrures parfaitement verrouillées jusqu’à ce que son esprit force le passage.

Et elle avait évidemment forcé le passage pour entrevoir l’esprit de son interlocuteur, un esprit, qui, à l’instar de Thomé, la déstabilisait [mais juste un peu, elle n’était pas du genre à se laisser désarçonner totalement]. Sans doute était-ce à cause de cette mélancolie vibrante qu’elle ressentait par rapport à ses souvenirs, cette douleur vivace, si vivace et si proche de la sienne. Ce garçon était imprévisible, si imprévisible que même elle se laissait surprendre par ses paroles. Il avait par exemple remarqué qu’elle s’était laissé envahir par ses propres souvenirs, sa propre mélancolie, et elle s’en voulut d’autant plus qu’il s’en était aperçu. Son père ne serait pas fier d’elle pour le coup. Elle n’était plus une enfant, elle ne pouvait pas se permettre qu’on lise en elle aussi facilement. « Parce que tu es désormais passé expert pour m’analyser Thomé ? Tu te surestimes mon cher. » La clé de tout ? Toujours paraitre confiant et traiter par le mépris l’idée qu’elle ait effectivement laissé filtrer quelque chose et qu’il ait pu le percevoir [elle ne voulait même pas admettre que ça soit réellement possible] car il était hors de question de rester une seconde de plus en position de faiblesse.

Et pour cela, Karen montra à Thomé qu’elle était bien plus dangereuse que ce qu’elle ne lui avait montré jusqu’à maintenant. Les flammes ne pouvaient pas le sauver face au déferlement d’images qui devait le submerger à présent –et encore, elle y allait doucement. Elle fut satisfaite de constater l’effet que ses souvenirs avaient sur lui. Elle était cruelle, elle était impitoyable, personne ne pouvait l’atteindre. Elle ne pouvait laisser personne l’atteindre. Pourtant, elle eut l’impression que Thomé lui avait enfoncé un pieu référence aux vampires dans le cœur. « Personne n’a joué avec moi. » Son ton était offusqué. Blessé presque. Son père l’avait forgée. Affûtée, comme une arme. Elle avait en elle ce potentiel magique incroyable, on le lui avait toujours affirmé, et il lui avait permis de le développer pleinement. Il l’avait rendue forte. Aujourd’hui, elle pouvait résister à tout, le Doloris, même si ces faibles du Ministère n’oseraient pas l’utiliser sur elle, la torture par l’eau, par le feu. Elle ne craignait rien car elle aurait toujours un endroit dans sa tête où se réfugier grâce à son entraînement.

Karen fut assez surprise d’apprendre que Thomé n’était pas prêt à se venger, déçue même [même si déception n’avait pas lieu d’être, on n’était déçu uniquement lorsqu’on s’attachait trop, lorsqu’on laissait trop la pace aux émotions, et elle ne devait pas laisser arriver une chose pareille]. Sans doute la surprendrait jusqu’à la fin de cette conversation mais elle n’aimait définitivement pas se laisser surprendre. « Si tu n’es pas prêt à tout, tu es prêt à rien. » Sa voix glaciale ricocha contre les murs froids des cachots, dure comme l’acier, tranchante comme le sortilège de la Mort. Comme tous les Serpentards, Karen méprisait les risques inconsciemment pris et donc dangereux. Non, elle, elle mesurait chacun des risques qu’elle prenait. Mais elle avait aussi du mal face à la lâcheté pure, il fallait être fier de ses convictions et tout faire pour que sa vision triomphe. C’était ainsi qu’elle avait été enlevée et même si elle était une espionne, elle n’en oubliait pas cette idée.

Elle ricana, mais de mépris cette fois-ci, lorsque Thomé dit qu’elle n’était pas assez jolie à son goût. Pensait-il réellement qu’il allait véritablement la toucher ? Elle n’était pas l’une de ses faibles qui manquait de confiance en elle, même s’il était vrai qu’elle n’aimait pas son corps. D’autant qu’il se contredisait lui-même. A peine quelques secondes après son affirmation, le voilà qui lui demandait si elle l’accompagnerait à la Grande Salle. « J’ai assez mangé, merci. Et puis, je m’en voudrais de t’imposer trop ma présence. Je te rappelle bien trop de mauvais souvenirs. » Un sourire malin étira ses lèvres avant qu’elle ne tourne les talons, sentant encore le poids de la personne chère aux yeux de Thomé et qu'il avait perdu derrière elle. Elle avait un rapport à écrire et plus de temps à perdre avec lui !

810 mots

Terminé pour Karen



All the good girls go to hell
Looking in the mirror I don't like the one I see. I can't help it, this taste that's just how I feel. I'm falling. What if I don't know myself without you? And I'm falling, falling hard and I thought I'd find myself without you. Black rain
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Contenu sponsorisé





Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: Have you seen a ghost? [Karen]   Have you seen a ghost? [Karen] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Have you seen a ghost? [Karen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Pour aller plus loin :: Le retourneur de temps-
Sauter vers: