Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment :
Nouveaux clients AliExpress : oxymètre de ...
Voir le deal
0.54 €

Partagez
 

 Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lucy de Guise
Lucy de Guise
Indépendant

Parchemins : 114
Âge : 23 ans (7 septembre 1992)
Actuellement : Fiancée au Roi du Liechtenstein / Avocate bénévole pour des associations de droits à l'enfance


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] Empty
Ξ Sujet: Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]   Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] EmptyLun 12 Avr 2021 - 19:32


Life can get you down
so I just numb
the way it feels
Lucy + Costantino
I gave all my oxygen to people that could breath I gave away my money and now we don’t even speak I drove miles and miles but would you do the same for me ? Oh honestly?

« Lucy… pourquoi est-ce que tu t’obstines ? Papa et maman ne peuvent plus me forcer à rien maintenant... » Sébastian regardait sa sœur, lèvres pincés. Il avait toujours été contre le mariage de sa sœur aînée avec Nicolas, actuel Roi du Liechtenstein. Lucy ne s’expliquait pas trop pourquoi : s’il était vrai qu’au départ elle n’avait pas vraiment de lien avec son fiancé, au fil des ans elle s’en était beaucoup rapproché, et ils avaient maintenant une vie de couple assez ordinaire – si ce n’était qu’ils attendaient le mariage pour certains aspects intimes -. La jeune avocate dardait son frère cadet d’un air sévère, presque glacial, assez loin du visage amical qu’elle lui accordait généralement telle une faveur spéciale. « Je ne m’obstine en rien Bash. Nicolas et moi sommes fiancés depuis des années, pourquoi ne peux-tu pas seulement accepter ce mariage pour ce qu’il est, à savoir une évidence. » Le frère et la sœur parlaient en français bien qu’ils soient attablés en plein Chemin de Traverse. « Il ne t’aime pas ! » protesta l’ancien Gryffondor, buté. « Qu’est-ce que tu en sais ? Tu ne viens jamais nous voir. » Elle haussa les épaules, ses prunelles n’exprimant rien alors qu’elle prenait une bouchée de la glace qu’elle avait commandé. « Lorsque tu auras des neveux, tu comptes aussi les snober simplement parce qu’ils seront de Nicolas ? » demanda-t-elle sans quitter son frère des yeux. Sébastian baissa les siens, fixant avec amertume le carton d’invitation que Lucy venait de lui donner. Après des années de fiançailles, la date de son mariage était enfin fixée pour le mois de mai de l’année prochaine.

« Ce n’est pas parce que c’est un mariage arrangé que c’est un mariage sans aucun sentiment. Nicolas est roi maintenant, il aurait pu se trouver une fiancée avec un lignage encore plus intéressant que le mien si c’était uniquement ce qui le motivait. Il faut que tu lui laisses une chance Bash… tu ne vas pas ne pas venir à mon mariage, pas vrai ? » insista-t-elle sans anticiper la réaction de son frère qui se leva et renversa la table avec les glaces et les papiers qui étaient dessus. « Jésus Marie Joseph ! » jura-t-elle en (pas très) bonne catholique. « Sébastian de Guise ! Puis-je savoir ce qui te prend encore ? » Mais son frère lui tournait déjà le dos pour s’en aller… Elle prit son téléphone et son portefeuille dans son sac à main, le premier pour envoyer un message à son fiancé disant sobrement qu’elle avait donné son invitation à son frère sans plus de détail, le second pour payer les dégâts.

« Je suis vraiment désolée... » dit-elle en anglais au marchand en lui tendant le prix des glaces et un bonus pour le dérangement. Elle soupira en mettant ses lunettes de soleil – même s’il n’y avait aucun risque qu’elle croise des paparazzis en recherche de têtes couronnées sur le Chemin de Traverse, elle avait seulement pris cette habitude depuis qu’elle passait plus de temps chez son fiancé que chez elle -. Elle allait sortir de chez le glacier mais sa main rencontra celle de quelqu’un qui s’apprêtait à en faire de même. « Oh pardon ! » s’excusa-t-elle aussitôt, tellement prise dans ses pensées qu’elle n’avait pas fait attention à la présence de l’homme à ses côtés. « Veuillez m’excuser, je vous en prie, allez-y. » poursuivit-elle, toujours en anglais, habituée à passer d’une langue à l’autre puisqu’elle changeait très souvent de pays depuis sa sortie de Poudlard. Elle adressa un sourire poli à l’homme, attendant qu’il passe alors qu’elle se mettait en retrait. La galanterie imposait que les femmes passent d’abord mais ce genre d’habitude désuète avait perdu de ses adeptes… au plus grand regret de la classique Lucy.
(c) princessecapricieuse



    Lucy Hesediel de Guise
    Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods... Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. + aeairiel.


Dernière édition par Lucy de Guise le Dim 13 Juin 2021 - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Costantino Galambos
Costantino Galambos
Ministère

Parchemins : 27
Âge : 36 ans ~ Naissance le 30 Novembre 1979
Actuellement : Diplomate


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]   Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] EmptyLun 17 Mai 2021 - 0:25

Intorpidire le Sensazioni~*~
Lucy
De Guise
Costantino
Galambos

Livre en main, Costantino était arrivé sur le chemin de Traverse pour profiter d’une journée lumineuse. Il y en avait bien trop peu en Angleterre pour qu’il ne reste cloîtré en intérieur sans en tirer le meilleur parti. Ne prenant même pas la peine de vérifier si Sean était à la maison, qui était certainement encore en train de travailler, Costantino avait transplané directement du manoir, non sans avoir avisé Hayda qu’il prévoyait rentrer pour le dîner. Ce n’était pas parce que la cracmole le lui avait demandé, ou qu’elle le surveillait, mais de son plein gré, que Costantino informait l’employée de son meilleur ami de sa présence, ou non, aux divers repas. Il était traité comme un membre de la famille, ou peut-être mieux encore, et trouvait que c’était la politesse élémentaire d’informer celle qui tenait entre autre le rôle de cuisinière du nombre de portions qu’elle devait prévoir.

Quelques collègues de bonne réputation, au ministère, lui avait vanté les glaces de ce Florian Fortarôme. Le milanais doutait qu’elles ne puissent honnêtement être comparables au plus médiocre des gelato de son pays, mais il calculait ne rien avoir à perdre à tenter le coup. Quelques mornilles, tout au plus, mais était-ce véritablement du gaspillage s’il parvenait à établir une fois de plus la supériorité de la riche culture gastronomique italienne?

Depuis son arrivée à Londres, le milanais en avait profité pour découvrir ou réexplorer divers monuments de la capitale tout autant que de la campagne anglaise. Cela ne lui dérangeait pas trop de visiter ces lieux seuls, mais Costantino embarquait tout de même son meilleur ami dès qu’il en avait l’opportunité. S’il voulait s’intégrer à la culture anglaise, l’italien devait d’abord se l’approprié, et visiter quelques endroits iconiques en faisait partie. Il fallait simplement qu’il s’y trouve avec le regard d’un local, et non d’un touriste étranger. C’était là que Sean se montrait utile : il permettait de remettre en contexte et d’ajuster la perspective de Costantino.

Dans tous les cas, il s’était réservé un moment promettant d’être fort plaisant. Pas de monuments datant  d’une autre ère ni même d’un autre siècle. Simplement un livre emprunté à la bibliothèque familiale. Afin d’éviter de perdre sa langue paternelle, Costantino se faisait un devoir de lire fréquemment cette langue aux caractères parsemés de diacritiques, tout autant que de s’en servir lors de ses communications avec Cesare, son paternel. Le traité de potions d’un âge vénérable se retrouva basculé d’un geste prompt, dans le dos du lecteur dont le pouce retint la reliure ouverte à la bonne page. Exhibant un sourire courtois, Costantino passa une commande simple : une glace aux pistaches – il insista évidemment sur la prononciation correcte de ce mot emprunté à l’italien – dans un gobelet. La transaction complétée, Costantino envoya un sortilège de lévitation informulé sur sa friandise, qui se mit à flotter devant lui, comme pour lui frayer le chemin, alors que son livre avait repris place devant son nez, tenu. La baguette magique changea de main pour rejoindre le livre, et le diplomate tendit la main vers la porte pour sortir prendre place sur la terrasse.

Le sorcier baissa son livre de devant ses yeux, sans que le gobelet contenant la glace n’en soit perturbé. Plutôt que de rencontrer la surface lisse et froide de la poignée, il avait touché quelque chose de plus mou, et chaud, qui était sans conteste une autre main.

- Je suis désolé, déclara-t-il aussitôt, avant même de réaliser à qui il s’adressait. La jeune femme en face de lui s’excusait également, et Costantino fit un pas de recul, et étira sa main vide pour ouvrir la porte à la jeune dame aux verres fumés. Inclinant son livre pour désigner la sortie, il lui offrit un sourire qui pourrait concurrencer avec son ami séducteur. Il explicita son intention, de laisser passer la femme aux reflets châtains. Les demoiselles d’abord. J’insiste.

Costantino était un traditionnaliste de la plus dure trempe et il était hors de question qu’il puisse se montrer discourtois. Même lorsque ça lui était ouvertement demandé, il avait du mal à mettre de côté ces vieux principes qui ont soutenu le monde aussi longtemps et lui ont permis de bien tourner, sans toutes ces aberrations actuelles. Celles-ci étaient évidemment causées par la perte de ces petits gestes et autres mœurs qui permettaient de maintenir un tissu social sain. Savoir à quoi s’attendre d’autrui n’était pas seulement rassurant, c’était également rassembleur. La corrélation entre ce soi-disant nouvelles libertés de l’informalisme, affronts à la bienséance et au beau, et l’isolement des gens dans une existence égocentrique était bien trop criante. Et c’était avant d’ajouter l’influence moldue dans le chaudron.




Parlame, dicime tutto

Revenir en haut Aller en bas

Lucy de Guise
Lucy de Guise
Indépendant

Parchemins : 114
Âge : 23 ans (7 septembre 1992)
Actuellement : Fiancée au Roi du Liechtenstein / Avocate bénévole pour des associations de droits à l'enfance


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]   Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] EmptyDim 13 Juin 2021 - 10:11



Le coup d’éclat de Bash n’avait, semble-t-il, pas perturbé l’homme dont la main venait de rencontrer la sienne. À travers ses verres teintés qui cachaient ses yeux posés sur lui, Lucy se demanda comment cela pouvait être possible alors que son frère s’était donné en spectacle, mais elle ne s’en plaignit pas : elle détestait être le centre d’attention. Certes, c’était étrange pour quelqu’un qui était une des cibles favorites des tabloïds germaniques et parfois français, mais Lucy n’avait pas choisi cette vie par goût. Et son fiancé n’aurait jamais dû devenir Roi non plus, leur vie de couple aurait dû se faire dans plus de discrétion. Elle avait fini par s’y habituer, cela avait été l’un des avantages de leurs longues fiançailles : pour ce qui était de la vie publique, ils étaient rodés.

« Je vous remercie, c’est très galant de votre part » commença-t-elle en s’avançant pour sortir avant de se raviser, d’enlever ses lunettes de soleil et de tourner ses prunelles marron clair sur l’inconnu… qui lui disait vaguement quelque chose. Le problème de la bonne société, surtout sorcière, c’était que tout le monde connaissait plus ou moins tout le monde de vu, mais même s’ils n’étaient pas assez nombreux pour remplir tout un pays – sauf éventuellement de la taille du Liechtenstein maintenant qu’elle y pensait -, ils l’étaient quand même trop pour retenir les noms de chacun… à moins que ce ne soit qu’elle n’était pas assez sociable pour ça ? Lucy était capable de beaucoup d’affection envers ses proches et savait aussi être de bonne compagnie, mais il était assez courant qu’on lui reproche son abord glacial. Et, en même temps, il avait bien fallu qu’elle soit ainsi vu l’emportement sans commune mesure de son petit frère. Leur château aurait fini en ruine s’ils avaient été deux à toujours vouloir tout détruire.

Passons. Son instant de réflexion ne dura que quelques secondes avant qu’elle ne reprenne la parole. « Je crois que nous nous connaissons, je me trompe ? » demanda-t-elle sans le quitter des yeux avant de se désigner elle-même, posant la main sur sa poitrine ce qui était le premier geste avant de faire la révérence et de se présenter dans son monde, mais ils étaient pour l’heure sur le Chemin de Traverse et elle s’en passa. « Mon nom est Lucy de Guise, princesse du  Liechtenstein. Peut-être nous sommes-nous déjà croisés en France ? Ou ailleurs en Europe ? » Depuis que la date du mariage figurait dans les registres royaux, Lucy devait se présenter comme princesse, et après le mariage elle serait Reine Consort. Autant dire Reine d’apparat, même si ses fonctions actuelles lui prouvaient que cela représentait déjà un travail à plein temps que de gérer les apparences d’un couple royal. Elle arrivait encore à se garder du temps pour l’association dans laquelle était bénévole, mais elle ne savait pas si ce serait encore le cas après le mariage. « Je suis aussi avocate, mais je n’ai pas l’impression que ma sensation de déjà vu vienne de là. » admit-elle finalement pour conclure son interrogation. Elle détestait quand sa mémoire lui faisait défaut et qu’elle n’arrivait pas à resituer un visage dans son contexte. Ce n’était pas digne de sa position, considérait-elle avec agacement – encore augmenté par sa récente altercation avec son frère -.

(c) princessecapricieuse



    Lucy Hesediel de Guise
    Chaos isn’t a pit. Chaos is a ladder. Many who try to climb it fail, and never get to try again. The fall breaks them. And some are given a chance to climb, but refuse. They cling to the realm, or love, or the gods... Illusions. Only the ladder is real. The climb is all there is. + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas

Costantino Galambos
Costantino Galambos
Ministère

Parchemins : 27
Âge : 36 ans ~ Naissance le 30 Novembre 1979
Actuellement : Diplomate


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]   Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] EmptyMer 28 Juil 2021 - 0:52

Intorpidire le Sensazioni~*~
Lucy
De Guise
Costantino
Galambos

Costantino se contenta d’un léger hochement de tête, sans perdre toute l’affabilité de son sourire, alors que du regard il suivait la jeune femme qui s’apprêtait à passer la porte. Elle s’y apprêta seulement, car elle fit volte-face et retira ses verres fumés, révélant un regard vif, intelligent. Les deux mages se dévisagèrent un court instant, trahissant la relative familiarité que le visage de l’autre leur rappelait, alors qu’ils prenaient un peu plus de temps pour y prêter attention. Un moment bref, car il ne faudrait pas non plus tomber dans l’impolitesse et sembler considérer la demoiselle comme une pièce de viande, ou pire. Le regard de Costantino glissa donc à la main tenant les lunettes, pour revenir sur son interlocutrice lorsqu’elle lui adressa la parole. Si elle lui demandait s’ils se connaissaient, ce n’était donc pas que la mémoire du trentagénaire lui jouait des tours, ou que son impression était erronée. Il était encore convenable qu’il admette à la même omission que la sorcière.

- Je me posais également la question, affirma-t-il en haussant un sourcil amusé.

Costantino crut un instant que la jeune femme s’apprêtait à se présenter à l’anglaise, en lui offrant une poignée de main, mais celle-ci se posa plutôt sur son cœur, avec la délicatesse d’un papillon sur une rose. S’adaptant immédiatement à cette douce surprise, le milanais inclina légèrement son torse vers l’avant. Il n’était pas certain de la formulation à préférer, vu son inexpérience de vie au sein d’un royaume. Cela ne sembla pas mettre à mal la rapidité de sa réplique.

- Enchanté, votre altesse. Je me nomme Costantino Galambos.

Puisque Mademoiselle de Guise mentionnait la France, Costantino en conclut que c’était là qu’elle avait étudié. Son nom très peu saxon semblait couler dans le sens de cette déduction, toutefois, vu la décennie – ou décennie et demie – qui les séparait, il était évident que leurs scolarités n’aient pas pu se chevaucher. Peut-être s’étaient-ils croisés au ministère, ou dans une occasion festive, telle que des vacances à la mer.

Une chose était sûre : Costantino avait une trop grande allergie aux avocats pour avoir déjà tenter de s’en entourer ou de faire ample connaissance avec un juriste. Cependant, il devait bien admettre que la princesse ne semblait pas être de la même trempe que ceux auxquels il avait malheureusement eu à se frotter au travail. C’est pourquoi il se contenta d’offrir une réponse laconique à cet égard particulier.

- J’en doute également. Je suis de Milan, et j’ai étudié à Beauxbâtons, mais je doute que nous ayons pu nous y croiser. Ces dernières années, j’ai vécu en Suisse. Avez-vous visité Bâle ou le consulat dans le cadre de vos fonctions ?

Le gobelet de glace toujours en suspension devant lui, les mains occupées avec la porte et ses propres affaires, Costantino inclina la tête. Son menton et son regard pointèrent tous deux l’extérieur durant une seconde, puis les yeux du sorcier italien retournèrent sur la princesse.

- Aimeriez-vous en discuter à l’extérieur? Nous y serions plus confortables pour discuter.




Parlame, dicime tutto

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]   Life can get you down  so I just numb  the way it feels [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Life can get you down so I just numb the way it feels [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Magique :: Chemin de Traverse :: Glaces Florian Fortarôme-
Sauter vers: