AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment : -48%
-48% sur Logitech G935 Casque Gamer Sans Fil – ...
Voir le deal
99 €

Partagez
 

 Un pas de travers ♦ Tempérance Biel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Esther Foster
Esther Foster
Serpentard

Parchemins : 333
Âge : 18 ans, 3 septembre 1997
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 18


Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Empty
MessageSujet: Un pas de travers ♦ Tempérance Biel   Un pas de travers ♦ Tempérance Biel EmptyLun 5 Avr - 1:20


Un pas de traversEsther & TempéranceComme elle s'y attendait, la nuit d'Esther fut remarquablement courte, surtout parce qu'elle avait été sortie du lit par des cris, puis des discutions houleuses et encore plus de cris. Décidément, certaines personnes n'avaient pas d'humour. En sortant du lit, elle joua la surprise devant les filles de son dortoir, notamment Eve, qui ne sembla pas se rendre tout de suite compte de la connexion entre l'inversement des couleurs et la brune avec qui elle avait vécue pendant 7 ans, aussi, Esther décida de sortir du dortoir et de la salle commune avant que la blonde ne comprenne ce qui se trame.

La matinée avait le mérite d'être l'une des plus bruyantes de l'année, ce qui n'était pas peu dire, vu l'année qu'avaient eue les élèves de Poudlard. Au moins cette fois, ce n'était qu'une simple blague et personne n'avait été blesser, mais si Esther avait pu prévoir le grabuge, elle aurait sans doute hésitée plus longtemps a lancer le plan qui lui avait été demandé par Lola. Au fil de la matinée, heureusement, les élèves avaient commencer à se calmer... Jusqu'à ce qu'on découvre qui avait fait le coup. Oops. Autant dire qu'après ça, Esther pouvait bien se faire aussi discrète qu'elle le voulait, se a quoi elle pouvait être très douée quand elle le voulait, on la repérait à des kilomètres. Entre la punition de McGonagall et les autres élèves qui avaient tous des réactions diverses et variés en la croisant, ou pire, en la recherchant volontairement, la brune en eut vite fait marre de toutes ces interactions sociales. Si d'un coté, elle l'avait bien cherchée, de l'autre, elle ne l'avait fait que pour faire plaisir a sa rouge favorite.

Cherchant un moyen de fuir tous ces curieux, furieux dans certains cas, Esther monta les étages a la recherche d'une planque avant de tomber sur le portrait de Percival Pratt au quatrième étage. En voilà une idée... Personne n'irait me chercher au hangar à bateaux. Elle prit le passage et descendit rapidement les étages du château pour se retrouver au hangar. La logique sembla lui donner raison, car l'endroit était désert et Esther pu enfin souffler un peu. La paix, enfin. Elle sortit un livre que lui avait prête Eve de son sac en bandoulière et l'inspecta. Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs, m'ouais... Oui bon, elle n'était pas particulièrement captivée par le livre, mais Eve était souvent de bon conseil. Et puis ce n'était pas la première fois qu'elle tombait amoureuse d'un livre qui ne semblait pas être sa tasse de thé au début bonjour Coraline. Oh et puis après tout...

Comme souvent, quand Esther lisait, elle perdait la notion du temps. Alors quand un bruit sourd la tira de ces pensées, nul ne pouvait dire si elle avait été la pendant deux minutes ou trois heures. Enfin, nul peut-être pas, la personne qui avait troubler le calme le pourrait peut-être, elle. Esther se retourna vers le bruit et haussa un sourcil. -"Biel? Que viens-tu faire ici?" L'avait-elle suivi? Même si c'était le cas, Tempérance n'était pas vraiment le genre à venir lui faire la morale. Enfin, pour ce qu'elle en savait aussi...

:copyright:️️ DABEILLE

(526)



One good thing about music,
when it hits you, you feel no pain.
Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Danseu10Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Club_d10
Revenir en haut Aller en bas

Tempérance Biel
Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 765
Âge : 18 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 3


Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Empty
MessageSujet: Re: Un pas de travers ♦ Tempérance Biel   Un pas de travers ♦ Tempérance Biel EmptyLun 5 Avr - 11:42

Un pas de travers
Tempérance + Esther
5 juin 2016
(c) princessecapricieuse


Tempérance avait passé une matinée quelque peu surréelle.
En préambule, il était important de rappeler que la jeune Irlandaise n'était pas une personne du matin, tant et si bien qu'à côté d'elle, les personnes habituellement qualifiées de cette manière paraissaient l'être. Il était de notoriété publique à Poufsouffle que les jours de week-end, on ne l'apercevait pas à la table du petit-déjeuner avant que celui-ci n'ait quasiment disparu ou disparu pour de bon. La frustration de voir son muffin cible se volatiliser dans l'air était des plus grandes, et une vision nettement trop familière à son goût, pendant ses quatre premières années d'études.
Mais elle s'était reprise. Vaillamment, elle avait commencé à mettre son réveil excessivement tôt - elle ne faisait jamais les choses à moitié : aux aurores ou rien comment ça tu ne voulais pas te réveiller à six heures du mat' aujourd'hui Jo ?, le temps de traîner sa carcasse réticente jusqu'à la Grande Salle -, d'abord, parce que lorsqu'elle était en cinquième année, Julian entamait lui sa dernière année, et qu'elle avait alors voulu maximiser leur temps passé ensemble (et que son petit-ami s'avérait être une tronche de première qui passait ses journées à réviser : pas de "j'y vais au talent" pour lui, ce qui suscitait en l'occurrence, à la fois la déception et l'admiration de la blonde). Elle aurait pu se relâcher après son départ de l'école, mais sa vie avait alors basculé dans cette charmante phase que les profs qualifiaient de "dernière ligne droite". Comme si la perspective de devoir se choisir un avenir ne la stressait pas suffisamment, il fallait qu'on le lui martèle à longueur de journée. Et désormais, à l'aube des examens qui - d'après sa compréhension du sujet -, conditionneraient toute sa vie future ("Mais pas de pression Biel, l'important c'est de participer ! Non je déconne, pas d'Optimal, pas de boulot. Et bonne chance hein !"), le réveil indécemment tôt avait prolongé sa présence maudite dans sa vie.

Elle s'était donc réveillée aux aurores. Avec l'impression de mourir un peu jamais dans l'exagération. Ça devrait être interdit par la loi de se lever avant dix heures, songea-t-elle amèrement, la face appuyée contre son oreiller avec la furieuse envie d'ignorer son réveil, son avenir, sa vie. Mais elle savait aussi que si elle se plantait à son examen de Sortilèges, elle pouvait toujours courir pour son embauche à Poudlard. Chômage et vie au crochet d'Erin, voilà ce qui l'attendrait, et elle n'était pas sûre que sa meilleure amie en ait conscience - ou soit hyper partante, incidemment.

Quand elle croisa un petit première année vêtu de bleu, elle pensa qu'elle était mal réveillée - ce ne serait pas la première fois. Elle n'avait pas encore eu son premier café de la journée : celui qui conditionnait sa matinée entière. Celui qui lui donnait l'impression de pouvoir fonctionner, et qui avait un prix, certes, mais qu'elle était prête à payer les autres gens moins (celui d'une vague lueur maniaque dans les yeux et une légère fébrilité). Que les murs aient changé de couleur était plus alarmant : le manque de sommeil ne lui avait encore jamais fait cet effet-là. Elle était alors remontée dans le dortoir, légèrement chiffonnée. Elle n'avait pas le temps pour des hallucinations. Sauf que sa cravate était bleue et bronze. La faisant glisser entre ses doigts, elle l'observa plusieurs secondes avec incertitude. Elle en avait vue une similaire bien des fois au cou de son petit-ami. Est-ce que l'absence l'avait faite vriller pour de bon ?

Après avoir craint qu'un mélange de fatigue, de stress et d'anxiétés diverses liées à sa vie professionnelle et amoureuse aient eu raison de sa santé mentale, la Poufsouffle-vêtue-comme-une-Serdaigle avait quitté la salle commune, et avait débarqué dans le Hall, un air confus et ensommeillé - le mix fatal - sur le visage. Et là, la révélation. Toutes les maisons avaient changé de couleur : Dahlia Lloyd était même occupée à brandir un badge devenu jaune dans le visage de... Noé. Tempérance tourna les talons pour retourner à sa salle commune. Des révisions l'attendaient, dans le confort d'un dortoir devenu bleu - ce qui n'était pas forcément pour lui déplaire. Elle aimait les couleurs de Poufsouffle, mais elle trouvait le bleu apaisant : parfait dans son état d'esprit actuel. Elle était encore remontée contre Noé, et c'était un sentiment rare, qu'elle ne savait pas maîtriser et dont elle savait encore moins quoi faire. Car la confrontation était inenvisageable. Rien que l'idée lui enserrait le ventre de manière douloureuse.

Elle sortit de son cocon en fin de matinée. Entre temps, la nouvelle avait fait le tour de l'école : il s'agissait d'un coup de Lola Klein - une Gryffondor de sixième année aussi réputée pour ses farces que Quino l'était à Poufsouffle - et Esther Foster - à savoir la bête noire de Tempérance. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas Esther, c'était qu'elle la craignait. Parmi tous les gens qu'elle aurait pu faire tomber dans le Lac Noir en première année (et ils étaient nombreux), il avait fallu que ça soit la Serpentard. Depuis - et ça faisait tout de même six ans -, l'Irlandaise vivait dans la certitude qu'Esther la haïssait - ce qui, il fallait le reconnaître, lui pesait sacrément sur la conscience. Elle avait voulu s'excuser au fil des années - et elle l'avait fait abondamment lorsque ça s'était produit -, mais l'impression que lui laissait toujours la brune - celle d'être indéchiffrable et surtout, inaccessible -, l'avait empêchée de faire amende honorable comme elle l'aurait souhaité quand elles avaient été plus jeunes. Et à présent, elle avait dix-sept années au compteur : peut-être y avait-il prescription, mais surtout, Tempérance ne se voyait pas ramener l'Affaire sur le tapis maintenant.

Mais s'il y avait une chose que Tempérance savait de sa vie, c'était qu'elle était marquée de malchance systématique. Aussi, lorsqu'elle trébucha - sur ses propres pieds, on applaudit la performance - sur son chemin pour la bibliothèque, et qu'elle voulut - de manière tragicomique - se rattraper à la première prise venue sans la trouver, il fallut inévitablement qu'elle plonge tête la première dans un passage secret ouvert. La loi de Murphy rythmait sa vie : tout ce qui est susceptible d'aller mal, ira mal.

Elle avait dégringolé douloureusement une partie des escaliers. Foutue pour foutue, la dignité  comme souvent en berne, elle s'était décidée à aller jusqu'en bas. Au moins ne pourrait-elle pas tomber plus bas - et puis, elle était un peu curieuse. Elle n'était jamais passée par ce coin du château. Elle s'immobilisa à l'entrée du hangar à bateaux. D'une part, parce qu'elle ne s'était pas attendue à ça. De l'autre, parce qu'une tête familière venait de se lever vers elle. Esther Foster.

L'apostrophe de la Serpentard sembla confirmer toutes les craintes et inquiétudes entretenues pendant toutes ces années. "Elle me hait, c'est une évidence." Et le pire était à venir : il fallait confesser. Évitant consciencieusement le regard bleu de la brune, l'Irlandaise fit plusieurs pas hésitants avant de répondre avec un accent irlandais renforcé par la tension : « Je suis tombée dans le passage. » C'était un aveu qu'elle avait tant fait dans sa vie qu'il ne lui en coûtait même plus tant que ça. Elles se trouvaient juste à côté des lieux du crime : cette notion ne lui échappait nullement. Elle ne savait pas ce qui la motiva à poursuivre. Le manque de caféine, peut-être ? Car à vouloir éviter Noé, elle n'avait pas pu se ravitailler en élixir de vie, et elle s'en sentait quelque peu diminuée. « Je ne connaissais pas ce chemin. Tu viens souvent ici, toi ? Oh, tu étais en train de lire ! Désolée, je ne voulais pas te déranger. Je peux repartir. » s'empressa-t-elle de formuler, déjà prête à tourner les talons. Une offense de plus : bravo Biel.

[ 1309 ]




tempérance; — But with love there is something to win. Today might not be as hard as it seems. ;;
Revenir en haut Aller en bas

Esther Foster
Esther Foster
Serpentard

Parchemins : 333
Âge : 18 ans, 3 septembre 1997
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 18


Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Empty
MessageSujet: Re: Un pas de travers ♦ Tempérance Biel   Un pas de travers ♦ Tempérance Biel EmptyJeu 8 Avr - 2:12


Un pas de traversEsther & TempéranceLa Poufsouffle avait la réputation d'être l'une des personnes les moins adroites de l'école et avec elle, les chutes et autres catastrophes étaient certainement monnaie courante. Mais quand même... Tomber tout droit dans un passage et atterrir quatre étages plus bas, il fallait le faire. Et avec le caractère déjà un peu sur le vif de la verte, elle aurait du mal à ne pas devenir vexante. Clignant des yeux à un rythme soutenus pendant un instant, la verte finit par plisser les yeux. -"Tu n'as rien de casser?"

Après tout, si Tempérance était si souvent la cause ou la victime d'accidents, il était étrange qu'elle ne soit pas toutes les quatre heures a l'infirmerie. Peut-être était-elle très chanceuse de s'en réchapper sans arrêt. Ce n'était peut-être pas l'avis de la blonde, mais pour tomber en plein dans un passage fermé et atterrir quatre étages plus bas sans se casser quelque chose, il fallait soit être très chanceux, soit très doué et, n'en déplaise à la demoiselle, elle n'avait pas l'air, ni la réputation, d'une personne très douée. Elle avait cependant le mérite d'avouer sa maladresse. Esther, à sa place aurait sans doute rebroussé chemin sans même daignée répondre, sa fierté trop impactée par la situation infortuite.

-"C'est normal, le passage n'est pris qu'en début d'année a priori, pour préparer les bateaux des premières années. Je ne viens pas plus ici que n'importe qui, non, je cherchais un endroit désert en attendant ce soir." Elle n'avait aucun mal à admettre qu'elle fuyait ses camarades. Après tout, même avant cette blague, Esther était du genre a aimer les endroits les plus calmes ou les moins peuplés. C'était l'une des raisons pour lesquelles elle avait élue domicile dans les gradins du terrain de Quidditch pendant les moments ou elle n'avait pas cours, mais les fuyait comme la peste quand un entrainement ou un match se profilais, ou pourquoi il ne fallait jamais parler a haute voir aux abord de la foret interdite, sachant qu'une Esther en pleine lecture était surement assise dans l'un des arbres qui ne faisais techniquement partie de la foret, et que, par conséquent, elle ne risquait rien si elle se faisais prendre par un préfet ou un professeur. Et vu qu'elle se baladait souvent dans les endroits les moins fréquentés, ce n'est pas elle qui irait le reprocher a la blonde, que sa présence soit un accident ou non. -"Tu va ou tu veux, Biel. Le hangar ne m'appartient pas et je n'ai rien à redire a ta présence. Tant que tu ne décides pas de me hurler dessus à cause des événements de ce matin."

Esther n'avait pas mis son uniforme pour des raisons évidentes, mais malheureusement, cela la rendait plus reconnaissable que si elle l'avait portée. Outre la veste en cuir, sans manches, aujourd'hui, et les bottes, qui étaient ses articles fétiches, elle revêtait un pull côtelé noir qui découvrais ses épaules et un short, tout aussi noir. Certes, la couleur n'était sans doute pas adaptée à un après-midi de juin, mais heureusement, début juin était loin d'être la période la plus invivable de l'été et si elle devait être franche, Esther n'aimait pas porter plus de deux couleurs par tenue. En pensant au manque de subtilité de sa propre tenue, elle inspecta involontairement celle de la Poufsouffle. -"Ça te va bien." Dit-elle sans vraiment faire attention a l'air, relativement mal à l'aise de la dite Poufsouffle. Esther avait fini par s'habituer a ce que certaines personnes la craigne. De part sa maison et son comportement surtout, ensuite avec ce qu'elle portait, elle avait tendance à être évitée par les plus jeunes. Bien sûr, Tempérance n'était pas une première année influençable et impressionnable. Enfin... C'était à espérer pour elle.

:copyright:️️ DABEILLE

(620)



One good thing about music,
when it hits you, you feel no pain.
Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Danseu10Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Club_d10
Revenir en haut Aller en bas

Tempérance Biel
Tempérance Biel
Poufsouffle

Parchemins : 765
Âge : 18 ans { 24/02/1998 }
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 3


Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Empty
MessageSujet: Re: Un pas de travers ♦ Tempérance Biel   Un pas de travers ♦ Tempérance Biel EmptySam 10 Avr - 11:37

Parce que la vie de Tempérance n'était jamais simple, il avait fallu qu'elle tombe, d'abord littéralement dans les escaliers, puis de manière plus figurative sur une personne qui la détestait, dans un endroit reclus, un peu sombre, et un peu humide du château. Au moins n'était-ce pas Noé, supposait-elle, ce qui aurait été nettement plus gênant - sans doute aurait-elle tourné les talons. Elle jeta un regard suspicieux au lac, songeant que si Esther voulait se venger, le moment serait tout trouvé. Adepte de l'auto-flagellation, elle aurait pu accepter la philosophie de l’œil pour œil, dent pour dent en temps normal, sauf qu'elle n'était pas tout à fait habillée pour se baigner, et qu'elle n'avait pas non plus envie d'aller dans l'eau gelée - quand bien même le mois de juin avait apporté un soupçon de douceur dans la météo écossaise.

Elle ne vit pas d'intérêt à fabuler : Esther avait sans doute entendu le raffut qu'elle avait provoqué lors de sa chute, et puis, son appréhension naturelle de la Serpentard la poussait à croire qu'au fond, elle aurait détecté ses mensonges avec aisance, sarcasme et style à l'appui. Ce à quoi elle ne s'était pas attendue, c'était à ce qu'Esther fasse preuve de sollicitude belle réputation ou du moins, l'interroge sur son état. Tempérance secoua la main pour la rassurer, image de la nonchalance forcée. « Moi ? Oh oui ça va t'inquiètes. » Ce disant, elle opéra une petite vérification sur ses avant-bras endoloris - ils avaient pris l'essentiel du choc avant qu'elle ne dévale le reste -, les tapotant doucement. « Je n'ai pas dégringolé tout du long. » se défendit-elle, les joues rosissant sensiblement. « Et j'ai l'habitude de toute façon. Une vraie pro des sortilèges de soins. » conclut-elle avec son optimisme habituel, résistant au réflexe de proposer ses services à Esther si elle les nécessitait ultérieurement. La Serpentard devait déjà suffisamment la prendre pour une détraquée comme ça.

« Ah oui je vois. C'est un peu dommage de ne pas les utiliser pendant l'année, le lac est tellement vaste en plus. » Son cœur se serra en entendant la brune déclarer qu'elle avait cherché un endroit désert - c'est-à-dire, a priori, un endroit où ne se trouvait pas une Tempérance Biel sauvage occupée à se prendre des murs et des sols, ou à déblatérer sur son talent pour le soin et sa passion des barques. Apercevant le livre d'Esther, elle fut prête à battre en retraite, se répandant immédiatement en excuses. Esther était amie avec Jo' et Teddy, et elle partageait le dortoir d'Erin et de Candys : il aurait été bien plus aisé pour elle de s'entendre avec la brune - et tous ses instincts la poussaient à le vouloir, car à l'inverse elle ne vivait pas bien le fait de n'être pas aimée ou pire (l'idée lui provoquait des frissons immédiats) d'être détestée. Mais forcer les choses pouvait les empirer, et éviter une telle éventualité avait apparemment été sa stratégie au cours des sept dernières années.

Quelque chose dans les paroles de la brune lui fit hausser les sourcils, surprise. « Les événements de ce matin ? Oh tu veux dire les changements de couleur ! J'ai trouvé ça drôle moi, vous vous êtes faites enguirlander ? Je me posais une question... C'était quoi le but ? Rapprocher les maisons ? Genre, pour qu'on se mette à la place des autres... ou bien je me fais complètement des idées ? » suggéra-t-elle, avant de craindre de passer pour une idiote. Que Merlin l'aide à retrouver un semblant de normalité. Son sourire s'élargit lorsqu'Esther la complimenta, retrouvant brièvement l'expression plus solaire qui lui était caractéristique. « Oh merci ! J'aime bien le bleu. Mais je n'aurais vraiment pas ma place à Serdaigle. » Observant à son tour la tenue de la jeune fille, elle ajouta : « J'aime beaucoup ta veste ! » Elle portait rarement autant de noir, lui préférant des couleurs généralement plus pastel (la saison des robes bohème était bientôt ouverte) mais elle devait admettre que c'était un style qui convenait très bien à Esther - la rendant toujours plus impressionnante à ses yeux.

[ 693 ]




tempérance; — But with love there is something to win. Today might not be as hard as it seems. ;;
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Empty
MessageSujet: Re: Un pas de travers ♦ Tempérance Biel   Un pas de travers ♦ Tempérance Biel Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un pas de travers ♦ Tempérance Biel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Extérieur du chateau :: Le Lac Noir :: Hangar à bateaux-
Sauter vers: