Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-40%
Le deal à ne pas rater :
Ravensburger- Labyrinthe Junior – Jeu d’enfant
13.99 € 23.22 €
Voir le deal

Partagez
 

 Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Louisette Munreta
Louisette Munreta
Gryffondor

Parchemins : 12
Âge : 10 ans ○1er aout ○
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv Empty
Ξ Sujet: Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv   Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv EmptyDim 18 Avr - 0:02

Une nuit sans fin
Freja, la dirigeante du MS qui apprend à connaître cette jeune demi-sœur. Douceur et fermeté, sagesse et ruse, elle veille et surveille le monde qui l'entour.

Louisette, une fillette traumatisée par la mort de sa famille durant une nuit de pleine Lune. Le souvenir la hante dans la pénombre de sa solitude.

L'inde lui manquait. Rien de plus normal, il y a faisait chaud et Louisette pouvait y manger des tonnes de fruits n'importe quand. Ce n'était pas que ça, il y avait aussi cette notion du temps, plus libre, moins ennuagé, que celui de l'Angleterre. La pluie ne lui posait aucun soucis, c'était plutôt, le fait de savoir que bientôt, très bientôt, elle devrait aller dans cette école. Une hâte qui ne se faisait pas sentir en elle, pas alors que Fripouille devra rester dans le dortoir, pas alors qu'elle devait partir loin de ces personnes qui lui montraient sincèrement de la gentillesse et de la douceur. Elle le savait, c'était égoïste de vouloir rester près de Freja. D'autant plus que si Louisette voulait aider sa grande-soeur, ce que la petite comptait bien faire, elle devrait de toute façon s'y rendre. Malgré tout, l'idée ne lui plaisait qu'à moitié.

Le soir venait, comme après chaque journée, avec un manteau plus frais et sombre. Quelques nuages parsemaient le ciel avec cette délicatesse que seul le vent peu les guider. Une douce pluie s'échappa, l'été en Angleterre offrait régulièrement ce climat plus humide et assez froid comparé à d'autre pays. La petite fille, joyeuse comme toujours, se demandait ce qu'elle ferait le lendemain. Apprendre l'anglais n'était pas facile, mais elle le devait. Ce n'était pas la seule chose que l'entendait, mais la première à laquelle l'enfant pensa. Un bref instant, car la seconde d'après, elle courait après le chat gris qui la devançait pour aller dans sa chambre. L'animal, qui la suivait toujours, avait cette étrange manière d'être, comme s'il pouvait réfléchir plus qu'un chat, avant d'ôter l'idée en agissant comme un félin. Fripouille, un nom peu reluisant, accéléra sa course pour bondir sur le lit dans la pièce destinée à offrir un peu de repos à Louisette. Douchée, propre et peignée, elle avait souhaité bonne nuit à tous ceux qu'elle avait croisé dans la demeure. Tout juste huit heure et demi, pas une minute de plus et la petite éteignit la lumière en prenant contre elle la boule de poiles affectueuses.

Le silence arriva, progressivement. La pluie laissa place à un ciel dégagé dont quelques rayons de lune se glissèrent entre les tentures de la chambre de l'enfant. Un murmure, un rêve, la petite se tourna dans son lit. Ses yeux s'entrouvrirent pour voir sans retenir, la lumière sur les draps. Une grimace accompagnée d'un besoin de réconfort, un bras chercha la peluche vivante. Hors, l'animal avait quitté la pièce pour aller manger et faire ses envies de félin. Le sommeil reprit lourdement la petite dans ses bras, avec un murmure d'effroi.

Dans le murmure de la nuit, des lumières dévoilaient un décor à l'envers. Les phares qui illuminaient les arbres s'effacèrent sous le passage de jambes difformes. Un cri persistait avec toute l'angoisse du monde. Des griffes déchirèrent la vue que Louisette déchiffrait comme étant l'intérieur de la voiture. Des sortilèges explosèrent, quelque chose tomba au sol. Elle tourna les yeux, le visage de sa mère, taillé, la fixait sans vie. L'agitation de la petite fille dans son lit se transforma en un cri déchirant. Les larmes serrèrent sa gorge. Les meubles avaient été brusquement poussé, pas assez fort pour s'envoler, mais suffisamment pour griffer le sol. La lampe de chevet tomba au sol et se brisa. Le silence revient, Louisette retenait son souffle. Elle ne devait pas faire de bruit, sinon le monstre la trouverait!

Quand la porte bougea, ses yeux claires la fixèrent avec cette appréhension. Le monstre était-il là? Avait-il tué cette nouvelle famille si précieuse? Même si Louisette savait que c'était sa magie qui poussait les objets autour d'elle, rien ne disait que la créature était bien morte. Personne ne pouvait le lui dire, puisqu'elle n'en avait plus jamais parlé!
@Neko-chan
Revenir en haut Aller en bas

Freja Blomberg
Freja Blomberg
Indépendant

Parchemins : 79
Âge : 38 ans {29/04/1977}
Actuellement : Dirigeante de MS.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 1


Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv Empty
Ξ Sujet: Re: Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv   Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv EmptyMar 20 Avr - 16:29

Une nuit sans finFreja dormait mal. Enceinte de quatre mois, sa grossesse était encore discrète sous ses tenues plus amples que d’ordinaire. Elle avait eu quelques nausées matinales qui lui avaient rappelées combien elle avait détesté être enceinte la première fois, fort heureusement les remèdes prescrits par son médicomage avaient fait leur œuvre et elle avait rapidement été de nouveau sur pieds.

Même si les températures en journée étaient presque estivales en ce mois de juin, les nuits étaient fraîches. Freja avait allumé un feu dans la cheminée et elle regardait une bûche brûlée, pensive. Ce qui l’empêchait de dormir n’était pas l’enfant qu’elle portait, encore qu’elle n’eût pas juré qu’elle n’était pas par moment influencée par les hormones, ce n’étaient pas non plus les plans du ministère britannique même s’ils occupaient ses journées – rien ne l’amusait plus que d’imaginer la tête de tous ces clampins quand ils comprendraient ce qu’elle avait fait des mois à venir - ; non, ce qui l’empêchait de dormir était l’idée qu’elle allait envoyer sa demi-sœur et son fils à Poudlard à la rentrée.

Ils n’étaient tous revenus que pour préparer cette partie du plan. Officiellement, son ex-mari était le tuteur aussi bien de Louisette que de Niels (même si, pour ce dernier, c’était logique), c’était donc lui qui avait inscrit les deux enfants dans l’école écossaise. Bien que l’ancien couple n’ait jamais vécu de passion ardente, Freja avait toute confiance dans le père de son fils. Elle n’aurait pas pu obtenir la position qu’elle avait dans l’organisation sans son soutien distant, certes, mais loyal. Il avait accueilli son idée comme toutes les précédentes : en posant des questions pertinentes avant de finir par se ranger à son avis.

Durmstrang n’était plus ce qu’elle était : leur ancienne école à tous les deux restait trop sélective, ce qui était une stratégie d’un autre temps sans efficacité. La magie ne pouvait pas progresser dans l’entre-soi perpétuel, or la magie était tout ce qui importait dans ce monde, surtout pour la donner en cadeau à la génération suivante. Poudlard était dirigé par de doux rêveurs mais ils avaient tout de suite fait leurs les sortilèges de Sabriye, et les espions de Freja lui avaient appris que cela irait encore en progressant, redonnant pleinement de son lustre d’antan à ce vieux pensionnat.

Même si Karen y était depuis le début sans avoir jamais rencontré la moindre difficulté, Freja ne pouvait se défaire de l’impression persistante qu’elle jetait peut-être ses petits dans la gueule du loup. Mais il en allait de sa crédibilité que de ne pas sans cesse compter sur les autres familles de Magicis Sacra : la sienne aussi devait donner pour la cause.

Elle terminait un chocolat chaud tout en réfléchissant à sa première action durant la prochaine année scolaire lorsqu’un cri se fit entendre suivit d’un fracas. Freja posa sa tasse sur la table basse et se dirigea vers la provenance du bruit : la chambre de sa demi-sœur, Louisette.

La dirigeante de MS n’avait appris que tardivement l’existence de cette sœur bien plus jeune qu’elle. Fruit des frasques de son père, déjà grand-père à l’époque de cette naissance, Freja n’avait eu connaissance de son histoire que sur le lit de mort du sieur Blomberg. Si sa fille ne lui en voulut pas outre mesure d’avoir eu une aventure avec une femme (beaucoup) plus jeune, en revanche, elle fut très contrariée que la petite n’aie jamais reçu l’éducation d’une vraie fille de sa famille. Certes, elle n’était pas sang pur, mais Freja était de ces gens qui pensaient qu’il fallait assumer la conséquence de ses actes et pas essayer de faire comme s’il ne s’était rien passé.

Suite au décès de son père, elle était donc partie récupérer Louisette, alors orpheline, et avait été encore plus effarée d’apprendre que la pauvre enfant avait vécu de près la mort de ses parents. Depuis, elle s’occupait de sa jeune sœur bien qu’elle agisse plus en mère avec elle car il était difficile pour Freja de voir réellement dans une enfant une vraie soeur, de plus, Louisette était en recherche d’adultes de confiance. Les autres membres de MS qui évoluaient dans le cercle privé de Freja, dont évidemment Mathias, le père du bébé à naître, étaient toujours tenus à bien se comporter avec la petite fille. Il semblait à la cheffe de l’organisation que c’était le cas… même si la tranquillité relative de cette vie n’empêchait pas Louisette de faire des cauchemars.

« Louisette, ma chérie, c’est moi. » dit-elle doucement en agitant sa baguette pour faire de la lumière dans la pièce. Elle s’approcha du lit de la petite fille en évitant les débris de sa lampe de chevet qu’elle réparerait plus tard avec un sortilège. S’asseyant près de sa demi-sœur, elle l’enlaça, la serrant dans la chaleur de ses bras. « Ce n’est rien, tu as juste fait un cauchemar. Tout va bien, tu es en sécurité. » Freja savait que ses gardes étaient venus vérifier l’absence de danger et n’étaient pas entrés dans la pièce pour ne pas effrayer l’enfant. Elle le leur avait interdit : il n’y avait rien de pire pour faire encore plus peur à une petite fille mal réveillée que de voir des sorciers à la mine patibulaire faire irruption. Même si la cheffe de MS n’avait qu’un instinct maternel très limité, elle savait que ce qu’il fallait à sa demi-sœur, c’était seulement sa présence à elle, parce qu’elle était la seule famille de sang qui lui restait – outre Niels évidemment -.
2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Louisette Munreta
Louisette Munreta
Gryffondor

Parchemins : 12
Âge : 10 ans ○1er aout ○
Actuellement : 1ère année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv Empty
Ξ Sujet: Re: Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv   Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv EmptyJeu 6 Mai - 0:15

Une nuit sans fin

Le félin, d'un gris variant, s'était glissé hors du lit après avoir regardé le doux visage endormi de la fillette. La nature l'appelait et en bon animal domestique, il quitta le confort et la chaleur du lit pour le sol froid. Ses pattes, agiles et silencieuses, le guidèrent jusqu'au rez-de-chaussé. Il marcha avec agilité et aisance entre les couloirs et escaliers, évitant en même temps de se prendre une jambe de ces grands êtres qui donnent à manger, des câlins et qui ouvrent les portes. C'était là tout son but, trouver une porte ou une fenêtre, avec une créature bipède capable de lui ouvrir la sortie pour soulager sa vessie. Objectif fut donc atteint quand il arriva sur le rebord d'une fenêtre près d'un de ses êtres qui lui ouvraient régulièrement le chemin. Le froid qui s'invita fit frémir les poils lisses du félin, mais pas question de faire demi-tour sans un peu plus de confort, il sauta dehors. Soit, Fripoulle, de son air décidé, trouva un parterre de fleurs dans lequel il pu faire un trou et se soulager. Heureux de sa petite vie de chat, il retourna à la fenêtre pour attendre qu'on lui ouvre après deux coups de pattes. Hors, plus personne ne l'attendait. Rien de plus normal, il avait entendu du bruit, mais jamais il ne se serait dit que cela provenait de la chambre de sa précieuse maîtresse. Ce fut, dans une patience surprenante, que l'animal se nettoya les pattes et la fourrure pour finir par faire du bruit. La fenêtre fut alors ouverte et il entra donc, comme s'il était le maître de la maison.

Derrière la porte de la chambre, Louisette entendait qu'il y avait de l'agitation. Le souffle retenu, la peur au ventre, elle craignait le pire. Des images atroces de sang couvrant les murs défilaient dans son esprit alors que son cœur, battant à tout rompre, pulsait l'angoisse dans son paroxysm. Le doute n'était plus, le monstre de la Lune était là! Hors, il était impossible pour la petite de bouger, pas même d'un pouce. La terrible porte qui séparait la chambre en désordre de l'enfer, se mit à bouger. Un tremblement parcouru le petit corps avant qu'une voix, familière et rassurante ne parvienne. Malgré tout, la peur la tétanisait trop pour appeler cette grande sœur chérie. La lumière éclaira la pièce, révélant la casse connue que par le son qui avait agité la demeure.

La femme qui approchait devenait de plus en plus réelle sous les yeux de Louisette, encore trop plongée dans son cauchemar. Quand Freja se posa sur le lit pour la prendre dans ses bras, des sanglots secouèrent la jeune fille.

"Jaja! Jaja!"

Répéta Louisette en passant ses bras pour la serre fort contre elle. La toucher, sentir son parfum, sa chaleur, sa présence, cela repoussait l'horreur. Les pleures, aussi bruyant que douloureux, étaient mélangés d'un soulagement indescriptible. Sous cette pluie tempétueuse, le félin se glissa dans la chambre. Il chassa d'une patte un morceau de la lampe avant de passer entre les autres pour remonter sur le lit. Intrigué par les pleures, ou pour une raison toute autre, Fripouille se glissa jusqu'à la petite pour se frotter contre elle. Hors, la concernée n'avait d'yeux que pour sa soeur.

"Le monste deu la Luneu... Le... monste... Il... il va pas veni te voi hein?!"

Marmonna, difficilement très difficilement, la petite entre ses pleures avant de renifler avec cette élégance seul qu'on les enfants en pleure. De ses petites mains tremblantes, Louisette se recula pour se frotter le visage. Elle avait besoin de savoir que même si, dans l'école pleine de monde, elle ne risquait rien, mais que Freja serait aussi en sécurité! même alors qu'il y a plus de mages confirmés autour de la grande-soeur.

Le pauvre Fripouille, vexé de se faire ignoré, se coucha un peu plus loin pour reprendre son toilettage. Comme si, se laver était plus important que la peur d'une enfant. Le chat gris, dans son attitude, s'efforçait de ne même pas jeter un regard vers les deux femmes.

@Neko-chan
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv Empty
Ξ Sujet: Re: Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv   Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit sans fin ○ Freja's home • Pv
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Royaume-Uni :: Angleterre-
Sauter vers: