AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez
 

 C'est pas moi, je le jure! [Vanellope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 75
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : Sixième


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] Empty
MessageSujet: C'est pas moi, je le jure! [Vanellope]   C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] EmptySam 6 Fév - 3:38

C'est pas moi, je le jure

Feat. Vanellope
made by black arrow


Tony n’avait jamais été un lecteur. Pas besoin de le connaître pour s’en douter. Tout en lui semblait corroborer cette information. Et c’était vrai. De toute son enfance, il n’était jamais parvenu à terminer le moindre bouquin. Poudlard avait quelque peu changer la donne, par obligation principalement. Sans net ni télé, il n’avait d’autres moyens de s’informer, et parfois s’instruire, qu’en lisant. Cela ne l’empêchait pas de préférer largement les documentaires qui passaient sur la chaîne spécialisée que son père piratait.

Cela n’empêchait pourtant pas le batteur d’être là, dans l’un des couloirs les moins empruntés de l’école de sorcellerie, à lire un épais bouquin dont les images étaient figées. Là, dans l’alcôve de la fenêtre, le dos contre le dormant et le livre sur ses genoux pliés, il tournait les pages à un rythme qui traduisait un certain effort, ou un manque d’habitude. L’adolescent avait toujours été passionné par les guerres et c’était l’une des raisons pour lesquelles il avait choisi de poursuivre avec les cours d’histoire de la magie du niveau des Aspics. Son intérêt était particulièrement porté sur la première guerre mondiale, où ses ancêtres avaient brillé, selon les légendes familiales. Et c’est suite à l’un des documentaires qu’il avait vu sur le sujet, à son dernier passage chez ses parents, que sa curiosité avait été piquée, ainsi que ce manuel appartenant à la bibliothèque de la ville d’à côté.

Pédro lisait donc avec un intérêt sincère ces informations sur quelques batailles dont il n’avait auparavant jamais entendu parler. Son regard s’arrêtait sur des images d’époque, souvent retouchées pour plus de visibilité, alors qu’il s’imaginait ce que cela pouvait être que de vivre à cette époque. De temps à autres, il s’étirait le coup et les épaules, fatigués d’être aussi statiques, et plongeait son regard dans le parc en contrebas. C’était certainement là l’un des plus grands avantages du quidditch : il n’avait pas la moindre peur des hauteurs.

La vitre laissait passé la fraîcheur de ce début de printemps. En contrebas, les silhouettes d’élèves traversaient prestement la cour, méconnaissables. Parfois, un morceau d’écharpe laissait présager de la maison de l’un des comparses. Tony resserra un peu la fermeture éclair de son gilet avant de tourner une nouvelle page. Il en était presque à la moitié lorsqu’il entendit une porte grincer, suivi de pas. Le claquement lourd du panneau de bois ne se fit pas attendre et le lion fourra prestement son livre dans son sac d’école. Il n’était pas le genre de mec à avoir honte. La plupart du temps, il riait avec peu importe qui croyait lui trouver une insulte, s’appropriait la moquerie et désarmait ainsi les autres. C’était ce qu’il avait fait avec le duvet trop foncé qui lui avait coupé le visage en deux, en troisième année. C’était ce qu’il avait fait toute sa vie, en fait. Un peu d’autodérision n’était jamais mal venu.

Sauf que là, si on le surprenait à lire un aussi volumineux bouquin, c’en était fini de sa réputation. Le s gens allaient pensé quoi? Qu’il aimait lire? Ou pire! Qu’il aimait la bibliothèque du collège!

Le pied du rouge et or glissa du rebord de la fenêtre, doucement, car trop de rapidité éveillerait les soupçons. Là, il entama un mouvement de balancier alors que, quelques dizaines de centimètres plus haut, le visage ovale du garçon pointait le bout de son nez hors de l’embrasure de la fenêtre. La chance : c’était sa préfète.

« Salut V. Ça roule comme tu voudrais ? »

Vanellope avait la chance de faire partie de cette rare catégorie de gens qu’étaient les préfets cools. Rares d’une part parce qu’il y avait relativement peu de préfets dans l’univers. D’autre part parce que Tony n’était pas toujours sur la même longueur d’ondes que l’autorité. Certains préfets semblaient même trouver une forme d’extase dans la distribution de sanctions. Ceux-là étaient les pires, également les plus rares, heureusement!

[642]


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 756
Âge : 15 ans [29.04]
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] Empty
MessageSujet: Re: C'est pas moi, je le jure! [Vanellope]   C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] EmptyVen 12 Fév - 15:42




c'est pas moi, j'le jure !


Vanellope&Tony

avril 2016

La préfète trouva Tony mais ne le cherchait pas. Elle venait de fuir une zone sinistrée et avait fui loin des conséquences, car sinon, en tant que représentante des élèves, c’était encore elle qui devrait se charger de tout régler. La lionne portait son uniforme dans sa version hivernale car il faisait encore très froid dans l’école malgré le retour annoncé des beaux jours. Son écharpe aux couleurs de sa maison cachait en partie la veste noire sur laquelle V épinglait des badges de groupes de rock, tant et si bien qu’on voyait à peine celui de son statut dans l’école. Sa cape était ramenée sur ses épaules, protégeant son cou laissé dénudé par ses cheveux bruns attachés en une queue de cheval haute. V changeait régulièrement de couleur, mais dernièrement elle était repassée à celle qui lui était naturelle, le châtain foncé/brun, parce qu’il fallait de temps en temps qu’elle laisse un peu reposer sa chevelure. Précédemment, ils étaient roses, une teinte qu’elle affectionnait et portait très souvent depuis deux ans.

Surprise de trouver Tony en ces lieux, elle s’approcha pour voir ce qu’il faisait et lui trouva une certaine précipitation à lui adresser la parole qu’elle jugea un peu louche. Elle décida donc de le charrier un peu… « Salut. Ça dépend de ta réponse : la bombabouse à deux couloirs d’ici, c’était toi ? » interrogea V, bras croisés sur sa poitrine, examinent de ses yeux bleus-gris son camarade de maison dans l’espoir de voir ou non une trace de sa culpabilité. Non pas qu’elle ait l’intention de lui faire un procès d’intention, mais… « Tu as un peu une tête de coupable, je trouve. » précisa-t-elle dans un léger froncement de sourcil avant de décroiser les bras et de hausser les épaules avec une nonchalance retrouvée. Dans le fond, peu importait pour la bombabouse, c’était presque plus le problème de Rusard que le sien même si elle essayait, en général, de maintenir au maximum les gens de sa maison sur le droit chemin. V n’était pas une préfète pénible qui fliquait trop ses camarades, elle faisait juste respecter assez les règles pour que les adultes ne viennent pas trop mettre le nez dans leurs affaires. De toute façon, il fallait bien que quelqu’un se charge du sale boulot à Gryffondor, or il ne fallait pas trop compter sur Graham Bishop pour ça, monsieur n’était préfet que pour les avantages du poste.

« Enfin, en tout cas, si c’est toi, revois ton jeu d’acteur, là tu te grilles mon vieux et c’est pas cool. Et Rusard va sûrement exploser dans cinq à dix minutes, mieux vaut rester ici en attendant que ça passe. » Elle soupira : le concierge était un cauchemar ambulant. Pas uniquement parce qu’il était vieux et mal aimable même si ce dernier point n’aidait pas mais parce qu’il détestait les enfants alors qu’il travaillait dans une école. Entre lui et l’autre barge de Trelawney qui envoyait des prédictions à tout va, il y avait quand même un gros problème dans le recrutement du personnel à Poudlard ! Et encore, on vous parle pas de Lockart, Quirrell ou Ombrage...
(c) DΛNDELION



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 75
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : Sixième


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] Empty
MessageSujet: Re: C'est pas moi, je le jure! [Vanellope]   C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] EmptyVen 19 Fév - 22:20

C'est pas moi, je le jure

Feat. Vanellope
made by black arrow


De quelle bombabouse s’agitait-il? Elle n’était certainement pas de Tony, qui ne parvint à répondre d’abord que d’un éloquent « Han ? », avant de se reprendre. Il y avait des choses plus importantes que de découvrir qui jetait des bombabouses dans l’école :

« C’était bien exécuté ? »

Oui, voilà les priorités du batteur, qui réalisa un brin trop tard que ses propos étaient incriminant. De toute manière, si la réponse était affirmative, il ne voyait pas le mal à prendre le crédit à la place de l’artiste anonyme. Si, par contre, l’exécution se révélait piètre, Pédro pourrait arguer que jamais il ne se permettrait une telle erreur. Et certainement pas si sa réputation était en jeu!

Tony ne sut retenir un grand éclat de rire lorsque Vanellope lui affirma qu’il tirait une tête de coupable. Ça n’était pas vraiment la première fois qu’on le lui disait, ou qu’on l’accusait à tort, après tout.

« On m’a déjà dit, ouais. »

Il n’oserait pas crier à la discrimination, car il n’aurait su sur quel motif s’appuyer. Après tout, il avait peut-être déjà fait des bêtises et commis quelques entorses aux règlements. À une époque récente et pas nécessairement résolue, qui plus est. Enfin. Il ne faisait présentement rien pour s’attirer des ennuis, donc c’était techniquement une chose du passé, n’est-ce pas?  Le fait qu’il ait fait un pari il y avait à peine quelques heures sur la quantité de savon à vaisselle nécessaire pour faire mousser le lac noir n’était qu’un détail.

La préfète sympa ne semblait tout de même pas s’en formaliser plus que cela, comme le démontrait son attitude redevenue décontractée. Un coup d’oeil rapide à son sac, et Tony put confirmer que le bouquin qu’il lisait était bien caché, hors de la vue, à l’intérieur de celui-ci. Son attitude se fit immédiatement plus nonchalante et naturelle et la crainte de voir Vanellope et découvrir son infâme secret s’envola immédiatement.

Une rotation du bassin, suivi d’une translation, et Tony tapota le muret de pierre sur lequel il était assis, pour inviter sa préfète à y prendre place également. S’ils devaient attendre que l’ouragan Rusard passe, aussi bien se mettre minimalement confortable. L’irlandais aurait pu faire apparaître des coussins pour ajouter un peu de douceur à leur siège, mais devant la préfète ce serait carrément de chercher des embrouilles. Et Van était trop sympa pour qu’il ait envie de l’embêter en l’obligeant à jouer à la police.

« Tu m’crèves le coeur. Tous mes rêves de dev’nir une star internationale s’envolent comme euh… la poste au p’tit déj. »

C’était moyen comme comparaison. Par ailleurs, c’était une habitude vaguement insalubre, tous ces rapaces au-dessus de leurs assiettes. Pourquoi ne l’avait-il pas réalisé auparavant?

« Écoute, je te pardonne malgré le trou dans mon coeur », fit-il mine d’être bon prince, « même que si tu me promets de venir au lancement de mon premier film, je t’ai jamais vue dans ce couloir. »

Si Rusard apprenait qu’une préfète avait été sur les lieux de ce crime capital olfactif et qu’il investiguait, ce pourrait être intéressant d’avoir un témoin qui ne l’avait pas vu. Tony ne chercha même pas à savoir si cela constituait un non-sens. D’autres questions étaient plus primordiales.

« Tu m’verrais plutôt comme rôle principal dans un film d’action, d’amour ou d’horreur ? »

Le sixième n’était pas sérieux : il était de notoriété publique qu’il deviendrait une star de l’équipe de Quidditch d’Irlande, et non pas un truc aussi tape-à-l’oeil qu’acteur. Non mais, il avait de réelles ambitions, après tout!


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] Empty
MessageSujet: Re: C'est pas moi, je le jure! [Vanellope]   C'est pas moi, je le jure! [Vanellope] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est pas moi, je le jure! [Vanellope]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Lieux de passage :: Les Couloirs et Escaliers-
Sauter vers: