AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment : -27%
XIAOMI POCO X3 64Go – Gris
Voir le deal
176 €

Partagez
 

 La vie des autres [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 814
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyLun 1 Fév - 8:09

La vie des autresVanellope n’avait guère eu le temps de voir Ivalyana depuis son retour. Il faut dire qu’elle était réapparue à Poudlard plus ou moins en même temps que Viska, or V avait été très perturbée par l’enlèvement de la Serpentard. C’était la première fois que l’un des événements malheureux de Poudlard la touchait d’aussi près : même si Freja Blomberg avait menacé d’effacer la mémoire de sa famille, au final elle ne l’avait pas fait, donc ça ne comptait pas vraiment de la même façon que de savoir que Viska avait été brûlée sur tout le corps et autres tortures pendant six jours. Depuis, donc, V essayait d’être une bonne amie pour la Serpentard en évitant, surtout, d’embêter le petit ami de celle-ci même si la lionne continuait de trouver McGowan ridicule avec sa jalousie à deux balles. Elle prenait sur elle d’être la plus gentille possible avec le couple, surtout que tout le monde n’avait pas le droit d’approcher la Serpentard. Depuis qu’elle était sortie de l’infirmerie, Jensen, Peony, Alexandre et Victoire filtraient les personnes qui pouvaient parler à leur amie car elle était sujette à d’horribles crises de nerf.

La préfète des lions étant la seule en cette journée de début avril à être disponible, elle venait d’ailleurs d’accompagner la vipère aux sanitaires. Ces derniers étaient le lieu de tous les dangers pour Viska : ayant disparu alors qu’elle en sortait, c’était l’endroit dans lequel elle tournait le plus de l’oeil. Même si Vanellope gardait habituellement ses mains à distance de la blonde pour ménager la susceptibilité de Jensen, quand Viska s’effondra une fois de plus, elle fut bien obligée de la réceptionner. « Ma pauvre chérie... » murmura V en tapotant les joues de Viska qu’elle avait allongée sur le carrelage, sa tête sur ses genoux à elle. La lionne soupira de soulagement quand la Serpentard reprit conscience au bout de seulement quelques minutes. « Qu’est-ce que... » marmonna-t-elle en se redressant. « Tu as encore flippé en regardant l’eau couler. » confirma V en secouant ses cheveux (redevenus bruns depuis peu). qui se demandait ce qui s’était passé pendant son enlèvement pour que Viska ait autant de déclencheurs. Mais la blonde n’en parlait jamais alors V, en bonne intellectuelle ordonnée qu’elle était, dressait simplement une liste empirique : les toilettes des étages, les miroirs, l’eau froide, les serpents, les matières trop chaudes… et il était à craindre que la liste soit plus longue que ça. « Si on avait plus de temps entre deux cours, j’irais à la salle commune, mais c’est trop loin. » râla Viska qui avait totalement repris ses esprits. V haussa les épaules : « Tu devrais peut-être demander une exception aux profs… ça se comprend que tu sois pas à l’aise ici ». Non seulement ce n’était pas un endroit où Jensen et Alex’ pouvaient entrer, mais en plus c’était le lieu de sa disparition et il y avait des miroirs partout. V se demandait comment Viska faisait pour se maquiller vu ses récentes phobies : elle ne pouvait pas exclure que la superficialité de la blonde l’emporte sur ses peurs, et en même temps c’était toujours rassurant de retrouver des choses de l’ancienne Viska dans le comportement de celle qui était revenue de l’enfer.

Les deux filles sortirent des toilettes et V raccompagna la jeune fille jusqu’à la porte de son prochain cours où l’attendait Jensen et Peony. La lionne ne l’avait pas avec eux, c’était un cours commun Serpentard/Poufsouffle, Serdaigle et Gryffondor avaient de leur côté double cours de botanique une heure plus tard. Ayant terminé sa mission d’escorte, la préfète partit en direction des serres, après tout ça ne coûtait rien d’arriver en avance. Une fois sur place, elle se rendit compte que son amie Iva’ avait eu la même idée : bonne nouvelle vu qu’elles avaient peu de temps pour papoter toutes les deux depuis quelques semaines !

« Eh ! Iva’ ! Tu a préféré être en avance toi aussi ? Moi je viens d’accompagner ‘Ska en classe, elle s’est encore évanouie. Je me demande si ça va finir par se calmer ses crises d’angoisse, c’est pas une vie. » Ni pour son amie, ni pour son entourage. À défaut de ne plus s’évanouir, elle tapait un peu moins de crise où elle se mettait à balancer tout ce qui lui tombait sous la main, c’était toujours ça de gagné. « Tu as réussi à rattraper tout ton retard en botanique ce mois-ci ? Je t’avais pris des notes, mais je sais que j’écris comme un petit cochon. » Ou plutôt, elle ne formait pas ses lettres correctement car elle voulait aller vite. Ce n’était même pas vraiment que ses parchemins étaient sales, pas du tout, mais on avait du mal à la relire lorsqu’on n’était pas habitué. Cela dit, pour les notes qu’elle avait envoyé à Iva’, elle avait essayé de faire un effort.

{808}
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 285
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 25


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyLun 1 Fév - 18:10

La vie des autresVanellopeSi le silence pouvait avoir un nom, il ne serait alors plus si simple de le comprendre. Mais qui voudrait le nommer? Qui oserait briser cette perfection étrange qui ne cessait de s'installer un peu partout dans l'école. J'avais bien sûr essayé de mettre le doigt sur cette bulle étrange, comprendre ce qui s'était déroulé durant mon absence. Étrangement, je n'avais pas le sentiment d'être vraiment revenue à Pouddlard. Les couloirs possédaient cette teinte bien sombre, se parfum d'inquiétude et d'angoisse d'un miasme invisible que seul mes sens plus affutés parvenaient à percevoir. Ce n'était pas compliqué de savoir de quoi il s'agissait, tout le monde en parlait encore avec un nœud a travers la gorge. Pour ma part, j'évitais le sujet, aussi bien Viska que la petite bande de garde du corps. Une tâche assez simple, ils ne passaient pas inaperçu, même si par moment, je me demandais si je pourrais parvenir à discuter avec Vanellope. Les dernières paroles que nous avions échangées ne me ressemblaient plus. La panique était désormais loin et mon nouveau moi, bien posé et calme, passait le plus claire de son temps dans la bibliothèque.

Pourtant, je n'avais pas fait attention à l'heure et j'arrivais plus en avance que prévu à la serre de botanique. Mon regard s'attarda sur les plantes, un frisson déplaisant glissa dans mon dos. Je me souvenais de chacun de celle que j'avais cueillis pour les faires sécher au soleil. Dans des gestes presque religieux, j'avais bu ce mélange qui avait engourdit certains de mes sens pour en éveiller d'autre. Je n'entendis d'ailleurs pas la Lionne approcher, mais je sentis son parfum. Mes yeux se tournèrent vers elle avec cette appréhension.

Les premiers mots m'arrachèrent un bref sourire qui s'effaça dès la mention de la serpente. Je détournais aussitôt le regard pour chercher mon poignet droit avec ma montre. En avance de plusieurs longues minutes, est-ce que la Griffondor n'allait me parler que du personnage central du moment? Ce n'était pas comme si je n'appréciais pas la vipère, mais entendre tout le monde en parler, même dans la bibliothèque, commençait à m'énerver. Il fallait bien reconnaître que ma semaine de renvois transformée en mois d'absence n'avait pas vraiment préoccuper personne d'autre qu'Alexandre et le toubib qui me suivait par correspondance.

La question sur le retard apaisa mon humeur. Je ne pouvais pas en vouloir à Viska et ses amis proches, c'était toutes les mouches autour qui bourdonnaient rageusement qui méritaient mon courroux. Aussi, un petit soupire m'échappa alors que je remarquais avec un sourcil un peu arqué, que la lionne avait les cheveux normaux!"Salut V, j'ai fini de me remettre en ordre ce matin. L'avantage de dormir deux heures de moins qu'avant." Bien sûr, je n'allais pas en parler, pourquoi faire de toute façon? Ma camarade avait déjà assez de choses à gérer, être préfète n'était pas de tout repos pour commencer. Puis avec Viska et le basard autour, je n'avais pas envie de parler de moi alors la discussion lancée sur ses notes me fit même sourire, un sourire calme et plus aussi vivant qu'autrefois. " Ton écriture reste bien plus lisible que celle de mon oncle. Lui c'est même plus des lettres, mais des hiéroglyphes. D'ailleurs, tu veux récupérer tes notes? Elles sont hyper complètes, tu pourrais en avoir besoin pour les exam'. " Ce n'était pas dans mes urgences, mais j'avais vraiment fini de me remettre en ordre, le reste de mon temps à la bibliothèque, qui me transformerait bientôt en rat, avait pour but de chercher après des informations sur l'alchimie. Un projet un peu fou de savoir plus, pour trouver quelques réponses à des questions improbablement infondées.

Mon attention glissa sur l'un des livres que j'avais avec moi. Je tenais bien sûr le manuel du cours de botanique, mais aussi un autre. J'avais pensé à le faire déposer dans son dortoir après le cours, mais puisque V était près de moi je n'allais pas faire de détour. Le paquet bien emballé était une commande que j'avais fait après ma sortie de l'asile. Je le tendais vers la préfète en espérant qu'elle ne l'avait pas déjà, un livre sur l'électronique des téléphones portables du monde moldus et du fonctionnement interne de tablettes y étaient détaillées. " C'est pour toi. Je me suis dit que ça pouvait peut-être t'aider sur ton projet magico-technologique. J'espère que tu ne l'as pas déjà." Souriais-je plus franchement en attendant de voir son expression sur le livre.

[741]
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 814
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyMer 3 Fév - 22:57

La vie des autresVanellope remarqua que son amie n’avait pas l’air très enthousiaste concernant la convalescence de Viska mais ne fit aucun commentaire supplémentaire. Il était vrai que pour Ivalyana, ça avait du être assez étrange de revenir à Poudlard littéralement après la bataille. En plus, elle n’était pas spécialement proche de Viska, elle l’était un peu de Jensen à la limite, et V préférait penser que la Serdaigle n’était pas assez accro à ce crétin pour souhaiter du mal à la blonde. Sûrement qu’elle s’en désintéressait plutôt, et en même temps elle n’avait pas été donc, forcément… V au contraire avait vécu les choses de l’intérieur et n’en ressortait pas forcément très à l’aise. Il était très différent de savoir que le mal existait quelque part et d’en voir réellement les effets.

« De te remettre en ordre ? Comment ça ? Dans tes notes tu veux dire ? » interrogea la préfète, peu certaine de la manière d’interpréter cette entrée en matière. Mais, de fait, elles en vinrent quand même à discuter des notes que Vanellope avait écrites pour son amie pendant son absence. Elle ne pouvait pas faire grand-chose pour la Serdaigle pendant sa semaine d’exclusion qui s’était transformé en mois d’absence. « Non, non, je les ai écrites pour toi donc tu peux les garder, c’est une copie de celles que j’avais prise en cours qui étaient bien plus brouillonnes. En plus, j’ai déjà appris toute cette partie. » Plus ou moins contre son gré : il y avait eu une session de révision improvisée pendant une heure d’étude avec Victoire, Viska, Psychée et Jensen (même si ce dernier se tapait l’incruste juste parce qu’il était atteint du syndrome du chevalier servant). V ayant une très bonne mémoire et se retrouvant à expliquer le cours aux filles, elle était au point presque malgré elle. Il fallait croire qu’ayant une vie moins riche que ses copines (pour le meilleur comme pour le pire), elle allait finir désigner répétitrice officielle par certains de ses camarades de classe. Elle n’était pas sûre de briguer le poste : une fois de temps en temps ça allait, mais elle n’avait pas la patience pour être professeur.

Ivalyana sortit ensuite un livre de son sac, ou du moins ce qui semblait être un livre puisqu’il était emballé. Elle le prit en souriant et en écoutant les explications de la jeune fille. « Non je ne l’ai pas ! Merci ! C’est super cool ! Mes pauvres petites notes de cours à côté ça fait un peu maigre comme cadeau ! » Heureusement, elle avait donné à Ivalyana une de ses tablettes magiques même si ça n’avait servi à rien pendant son absence car le bouclier de Poudlard empêchait les élèves de communiquer avec l’extérieur. C’était le seul gros défaut de la tablette : les gens en dehors de Poudlard pouvaient l’utiliser entre eux, les élèves à l’intérieur de l’école pouvaient s’envoyer aussi des messages en interne, mais il était impossible de passer le bouclier (pourtant aussi troué qu’un gruyère selon la lionne, ils avaient quand même été envahis, une fille avait été oublietté, S prenait ses aises régulièrement et Viska avait été enlevée, à se demander s’il avait encore une utilité…). « Ma tablette sera vendue à partir de cet été tu sais ? Je ne vais toucher qu’une partie du pourcentage vu que Flitwick a quand même fait toute la partie pratique, mais normalement je devrais pouvoir me faire un peu d’argent ! » Et comme après elle voulait devenir productrice de musique, avoir un fond de départ serait bien utile.

{598}
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 285
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 25


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptySam 6 Fév - 22:38

La vie des autresVanellope Le sujet Viska n'était pas tabou, je n'avais juste pas envie d'entendre encore parlé d'elle. Même si V avait plus de raison de le faire que quiconque d'autre, je ne comptais pas aborder les évènements qui avaient eu lieu sans moi. "Les absents ont toujours tord." Cette petite réplique déplacée convenait parfaitement à la situation. Je n'avais pas été là, d'abord à cause du renvois largement mérité, ensuite à cause de ce foutu voyage. Il avait certes apporté un peu de positif, mais à quel prix? Mes trous de mémoires étaient relativement flagrant et désagréable. Bien que personne n'avait rien remarqué: •Facile, je ne parle avec pratiquement personne depuis un mois. Même le doc' à passé plus de temps à lire ce que je lui ai envoyé que moi à discuter.• Cette distance avec les autres me convenait relativement bien, même si la joie que j'avais eu tant hâte de retrouvé me manquait encore.

"Oui, j'ai aussi un retard en pratique, comme toujours ceci dit. Il faudrait que je m'entraine pour mon patronus d'ailleurs." Ce sortilège complexe m'avait demandé pas mal d'effort pour le faire sortir de ma baguette. Contrairement à tous mes camarades, je n'avais pas réussi à avoir la forme animale, ce qui en soit était pas un problème très grave, vu que les guerres se passaient de ma présence pour avoir lieu! Bien sûr que j'avais mauvaise cette histoire de kidnapping, elle avait fait tellement de mal à ceux que j'aime. Vanellope semblait toujours attentive, quand à Jensen, il ne ressemblait plus à celui qui m'avait fait rougir. Je ne pouvais en vouloir à personne, sauf ce fumier qui avait prétendument le titre de parent! Colère bien dirigée: Fait.

En parlant des cours, je lui proposais de reprendre les notes, mais la préfète les avait faites pour moi. J'eus un petit sourire en me disant que je n'avais pas totalement disparue sans que personne ne pense à moi. Tristement, j'avais eu ce sentiment en n'ayant reçu aucune lettre durant mes vingt-huit jours d'absences. Sans parler de l'ambiance depuis mon retour, aussi je m'en voulais de ne pas avoir abordé la lionne plutôt. Non pas que je l'avais évitée en particulier, mais en fuyant le noyaux de ressentiment qui tournait autour de Viska, je l'avais fait.

Mon paquet trouva le moment parfait pour sortir de mon sac. Je voulais faire plaisir à une amie plus que la remercier pour les notes. Je savais que son projet comptait énormément pour elle, mais qu'il allait avoir un impact très positif sur le monde magique. Que de bonne raison pour donner un coup de main comme on peut." Quoi? Non tes notes, ca m'a fait tellement plaisir de les recevoir." Ma voix en trembla presque et j'en eus le sourire pratiquement jusqu'aux larmes. Une vraie enfant pour le coup, mais je me reprenais très vite. Il n'était pas question de laisser passer trop de niaiserie quand au geste de ma camarade. Je lui étais reconnaissante de ne pas m'avoir oublié, tout en me disant qu'un professeur avait dû le lui demander comme devoir de préfet. Ce qui cassait relativement ma joie là dessus.

La nouvelle me fit sourire." J'ai trop hâte! Je vais d'office m'en acheter une. Et puis il faut que tu te faces un max de succès pour continuer sur ta lancée." Affirmais-je sans même me souvenir que j'en avais une, bien offerte par la préfète. Le premier soucis était ma mémoire, le second, la vitesse à laquelle j'avais fuit la maison de mon oncle pour revenir. La valise qui contenait mes quelques affaires de voyage dont la tablette, n'avait toujours pas été ouverte, pas une seule fois. Je n'avais même pas allumée la tablette, le pauvre appareille était coincé entre deux gilets pour ne pas être abîmé.

Jusqu'ici, je doutais sincèrement que quelqu'un ai découvert ma perte de mémoire. Je m'étais demandée si la direction de Pouddlard avait mit les préfets au courant, mais j'en doutais. Ma situation était déjà bien assez compliquée, si le médicomage ne m'avait pas dit avoir informé l'école c'est que personne ne devait être au courant. Aussi, je me retrouvais un peu perturbée de voir la tête de Vanellope. Elle semblait avoir vu quelqu'un, un fantôme peut-être? Je regardais par dessus mon épaule avant de pencher la tête. "Tu fais une drôle de tête V. J'ai quelque chose sur le visage?" Demandais-je avant de chercher dans mon sac après mon petit miroir de poche pour m'examiner.

[735]
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 814
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyLun 15 Fév - 13:28

La vie des autres« Ah oui ? Tu as essayé de manger un carré de chocolat juste avant de lancer ton patronus ? Moi ça m’aide. On pourra réviser ensemble si tu veux, je deviens hyper douée comme répétitrice. » Bien contre son gré puisque, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, elle n’avait pas exactement l’âme d’un professeur. Cependant, bonnes notes et sérieux oblige, elle était très souvent appelée à aider les uns et les autres, c’était même devenu pire depuis qu’elle était préfète. Concernant le patronus, V avait fini par réussir à en créer un corporel même si ça ne lui avait pas été aussi aisé que d’autres sorts. Elle y était toutefois parvenue dès l’année précédente et il prenait la forme d’une araignée. V ne trouvait pas ça très très beau mais bon, après tout, on ne choisissait pas son patronus donc c’est qu’il devait quand même être parfait pour elle.

Souriante, elle prit la main d’Ivalyana et la serra avant de lui répondre concernant ses notes (qui n’était pas grand-chose mais avaient le mérite d’exister) : « Tant mieux, je n’aurais pas fait ça pour tout le monde tu sais. » Pour la bonne et simple raison que Vanellope détestait s’appliquer quand elle écrivait, il lui avait donc fallu faire un effort conscient pour fournir des notes propres à Ivalyana. Elle avait juste eu envie de faire quelque chose pour son amie, en plus se concentrer sur le scolaire était un bon moyen d’oublier ce qui se passait à Poudlard à ce moment-là. Pendant l’enlèvement de Viska, elle avait été très inquiète et déprimée – elle n’avait pas beaucoup d’amis et dans le nombre l’une était renvoyée/en voyage et une autre était séquestrée/torturée, très mauvais bilan pour son mois de février – mais elle avait retrouvé le moral depuis puisque tout le monde était de retour. Poudlard commençait à retourner rond : les matchs de Quidditch avaient repris, Sterne aussi, Magic Mix brillait d’une belle énergie, en bref, tout allait pour le mieux si on veut.

La conversation alla en se complexifiant lorsque qu’Iva parla d’acheter la tablette alors que V se souvenait parfaitement lui en avoir déjà donné une. Elle fixa un moment son amie sans rien dire jusqu’à ce que celle-ci lui demande la raison de ce silence. « Non, tu n’as rien sur le visage... mais je ne comprends pas pourquoi tu veux acheter une tablette alors que tu en as déjà une. Elle est cassée ? Je peux la réparer si tu veux ! » Cela étant, si vraiment la tablette était abîmée, pourquoi ne pas simplement le lui dire plutôt que de parler d’en acheter une à sa sortie ? Vanellope ne comprenait pas vraiment et, surtout, elle trouvait perturbant qu’Ivalyana n’ait pas compris d’elle-même la raison de son trouble.
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 285
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 25


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyLun 15 Fév - 19:33

La vie des autresVanellope
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.
Voltaire 1694-1778

Un carré de chocolat, je ne voyais pas en quoi cela pouvait m'aider. Certes la friandise avait ce gout agréable, mais il évoqua en moi une étrange sensation qui ne me disait rien de bon. Comme une saveur qui persiste sur la langue jusqu'à en devenir écœurante. J'en avais eu durant mes deux semaines en Asile, pourquoi je ne m'en étais pas souvenu avant? Je me posais la question alors que la discussion se poursuivait. La gentillesse de mon amie m'avait manquée. J'avais peut-être trop gardé mes distances, oubliant que derrière cette angoisse au noyaux blond, il y avait des personnes qui comptaient pour moi. Mon soutient avait fait défaut, d'abord par mon absence, puis par ma distance. Je m'en voulais de ne pas avoir prit les devants pour aller parler à la lionne, mais je ne voulais pas non plus être démasquée et l'accablée de mes nouvelles vérités problématiques. La distance avait servit de mur, une défense entre moi et le monde que je ne voulais pas entacher de mes ennuis.

Quand la maladroite affirmation quitta mes lèvres, j'étais loin de me douter de l'ampleur de mon erreur. Si jusqu'ici personne n'avait rien remarqué, je venais de sauter à pied joint dans le plat. Ma camarade qui me dévisageait avait bien tous les droits de le faire, mais je ne comprenais pas. Comment aurais-je pu soudainement me souvenir de l'oublier? Les paroles de Vanellope me mirent face au fait que j'avais fait cette faute que je regrettant de commettre avant même de l'avoir faite.

La question de l'état de l'outil, je ne pouvais y répondre. Je ne pouvais que baisser les yeux, alors qu'elle m'offrait de la réparer! Comment ne pas me sentir mal? Honteuse de n'avoir rien dit, persuadée que si les professeurs n'en parlaient pas, c'était simplement parce qu'ils avaient été mis au courant et qu'ils ne voulaient pas me stresser avec ça. Je me rendais compte que mon amie ne savait, elle qui était préfète n'avait pas été mise au courant. Pourquoi? Peut-être pour lui éviter davantage de soucis après la disparition de Viska.

Doucement, je redressais le visage pour sourire en passant une main dans mes cheveux. Un mensonge, rapidement, il m'en vient un peu probable, mais assez réaliste. "Mon oncle me l'a piqué. Je ne l'ai pas retrouvée en faisant mes affaires pour revenir. J'étais trop pressée et pas mal stressée avec tout ce qui c'est passé." La palme d'or du mensonge pouvait me revenir, je m'étonnais presque de devenir aussi douée. Même si j'avais cette pointe dans le coeur et cette boule dure dans le ventre. Mentir était atroce, sa me brulait presque la peau autant que le manque de cette drogue m'avait donné chaud.

Mon air si sûr s'effaça doucement. Je regardais vers la serre pour admirer un bref instant les plantes. La végétation, elle me collait un étrange sentiment, entre plénitude et incertitude. "Je voulais pas m'imposer près de Viska et Jensen. Alors j'ai un peu trop évité de te croiser, comme tu es très souvent avec eux. Je suis désolée, j'aurai due venir te voir pour savoir comment tu allais." Pure vérité, je progressais sur le chemin pour me faire pardonner, envers moi-même et tous ces compromis.

[533]
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 814
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyMer 17 Fév - 15:25

La vie des autresVanellope n’avait pas eu de nouvelle « réunion » concernant Ivalyana depuis l’annonce de son renvoie temporaire de l’école après l’incident avec Fiona. Elle ne savait presque rien de ce qui s’était passé pendant ce temps, si ce n’est qu’Iva’ aurait du revenir au bout d’une semaine et qu’elle avait finalement été absente presque un mois. Seulement ce mois précis avait été chargé pour les préfets car même s’il n’y avait pas de raison particulière pour qu’un autre élève se fasse enlever (les motivations du kidnapping de Viska étant assez précises), les parents avaient été inquiets – difficile de leur en vouloir -. De plus, que la Serpentard ait disparu au sein même de l’école dénotaient de sérieuses failles dans la sécurité de l’école qu’il avait fallu résoudre. Autant dire que ça n’avait été facile pour personne et encore moins pour les cinquièmes années qui avaient passé six jours à s’inquiéter de l’absence de Viska. V supposait que pour une partie de l’école, moins proche de la blonde donc moins concernée, cela n’avait pas été aussi éprouvant que pour elle, mais le fait était que tous les préfets avaient eu du boulot en plus pour rassurer tout le monde et vérifier les défenses de l’école plusieurs fois par jour. Personne n’avait envie de revivre la période où Poudlard avait été occupée par MS, V encore moins que les autres vu qu’elle était née moldue.

Cela n’empêchait pas la brunette de trouver son amie un peu changée depuis son retour. Toutefois, elle n’était pas de ces amies intrusives qui vous questionnent sans cesse, si Iva’ gardait ses distances, Vanellope agissait en miroir de ce comportement pour ne gêner personne. C’est aussi pour cela qu’elle ne releva pas les incohérences dans l’excuse de la Serdaigle concernant la tablette. Elle se fit bien la remarque que si elle était juste perdue car empruntée, il n’était pas nécessaire d’en racheter une, mais elle garda ça pour elle, se contentant d’un hochement de tête pensif en réponse qu’elle compléta sobrement d’un : « D’accord, j’espère que tu la retrouveras alors, ça te fera faire des économies ».

Concernant la distance qu’avait prise Ivalyana, celle-ci lui expliqua qu’elle avait à voir avec Viska et Jensen. V se demanda si c’était parce qu’elle était jalouse du couple vu son coup de cœur pour le capitaine des Serpentard, mais préféra éviter cet angle d’attaque vu que la seule fois où elles avaient parlé de Jensen, elles s’étaient fâchées (encore qu’à strictement parlé, Iva’ avait été la seule à récriminer, V n’ayant jamais trop compris sa réaction). « Oh moi ça va maintenant, c’était plus difficile quand vous étiez toutes les deux absentes. Je m’inquiétais pour vous tu vois, mais depuis que tout le monde est rentré, à mon niveau, tout est arrangé. » Elle haussa les épaules et ajouta : « De toute façon, même si tu es pote avec McGowan, je ne crois pas que tu sois sur la liste de ‘Ska. On est moins d’une dizaine à qui elle accepte de parler. Ça étouffe Jensen que j’en fasse partie : à chaque fois que je la touche, il a des envies de meurtre... » Elle sourit, amusée par la jalousie du jeune homme – qu’elle jugeait sans fondement tout en admettant que c’était de bonne guerre vu qu’elle l’avait sciemment provoqué pendant tout le mois de janvier -.

« Cela dit, je ne suis pas tout le temps avec eux tu sais, parce qu’on finirait probablement par s’entre-tuer - justement ! - avec McGowan et il gagnerait parce que je fais un mètre cinquante les bras levés et que c’est surtout le boulot de préfet qui me prend du temps. Le bouclier a été renforcé mais on n’a aucune idée de s’il est au point ou non… c’est beaucoup trop de stress tout ça. En conséquence de quoi, ma chère amie, je profite que nous sommes seules pour t’annoncer que j’ai changé d’avis concernant les garçons de l’école. Après réflexion, j’ai décidé de m’en taper quelques uns pour me détendre. Tu serais étonnée comme il a été facile de trouver des volontaires... » Elle sortit un chewing gum de sa poche et entreprit de le mâcher pour se maintenir occupée – V ne tenait jamais en place -. La préfète s’était jusque là tenu assez éloignée des coureurs de jupons de l’école parce qu’elle n’était pas en recherche de relation sérieuse et avait un vrai problème avec le machisme ambiant dans Poudlard. Néanmoins, l’angoisse avait eu raison de sa réserve et depuis un peu plus d’un mois, elle avait eu quelques conquêtes. Le fait que la moitié des mecs semble tout droit sorti du Moyen-Âge avait au moins l’intérêt qu’ils n’étaient jamais contre la séduction facile. Ce point était à peu près sa seule adhésion idéologique vu qu’elle ne cherchait rien de sérieux – son père lui avait montré à quel point il ne fallait compter sur personne dans la vie, et encore moins dans un couple -. Elle ne regrettait pas de s’y être mise, elle avait beaucoup de stress à évacuer et ça restait encore la méthode la moins nocive pour sa santé à laquelle elle ait songé.
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 285
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 25


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyJeu 18 Fév - 1:28

La vie des autresVanellope
Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule.
Voltaire 1694-1778
Le mensonge, voilà tout ce que je pouvais faire. La vérité n'était-elle pas trop dure à porter? La garder pour moi, cette précieuse certitude qu'elle ne comprendrait pas? Ou peut-être craignais-je le contraire, qu'elle y trouve la réponse que je n'avais pas et sache quoi faire, comment m'aider? Mes raisons, mes convictions, tous se mélangeaient étrangement dans mon esprit. Je regardais ses yeux avant de m'en détourner bien vite. Sa réponse à mon mensonge, c'était si évident? Elle avait compris que je cachais quelque chose, peut-être pouvait-elle s'imaginer que sous mes traits se cachait un autre avec du polynectare? Ne spéculais-je pas trop en peu de temps?

La distance avait été un bouclier, voir un mur que j'avais construit en pensant qu'il protégerait tout le monde. Encore quelque chose de ridicule, même si je prétextais vaguement mes sentiments passés envers Jensen. Qui avait besoin de savoir que j'avais pitié de lui désormais? N'était-ce pas pire que d'avoir l'air jalouse? Peut-être que non, ou que si? Je ne savais pas et je ne comptais pas m'étaler sur le sujet. Il n'était même plus semblable au garçon qui m'avait fait sourire et aider. Pourtant, j'avais malgré tout envie de savoir qu'il allait bien, c'était d'autant plus ironique que visiblement ce n'était pas le cas.

Ma camarade eut plus de logique que moi, et de sincérité aussi. Elle avouait sans détour que ma disparition n'était pas passée inaperçue comme je me l'étais convaincue. Je m'en voulais, même si V semblait n'y attacher aucune émotion sur le moment. "Je suis désolée." S'échappa de mes lèvres. J'ignorais si elle l'avait entendu ou si simplement je ne l'avais pas dit à voix haute. La discussion sur Viska ne m'étonnait pas. Elle en a de la chance. Pensais-je avec envie avant de sourire un peu tristement. Des amis proches, un petit ami fou d'elle et pourtant, malgré l'horreur, je pensais une telle chose. Je me dégoutais, sur le coup je voulais me frapper. En fermant les yeux, d'un battement de cil fugace, je les vis, les écailles qui ondulent avec colère. Une sensation déplaisante qui coure sous la peau, m'arrachant brièvement à la réalité. Il ne voulait pas sortir, du moins pas plus que d'habitude. Ridicule! Crachais-je pour moi-même dans mon cerveau.

" Ca doit être compliqué. " Ma réponse ne collait qu'avec le début de son explication. J'eu du mal à comprendre la suite avant de la regarder avec surprise. Mes idées embrouillées furent balayées par ce que venait de dire la lionne. La bouche ouverte je restais figée avant de rire. " T'en taper quelques uns pour te détendre? Faut que tu me racontes plus que ça V! Là, je suis hypra-curieuse. D'où t'es venue une telle idée déjà? Enfin, pour commencer: comment ça tu as changé d'avis sur les garçons? " Un peu perdue, mais loin de laisser passer sous le tapis ce qu'elle venait de me confier. Bien que je pouvais toujours sentir l'agitation sous ma peau, je savais le contrôler et le relayer au second plan pour simplement profiter de l'instant. " Je veux des noms et des détails, aussi, enfin tout ce que tu pourras me donner pour que je ne pense plus au fait que j'ai encore vingt deux livres à lire avant de finir la seconde étagère de gauche dans la bibliothèque. " Il faut bien avouer que j'évitais de relire tous ceux que j'avais lu l'année passé, mais que je m'attardais un peu trop sur ceux qui parlaient d'alchimie. Mauvais penchant de famille probablement, ou curiosité trop pointilleuse sur ce sujet. Toujours était-il que j'avais surement lu plus de livre qu'une classée complète sur cette année entamée. Effrayant? Je devais peut-être être complètement folle pour lire tous les livres, ou simplement prouver que je voulais lire ceux dans la réserve pour une bonne raison et surtout, que j'étais déterminée à le faire.

Toujours était-il que je reculais doucement d'un pas, non pour la fuire, mais le parfum de chewing-gum me frappait un peu fort le nez. Qui mangeait encore du pétrole à la saveur de, c'était quoi d'ailleurs? Je n'arrivais même pas à distinguer le global tant le mélange trop varié était présent. Heureusement qu'un petit coup de vent chassa plus loin l'odeur atroce. " C'est à quoi ton ch'wim? " Histoire de prétendre que je n'appréciais juste pas le gout, qui malheureusement pour mon future mensonge avait de forte chance de faire partie des parfums de glaces que nous avions mangées avant de revenir à l'école. Allais-je lui dire pour mon odorat agaçant et mes oreilles négligentes? Je n'allais pas pouvoir continuer à donner mensonge sur mensonge éternellement.

[767]
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 814
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyLun 1 Mar - 7:42

La vie des autres« Ce n’est pas ta faute. » répondit V aux excuses prononcées faiblement de son amie : la lionne en voulait à beaucoup de monde, mais certainement pas aux deux filles. Elles étaient des victimes, pas des coupables. Notons par ailleurs que la brunette en voulait tout particulièrement aux professeurs dans les deux cas : c’était quoi cette école où on renvoyait quelqu’un frappé d’une malédiction et où on laissait une autre se faire enlever ?

Plus tard, V expliqua que ce n’était pas réellement Viska qui lui prenait du temps mais son travail de préfet. « C’est un peu compliqué, oui, parce qu’on navigue à vu. » La lionne aimant savoir dans quoi elle mettait les pieds n’appréciait pas trop de ne pas pouvoir anticiper faute d’information. Le bouclier par exemple : il était réparé ou non ?!

Faute de pouvoir s’étendre là-dessus, V engagea la conversation sur un tout autre terrain : celui de ses conquêtes récentes ! L’enthousiasme d’Iva la fit sourire d’un air amusé, au moins cela paraissait détendre la Serdaigle. « L’idée je ne sais pas… c’était plus une envie en fait. Je suppose qu’on peut considérer que dans ce domaine je suis plutôt du genre précoce, mais jusqu’ici je me contentais de mes amis moldus pendant les vacances » le fait étant qu’elle avait aussi craint que ce ne soit compliqué à Poudlard : ils étaient dans un internat, ils étaient 24h sur 24 ensemble, si un ou une de ses amant(e)s voulaient quelque chose de sérieux, ce serait vite difficile de l’éviter ! Or V détestait les complications… mais le stress avait eu raison de cette bonne résolution.

« Je ne sais pas ce que tu en penses mais j’ai l’impression que les mecs ici sont soit de gros lourds qui draguent tout ce qui bouge, soit des romantiques à la recherche du grand amour… comme je ne cherche pas à me caser, les seconds me branchaient pas, quant aux premiers, j’avais l’impression que c’était trahir mes idéaux féministes. C’est sur ce point que j’ai changé d’avis : après tout, c’est féministe de me comporter comme eux, selon mes envies, non ? En plus, le gros avantage des serial séducteurs c’est qu’ils m’oublient aussi vite que moi je les efface de ma mémoire. C’est tout bénef’. » expliqua-t-elle à la Serdaigle au sujet de ce qui avait changé chez elle. Elle pensait toujours que les mecs de Poudlard avait un sérieux problème d’équilibre (sauf Flynn évidemment), mais elle en était venu à considérer que ce n’était pas le sien, de problème. Évidemment, elle continuait d’éviter les romantiques, de toute façon, ils ne couchaient probablement pas dès le premier jour.

« Oh Iva’, enfin, une Lady ne révèle pas ses conquêtes. C’est bien plus drôle si tu essaies de deviner en observant les garçons qui me reluquent. En plus, ça te sortira le nez de tes livres : je sais que tu as pris du retard avec ton absence, mais est-ce que c’est obligé que tu lises tous les livres de la bibliothèque ? » Parce que ça faisait quand même beaucoup de livres et elle n’en voyait pas l’intérêt – et pourtant, V aimait lire -. Songeuse, elle mâcha un peu le chewing gum qu’elle venait de mettre en bouche. « Fruits rouges, mais fruits rouges chimiques. Je sais que c’est pas terrible pour l’estomac, je crois que c’est juste une habitude que j’ai gardé de l’école primaire. À l’époque j’achetais des boules colorées dans les distributeurs en rentrant ! Je suppose que tu n’avais pas ça vu que tu étais scolarisée à domicile ? » Elle continuait de trouver un peu triste que son amie n’ait pas connu les joies de l’école primaire, même si c’était forcément plus compliqué pour elle vu sa malédiction. V avait pas mal de bons souvenirs de cette époque. Elle en avait des mauvais aussi, la plupart liés à l’absence de son père, cela dit il fallait relativiser : dernièrement elle en venait à se dire qu’il valait mieux un père absent plutôt qu’un présent qui lui poserait des problèmes.

682
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 285
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 25


La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] EmptyLun 1 Mar - 14:41

La vie des autresVanellope Même si je m'excusais, j'avais le sentiment que je devais prouver ma bonne fois, une idée ridicule vu que Vanellope ne m'en voulait pas du tout. Elle semblait plus furieuse face aux faits qui étaient arrivés, qu'à la situation de base. Il fallait bien avouer que me changer en Basilic pour vagabonder dans la Forêt Interdite, avait quand même foutu la trouille de leur vie à plusieurs élèves. La punition, bien qu'un poil sévère pour une première sanction, était donc parfaitement méritée. Je n'en voulais pas aux professeurs, je m'en étais voulu à moi-même. Chose qui avait fini par passer sous le tapis avec ce foutu voyage!

Toujours était-il que je trouvais la situation de mon amie un peu triste. Être ainsi débordée et épuisée par un travail que devait aussi être prit en main par les professeurs, c'était vraiment chiant! Même si elle m'expliquait qu'en plus les préfets avançaient à vu. Donc ils ne savaient même pas ce qu'il fallait faire pour arranger les choses. N'était-ce pas un sérieux problème? Je ne doutais pas des compétences de mes camarades de cours, mais laisser une telle charge de travail à des enfants. Je ne savais pas quoi dire, je n'eus pas vraiment le temps d'y réfléchir avec l'annonce de la rouge et or. "Des non-mages? J'oublie tout le temps que tu es née moldus, c'est fou de vivre dans les deux mondes comme ça! Tu dois tout voir les choses avec tant de liberté." Rien n'y personne n'avait de secret qui durait vraiment dans l'école, d'autant que V ne se cachait pas. Je trouvais ça fantastique de pouvoir simplement vivre sans devoir garder une part d'ombre, même si devant les non-mages, elle devait surement cacher et taire sa double vie. Pourtant, n'était-ce pas une chance? Pouvoir apprendre et comprendre ces mondes parallèles et si proche en même temps.

Bien que je voulais plus d'informations, parce que j'étais très intriguée, mais aussi très amusée, mon amie m'expliqua son point de vu. Je ne pouvais qu'écouter avec attention son point de vue et hausser par moment un sourcil. "On est vachement opposée, je ne me suis jamais faite draguée. En plus j'ai eu un coup de cœur pour un mec déjà prit, donc franchement, j'aimerai savoir comment tu fais pour être aussi détendue. En tout cas, tu as bien raison de profiter, faut que tu puisses respirer un peu plus. Je comprends pas que les profs laissent autant de charge aux préfets." C'était sûr, entre mon amourette, qui ne semblait pas vouloir totalement disparaître et mon besoin de lire toujours plus de livre, je n'avais pas été approchée de manière aussi maladroite que me décrivait la lionne. Certes, j'avais bien passé du temps avec l'autre sexe, mais pas pour autant de dévergondage et de liberté folle. C'était d'autant plus vrai en ce moment. J'imaginais bien V avec une tenue très osée et sexy, une image plutôt troublante car elle avait de quoi plaire. Pourquoi je me faisais de telles idées? Je ne me posais pas de questions et réclamait des détails croustillants en précisant bien que je voulais oublier que j'avais encore peu de livre à lire pour finir l'étagère.

Une lady, je ne pouvais que sourire en revoyant ce jeune Serpentard la regarder de loin. Est-ce que Vanellope l'avait remarqué? Bien qu'il ne semblait pas aussi désintéressé qu'il le laissait croire, je n'avais pas encore été l'ennuyer pour savoir pourquoi il cherchait du regard ma camarade de classe. Au moins, il gardait ses distances, peut-être par timidité? Devais-je en parler à la préfète? Elle me posa sa question avant que j'y songe."Je cherche pas mal d'informations et je me suis dit que le plus simple serait de lire tout ce qui était à ma disposition. Même si j'avoue, que passer mes weekends ici déplait à mon oncle et à Magnus." Avais-je vraiment cité le médicomage qui me suivait à distance? Et bien oui et je m'en étonnais un peu, comme si parler de lui était normal, mais mon amie ne savait pas qui il était et encore moins pourquoi je voyais un praticien d'un Asile privé, hors de prix au passage. D'où mon oncle sortait-il son argent? Autant dire que la question sur le chewing gum tombait à pique. Même si le parfum me faisait pâlir. L'odeur chimique piquait mon nez devenu trop sensible

"Je ne sais pas pour ton estomac, mais je t'avoue que le parfum est plutôt fort. Mais ouai, j'ai grandi dans une belle demeure sans jamais mettre un pied dehors. Mon oncle me rapportait un peu de tout de l'extérieur durant ses voyages. Je pouvais faire ce que je veux." C'était même un avantage de ne pas avoir de parents collés à mon dos à cette époque. Je respectais les quelques règles et je ne m'étais même jamais intéressé au monde extérieur. C'était presque surprenant que je n'ai jamais fugué pour aller découvrir les rues que je voyais depuis la télévision. Pourtant, je m'en sortais bien comme petite fille sage, ce qui n'était plus le cas. Rester enfermée dans une maison me serrait totalement impossible désormais. " Maintenant, je t'avoue que j'ai surtout envie de découvrir les parcs d'attractions. Ces wagons qui font des loopings a toutes vitesses, ça doit être géniale! Tu as déjà été dans un de ses parcs?" Bonne humeur totale, je voulais vraiment savoir ce que ça faisait d'avoir la tête en bas sans aucune magie pour se sauver. Et puis les barbes à papa au parfum uniquement sucré. Le pop-corn des non-mages avait-il le même gout?


[920]
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





La vie des autres [PV] Empty
MessageSujet: Re: La vie des autres [PV]   La vie des autres [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie des autres [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Madame Irma [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Extérieur du chateau :: Serres de Botanique-
Sauter vers: