Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – Clé ...
Voir le deal
1 €

Partagez
 

 Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Esther Foster
Esther Foster
Commerce

Parchemins : 421
Âge : 19 ans, 3 septembre 1997
Actuellement : Apprentie Styliste a MPYSewing


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 25
FACECLAIM: Emily Rudd


Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Empty
Ξ Sujet: Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell   Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell EmptySam 10 Avr - 22:17


Sortie en fanfareEsther & TonyEsther n'aimait pas vraiment passer a pré-au-lard, surtout la dernière semaine de l'année. Avec les examens, elle était toujours exténuée et n'avait qu'une envie, c'était de passer les deux dernières semaines à dormir pour à lire dehors. Les années d'avant, c'était surtout Lola qui la traînait presque de force jusque-là, mais cette fois-ci, Esther avait proposé la sortie à Tony, et par extension, Lola. Si on devait tout avouer, c'était parce qu'Esther avait repris une partie de ses réserves avec Tony. Enfin, pas qu'avec Tony, avec tout le monde. Mais Tony était l'un des rares qui, avec le temps, finirait par s'en rendre compte et fidèle a elle-même, Esther n'avait pas envie de rendre des comptes, surtout à propos de ces choix ou de son comportement.

Attendant près de l'un des murs de Poudlard l'arrivé du rouge, la deuxième rouge et or n'ayant pas vraiment envie de mettre son père en colère après leur coup d'éclat au début du mois avait du refuser l'invitation malheureusement, Esther sortie une paire de lunettes de soleil pour lutter contre cette luminosité insensée. Esther elle-même avait reçu une beuglante dans sa chambre qu'elle avait déchirée sans même l'ouvrir, de quoi s'attirer encore plus les foudres de sa mère si cette dernière était au courant, mais qui dans le dortoir irait dire à Eulalie Foster que son ainée déchire ses lettres sans les ouvrir? Personne. Elle les ouvrait avant que ça mère commence a parler mariage à chaque interaction, maintenant, le simple fait de voir sa mère lui donnait envie de l'enterrer dans le jardin, elle et ses plans de merde.

Quand Tony arriva, il la salua comme s'ils ne s'étaient jamais perdu de vue et Esther lui tendit le bras pour plaisanter quand elle se mit a marcher vers pré-au-lard. Bien sûr, Esther avait bien proposé à Eve de les accompagner, mais comme à son habitude, la blonde répondait que pré-au-lard n'était pas un endroit pour elle. Aussi, elle ce du de le préciser à son ami. -"Y'a que nous deux pour cette sortie, Eve a décidée de jouer l'ermite dans le dortoir." Quelque part, cela embêtait bien Esther. La nouvelle de leur réconciliation avait réussi à tomber dans les oreilles les plus commères et très vite, ces dernières avait cru bon de lancer de nouvelles rumeurs. Non pas qu'Esther en aurait été mise au courant, si un petit malin de cinquième n'était pas venu lui demander en personne. Heureusement qu'il ne lui restait qu'une semaine a Poudlard, si même les cinquièmes années prenait assez de confiance pour venir lui parler sans qu'on leurs demandes leur avis, ou allait le monde?

Quoi qu'il en soit, passer sa sortie a pré-au-lard allait attirer encore plus l'attention sur cette rumeur idiote et il était plus que probable qu'elle finirait par en blesser un, si Tony ne la devançait pas. Il était, pour des raisons évidentes, plus impulsif qu'elle, ou en tout cas, il l'avait été par le passé. Le planning était le même que d'habitude. Honeydukes, Zonko, les trois balais, impro. Il fallait avouer que Zonko était totalement pour rapporter un truc à Lola, mais qu'importe, c'était une habitude, dès qu'au moins deux des membres de trio était de sortie.

Honeydukes était toujours bondé, alors c'était toujours mieux de le faire en premier lieu, pour ne pas avoir à gérer la foule plus tard. Esther en profitait toujours pour faire des réserves, et si c'était la dernière fois qu'elle aurait l'occasion de venir en tant qu'élève, elle ne ferait pas exception aujourd'hui. Comme à son habitude, elle prit des plumes en sucre et des baguettes en chocolat en plus de tablettes de chocolat tout ce qu'il y avait de plus banal, puis la sorcière se dirigea vers les patacitrouilles et, plus étonnant, vers les chaudrons en chocolat. Les chaudrons en chocolat étant alcoolisé et Esther étant abstème, cette dernière haussa les épaules quand le rouge lui jeta un regard. -"Ils ne sont pas pour moi." Elle-même attendit que Tony en terminât avec le magasin avant de payer et de sortir aussi sec. Le monde et les bousculades, ça va bien cinq minutes.

Zonko fut plus rapide, et ce, malgré la tentative de l'un des vendeurs de la draguer à moitié pour lui vendre des trucs. Quand elle lui sortit, de but en blanc, qu'il l'ennuyait, le vendeur écarquilla les yeux et Esther roula des yeux avant de prendre un tournant qu'il l'emmenait plus loin dans le magasin. Elle attrapa des explosifs à fumée colorée et sortis du magasin aussi vite qu'elle était entrée, non sans passer par la caisse, avant de soupirer lourdement à cause du vendeur en question. -"Ce type est plus lourd qu'un hippogriffe mort. S'il arrive à vendre des articles comme ça, je mange ma veste." Secouant légèrement la tête, elle se dirigea vers les trois balais, Tony à ses côtés, chantonnant pour noyer le bruit agaçant qu'était le nombre d'élèves dans la rue.

Arrivés aux trois balais avant une grande partie des élèves était une aubaine, cela impliquait que, pour le moment, l'endroit ne serait pas trop bruyant. Esther commanda un jus de grenade et laissa Tony faire comme il le sentait pour la suite. Notamment la suite du programme, car la liste d'Esther n'impliquait plus qu'une seule chose; une glace.

:copyright:️️ DABEILLE

(873)



One good thing about music,
when it hits you, you feel no pain.
Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Poudla10
Revenir en haut Aller en bas

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 236
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: Aucun
FACECLAIM: Bradley Steven Perry


Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Empty
Ξ Sujet: Re: Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell   Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell EmptyLun 17 Mai - 0:12

Sortie en Fanfare

Feat. Esther
made by black arrow


Tony était toujours aussi enthousiaste à l’idée de sortir à Pré-au-Lard. La dernière sortie de l’année était toujours la plus agréable. Ça lui faisait un bien fou de se sortir la tête de l’eau après la période d’examens. Loin d’être le plus studieux, ça restait bien trop de bouquinage, de répétition, de recopies, de mémorisation et de recrachage de matière sur le parchemin à son goût. Il y avait vraiment des gens chelous pour aimer tout ça? Bon, le même argumentaire pourrait tenir au niveau des gens assez chelous pour apprécier de se manger des cognards, tomber de balai, suer sous un soleil ardent, perdre contre Poufsouffle, et cetera. Cette fois-ci était encore plus sympa que les autres : ce serait la première fois depuis trop longtemps – la faute à qui? - qu’il s’y rendrait en compagnie d’Esther.

Tony était probablement un peu en retard sur l’heure entendue avec son ex, mais il avait une excellente excuse, pour une fois : lorsque sa camarade de maison lui avait dit qu’elle n’irait pas à Pré-au-Lard ce weekend, il avait tenté de la raisonner et de lui faire changer d’avis. Il n’y avait rien à faire : même sa promesse d’être sage comme un préfet ne suffit pas. Tant pis. Il courut jusqu’à l’escalier, qu’il dévala jusqu’au premier étage. Là, il glissa sur la rambarde et passa par-dessus celle-ci pour sauter au sol du grand hall avec la grâce d’un crapaud-buffle. Immédiatement, il prit une allure décontractée, qui ne trahissait pas son empressement de l’instant d’auparavant. Seul son air un peu trop angélique permit encore de se douter d’un quelconque forfait, mais il disparut bien rapidement, dissipé dans le faciès enjoué de celui qui s’apprêtait à sortir du pensionnat pour quelques heures.

Tony tendit un poing amical vers Esther, en la saluant avec exubérance enthousiasme : on ne savait jamais, peut-être serait-elle d’humeur pour un check. Après, c’était ça ou une petite bourrade affectueuse de l’épaule. À l’annonce de la brune – pour quelques semaines encore, du moins – Tony en conclut qu’Evelyn n’avait pas non plus accepté de se joindre à eux. C’était moins surprenant que Lola, mais tout de même autant dommage. Tony se contenta de hausser les épaules. Ils sauraient s’amuser malgré tout.

« On y va, alors ! » répondit-il immédiatement, excité de visiter ce village qu’il connaissait pourtant très bien. Nullement affecté par leur rupture, il semblait ne même pas avoir été mis au courant qu’un tel événement s’était produit, alors qu’ils agissait avec son ex comme s’ils n’avaient jamais cessé d’être amis. Quant aux rumeurs qui s’étaient répandues comme un feu de poudre au cours des dernières semaines, ça lui faisait une jambe ravissante. De belle humeur, il avait même tendance à vouloir mener les commères en bateau. C’était toujours pile ou face avec lui : d’une humeur moins plaisante, il aurait été enclin de mettre un terme aux ragots, de manière un peu plus… brutale.  « On pourrait passez chez madame Piedodu.», railla-t-il pour la peine.

Le batteur n’avait rien contre les sandwichs et le thé, mais il était évident qu’il n’était pas dans son élément à l’intérieur du salon de thé. Il n’y avait pas que son teint qui ne faisait pas bon ménage avec la porcelaine, dirons-nous.

Le duo se dirigea immédiatement vers la confiserie magique. Tony regretta un instant de ne pas avoir pris sa malle magique avec lui, jusqu’à ce qu’il réalise qu’elle aurait peut-être été encombrante, au final. En plus de faire de la publicité à une secte démoniaque – rien de moins, merci Tony. Les choix étaient trop nombreux, comme toujours, et le batteur hésitait : même s’il faisait genre qu’il n’était pas convaincu par certains produits, les qualifiants tantôt de trop sucrés, tantôt de mal enchantés, il était évident qu’il faisait attention à son budget. Et comme les mathématiques n’étaient toujours pas son point fort, ça lui prenait du temps. Si, en plus, Esther se mettait à agir étrangement pour le déconcentré, ils allaient y passer la journée! Il lui jeta un air hébété, hésitant à l’informer que les chaudrons en chocolats étaient moins innocent qu’ils en avaient l’air. Bon, rien pour se mettre à parler en cursives, mais tout de même. La précision de la verte lui confirma qu’elle était au courant, et le rassura également. Où en était-il, déjà?

Ses courses en main – un petit sac dont la moitié du contenu consistait en des chewing-gums – il rejoignit Esther à l’extérieur et ne ralentit pas l’allure alors qu’ils se dirigeaient vers la boutique de farce et attrape. Cette fois, il n’acheta rien, se contentant de trouver de l’inspiration au coeur de la boutique. Il n’interféra pas auprès du tracas à deux pattes de son amie, se contentant d’éclater d’un rire goguenard lorsqu’elle le renvoya à sa pâture. Il la suivit avec un petit moment de retard, le temps de reposer au hasard l’encre à bavures qu’il était en train d’étudier. Au passage, Tony claqua sonorement le dos du vendeur, comme s’ils se connaissaient depuis Merlin. « Au moins, elle a l’mérite d’être claire!» Il alla ensuite attendre devant la boutique, le temps qu’Esther règle sa facture.

« Bah, Hartley arrive bien à pécho avec sa technique… Y’a rien d’impossible, quoi», haussa-t-il les épaules à la réplique de la brune, sans cacher son amusement pour autant. Les doigts dans les poches de l’irlandais tapotaient sa cuisse en suivant l’air entonné par son ex. Leur amitié avait toujours su se passer de mots. Enfin, pas entièrement, mais suffisamment pour que le silence ne les gêne pas. C’était d’ailleurs l’une des rares personnes avec qui il se montrait moins loquace, ce qui expliquait peut-être également sa survie à ses côtés. Ils se posèrent à une table sans même avoir besoin de faire dégager qui que ce soit. C’était pourtant si amusant de voir les jaunes et les bleus détaler, et parfois ils laissaient derrière une bièraubeurre encore intacte.

Tony demanda un jus de citrouille. Il était encore un peu tôt pour la bièraubeurre, et beaucoup trop pour le jus de citrouille au whisky pur-feu. Ça n’était pas sur la carte, mais il ne fallait pas énormément d’ingéniosité pour trouver moyen d’en avoir malgré tout.

Vu l’heure qu’il était, ils pourraient rester encore un moment avant que l’endroit ne se remplisse et que l’extérieur devienne plus agréable. Puis, ils pourraient arpenter les rues secondaires et même les petits sentiers qui sortaient du village. Là, ils seraient tranquilles, et au diable les rumeurs. En attendant, donc, ils avaient un peu de temps pour papoter et grignoter. Ils pourront même prendre pour emporter, au besoin. C’est-à-dire que Tony n’avait aucune gêne à prendre le plat et l’emporter en sortant. Il reviendrait porter la vaisselle plus tard, au besoin.

« Tu sais c’que tu vas faire après Poudlard? T’as cherché pour un boulot? Sinon tu peux t’jours venir m’visiter chez ma sœur, à Cork. »

C’était pas le sujet de l’année, mais ça restait mieux que ce qu’il entendait aux autres tables : de l’hystérie concernant les examens, et même deux aiglons qui semblaient repasser point par point toutes les questions qu’ils avaient subies jusqu’ici pour se valider l’un l’autre. Bon, peut-être qu'un brin de mauvaise foi l'empêchait d'entendre toutes ces autres tables où les plans de vacances étaient également échangés. Définitivement, inviter Esther à passer chez Michaella était bien mieux, bien qu’un peu mondain pour le rouge. Il faudrait d’ailleurs qu’il informe sa soeurette qu’il comptait venir passer l’été chez elle plutôt que dans le comté de Kerry.


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Esther Foster
Esther Foster
Commerce

Parchemins : 421
Âge : 19 ans, 3 septembre 1997
Actuellement : Apprentie Styliste a MPYSewing


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 25
FACECLAIM: Emily Rudd


Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Empty
Ξ Sujet: Re: Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell   Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell EmptyDim 23 Mai - 15:00


Sortie en fanfareEsther & Tony La verte et argent baissa la tête vers le point du rouge avant de reposer ses yeux sur lui en secouant la tête. Ah, oui, Tony faisait ça. Elle avait visiblement oublié des choses et sa façon d'agir commençait déjà à laisser voir qu'elle n'était plus la fille avec qui il était sorti. D'un signe de tête, la brune se mit en route. Elle lève un sourcil a la blague de Tony avant de répondre avec un sourire en quoi. -"J'ai déjà du mal de ne pas être aveuglé par ta tenue, je suis sûr que mes yeux ne supporteraient jamais cette décoration en plus." Il fallait dire qu'elle n'avait jamais été dans cet endroit pour elle-même, pas même quand elle sortait avec Tony. La seule et unique fois qu'elle avait mis les pieds dans ce salon à l'ambiance sirupeuse à souhait, c'était pour sortir Eve d'un rendez-vous qui courait a la catastrophe, et après ça, aucune des deux n'avait plus envie de s'approcher a 20 mettre de ce cauchemar.

-"J'suppose." Le vendeur avait réussi à l'agacer cela dit et elle n'avait franchement pas eu besoin de ça, elle qui n'avait pas forcément envie d'être la a la base. Tony, lui, semblait toujours à sa place a pré-au-lard, insouciant et facétieux. Que Tony parle d'Alfie était plutôt étonnant, cela dit, hormis un matin au lac, elle ne savait pas qu'ils se connaissaient. Enfin, elle ne savait plus grand chose de Tony, de toute façon. À force de chantonner sans vraiment de guide, elle se lança sur une chanson qu'elle connaissait bien. Depuis quelques mois, Oscar passait son temps à folklore écossais par lettres pour la distraire, et avec ça, forcément, venait la musique. À force, elle se passait des chansons que lui conseillait le blond quand elle avait du mal à garder son calme. La musique celtique avait un effet calmant sur elle, sans doute était-ce pour cela qu'elle voulait apprendre les langues depuis son plus jeune âge. Il fallait avouer qu'Oscar, Eve et Tony avait un peu été harceler par la brune pour apprendre l'écossais et l'irlandais, mais Eve n'avait jamais été d'une très grande aide à ce niveau, ses parents préférant l'anglais a l'irlandais, elle n'avait pas vraiment de connaissances outres quelques bases.

Tony marchait à côté d'elle, silencieux, contrairement à ses habitudes. Il avait très vite réalisé que la brune n'était pas Lola et il avait su s'accommoder en conséquence, ce que Lola avait plus de mal à faire. Ce qui était étonnant, c'était que la réputation du rouge n'était jamais quelque chose qu'elle avait pu voir de ses yeux. Tony passait pour une petite brute qui aimait embêter les plus petits, mais avec la brune, il avait plus l'air farfelu qu'autre chose. Peut-être était-ce parce qu'elle était plus âgée que lui, ou simplement parce qu'il avait, a ses yeux, le niveau de menace d'un bébé chiot? C'était sans doute mieux comme ça, s'il avait tenté de se montrer menaçant, elle aurait sans doute réagis avec lui comme elle réagis avec Hudson. Personne ne voulait cela.

Elle fit mine de réfléchir à la question de son ami. Bien sûr, elle avait prévu des choses, mais de là à savoir très exactement ce qu'elle allait faire, pas vraiment. Au final, Sean pouvait très bien avoir changé d'avis à son sujet et sa méfiance naturelle la poussait parfois à se dire que l'offre était trop belle pour être vrai, ou qu'elle cachait quelque chose. Eve avait donné un nom a se type de pensées pendant la période d'exams, le syndrome de l'imposteur, qu'elle avait appelée ça. -"J'en sais rien, enfin si, j'ai des plans, mais rien de précis. Merci pour l'invitation, mais je connais pas ta sœur." Et on s'est pas adressé la parole pendant deux ans. Elle évita de le préciser, après tout, il le savait, mais cette pensée était bien présente. Passer des vacances chez une inconnue avec quelqu'un à qui elle avait une relation houleuse, non merci. Bon d'accord, c'était un mensonge éhonté, elle avait fait la même chose avec Oscar l'année d'avant, a deux différences près. Elle avait totalement confiance en son frère, la ou la confiance d'Esther en Tony avait disparu le jour où il avait rompu avec elle, et elle n'avait jamais vraiment perdu le contact avec Oscar. "Toi tu prévois quoi?" Elle préféra continuer avec une question bateau. Ce n'était pas forcément son genre, mais ça valait mieux.

:copyright:️️ DABEILLE



One good thing about music,
when it hits you, you feel no pain.
Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Poudla10
Revenir en haut Aller en bas

Tony O'Donnell
Tony O'Donnell
Gryffondor

Parchemins : 236
Âge : 17 ans - 5 avril 1999
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: Aucun
FACECLAIM: Bradley Steven Perry


Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Empty
Ξ Sujet: Re: Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell   Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell EmptyVen 9 Juil - 2:08

Sortie en Fanfare

Feat. Esther
made by black arrow


Les serdaigles à la table voisine furent rapidement relégués au rang de bruit de fond. Tony ne saurait dire si ils s’étaient réellement faits plus discrets ou si son cerveau avait simplement usé de cette même faculté à ignorer certaines sources sonores qu’il utilisait lors des rencontres de quidditch pour filtrer les stimuli essentiels des informations qui ne l’étaient pas. Les bleus se mêlaient donc parfaitement dans le brouhaha encore discret du pub qu’un cri spécifique parmi les encouragements d’une foule dans les gradins.

Tony avait abordé un sujet des plus banals. Peut-être bien qu’au final, l’absence de Lola autant que d’Eve se faisait un peu sentir. Lui qui avait rapidement établi, plus tôt, qu’il pourrait prendre leur absence du bon côté des choses en se disant que ce serait l’occasion idéale pour renouer avec Esther, sans personne d’autre pour interférer, voilà qu’il semblait coincé. Ce n’était pas souvent qu’on se retrouvait seul avec son ex pour tenter de rétablir une amitié récemment sortie de sa mise en suspens indéfinie. Surtout quand on avait qu’une seule ex. L’inconvénient, d’ailleurs, de n’en avoir qu’une seule, était qu’il n’avait aucun comparatif, en dehors de ce qu’il entendait de par ses différents potes et comparses de dortoir. Des bribes de discussions auxquelles il n’avait jamais vraiment porté attention, jusqu’à quelques mois plus tôt, lorsqu’il s’était décidé à reprendre contact avec Esther. Enfin, c’était une décision bien plus impulsive que réfléchie. Certains observateurs prétendraient que c'est parce qu'O'Donnell réalisait que son amie quitterait bientôt le pensionnat et qu'il craignait qu'il serait ensuite trop tard. La vérité, c'était que Tony n'avait pas effleuré la question, et n'en savait rien.

Depuis, il avait donc commencé à réfléchir, à son rythme. Une serdaigle, dans la cour, avait évoqué un concept aussi inédit qu’étrange, en questionnant la symétrie de la relation de l'une de ses amies. Tony avait fait mine de devoir rattaché ses souliers, intrigué, et un doute était né dans son esprit. Si les gestes du quotidien de leur amourette lui paraissaient toujours avoir été réciproques et partagés, alternant qui du rouge et de la verte prenait les rênes au jour-à-jour, une autre impression était née, étrange et malsaine. Il avait été celui qui avait initié leur relation, tout comme il y avait mis fin, avec l’élégance du guano sur un pare-brise. Ainsi, il s’était questionné, à temps perdus, à savoir si leur couple aurait eu lieu sans qu’il n’en prenne les devants. Quelques minutes qui lui avaient demandé un peu de courage. Sans le regretter, il avait l’impression que son impulsivité avait coûté un peu plus d’un an de son amitié avec Esther. Lui avait-il forcé la main? Non. Il savait qu’elle lui aurait répondu franchement, si elle n’avait pas été à l’aise avec sa demande. Une voix déraisonnable s’était également élevée à l’arrière de son crâne, qui s’enquérait de la raison pour laquelle elle n’était pas revenue vers lui par la suite. Il n’en savait rien. Pas plus qu’il ne savait pourquoi il avait lui-même mis tout ce temps avant d’affronter les conséquences de ses gestes. C’était déraisonnable, car il était évidemment complètement illogique de penser que quelqu’un préférerait avoir Tony hors de son entourage qu’à l’intérieur de celui-ci. Également parce qu’il n’avait rien à lui reprocher, concrètement.

Tony fut un peu surpris d’apprendre que son ex n’avait rien de précis pour la suite. Elle n’était pas du genre à laisser une marge énorme à l’imprévu. Pas aux yeux du lion, du moins, qui n’était pas non plus une référence en matière de planification. Rares étaient d’ailleurs les camarades lions auxquels Esther pourrait être comparés sur ce point. Avec son obsession d’être le meilleur en classe, Hudson pourrait peut-être s’y qualifier, mais c’était à peu près le seul. Quant à l’invitation de le visiter en Irlande et au refus de son amie, Tony ne pouvait pas réellement dire qu’il en était surpris. S’il l’avait offert de bon coeur, il ne pouvait réellement prétendre qu’il n’aurait pas pu, et dû, prévoir sa réponse. Le batteur ne souligna pas que c’était généralement en rencontrant des gens que l’on ne connaissait pas qu’on apprenait justement à les connaître, sachant la difficulté que la serpentard pouvait avoir avec les contacts sociaux, et il laissa donc couler. Après tout, il avait toujours respecté que les deux ne géraient pas les relations interpersonnelles de la même manière.

Au-delà de l’épaule de la verte et argent, Tony vit passer un plateau sur lequel étaient dressés deux verres au contenu coloré. Son attention se décala de Esther en direction de la personne qui portait ledit plateau, comme pour vérifier la trajectoire des boissons. Sitôt qu’il eut confirmé qu’elles atterriraient sur leur table, son attention revint sur son aîné, un sourire gourmand aux lèvres. Il serait peut-être temps de répondre au retour de la question qui lui avait été adressée.

« Rien d’précis non plus. Il va fauloir que j’me trouve un job d’été. »

Ce qui n’était déjà certainement pas facile quand on habitait dans un pensionnat. C’était encore moins aisé quand ledit pensionnat était un château enchanté qui rendait inutilisable un quelconque gadget électronique. Aussi bien dire qu’il ne pourrait commencer ses recherches d’emploi qu’une fois les vacances d’été entamées. Si cela lui donnait une longueur de retard envers les autres étudiants, et l’assurait de ne pas pouvoir se dénicher les boulots parmi les plus cools, le lion restait confiant de pouvoir se trouver un boulot correct, comme l’été précédent. Au moins, cette année, il espérait avoir suffisamment de temps libre pour en profiter un peu plus pleinement.

« Micha’ veut qu’on aille visiter la prison. On va sûrement aller à’plage itout. »

Tony ne comptait pas se prendre la tête. Ça n’était pas son genre, et de toute manière il comptait bien profiter de l’été de ses dix-sept ans. Improviser lui semblait être le meilleur moyen d’y parvenir.

Il y eut un silence.  Pas du genre de ceux qu'on a lors d'une balade contemplative, mais de ceux qui indiquent que le sujet de discussion est épuisé, et qu'il ne s'en trouve pas naturellement  un pour suivre. Ce n'était pas forcément ces silences révolus de gêne ou de malaise,  mais ça avait le pouvoir d'en devenir un.

Tony avait la désagréable impression d'avoir dit quelque chose d'incorrect. Ça n'était pas si étrange, comme il parlait souvent avant de réfléchir.  Ce qui était inusité, c'était qu'il ne puisse pas mettre le doigt sur ce qu'il aurait pu dire.  Aucune de ses paroles ne lui semblait avoir été fâcheuse ou impolie. Pour éviter qu'un malaise ne se développe, il relança son amie.
« T'as envie de te balader dans les collines cet aprèm ? Ou tu préfères traîner près du lac et de la cabane hurlante?  »

Les options ne manquaient pas. Ils pourraient aussi décider de rentrer avant la masse pour rejoindre leurs amis et profiter que le château ne soit pas trop surpeuplé. Quelques élèves de première et deuxième années, tout au plus. Le château devait sembler d’autant plus surréaliste, l’été, lorsqu’il était à peu près vide. Il prit une rasade de jus de citrouille, et déposa son verre en souriant. En voilà une délicieuse boisson!


Tony O'Donnell ~ Fièrement Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Empty
Ξ Sujet: Re: Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell   Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sortie en fanfare ♦ Tony O'Donnell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hentaï
» Sortie en ville [PV Meridian] /!\Hentaï/!\ [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Pour aller plus loin :: Le retourneur de temps-
Sauter vers: