Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez
 

 (Thème) Les Malles des Mâles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 226
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyLun 1 Mar - 2:13

Les Malles des Mâles

Feat. Isaac
made by black arrow


L’ambiance dans la salle commune était électrique. Un seul sujet était sur les lèvres de tout le monde : les présents qu’ils venaient de recevoir de cette sordide organisation. Que ce soit de l’excitation, de l’indignation ou de l’appréhension, chacun semblait avoir sa propre opinion et son mot à dire sur cette étrange excuse de Magicis Sacra. Même Tony avait sa petite opinion. Ça n’était pas ce qui était étrange en soi, mais plutôt qu’il ait réfléchi à la question. Longuement. Il avait fort peu interagit avec Viska depuis son retour, et n’était informé que par des rumeurs. Si les moins pires d’entre elles étaient avérées, c’était déjà horrible et elle avait probablement besoin du support de gens dotés de davantage d’empathie et de douceur que Tony. Dans un premier temps, du moins. Combien de temps avant l’arrivée du deuxième temps ? C’était bien là toute la question !

Dans tous les cas, Tony en était venu à la conclusion que ces cadeaux étaient une horrible manière de tenter de s’acheter le pardon, ou l’oubli des élèves. Un piège dans lequel Tony aurait été le premier à tomber s’il n’avait pas été aussi choqué par l’enlèvement de la serpentard. Doublée d’une démonstration ostentatoire des moyens de l’organisation sang-puriste, cette campagne de relations publiques avait le don d’énerver encore d’avantage le gryffondor. Il connaissait suffisamment bien le discours de sa sœur aînée sur le gaspillage de ressources pour le répéter sans avoir même à y réfléchir, mais ce n’était pas là le moteur de sa décision. Plus pragmatique, il s’était dit que la malle lui serait utile, tout simplement. Et puis, accepter le présent ne signifiait pas qu’il endossait les activités de l’organisation, ou encore qu’il oblitérait ses souvenirs, ou bien qu’il leur pardonnait quoi que ce soit. Non, cela signifiait simplement qu’il était bien donné. Un cadeau ne se refuse pas, après tout. Puis, il y avait cet autre dicton, concernant les chevaux et leurs brides.

Tony se retrouvait donc dans la salle commune, sa nouvelle malle dans les mains. Légère, mais plutôt encombrante quand son corps chômait la croissance verticale, il déposa le meuble de rangement devant l’un des canapés où il avait l’habitude de se prélasser. D’étudier, fallait-il apparemment dire. L’un de ses endroits habituels, donc. Tony déposa la malle devant le canapé, sans que les quelques microbes qui y prenaient place ne semble comprendre le message. Le batteur alla alors s’asseoir en faisant mine de ne pas savoir que trois mômes d’un douzaine d’année y siégeaient déjà. Cela suffit à faire lever le camp au deux-tiers des opportunistes, mais le dernier intrus semblait récalcitrant. D’un mouvement de la tête, Tony vérifia qu’il n’y avait aucun préfet dans les parages.

« Tu dégages ou t’attends de servir de cobaye pour mes maléfices préférés ? »

Les potes de l’énergumène parvinrent à le convaincre d’obtempérer et de laisser Tony tranquille. C’était fou de voir comment les jeunes étaient insolents, de nos jours. Aucun respect pour la hiérarchie : les plus vieux avaient les meilleurs choix de sièges, quitte à devoir déloger tout ce qui n’avait ni Buses ni poil au menton. O’Donnell s’étendit sur le canapé, la tête et les pieds sur chacun des accoudoirs.

L’irlandais commençait à somnoler lorsqu’il reconnut une voix à travers le brouhaha. C’était son cochambreur ; le sympathique, pas le préfet. Les yeux de nouveau ouverts, Tony arqua le cou pour identifier la position de son ami, qu’il héla finalement d’un geste de la main.

« Zack! Ici! »

Tony pivota en position assise et déposa ses talons sur sa malle flambant neuve sans sembler y voir le moindre problème. Il tapota le coussin à côté du sien et attendit que son camarade de classe y prenne place avant d’entamer la conversation.

« Ça va ? » interrogea-t-il sans la moindre originalité du monde.  

(665 mots)


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Isaac Hudson
Isaac Hudson
Gryffondor

Parchemins : 130
Âge : 17 ans • 28/05/1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyLun 1 Mar - 13:11

Isaac & Tony.
Is this the real life? Is this just fantasy? Caught in a landslide, no escape from reality. Open your eyes look up to the skies and see. I'm just a poor boy I need no sympathy because I'm easy come, easy go. Little high, little low. Any way the wind blows doesn't really matter to me, to me
Suite à la "légère" altercation qu’avaient eu Graham et Isaac durant le cours de Botanique, le jour où cette vieille folle de Trelawney avait décidé de faire des prémonitions pour tous les élèves de l’école, Isaac avait écopé d’une retenue continue pour tous les week-ends d’avril, de mai et de juin. Il était donc collé jusqu’à la fin de l’année, chose qu’il n’aurait jamais cru possible en cinq ans et demi à l’école de sorcellerie. Bien évidement il tenait Graham coupable de tout cela, car jamais, ô grand jamais, Isaac ne se serait retrouvé en retenue jusqu’à la fin de l’année scolaire si Graham Bishop n’avait pas existé. C’était pourtant clair comme de l’eau de roche non ? En presque de six ans, il n’avait jamais eu une seule heure de colle, et il avait suffit qu’on le mette une fois en groupe avec son camarade de chambre, et ils avaient manqué de s’étriper... Non, en réalité, ils s’étaient étripés, et voilà pourquoi il finissait en retenue. Tout cela ne serait jamais arrivé si le professeur Londubat l’avait mis en groupe avec Tony ou Fiona, tout cela ne serait sûrement pas arrivé. Il était donc facile de comprendre que le problème, dans toute cette histoire, était Graham Bishop, préfet de Gryffondor et casse-pieds de service.

Il venait justement de finir sa colle hebdomadaire quand un brouhaha insupportable lui parvient jusqu’aux oreilles, depuis le grand hall. Fronçant les sourcils, son air ronchon sur le visage, l’anglo-italien se dirigea vers la source du bruit, se demandant ce qu’il pouvait bien se passer pour qu’il y ait autant de bruit un samedi après-midi. Généralement, les élèves étaient tous dispatchés aux quatre coins du château. Le soleil étant également de retour, beaucoup décidaient de passer du temps dans le parc de l’école. Il était donc clairement anormal qu’il y ait autant de monde dans le hall de l’école. Une fois sur place, l’attroupement et les professeurs présents lui firent arquer un sourcil. Il trouva un troisième année de Gryffondor non loin de lui, et lui mis le grapin dessus : « C’est quoi ce bordel ? Qu’est-ce qu’il se passe ? » Le troisième année, visiblement particulièrement excité, semblait tenter de se frayer un passage vers la source d’intérêt. « On a reçu des cadeaux ! Tous !! Il paraît que c’est une excuse de la part de MS ! » Fronçant les sourcils, Isaac attendit de pouvoir s’approcher avant de tomber sur la pile de cadeaux, surpris de voir tout cela. Il récupéra le sien, soucieux, puis remonta dans la salle commune des rouge et or, se demandant bien ce que Magicis Sacra voulait avec ces cadeaux. Se racheter aux yeux des élèves de l’école ? C’était gros, trop gros. Qui serait assez stupide pour y voir là une amende honorable ?

Alors qu’il parlait avec Flynn, lui demandant le cadeau qu’avaient reçu les quatrième années, il entendit la voix familière de son camarade de chambre -celui qu’il appréciait- l’appeler. Levant la tête vers la voix, il esquissa un sourire et lui fit signe, laissant Flynn aller vaquer à ses occupations. « Me dis pas que tu faisais une sieste ? » lança-t-il à l’irlandais, remarquant ses pieds sur la valise qu’ils avaient reçu. « Ça va, et toi ? T’as été cherché le "cadeau" aussi, à ce que je vois. » Il montra sa propre valise, avant de la poser au sol et de prendre place aux côtés de Tony, sur le canapé. « Qui est assez idiot pour penser qu’on va oublier tout ce qu’ils ont fait avec des cadeaux ? Faut être complètement con. » Il ne disait pas qu’il n’était pas ravi d’avoir une nouvelle valise, elle était particulièrement légère et de ce qu’il avait lu du mot qui l’accompagnait, elle avait un espace infini. Ce qui pourrait s’avérer utile si jamais Isaac se faisait virer de chez ses parents avant la fin de ses études ou alors qu’il n’avait toujours pas de travail... pourrait-il y créer un appartement portatif ? La question se posait, non ?
acidbrain


• 662 mots •


J'ai senti la coco c'est qu'c'est trop tard.
Rien de plus étrange que la fin qui monte en moi. Rien de plus étanche que mon cœur quand rien ne va. Des armes blanches dans mon cœur quand tout s'en va. Plus rien ne va et c'est mieux comme ça, la vie déjà s'est trop joué de moi...
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 226
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyLun 1 Mar - 16:51

Les Malles des Mâles

Feat. Isaac
made by black arrow


Ne pas bâiller. Ne surtout pas bâiller. Un sportif de sa trempe, un mec actif tel que le futur célèbre Tony O’Donnell, faire la sieste?​ Certainement pas en pleine journée! Du moins, pas en public. Hudson avait définitivement surpris quelques siestes de champion par le passé, dans l’intimité de leur chambre. Cela n’empêcha pas l’irlandais de réfuter avec un naturel qui trahissait une certaine expérience en la chose.

«​ Nah. J’me préparais mentalement à étudier. Les moldus font ça pour s’aider à réfléchir et se souvenir d’trucs.​ »

C’était une interprétation complètement libre et personnelle, à défaut d’être juste, de la psychanalyse. D’un haussement d’épaule, le batteur laissa savoir à son ami qu’il n’allait pas particulièrement bien, ni mal, malgré l’enthousiasme qu’aurait normalement dû susciter une journée ensoleillée doublée d’un cadeau. Toutefois, c’était justement ce cadeau qui venait modérer ses ardeurs, comme sembla le deviner son don juan de cochambreur. Ils semblaient être une fois de plus sur la même longueur d’onde. Du menton, Tony désigna un groupe de premières années qui brandissaient des balais neufs avec enthousiasme. Déjà, il fallait être un peu taré pour étrenner un tel cadeau à l’intérieur plutôt qu’au terrain de quidditch ou n’importe où ailleurs dans le parc, à vrai dire.

«​ Ou jeune​ » compléta-t-il sobrement, sans réfléchir au terme plus approprié​ : naïf. «​ N’empêche, c’est pas moi qui va cracher sur un cadeau de c’genre. Combien ça peut valoir, tu crois?​ »

Il connaissait déjà la réponse courte​ : trop cher. C’était définitivement la réponse que Tim et Anie donneraient à leur fils. Ils étaient rarement d’accord, sinon sur ce type de questions. Le descendant de pêcheurs savait bien qu’il aurait eu beau expliquer en détail les avantages et les bienfaits de cette valise, leur réponse demeurerait inchangée. C’était pourquoi il n’aurait pas même tenté de les convaincre de la lui acheter. Ça et parce qu’il n’avait aucune idée de l’existence d’un tel objet ce matin-même. Il ne s’en vanterait pas, évidemment. Il avait déjà bien assez souvent le rôle du moldu ignare au château, bien qu’il sache ne pas être le seul dans son cas. Il n’était pas non plus abonné au catalogue Sears à aucun service de commandes par hibou. Sinon il aurait pu au moins voir la publicité d’un tel objet, si l’idée lui avait traversé l’esprit d’aller voir de ce côté. Il était vraisemblablement davantage du genre à baver sur les balais et d’autres produits plus excitants et hauts en couleurs. Des gadgets qui en jettent, en somme.

Tony savait qu’Isaac avait passé ses derniers samedis en retenue, aussi évita-t-il de lui demander trop précisément comment avait été sa retenu. Il n’était pas si stupide, et avait également suffisamment d’expériences personnelles de colle pour savoir que c’était généralement un sujet désagréable qu’il valait mieux éviter. Si quelque chose d’intéressant s’était produit, l’italien lui en parlerait spontanément, après tout. La colle à perpétuité, suite à l’altercation botanique entre les deux Gryffondors qui partageaient le dortoir de Tony, avait été un sujet de discussion au sein des sixièmes années. Tony n’avait-il pas lui-même râler sur ses deux colocataires avec Fiona?​Malgré sa préférence pour Isaac, le batteur appréciait bien les deux garçons. Il arrivait au préfet d’être intéressant, et lorsqu’il ne l’était pas, il faisait une excellente cible pour dissiper la lassitude du lion.

«​ Tu crois qu’on serait capable de ranger une valise dans une autre?​ »

Une idée venait de naître dans l’esprit de l’Irlandais. Il ne s’arrêta pas à réfléchir aux conséquences ou aux raisons pour lesquelles Isaac pourrait être contre le coup de génie de Tony. D’une manière qu’il n’aurait su expliquée, penser au P’tit Biscuit Graham semblait avoir inspiré, et complètement éveillé, celui qui somnolait encore quelques minutes plus tôt. L'envie de bâiller était désormais reléguée aux oubliettes.

«​ Genre, cacher celle d’Bishop dans la mienne.​ »

Tony n’avait aucune mauvaise intention​ : simplement de s’amuser un peu aux dépends du préfet. La patience apparente de celui-ci en faisait une cible parfaite, bien que cela impliquait souvent de pousser la blague un peu plus avant qu’il ne réagisse enfin. L’Irlandais ne comptait évidemment ni voler ni fouiller dans les affaires de son voisin de lit, mais seulement lui faire une farce et le voir paniquer un peu. Honnêtement, comment un tel plan pourrait-il mal se finir ?

«​ Ou la tienne.​ J’suis partageux. »

Il avait naturellement ajouté cette offre en haussant les épaules avec une insouciante légèreté.​ Après tout, il se fichait bien de prendre les mérites pour sa merveilleuse idée, alors que c’était entièrement le contraire dès que Tony posait le regard sur un balai. Et puis, il se doutait bien que Zack serait heureux de pouvoir tourmenter "gentiment" leur comparse.​

(810 mots)


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Isaac Hudson
Isaac Hudson
Gryffondor

Parchemins : 130
Âge : 17 ans • 28/05/1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyLun 1 Mar - 20:17

Isaac laissa un rire s’échapper d’entre ses lèvres, un vrai sourire se dessinant sur son visage, suite à la remarque de Tony. Il était une des rares personnes, avec Emrys, Lola et Fiona, qui avaient su percer sa carapace de gros ronchon. « Les moldus ne font pas ça du tout, t’as cru que j’étais Bishop ou quoi ? » Né-moldu de son état tout autant que Tony, il savait tout à fait que jamais les moldus ne se comportaient ainsi. Tout comme les sorciers, s’ils se mettaient sur un canapé, il y avait de grande chance qu’ils finissent par compter et donc dormir. Voire même ronfler. Isaac lui même piquait des petits sommes de temps à autre, comme tout le monde.

Alors que l’idée de recevoir un cadeau de la part de Magicis Sacra, une organisation internationale qui voulait couper les enfants sorciers du monde magique, ne le mettait pas particulièrement en joie, le regard qu’il coula vers les premières années désignés par son camarade de chambre, qui s’extasiaient sur leurs nouveaux balais, voulait en dire long. Cela lui rappela le troisième année à qui il avait demandé des informations dans le grand hall de l’école, qui semblait tout aussi ravi de savoir qu’il avait reçu un cadeau de la part de criminels. Bon, d’accord, ils n’étaient des criminels selon la définition pure du terme, mais on ne pouvait clairement pas dire qu’ils étaient blancs comme neige ! « Des balais ? Ils se sont vraiment creuser la tête dis donc. Ils savent s’en servir au moins ? » Car à part James Potter, on ne pouvait pas dire que beaucoup de première année à Gryffondor s’illustraient dans le Quidditch. Si Isaac était un grand fan de Quidditch, il n’avait toujours pas sauté le cap et tenté d’entrer dans l’équipe. Il n’était pas non plus très sûr de le vouloir un jour, il fallait l’avouer. « Tu crois que Potter va l’utiliser ? » Après tout, cela valait le coup de se poser la question, toute sa famille se battait férocement contre l’organisation internationale. A la question de son ami, Isaac haussa les épaules, ne sachant pas vraiment quoi répondre. « Beaucoup d’argent sans doute. Surtout pour en offrir à tous les sixièmes années et pour ajouter à cela des cadeaux pour tous les élèves de l’école... » Ce n’était pas comme s’ils n’étaient que vingt, dans cette école ! Visiblement, niveau richesse, Magicis Sacra se débrouillait plutôt bien. Est-ce qu’Isaac était surpris ? Pas vraiment, après tout, la mafia italienne était également remplie de riches...

Il fronça les sourcils, jetant un coup d’œil sur son ami, alors que celui-ci lui demandait s’il pensait qu’on pouvait cacher une valise dans une autre. En soit, il ne voyait pas ce qui les en empêcherait, après tout, lesdites valises étaient censées avoir un espace infini, c’était donc fait pour, non ? « Je suppose ? T’as déjà ouvert la tienne, pour voir comment c’était dedans ? » Isaac était curieux, il devait bien l’avouer. Il connaissait le sortilège d’expansion, bien entendu, mais il n’avait jamais tenté de le lancer que sur ses sacs à dos et diverses poches. Sa propre malle en était d’ailleurs la cible, mais il l’avait achetée déjà ensorcelée, et il était plus ou moins sûr qu’elle lui lancerait à la figure le moindre vêtement en trop qu’il tenterait de mettre dedans. « Non merci, je te laisse faire. Voire même enrôler Lola, mais moi, je reste le plus loin possible de ce connard. » Grinçant et ronchonnant, on ne pouvait pas dire qu’Isaac était le plus sympathique des lions ces dernières semaines. Mais tout ça, c’était de la faute à Bishop ! « Tu te rends compte que moi, je suis collé jusqu’à la fin de l’année à cause de lui ? Et lui, il reste préfet ?! C’est n’importe quoi. » Non, il ne lui en voulait pas du tout, enfin...
acidbrain


• 631 mots •


J'ai senti la coco c'est qu'c'est trop tard.
Rien de plus étrange que la fin qui monte en moi. Rien de plus étanche que mon cœur quand rien ne va. Des armes blanches dans mon cœur quand tout s'en va. Plus rien ne va et c'est mieux comme ça, la vie déjà s'est trop joué de moi...
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 226
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyMar 2 Mar - 1:24

Les Malles des Mâles

Feat. Isaac
made by black arrow


Tony plissa les yeux, soudainement songeur, et même suspicieux. C’était vrai ça. En fin de première année, la marmaille savait-elle voler? Sûrement un peu. Pas assez pour ne pas être surveillés. C’était peut-être ça, le grand plan de MS, envoyer tout Poudlard à l’infirmerie simultanément pour qu’elle soit engorgée et tenter une nouvelle percée à ce moment-là… Ouais, non. Tony se faisait des films, ou en avait trop regardés, là. Adieu les considérations et excuses Freudiennes, en voilà de beaucoup plus pressantes : peut-être aurait-il dû s’offrir en tant que mentor de vol auprès des premières années. C’était une option à garder en tête pour l’an prochain. Là, ils étaient beaucoup trop près de la fin d’année pour que ça en vaille la peine.

« J’sais pas. On savait, non? Après, avec les jeunes d’nos jours, on sait jamais. »

Oui, cette phrase précise, qu’ils entendaient encore si fréquemment du haut de leurs seize années révolues, affublée d’un clin d’oeil pour bien exprimer la dérision. La question suivante méritait une réponse similaire : comment Tony pouvait-il en avoir la moindre idée? Ça lui semblait illogique, d’une part, mais de l’autre, il avait accepter sa malle sans cautionner Magicis Sacra pour autant.

« Tu sais qui est son père. Et les aurors ça doit être bien payé : il lui en achèt’ra peut-être un autre juste pour dire que son fils utilise pas çui-là… »

De pures fabulations, voilà ce que c’était. De toute manière, aux yeux de Tony, le tout Londres Magique roulait sur l’or et était probablement rémunéré en lingots sonnants et trébuchants. Comment ça, l’expression ne s’appliquait qu’aux piécettes et autres monnaies? En tout cas, Zack semblait plutôt d’accord que l’organisation maléfique – comment qualifier autrement une entité qui n’avait comme seul but de séparer Tony de sa famille? Tony et les autres gens comme lui ... - n’avait pas été pingre. Si chaque cadeau était individuellement dispendieux, cela voulait dire qu’ils étaient… Un rapide calcul mental et Tony détermina la conclusion : riches.

L’idée de l’irlandais sembla piquer la curiosité de son ami, mais il devait avouer qu’il n’avait pas encore vérifier le fonctionnement de l’objet. Il n’avait pas vraiment envie d’ouvrir sa malle devant tout le monde : il savait trop bien que lui-même en profiterait pour jouer au troll et lancer des parchemins chiffonnés ou autre s’il avait vu quelqu’un étrenner sa malle devant lui. Il comptait donc l’ouvrir dans sa chambre, mais avait été interrompu dans son trajet lorsqu’il avait remarqué les avortons qui occupaient le canapé réservé aux sixièmes années, dont la possession n’était réelle que dans l’esprit du batteur.

« Nah, j’pensais monter au calme pour l’ouvrir. Après mes révisions », ajouta-t-il rapidement en roulant des yeux dans leurs orbites, avant de poursuivre sur son idée farfelue, qui était certaine de plaire à Isaac et lui donner la pêche!

Eh bien! C’était raté de chez raté. Tony grimaça à la fois à l’idée de demander à Lola, et en entendant le qualificatif dont Graham venait d’hériter. Bishop avait certes beaucoup de défauts, mais il y avait peu de façons de recouper les élèves sans qu’il y ait pire connard que lui. S’il ne l’admettrait jamais, Tony savait tout de même inconsciemment qu’il était à plus d’un Bishop sur l’échelle de la connardise. Il évita de renchérir ou reprendre son ami sur le terme peu flatteur, se contentant d’émettre quelques onomatopées que Isaac pourrait bien interpréter comme bon lui semblerait. Tony n’était pas là pour ajouter de l’huile sur le feu de leur relation. Quant à Lola…

« Tu te rends compte que moi, je suis collé jusqu’à la fin de l’année à cause de lui ? Et lui, il reste préfet ?! C’est n’importe quoi. »
« Clairement, mec, c’est pas juste. »

La vie était ainsi faite : injuste et souvent cruelle. Il fallait quand même être un peu chanceux pour le réaliser à seize ans, et pas avant. En vérité, Isaac le savait certainement depuis des plombes, mais c’était toujours différent quand on était la victime. Tony n’aurait su expliquer pourquoi Graham y avait échappé : il fallait toujours être deux pour se chercher des noises. Peut-être qu’il y avait une pénurie de candidats à la préfecture chez les rouge et or? Tony devait admettre que ça l’arrangeait que Bishop ait écopé de ce rôle. Entre l’indolence et l’indulgence, on pouvait dire que Graham était un peu le gros lot en matière de préfet à avoir dans sa chambre. Il faudrait que Tony essaie de ramener du Whisky Pur Feu dans le dortoir et en offrir au P’tit Biscuit, juste pour voir sa réaction. Surtout, s’ils cherchaient un nouveau préfet parmi les sixièmes années, cela incomberait à l’irlandais, comme Isaac était également puni : un vrai cauchemar!

« Écoute, c’est peut-être un juste retour du karma. »
Et non pas Graham qui avait su jouer les chouchou, d’une manière ou d’une autre.
« T’es né avec la chance de ton côté : t’as la cote auprès des filles, t’es cool, t’es brillant. »
Plus que bibi, pour ce que ça valait.
« Et de l’autre côté y’a Graham. Forcément un jour se serait à son tour d’être chanceux… »

Tony n’était pas certain que cela retire un ou deux degrés de bougonnerie à son ami, mais il n’avait pas joué sa dernière carte : il n’avait toujours pas abordé l’hypothèse Lola.

« J’pense garder Lo hors de ça. Déjà, elle s’rait capable d’me pousser dans une malle et me laisser mariner pendant des jours.»
Des heures, maximum. Quelques minutes, probablement plus réalistement. C’était quand même une idée glauque, et l’imagination de Tony, nourrie par trop d’heures de visionnement cinématographique, s’emballait toute seule. C’était peut-être ça la stratégie : une fois l’infirmerie engorgée, ils jetaient les élèves dans une malle, la verrouillait et chipaient un balai pour s’envoler dans leur Quartier Général top secret. Si Magicis Sacra était capable de kidnapper une élève, pourquoi pas une dizaine, ou une centaine? Aussi, les hibous des quatrièmes années étaient peut-être dressés pour porter les messages audit Q.G. avant de poursuivre leur route. Et ces costumes magiques… Des déguisements pour un éventuel espion? Non. Son cerveau s’emballait sûrement. Personne n’était diabolique à ce point. Ni ne construisait de tels plans. Les vilains Marvel n’existaient pas réellement!

Tony revint sur terre après ce court voyage imaginaire. Il avait bien une autre raison pour ne pas demander à Lola de l’aider, mais il ne pouvait la nommer directement.

« Dis-toi qu’si ta chance revient, on s’ra en colle ensemble. Ce s’ra déjà moins pénible. »

Il y avait un moment maintenant que O’Donnell n’avait pas embêté Rusard. Ce plan impliquait donc de se faire prendre, et Tony n’avait pas envie d’entraîner quelqu’un d’autre en retenue. Certainement pas une amie. Lui-même avait ses limites qu’il ne dépasserait pas, pas même pour ses bêtises.

(1148 mots)


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Isaac Hudson
Isaac Hudson
Gryffondor

Parchemins : 130
Âge : 17 ans • 28/05/1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyMar 2 Mar - 16:16

Isaac devait bien l’avouer, Tony avait raison. En effet, en fin de première année, ils savaient voler. Mais était-ce une raison suffisante pour se voir offrir un balai dernier cri ? Il n’en n’était pas spécialement convaincu. Après, il se fichait pas mal des cadeaux des autres. Le sien lui convenait, même s’il ne savait pas trop quoi en penser. Ça faisait très solution de facilité, pour tenter de se racheter auprès des élèves de l’école. Si ça pouvait marcher pour les petites années, pas vraiment traumatisée par les actions de Magicis Sacra, ou carrément ignares sur ce qu’ils voulaient faire, l’anglo-italien n’était pas sûr du résultat que cela aurait sur les élèves de la cinquième à la septième année. Beaucoup faisaient partie de la Brigade Anti-Menace, connaissaient donc plus ou moins Viska Spingate, ou à défaut, partageait des cours ou des clubs avec elle. Isaac lui, ne partageait avec la blonde, mais il la connaissait de vue. Se sentait-il pour autant concerné par tout ce qu’il se passait autour d’elle ? Non, pas vraiment. Il s’insurgeait volontiers, attention, sur ce qu’elle avait vécu. Être enlevée et battue par son propre père devait être très difficile à vivre et à surmonter. Surtout que les rumeurs avaient été bon train et que presque toute l’école savait ce qu’il avait vraiment eu derrière la tête avec cet enlèvement.

Concernant James Potter, il fut ravi de voir que Tony pensait comme lui. Bon, il n’avait pas été aussi loin que son camarade de chambre sur la richesse de la famille mais au moins, ils étaient sur la même longueur d’ondes, à peu de choses prêt. « Ouais, ou il finira avec les vieux Nimbus 2001 des Serpentards dans les vestiaires de Quidditch. Tu crois qu’on peut se débarrasser de ces trucs ? Si tant est que l’envie nous prenne, bien sûr. » Car il avait en tête quelques personnes qui ne seraient pas contre brûler tout cela. Viska en premier lieu, qui, en plus d’avoir eu le même cadeau que les cinquièmes années, avait eu un paquet en plus. Son mec aussi, qui ne serait sûrement pas ravi de la chose. Et encore... serait-ce suffisant pour qu’il veuille s’en débarrasser ? Il n’en savait absolument rien.

« Ah oui, tes "révisions" » singea-t-il, faisant les guillemets avec ses doigts, un rire perçant ses lèvres. Comme s’il croyait Tony, bien sûr ! L’idée de son ami le fit réagir au quart de tour, mais pas dans le bon sens. S’il laissait, de base, les farces à Lola et Tony, trop studieux pour son propre bien sans aucun doute, il était hors de question qu’il ne s’approche encore plus de Graham. Ravi de voir que son camarade de chambrée affirmait que toute cette situation était injuste, il laissa un « Mais oui ! » s’échapper d’entre ses lèvres, avant de croiser furieusement les bras sur son torse. C’était exactement ça, c’était injuste. Calimero va. Il haussa un sourcil, ayant du mal à comprendre où Tony voulait en venir avec la suite de ses paroles. « C’est très tendancieux ce que tu me dis là, tu sais. J’ai pas besoin d’être flatté pour aller mieux. Juste qu’il se prenne un retour dans la tronche. » Si lui l’avait frappé en botanique, c’était bien la première fois en presque six ans. Autrement, ils s’ignoraient ou s’engueulaient. Ils ne se battaient pas, même si ce n’était pas l’envie qui leur manquait parfois. Mais alors, pourquoi Isaac avait-il finit par céder, au mois d’avril ? Très bonne question, dont il n’avait absolument pas la réponse. Il éclata ensuite réellement de rire à la mention de leur amie commune, Lola. Il voyait la brune comme sa meilleure amie, même si elle était chiante sur les bords avec ses blagues qui n’en finissaient pas. Mais il l’aimait, sincèrement. « Arrête, des jours ? Des années plutôt. Elle aurait oublié qu’elle t’a poussé en faisant comme si de rien n’était. On passe tout à son visage d’ange. » Il haussa les épaules, se moquant, un peu, des deux lions. Lola ne serait pas capable de le laisser pour mort dans une malle... Pas vrai ?

Il laissa un soupir s’échapper d’entre ses lèvres quand le brun à ses côtés lui parla de sa chance, qui serait peut-être un jour de retour. « Franchement, je ne comprends même pas pourquoi tu n’es pas déjà collé à l’année. Ou alors faudrait que j’arrive à convaincre Em’... » Après tout, le blondinet n’était-il pas son petit frère de coeur ? Il pouvait bien lui faire cette fleur que d’être collé jusqu’à la fin de l’année à ses côtés ! Comment ça, "non" ?!
acidbrain


• 764 mots •


J'ai senti la coco c'est qu'c'est trop tard.
Rien de plus étrange que la fin qui monte en moi. Rien de plus étanche que mon cœur quand rien ne va. Des armes blanches dans mon cœur quand tout s'en va. Plus rien ne va et c'est mieux comme ça, la vie déjà s'est trop joué de moi...
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 226
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyMer 3 Mar - 18:50

Les Malles des Mâles

Feat. Isaac
made by black arrow


Le batteur haussa les épaules. Il ne comptait se débarasser de rien du tout, et si ses confrères de maisons le désiraient, ils pourraient toujours lui donner leurs affaires. L’irlandais se débrouillerait bien pour trouver des acheteurs qui seraient intéressés par une coiffeuse-à-conseils ou un costume magique. L’idée de tout brûler, ou détruire, ne lui traversa même pas l’esprit. ​


Tony ne voyait pas vraiment en quoi ses révisions étaient moins plausibles que la retenue d’Isaac. Peut-être avait-il toujours une marque de coussin contre la joue? Voilà quelque chose qui n’arrivera plus dès qu’il pourra se laisser pousser une barbe! Le pauvre irlandais tenta de rester subtil alors qu'il se grattait la joue, comme si son épiderme était suffisamment sensible, ou marqué, pour qu'il puisse arriver à sentir de telles traces.

« C'est pas tendancieux ! J'suis toujours neutre, dans vos histoires. » Aussi neutre qu'une pluie acide, oui! « Pis, j'fais des compliments à mes potes si qu'j'en ai envie », poursuivit-il, davantage bougon. Comme à son habitude lorsqu'il était contrarié l'accent d'O'Donnell ressortait particulièrement. Son accent qui n'était déjà pas des plus doux, à l'image du bonhomme.​ « J'suis certain qu'il aura son r'tour de pendule. Fais t'en pas pour ça, mec. »

Il se pouvait que son regard laissait entendre que serait lui qui balancerait le balancier en plein visage de leur cochambreur, figurativement - probablement -. Il était aussi possible que Tony était simplement bourru et dardait du regard tout ce qui tombait désormais dans son champ de vision. Cela ne dura évidemment pas : tous n'étaient pas des professionnels du calibre de Hudson, et la mention de Lola suffit à ramener l'adolescent dans un état à peu près normal. Il observa un court instant son ami, un sourire narquois aux lèvres, en songeant à lui poser la même question que Esther lui avait posée quelques semaines plus tôt, un matin où Tony ne pétait pas trop la forme et qui, à son avis, s'était plutôt bien conclus. Il n'interrogea pas Isaac, persuadé que leurs réponses étaient la même : ils n'avaient pas ce genre d'intérêt pour celle qui était leur meilleure amie à tous les deux. Un peu plus celle de Tony, quand même...

« Si j'disparais, tu vas d'voir fouiller toutes les malles de Gryffondor, alors. » Ça n'en faisait pas tant que ça, en vrai. Et il était évident que Tony ferait la même chose pour Isaac!​


Tony éclata de rire en pleine tentative de feindre l’indignation. Qu’est-ce que l’italien allait sous-entendre là? Hudson croyait être le seul à savoir user d’un certain charme ? Le batteur était un pro des yeux de bichettes face au personnel. Puis, il était possible qu’il soit une plus grande gueule qu’il n’y paraissait et ne faisait pas tant de bêtises méritant une peine aussi sévère que la retenue. Ça ou bien les preuves de ses crimes manquaient…

«​ Oh, si Emmy s’embête, il s’ra le bienvenue! Plus on est, plus on s’amuse, après tout!​ »​

L’air conspirateur, Tony retira ses pieds de la valise et se pencha vers Isaac, en lui faisant signe de faire de même.

«​ Écoute, Zack. J’vais te donner un truc de pro, mais tu dois m’promettre de le répéter à personne, pas même sous la torture!​ »

Tony planta son regard marron dans celui, noir, de son interlocuteur, l’air grave, avant de reprendre un demi-ton plus bas.

«​ L’meilleur truc pour éviter la colle, c’est d’pas s’faire prendre. En ayant pas de témoins, genre. Pas en cognant quelqu’un d’vant une classe entière, par exemple.​ »

Évidemment qu’il le charriait​ : il fit même une bourrade sur l’épaule de son ami, alors que ses yeux n’étaient devenus que des fentes. L’occasion était bonne d’enfin poser une question qui avait titillée le côté potineur de Tony depuis un moment maintenant. Mais pas devant la maison des lions en entier. Les pieds au sol, le court garçon se releva. Il saisit sa malle et fit un signe de tête évocateur à son colocataire.

«​ On monte voir c’qu’elles ont dans le ventre ?​ »

Par-dessus le dossier du canapé, les avortons qu’il avait chassés un peu plus tôt lançaient déjà des regards envieux dans cette direction. De véritables vautours, ces marmots!​Le batteur désigna ses yeux du majeur et de l’index, puis les tourna dans leur direction, à quelques reprises. S’il voyait de nouveau l’un de leurs derches sur son siège, leur séant s’en porterait mal.​

(760 mots)


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Isaac Hudson
Isaac Hudson
Gryffondor

Parchemins : 130
Âge : 17 ans • 28/05/1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyJeu 4 Mar - 15:22

A voir Tony s’offusquer ainsi, Isaac esquissa un sourire d’abord, puis éclata de rire. Il lui tapota l’épaule, compatissant, avant de reprendre : « Non mais c’est gentil, je suis ravi de savoir que tu trouves que j’ai la cote avec les filles. » Ce qui n’était pas spécialement faux, même s’il n’était pas le mec le plus en chien de l’école, qu’on s’entende bien, hein ! A entendre l’accent du brun qui ressortait, un petit sourire moqueur étira les lèvres de l’anglo-italien. Lui-même finissait par jurer dans la langue de sa mère quand la colère prenait le dessus sur le reste. Cela arrivait relativement rarement, sauf quand Graham était dans les parages. Mais c’était une autre histoire. Il haussa les épaules, pas spécialement convaincu par la suite de ses paroles. « Mouais, j’sais pas. Il m’a l’air vachement privilégié alors que c’est clairement un préfet en carton. Je sais pas comment Reynolds le supporte. » En parlant de Reynolds, où était donc la jeune sorcière ? Isaac l’avait repérée depuis plusieurs mois, mais elle semblait relativement imperméable aux charmes masculins. Enfin, sa pote avait été enlevée, il pouvait comprendre qu’elle ai autre chose à faire et à penser. Encore que, peut-être serait-il capable de la faire penser à autre chose que toute cette histoire, qui sait ?

Si Isaac était le mec studieux de sixième année à Gryffondor, Tony et Lola étaient clairement les deux bouffons du roi. Il ne disait pas cela méchamment, mais clairement, sa meilleure amie depuis la première année et son camarade de chambre n’étaient pas les plus sérieux du monde. À côté de cela, il y avait le chieur de service, aka Graham Bishop, et maintenant que les deux idiots qui partageaient initialement leur dortoir avaient été virés, forcément, ça faisait moins de gens à supporter. Mais également moins de malles à fouiller si Lola poussait effectivement Tony dedans, par inadvertance... Oui, le mot était très important. « Suffira de trouver celle qui fait le plus de bruit. Tu te feras entendre, histoire de me rendre la tâche plus facile, merci bien. Ton estomac ne supportera pas la famine de toute façon ! » Quoi ? Il n’était pas mieux ? Certes, mais quand même, mieux valait que cela soit l’estomac de Tony qui crie famine plutôt que le sien. Déjà qu’il devenait nauséeux s’il mangeait des pâtes trop cuites, imaginez seulement s’il était privé de nourriture pendant plusieurs heures, plusieurs jours, voire plusieurs semaines, dans le pire des cas ?! « Ou alors, tu te débrouilles pour toujours te trimballer avec des réserves d’eau et de bouffe. C’est toi qui voit. » Après tout, Lola était une lionne imprévisible. Enfin, presque, car des fois, malgré son petit minois d’ange, on savait qu’elle avait fait une connerie. Le plus drôle était alors de trouver la connerie en question, alors que la brune tentant de garder cela secret le plus longtemps possible.

« Clarks va péter un plomb si on se retrouve tous en retenue. » Non pas qu’il n’avait pas envie d’imposer cela à son directeur de maison -en soit, il s’en fichait un peu, il fallait bien l’avouer- mais il s’imaginait déjà le sermon qu’ils se prendraient, tous autant qu’ils étaient. « Nooon, sans déc' ?! J’y avais pas pensé mec ! » Il le poussa sans grande délicatesse, avant de ronchonner à nouveau. « C’est cette vieille folle de Trelawney, elle m’a foutu sur les nerfs dès le réveil. Elle disait quoi ta prédiction à toi déjà ? » Avait-il oublié ou Tony avait-il sciemment évité de communiquer sur le sujet ? Les deux options étaient possible, à dire vrai.

« Aller on monte. Laisse ces gosses tranquilles, ils flippent deja rien qu’à t’entendre descendre avec ta délicatesse légendaire ! » Esquissant un sourire moqueur, Isaac se leva, saisissant sa malle à lui, et se dirigeant vers les escaliers pour monter aux dortoirs. Une fois dans leur dortoir, et sans la présence de l’insupportable numéro #1 j’ai nommé Graham Bishop, Isaac mis sa malle sur son lit, puis regarda Tony, croisant les bras sur son torse. « Tu vas trouver ça très con, mais... On est surs qu’elles sont vides ces valises ? Parce que si c’est pour qu’un truc nous saute au visage, on peut pas mettre Bishop entre nous et la malle ? Juste histoire d’être sûrs ? » Et d’être tranquille, si une bête enragée sortait effectivement de la valise ? Coura-quoi, vous avez dit ?
acidbrain


• 718 mots •


J'ai senti la coco c'est qu'c'est trop tard.
Rien de plus étrange que la fin qui monte en moi. Rien de plus étanche que mon cœur quand rien ne va. Des armes blanches dans mon cœur quand tout s'en va. Plus rien ne va et c'est mieux comme ça, la vie déjà s'est trop joué de moi...
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 226
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyJeu 4 Mar - 18:30

Les Malles des Mâles

Feat. Isaac
made by black arrow


Isaac avait davantage la cote auprès des filles que Tony. Ce n’était même pas une question. Après, le sportif n’était pas à plaindre pour autant. Il n’avait peut-être eu qu’une seule petite amie, certes, mais ça ne l’empêchait pas de bien voir les regards qu’on lui lançait parfois, dans les cours, dans les couloirs ou dans la grande salle. Tony vivait bien son célibat et, s’il devait être honnête, n’avait pas réellement la tête à la romance. Déjà, parce qu’il n’était pas du type romantique. Ensuite, parce que les choses du cœur pouvaient rapidement devenir lourdes et bien moins amusantes que sa vie actuelle. Il avait été chanceux à ce niveau avec Esther, qui ne rechignait pas aux bêtises. Toutefois, il avait bien conscience que ça ne serait pas le cas avec toutes.

Jugeant plus prudent de taire le sujet Bishop pour le moment, Tony se contenta de tirer une drôle de tête à la conclusion d’Isaac sur la tolérance de Vanellope. Il fallait bien quelqu’un dans cette fichue salle commune qui ne trouve pas que des défauts à Graham, non? Encore que… Ne l’avait-il pas déjà entendu râler qu’elle se coltinait le boulot de deux préfets, seule? Définitivement, Graham avait peut-être la faveur du personnel, mais c’était Isaac qui avait celle de ses camarades.

Évidemment qu’il se ferait entendre? Zack ne connaissait pas encore la grande gueule de service de l’école – bon, c’était peut-être une légère exagération, mais tout de même – pour avoir passé six ans ensemble? Une expression un peu hagarde apparut sur son visage, qui traduisait un coup de génie à la O’Donnell, alors que Isaac poursuivait sur sa lancée.​Le batteur resta un instant silencieux alors qu’on se moquait de sa gourmandise. Il était en pleine croissance​ : il devait manger! Déjà, il faudrait effectivement songer à installer un garde-manger dans sa malle.​Ensuite, c’était l’excuse parfaite pour sécher les cours ou la colle. Suffisait de prétendre que la malle s’était refermée sur lui et qu’il lui était impossible de l’ouvrir de l’intérieur. L’expression "se faire la malle" allait prendre un tout nouveau sens. Il fallait simplement peaufiner ce plan avant d’en parler à qui que ce soit, sinon on lui dirait encore qu’il ne réfléchit pas plus loin que le bout de ses baskets. Et Tony n’avait pas des pieds particulièrement longs…

Isaac semblait avoir changé d’idée face à l’enthousiasme de Tony à se retrouver en retenue accompagné d’Emrys et lui. Peut-être un brin de sagesse lui avait-il fait réaliser que si le batteur aimait une idée dans ce genre, c’était forcément qu’elle sentait le troll à des kilomètres? Clarks râlerait, et puis quoi? C’était l’activité que Tony lui avait connu quelque chose comme quatre-vingt-dix pour cent du temps. Une fois sur cinq, en gros. Pour les mathématiques, on repassera.

«​ Il aura qu’à l’ver la colle s’il est pas content. Y’aura plus de problème.​ »
Évidemment que ça ne fonctionnait pas ainsi, sauf avec la maman de Tony, qui arrivait toujours à lui faire des yeux suffisamment piteux pour qu’elle annule les punitions de son mari. Ce n’était peut-être pas la meilleure façon de garder le mariage de ses parents harmonieux, mais c’était le meilleur moyen pour s’éviter de cumuler les corvées punitives à ses tâches habituelles.

La boutade de Tony avait été mieux accueillie qu’il ne l’aurait espéré​ : ce n’était pas tout le monde qui aimait qu’un cancre joue au plus malin avec eux. Le naturel revint rapidement à son partenaire de dortoir, qui se remit à grognasser sur la professeure de divination. On ne pouvait pas lui en vouloir, considérant d’une part qui était Trelawney, et d’autre part que ses prédictions foireuses avaient coûté son parcours ennuyeux sans faille à Isaac, avec une retenue à perpétuité. Avant de partager le contenu de sa propre prédiction, partiellement oubliée, à son camarade, Tony réagit à un sujet bien plus pressant​ : son pote qui lui disait de ficher la paix aux microbes. Le batteur ne comprenait pas trop où Isaac voulait en venir, à mentionner qu’ils craignaient déjà le son de son arrivée. C’était normal. C’était même la moindre des choses qu’ils respectent leurs aînés! À ce sujet, ça faisait longtemps qu’il ne leur avait pas emprunté de chocogrenouille.

«​ Fais pas ton rabat-joie. Tu sais bien qu’c’est de l’amour.​ » Exactement comme lorsqu’il taquinait Graham. «​ Du renforcement positif, tout ça.​ »​Il ne faudrait surtout pas, après tout, que les générations futures de Gryffondor se retrouvent à n’être que des chochottes qui ont peur de leur ombre. De l’expérience de Tony, rien ne rendait plus fort que l’adversité. Si l’irlandais y glanait un quelconque gain au passage, ce n’était qu’un bénéfice marginal. Son humble salaire, en quelque sorte.

Tony avait une vision vaguement alambiquée de ce que d’autres qualifieraient franchement d’intimidation.

C’est en montant l’escalier en colimaçon que le portugais répondit à la question précédente de son comparse italien​ : «​ M’a dit d’me méfier des trucs aux yeux jaunes. Toi?​ »

Le sportif déposa sa malle à côté de celle d’Isaac, sur le lit de ce dernier, et s’apprêtait à l’ouvrir lorsqu’il remarqua l’absence de mouvement de son ami. Il prenait peur, là? Ah. C’était un bon point qu’il avançait. Plutôt que de s’en servir pour sortir de l’école en y emprisonnant les élèves, Magicis Sacra pourrait effectivement s’être servi des valises pour faire entrer clandestinement quelque chose à Poudlard. Lorsque le grognon mentionna à nouveau l’absent du dortoir, Tony roula ostentatoirement des yeux. Il était à deux doigts de lui conseiller ce que sa grand-mère leur disait, à Michaella et lui, lorsqu’ils se chicanaient​ : qu’elle allait les faire s’embrasser s’ils n’arrêtaient pas.

«​ Mais laisse-le tranquille, il est même pas là! Puis…​ » Quant à avoir abordé le sujet, aussi bien y plonger, avec toute la douceur d’un lutteur. «​ Qu’est-ce que Bishop a pu te dire pour te faire sortir de tes gonds comme ça ?​ » La curiosité de Tony avait cessé de vaciller entre cette question qui l’intriguait depuis des semaines, peut-être même de années, et l’exploration des malles, pour se concentrer entièrement sur ceci. Comment Graham avait-il bien pu parvenir à pousser Isaac le studieux à jouer des poings. C’était aussi improbable que d’espérer que Tony n’ait que des Optimal à ses Aspics. Ou un seul, en fait. En plus, Graham était généralement paisible et laissait comprendre à l’irlandais qu’il poussait le bouchon trop loin avant d’avoir besoin de montrer les crocs. Quel genre de situation avait pu escalader de la sorte et se solder en ce coup de poing qui avait tant fait parler?​

(1121 mots)


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Isaac Hudson
Isaac Hudson
Gryffondor

Parchemins : 130
Âge : 17 ans • 28/05/1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles EmptyDim 7 Mar - 19:18

Isaac doutait fortement que le professeur Clarks n’accepte de lever la colle, même si la totalité de la maison Gryffondor y finissait. Si sa sœur n’était pas des plus aimable, du moins quand on la voyait comme ça, son frère lui, était bien différent. Mais malgré tout, Isaac n’était clairement pas convaincu qu’ils puissent jouer de sa gentillesse et espérer échapper à des heures à récurer des trophées. « Je te laisse jouer de ton charme pour qu’il le fasse. Le plus tôt sera le mieux, merci bien. » D’ailleurs, toute cette histoire l’énervait réellement car son dossier venait de s’entâcher en l’espace d’une demie-seconde. Alors que jusqu’à maintenant, l’anglo-américain avait réussi à échapper aux heures de colle, malgré les bêtises de Lola, les crises de Bishop ou ses nombreuses critiques sur la nourriture. Non, il n’accepterait jamais que les pâtes de l’école soient aussi mal cuites.

Il leva les yeux au ciel quand Tony parla de renforcement positif, laissant un rire s’échapper malgré tout de ses lèvres. Son camarade de chambre avait réelle réponse à tout ! « Des trucs aux yeux jaunes ? » Il fronça les sourcils, réfléchissant à ce à quoi la vieille folle de Trelawney pouvait bien faire allusion. Puis il repensa à ce que Ciara Rivera lui avait dit un midi, alors qu’ils sortaient tous de cours de potions et qu’elle était venue s’asseoir à ses côtés lors du déjeuner. « T’as entendu cette histoire de basilic ? Rivera m’a dit que des élèves en avait croisé un dans la forêt interdite... » Ou était à l’orée de la forêt interdite ? Enfin, l’un dans l’autre, le basilic restait un serpent géant avec des yeux jaunes, donc peut-être valait-il mieux que Tony reste à l’ecart de la forêt, juste par précaution, sait-on jamais. Isaac lui, avait bien fini en retenue à cause d’un foutu pot de fleurs ! Aussi motivé par la prémonition de la folle aux lunettes trop épaisses, Isaac ronchonna en donnant sa propre prémonition. « Que je devais faire gaffe aux pots de fleurs... » Vraiment, Isaac aurait envoyé toutes ces prémonitions aller voir ailleurs, s’il n’avait pas fini, en ce quatre avril, en retenue jusqu’à la fin de l’année scolaire. Il savait que Kate redoutait encore les escaliers, sa voisine ayant eu une drôle de prémonition liant son amour du thé et sa capacité à aligner deux pas.

« Non mais tu vas pas prendre son parti quand même ?! Ce mec est un débile de première, il ne mérite pas qu’on soit sympa avec lui ! » Certes, Isaac s’énervait peut-être un peu trop, mais les paroles de Graham Bishop résonnaient encore dans sa tête. Il ne faisait pas le tapin. Et il ne bluffait pas non plus juste pour se faire mousser. C’était idiot de penser ça, il n’était pas assez con ni irrespectueux pour cela. « Des conneries, comme d’hab. » bougonna-t-il, pas vraiment désireux de parler de ce qu’il avait insinué. Après tout, qui était Graham pour qu’Isaac ne porte autant d’importance à ses mots ? Il n’était même pas son pote, encore moins un ami. Clairement pas, même. À côté de Tony, d’Emrys, ou même de Flynn, Graham Bishop n’était absolument rien pour lui. Alors pourquoi prenait-il autant à coeur ce qu’il avait à dire sur son comportement ? « Je comprends pas ce que les gens peuvent lui trouver. Genre Fiona, comment elle le supporte ? C’est genre, impossible ! Ça fait quasiment six ans qu’on est dans le même dortoir, t’es d’accord que son comportement c’est quand même pas le meilleur ? » C’est comme si, lui, d’un coup, venait à aller fricoter avec Esther. Est-ce que Tony aimerait ça ? Non, sûrement pas. Bon, ça ne risquait pas d’arriver bros before hoes toussa toussa mais quand même !
acidbrain


• 618 mots •


J'ai senti la coco c'est qu'c'est trop tard.
Rien de plus étrange que la fin qui monte en moi. Rien de plus étanche que mon cœur quand rien ne va. Des armes blanches dans mon cœur quand tout s'en va. Plus rien ne va et c'est mieux comme ça, la vie déjà s'est trop joué de moi...
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé





(Thème) Les Malles des Mâles Empty
Ξ Sujet: Re: (Thème) Les Malles des Mâles   (Thème) Les Malles des Mâles Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
(Thème) Les Malles des Mâles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 25 (2015-2016)-
Sauter vers: