Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-41%
Le deal à ne pas rater :
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à 9.99€ – Livraison ...
9.99 € 16.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Léon Brunel
Léon Brunel
Serpentard

Parchemins : 24
Âge : 14 ans (24/12/2001)
Actuellement : 4ème année



[France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard Empty
Ξ Sujet: [France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard   [France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard EmptyMer 7 Avr - 15:56





The breath-taking beauty of a chateau surrounded by formal gardens and lawns created out of the mountainous landscape by magic

Camouflé dans les Pyrénées, le château de Beauxbâtons n’était pas pour autant moins verdoyant sans aucun doute aidé par la magie qui permettait à l’école de subir les contraintes de l’altitude. En ce début du mois de Juin, la météo était plutôt estival amenant de nombreux élèves à se prélasser au soleil entre les cours, profitant du somptueux jardin français. « Allons nous asseoir à la fontaine Madeleine ! » s’exclama Léon dont les cheveux adoptaient une couleur blonde qu’il avait adopté depuis plusieurs années maintenant reflétant son caractère assez solaire. Un sourire aux lèvres, c’est d’un pas rapide que le jeune garçon précédait celle qu’il considérait comme sa meilleure amie. « J’ai envie de profiter au maximum de nos derniers jours ici, ça va me manquer le parc de l’école. » ajouta-t-il sur le chemin qui les menait des portes du château jusqu’à la fontaine de Nicolas Flamel.

Oui, il s’agissait de leur dernier mois à Beauxbâtons mais Léon était ravie que Madeleine soit avec lui pour cette mésaventure. Le forcing que ses parents avaient fait n’était absolument pas au goût de l’adolescent qui n’avait aucune envie de quitter l’école française et surtout la musique dans laquelle il souhaitait se développer et Beauxbâtons offrait cette possibilité. Mais non ses parents avaient décidé de l’envoyer à Poudlard, cette école apparemment très sévère où il aurait toutes les cartes en main pour devenir un auror comme le reste de sa famille. Un futur non désiré par le français mais ses parents n’avaient aucune envie de l’entendre objecter une seule seconde. Il avait finalement abandonné préférant préserver sa voix. Il craignait cependant un peu pour les vacances. En effet il savait qu’il irait vivre auprès de ses grands-parents du côté de sa mère qu’il n’avait que peu vu dans sa vie et qui était tout aussi sévère que le reste de sa famille. L’été risquait d’être bien triste parce qu’il ne savait pas s’il aurait la même opportunité de s’évader de chez lui qu’il avait quand il était avec ses parents eux qui avaient toujours été occupés par leur travail.

« Elle habite où déjà ta soeur ? » demanda-t-il de but en blanc sans contexte alors qu’ils arrivaient à la fontaine du jardin connue pour ses propriétés curatives. Il posa son sac à ses pieds et s’assit sur le rebord, le jet d’eau de la structure le gratifiant de quelques gouttes un peu fraiches sur la nuque. Madeleine et lui avaient trouvé un moyen pour qu’elle le suive, la demoiselle ayant profiter de la situation un peu particulière de ses parents. Peut-être que ses propres parents devraient divorcés eux aussi mais ils semblaient tellement bien s’entendre sur les façons de tourmenter Léon que ça ne risquait pas d’arriver. Mais l’arrivée de Madeleine en Angleterre ne lui garantirait pas une proximité géographique nécessaire pour qu’ils se retrouvent même pendant les vacances scolaires, mais au pire du pire il essayerait tant bien que mal de s’évader de chez ses grands parents pour aller la voir au moins pour les fournitures scolaires même s’il se demandait comme ça se passerait pour Poudlard lui qui avait toutes ses habitudes avec la Place Cachée à Paris.

« Tu penses qu’ils vont au moins me laisser prendre ma guitare avec moi ? » demanda le jeune garçon. Parce que ses parents pourraient ne pas accepter qu’il joue de la musique même pendant les vacances et du coup finir sans instrument. Mais il avait envie d’avoir sa propre guitare pour Poudlard. Contrairement à Beauxbâtons, il ne savait pas si la sévère école anglaise lui permettrait de pratiquer librement la musique. « T’es quand même la meilleure tu sais. Venir avec moi alors qu’on pourrait s’ennuyer à mourir à Poudlard. D’ailleurs c’est un nom assez bizarre pour une école de magie. » fit remarquer le français aux cheveux d’or avant qu’il ne fouille dans son sac pour en sortir une friandise au chocolat. « Tu veux un bout ? » C’était l’heure du goûter après tout et le jeune homme avait un estomac rarement insatiable. La croissance à ce qu’il parait, même s’il attendait toujours de grandir comme d’autres garçons de son âge.

(681)

(c) SIAL ; icons sial




I've got words in my head so I'll say them, Won't let life get me down.
I've got the music in me.
Revenir en haut Aller en bas

Madeleine Blanchard
Madeleine Blanchard
Serpentard

Parchemins : 27
Âge : 14 ans { 24/11/2001 }
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


[France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard Empty
Ξ Sujet: Re: [France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard   [France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard EmptyDim 18 Avr - 1:19

Fin d'année nostalgique
Léon + Madeleine
Juin 2016
(c) princessecapricieuse


Comme si Madeleine allait laisser son meilleur ami quitter Beauxbâtons - pire, quitter la France en la laissant sur le carreau, entourée mais seule dans l'école où ils avaient grandi ensemble. Elle voulait rester avec lui, et la logistique avait été facile à mettre en place. Aurore était partie vivre au Royaume-Uni - l'abandonnant au passage aux égarements et aux exactions (différentes mais bien présentes chez les deux) de leurs parents, ce qui signifiait que sa sœur aînée pouvait l'héberger. Une cohabitation qui promettait, tant elles semblaient capables de se détester autant que de s'aimer, mais c'était une préoccupation que Madeleine laissait pour plus tard. Tout comme elle avait trouvé une justification évidente pour Léon, et pour ses parents. Elle ne pouvait pas se séparer de lui, par amour de la musique. Ce qui était vrai. Elle ne voulait pas continuer la musique sans lui, pas quand ils progressaient si bien ensemble, parce qu'ils s'inspiraient mutuellement. Mais il n'y avait pas que ça, et si ça n'aurait pas été évident pour elle un an plus tôt, ça le devenait de plus en plus. Elle aimait trop Léon pour se séparer de lui. Mais elle n'avait pas besoin de le lui dire, parce qu'il n'était pas prêt à entendre ça - et elle n'était absolument pas prête à l'énoncer oralement.

Elle avait troqué l'uniforme - si guindé - de Beauxbâtons contre un short en jean et un débardeur. Elle quitterait bientôt l'école française : elle jugeait donc qu'elle était immunisée contre les blâmes, et retenues éventuelles. Plus que quelques semaines et elle lui dirait au revoir pour de bon, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Elle avait l'impression de bénéficier d'un passe-droit secret auquel personne ne pouvait accéder, à part Léon et elle. Et le sentiment d'exclusivité était plutôt grisant, elle devait l'admettre. Ce n'était pas tant qu'elle n'aimait pas Beauxbâtons, c'était plutôt qu'elle considérait désormais y avoir fait son temps. D'autres aventures l'attendaient en Écosse, loin de parents absents et/ou conflictuels.

« Si tu veux. » acquiesça-t-elle sans difficulté au choix de Léon, le suivant en direction de la fontaine, un air tranquille sur le visage. Elle se demandait comment allaient être leurs vies à Poudlard. Comment seraient les autres élèves ? Dans quelles maisons seraient-ils répartis ? Tant qu'ils étaient dans la même, elle supposait qu'elle n'aurait pas grand-chose à y redire. « Vraiment ? J'ai hâte que l'année soit finie, moi. » Elle savait qu'il ne faisait pas référence aux vacances, mais bien à leur départ définitif, mais elle préférait se concentrer sur l'immédiat : bientôt ils seraient débarrassés des cours pour deux bons mois, ce qui la mettait en joie. La perspective de pouvoir voyager, et pratiquer le piano à loisir prenait largement le dessus sur toute idée de nostalgie.

Adressant un regard suspicieux à la fontaine - qui émettait des gouttelettes d'eau dans tous les sens -, Madeleine se tînt debout face à Léon, fourrant les mains dans les poches de son short avant de lui répondre : « A Londres, elle ne supporte pas la campagne. » Et moi non plus, se garda-t-elle d'ajouter, car cela allait de soi. « A Notting Hill. Tu penses qu'on pourra se voir pendant l'été ? Je vais partir direct chez elle, je ne veux pas trop m'attarder chez ma mère. » ajouta-t-elle d'un ton factuel - loin d'elle l'envie de se montrer émotionnelle sur le sujet. Il n'en valait pas la peine.

« Même s'ils ne veulent pas, on s'arrangera pour que tu puisses l'amener. Tu veux que je la prenne, sinon ? » suggéra-t-elle naturellement, et jugeant que ça ne serait peut-être pas une mauvaise idée. Ce n'était pas comme si les parents de Léon auraient un droit de véto sur ses valises à elle - et encore heureux ! Elle aurait réfuté haut et fort la bouffée de joie qu'elle ressentit ensuite, en entendant Léon lui dire qu'elle était la meilleure. Elle lui sourit du sourire qu'elle ne réservait qu'à son meilleur ami - même s'il ne le savait pas (et dans le fond, elle non plus). « Oui grave, ça fait pas très classe en tout cas. » Elle haussa les sourcils. « Mais ça ne veut pas dire qu'on va s'ennuyer pour autant. Je suis sûre qu'on y trouvera de quoi s'amuser. » C'était souvent une question de volonté, après tout. Tous les élèves ne pouvaient pas être nuls, n'est-ce pas ? Ce qui l'inquiétait le plus était sans doute la météo - l’Écosse n'était pas exactement réputée pour ses températures tropicales -, mais elle tachait de ne pas y penser pour le moment. Léon > météo.

« Tu manges vraiment tout le temps. » s'amusa-t-elle avant d'ajouter : « Oui je veux bien ! » C'était si gentiment proposé : pourquoi se priver ?



madeleine; — Life is hard but it's quite exciting. Spin around, it's your white light. They say I can't speak my mind or vent my frustration. Fucking deal wiv it. ;;
Revenir en haut Aller en bas
 
[France - Beauxbâtons] Fin d'année nostalgique ϟ madeleine blanchard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Pour aller plus loin :: Le reste du Monde-
Sauter vers: