Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Partagez
 

 Au fils du temps ►Vanellope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 292
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 32


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyVen 25 Juin - 1:02

Au fils du tempsVanellope La tête prise dans un étau, j'ouvrais les yeux. La torpeur laissait lentement place aux sensations. L'odeur humide et renfermée de la pièce primait sur ma vision, éblouie par le soleil qui déjà montait vers son paroxysm. Le sol froid sous mon corps encore alourdit par l'étreinte de Morphée, je me demandais presque où j'étais avant de reconnaître la pièce: L'Asile SongBird. C'était chambre était différente de celle dans laquelle j'avais logé lors de ma première venue. Moins impersonnelle, plus de meuble et même des rideaux, qui hélas étaient ouverts. Mon regard tomba sur le radio-réveille très moldu. La date, étrangement familière, l'heure aussi me disait quelque chose. Doucement, je me redressais, frottant d'une main mon crâne douloureux. Que faisais-je dans cet hôpital et non chez moi? Mes yeux se croisèrent dans une glace, je n'y vis aucune nuance d'ambre, pas même l'ombre d'un visage étrange, seulement moi. Qu'aurais-je du voir d'autre?

"Chez moi?" M'étonnais-je, comme si..., non, je ne pouvais dire où était mon "Chez moi". Ni même mon... ça devait être un rêve! Un cauchemar, mais pourquoi avais-je le sentiment que c'était mieux ainsi? Que je devais me laisser porter par le courant sans poser de questions?  Quelqu'un frappa à la porte, coupant court mon observation. "Bonjour Cily. Vanellope attend Iva dans une heure devant l'entrée du musé." Expliqua la femme qui entrait sans même me jeter un coup d'oeil, trop occupée à lire le document entre ses mains. Ce ne fut qu'en levant le bout de son nez qu'elle remarqua, de ses yeux verts et ses cheveux gris usés par le temps, que quelque chose n'allait pas. "Cily?" Ce prénom, il m'évoquait quelque chose. "Iva? Ivalyana?" Tenta alors la femme d'âge mure. "Oui." Le mot quitta mes lèvres, le souffle du son réveilla des souvenirs, des images, en un instant je savais qui j'étais, ou presque. "Qui est Cily?" Ma question n'eut pas de réponse. La dame soupira avant de partir en me disant de m'habiller et de la rejoindre dans la salle à manger dans dix minutes. Facile à dire, je ne savais pas quoi mettre. "Qui est Cily?" Répétais-je pour moi-même en ouvrant les portes et les tiroirs des armoires. rapidement, j'enfilais une robe sombre et assez longue qui me mettait à l'aise.

Vêtue, coiffée, je me regardais dans le moire pour me maquiller. Tous ses gestes fait avec habitude ne me surprenaient pas. Qu'importe si je ne savais plus qui j'étais, au moins je n'avais ni peur, ni doute. Le chemin vers la salle à manger me vient aussi naturellement. Vivais-je depuis longtemps dans cet hôpital? Comment savais-je ce que c'était? Peu importe, j'avalais un jus de fruit et un croissant avant de suivre Anna, l'infirmière. Sa voix calme et douce me parlait de tout et de rien. Nous marchâmes, prîmes une cheminée pour voyager, avant d'encore parcourir les rues jusqu'à se noyer dans une foule de personnes. Le soleil, doucement, chauffait l'atmosphère de ses rayons agréables. "Préviens moi d'un message quand tu sors, je viendrai te chercher." Sourit doucement Anna en me laissant un téléphone. Je le glissais dans une poche de mon petit sac à ma main avant de sentir une chaîne sous mes doigts. Le bijou fut lentement tiré, mais une voix m'appela, je me tournais en remettant le collier à sa place sans l'avoir examiné. "Salut V, tu ne m'as pas attendu trop longtemps?" Demandais-je en souriant alors que déjà je la rejoignais d'un pas calme, détendu, sereine de mon ignorance qui doucement laissait place au souvenir. V, Vanellope, Griffondor, Préfète et toujours joyeuse, énergique, une personne qui me donne un sentiment de respect, d'affection. Etait-ce pour cela que Cily devait me conduire à Vanellope? Mais qui était-ce Cily?

~
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 837
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyLun 28 Juin - 17:06

Au fil du temps
« Et tu me dis ça maintenant ? » grogna V, son kit main libre collé aux lèvres alors qu’elle discutait avec Alexandre à l’autre bout du fil. Comme tous les autres amis de Viska, pour savoir comment allait la Serpentard pour de vrai le seul moyen était de passer par son cousin germain, Gryffondor de son état, et Mister Poudlard à ses heures perdues. La préfète, cependant, avait passé la majeure partie de son été à travailler sur ses projets, aussi divers que variés, et n’était sortie que très sporadiquement. Elle avait laissé à d’autres le soin de s’occuper de Viska, d’autant que quand elle était chez sa mère, Pré-au-lard semblait être l’autre bout du monde. « Je ne vais pas te mentir, je dis ça à ceux qui répondent au téléphone… qu’est-ce que je suis sensé faire ? » gémit le brun d’une voix dans laquelle perçait autant de désespoir que de lassitude. Alex avait toujours donné l’impression d’être bien dans ses baskets, même après les événements des derniers mois, mais de ce qu’il venait de lui raconter, l’été avait été compliqué pour lui. Toute sa famille (sauf sa petite sœur, trop jeune) avait été convoquée par l’armée de psy qu’ils avaient engagés pour s’occuper de Viska. D’après eux, elle était sur une mauvaise pente, et ils déconseillaient son retour à l’internat. Évidemment, ils ignoraient que c’était le seul moyen de suivre une scolarité normale chez les sorciers, comme ils étaient moldus, ils pensaient sûrement qu’elle n’avait qu’à être transféré dans un lycée quelconque duquel elle pourrait rentrer chez sa tante tous les soirs. Sauf que non, ça c’était pas possible. « Je suis désolée de te dire ça aussi abruptement mais tu ne peux rien faire de plus que ce que tu fais déjà. On sait qu’elle va mal, on sait que d’une manière ou d’une autre elle se fait du mal, mais pour le moment nous sommes dans une impasse. Peut-être que les psys se trompent, peut-être qu’elle ira mieux une fois à l’école, avec nous ? Et peut-être que vous devriez commencer à envisager que laisser des poignards à portée de main d’une fille quasiment suicidaire est une très mauvaise idée.
- C’est uniquement pour l’entraînement, et puis elle ne…
- Bénis les simples d’esprit, ils iront au Paradis ! Bref ! Là j’ai pas le temps, j’arrive au Musée, je te rappelle ce soir, tu auras peut-être réussi à avoir les autres d’ici là. Tu peux essayer de prévenir le Roi des Crétins aussi si tu veux, après tout, c’est ton cousin. T’as vraiment une famille de merde quand même ! Allez, à plus mon gars, et bon courage. J’te rappelle, c’est promis. »
C’est ainsi qu’elle raccrocha au nez d’Alexandre mais, à sa décharge, elle arrivait réellement au point de rendez-vous et il était hors de question qu’elle laisse quoi que ce soit gâcher une sortie prévue depuis presque deux mois avec son amie Ivalyana. Elle ne comptait lâcher ni Alex, ni Viska, mais son amie Serdaigle sortait trop peu souvent pour la parasiter avec les problèmes des autres ! Surtout des problèmes de ce type là, qu’on pouvait bien retourner des heures sans y jamais trouver une quelconque solution.

Enlevant son kit main libre quand elle entendit son nom, elle sourit avec bonne humeur à la brune. « Iva ! Je suis tellement contente de te voir ! Tu m’as beaucoup manqué ! » C’est ce qu’il y avait de terrible avec l’internat : quand elle y était, sa mère et sa grand-mère lui manquait, et quand elle était chez elle, c’était au tour de ses amis. Comme s’il fallait toujours faire un choix. Donnant une accolade à la Serdaigle, elle se détacha d’elle pour répondre à sa question première : « Je viens juste d’arriver, j’étais au téléphone avec Alex. » V ne savait pas trop si Iva connaissait le Mister Poudlard, certes populaire et cousin de Viska, mais tout de même deux ans plus jeune qu’elles. Cela dit, ça avait peu d’importance dans la conversation au final. « Tu es prête pour le musée ? J’ai emmené ma brochure pour qu’on sélectionne ce qu’on pourrait aller voir. Tu as des envies en particulier ? » questionna-t-elle avec son entrain habituel tout en sortant la dite brochure de son sac à dos bien flashy.

V avait, comme toujours, un look très remarquable. Ses cheveux étaient toujours bruns, mais elle portait des lunettes de soleil en forme de cœur d’un rose assorti à son sac qui lui servaient pour l’heure de serre-tête, remontant ses mèches sur le haut de son crâne, quant à ses vêtements, elle avait opté pour une mini-jupe en jean élimé et un croc top bleu ciel qui faisait paraître ses yeux gris plus azurés qu’ils ne l’étaient vraiment. Très à l’aise dans cette tenue qui ne cachait pas grand-chose de sa silhouette, elle ne prêtait aucune attention aux garçons de leur âge qui la regardait en passant. V se moquait du regard des autres, elle ne s’habillait jamais que pour elle, même si elle avait choisi du bleu pour Iva ce jour-là. Tendant la brochure à son amie, elle rangea de l’autre main son téléphone dans la poche arrière de sa jupe. « On y va ? J’ai mis des tennis exprès pour être à l’aise. » Elle désigna alors du doigt ses chaussures qui arborait fièrement un arc-en-ciel, symbole préféré de V – sans même parler de son goût évident pour tout ce qui est coloré ! -.
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 292
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 32


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyLun 28 Juin - 19:24

Au fils du tempsVanellope
Sur le chemin, mon attention se portait à peine sur les gens, je n'écoutais que d'une oreille les paroles de l'infirmière. Mes pieds, nus jusqu'à arriver dans une zone non-magique, furent la seule sensation qui me tenaient encrée au monde. Les parfums multiples qui dévoilaient des romans tacites ne cessaient de me perdre, marcher en étant guidé, c'était assez simple et agréable. "Tu as choisi une très belle robe pour une sortie au musé." Fit remarqué Anna dans un instant d'attention à me tenue. La robe, légère a portée, mettait en valeur mes épaules qui par manque de soleil, a force de passer mes journées dans la bibliothèque de l'école, puis dans l'hôpital, avaient un côté mat qui rappelait mes origines. Quelles étaient-elles? Je ne m'y attardais pas, observant un instant les ballerines qui je comptais enfiler prochainement. "Tout va bien se passer. Vanellope est une gentille fille."  Ironiquement, je ne parvenais pas vraiment à la croire, parce que les deux femmes ne s'étaient jamais croisées, mais en même temps, je savais que l'infirmière disait vrai.

Sous le soleil, dans le brouhaha de la foule, je captais la voix de mon amie. Une pointe d'agacement, de l'inquiétude et de la colère même, un mélange qui s'effaça dès qu'elle me vit. Un fin sourire aux lèvres pour toute première réponse. La brune avait toujours eu ce côté apaisant. Depuis notre première discussion, je savais que je pouvais compter sur elle. Que cela soit pour me guider, pour me rassurer ou simplement être une oreille attentive. Alors quand V m'expliqua qu'elle était au téléphone avec Alex, il me fallut un instant pour retrouver un visage sur le prénom. L'accolade, d'un bref instant, suffit pour me donner le temps nécessaire à retrouver le visage du garçon. "Ho? Il voulait te kidnapper pour un ciné?" Lançais-je sans le moindre fondement. Aucune doute que si la préfète avait envie de parler du garçon, elle le fera et dans le cas contraire, je n'en saurais rien de plus et insister ne marcherait pas. "Alex, le cousin de Viska?" Tatonnais-je pour quand même avoir un peu plus d'information. D'où je savais que Viska avait un cousin dans la même école que nous? Aucune importance, l'information était surement connue de beaucoup.

La dite brochure arriva entre mes doigts. Le papier glacé dégageait un petit quelque chose de mystère, certainement ma curiosité et ma hâte. J'ouvrais le pliant pour examiner avec un sourire digne d'un enfant. "Voyons, la galerie des tableaux... la salle avec les animaux, je n'ai jamais été dans un zoo, il faudrait que je vois ça un jour. C'est quoi... les sculptures Égyptiennes?" Bien qu'un zoo magique aurait de quoi en mettre plein les yeux, je ne savais pas si un tel lieu existait. Toutefois, le monde non-magique en avait de toutes sortes. Quand à ma petite question, je n'avais aucun doute que j'aurai une réponse assez rapide et claire.

Bien décidée à entrée et non rester sous le soleil qui commençait lentement à donner, je passais un bras sous celui de Vanellope pour me diriger vers l'entrée en regardant ses chaussures. "Elles sont superbes. Je pense que je finirai par porter mes ballerines avant la fin de la journée." Souriais-je, comme si l'idée de marché pied nu me posait un problème. La seule chose qui pourrait déranger, c'était sans doute les jeunes qui nous suivaient des yeux. Etait-ce l'effet sorcières ou simplement parce que la Lionne était belle, un peu plus que moi.

Sans hésiter, j'offrais l'entrée à ma guide du jour. Déjà le couloir principal au haut plafond et aux murs blancs offraient une luminosité agréable. Cette proportion imposante de l'intérieur du bâtiment me mettait à l'aise. Une part de moi aurait aimé voir quelle taille je pourrais prendre pour combler l'espace. Idée étrange, je n'étais pas Alice aux Pays des Merveilles. Peut-être pas aussi fou, encore moins quand je vis une silhouette dans une foule me ressemblant comme deux gouttes d'eau. Certainement une vision provenant d'un rêve, bien qu'un sentiment de familiarité me troublait un peu. "Suis-je déjà venu?" Murmurais-je pour même-moi.

~~
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.


Dernière édition par Ivalyana Van Cress le Mer 30 Juin - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 837
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyLun 28 Juin - 20:03

Au fil du temps
Ivalyana était souvent bizarre mais V aimant l’originalité, elle ne s’en formalisait pas beaucoup, en général, elle faisait avec, tout simplement. Quand la Serdaigle suggéra qu’Alex puisse vouloir l’emmener au cinéma, la lionne se contenta de simplement hausser un sourcil ironique en riant. « Un ciné ? Alex ? Certainement pas ! Je ne suis même pas sûre qu’il y ait déjà mis les pieds, et puis si j’osais faire une sortie avec lui, Stef serait capable de mettre du laxatif dans mon café pour se venger. Merci, mais non merci. Il est mignon mais un peu trop jeune pour que je prenne ce genre de risque pour lui ! » s’amusa-t-elle avant d’enchaîner avec la même insouciance : « Yep, le cousin de Viska. C’était pour me parler d’elle d’ailleurs… les nouvelles ne sont pas très bonnes. Personne ne s’attendait à ce qu’elle aille bien après l’année qu’elle vient de passer cela dit… sauf elle-même peut-être ? Mais bon, je sais que tu n’aimes pas trop parler d’elle, alors changeons de sujet ! » La dernière fois qu’elles avaient parlé de Viska, Iva’ s’était montré assez désintéressée. La lionne savait que depuis la vipère et l’aiglonne s’étaient rapprochées mais V n’était pas du genre à imposer les sujets de conversation pour autant, surtout quand ils étaient aussi peu joyeux que ceux-là. Elles avaient forcément des tas de trucs plus marrants à se raconter que ça…

« On commence par les tableaux alors ? » demanda-t-elle juste avant d’ajouter « On pourrait aller au Zoo la prochaine fois ? Même si ce genre de lieu est un peu trop spéciste à mon goût, j’ai du mal à ne pas craquer devant les animaux trop mignons qu’on peut y voir ! » Et, surtout, elle avait beaucoup de mal à ne pas céder à sa curiosité et son besoin de tout savoir. « Ce sont des sculptures qui viennent d’un pays d’Afrique, l’Égypte, c’était une civilisation essentielle pendant l’Antiquité, très en avance sur leur temps. Ils avaient des dieux à figures d’animaux dont certains sont des serpents d’ailleurs. » raconta-t-elle en ouvrant la marche avant de laisser ses yeux glisser vers les pieds d’Ivalyana qui n’étaient pas encore dotés de ballerines.

« Tu devrais peut-être les mettre avant d’entrer, non ? On pourrait te marcher sur les orteils vu le monde qu’il y a. » Sur cette remarque pragmatique, elle tapota la main d’Ivalyana sur son bras avec un sourire, sans vraiment se soucier des regards divers ou sur les pieds de son amie car, une nouvelle fois, elles n’en étaient pas à une excentricité près, sans compter que c’était sa propre marque de fabrique aussi. « Tu es un peu pâlotte ma chérie, non ? Tu as oublié de prendre des bains de soleil ? » V aussi était restée assez blanche mais dans son cas c’était parce qu’elle avait passé son temps à travailler. Iva’ n’avait pas ce genre d’occupation, pas à sa connaissance en tout cas.

Une fois à l’intérieur, elle se laissa accaparer par les proportions gigantesques de l’entrée avant de se tourner vers Iva’ qui avait dit quelque chose : « Quoi ? Tu as parlé ? »
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 292
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 32


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyMar 29 Juin - 1:19

Au fils du tempsVanellopeL'idée du cinéma faisait partie de lointain murmure, d'un souvenir plus proche du rêve que de la réalité. Avais-je été dans l'une de salle obscure pour observer des images se mouvant sur une toile grace à de la mécanique et non de la magie? Absolument pas. Toutefois, je comprenais le fonctionnement, je connaissais les détails, la progression qu'il y avait eu sur cet art, surement grâce aux nombreux livres que j'avais lu. Les questions misent de côté, je pouvais pleinement savourer la réaction de mon amie, un peu amusée par l'image. Il était vrai que Vanellope n'était pas du genre à se laisser inviter facilement, bien que j'avais appris qu'elle avait des relations très fréquentes et assez énergiques, je me demandais ce que c'était. Comme si, comme si je n'étais pas jeune, mais fatiguée par les années, aucun sens.

Mon attention fut bien plus vive, les paroles qui me parvenaient sur la jeune femme me firent même serrer les dents.  En ayant croisé le capitaine de Quidditch des verts dans le train, je ne m'étais pas douté que la concernée serait aussi meurtrie. Hors, l'avoir aperçue de loin durant le bal du ministère m'avait permis de voir et de sentir sa douleur. Je ne m'étais pas attardée dessus, trop de chose à gérer... mais quelles choses? "Ce n'est pas, ce n'est plus tout à fait ça. Je me sentais mal en sa présence, l'apercevoir même, sans que je comprenne pourquoi. Une part de moi ne pouvait accepter qu'elle avait été blessé." Blessée? Je savais que Viska avait souffert... de sa rupture, mais ce n'était pas cette souffrance qui était évoquée. Quelque chose de plus sombre voulait se tracer un chemin dans ma mémoire, sans jamais parvenir à la surface. D'un mouvement de la main, je chassais ses interférences comme s'il s'agissait de mouchettes. Je n'étais pas là pour réfléchir, mais découvrir et profiter.

Le dépliant entre les doigts je proposais une destination sans en connaître la route. A la question de confirmation, j'approuvais en souriant. Lâcher prise, laisser le vent me porter et simplement profiter. "Je me demande bien quel animal tu trouves trop mignon. Mes goût étant plutôt reptilien, je doute que tu serais émerveillée devant un carpeau bœuf." Riais-je en laissant place, ouvertement, à mon envie d'en savoir plus sur elle. La préfète, la courageuse Gryffondor et déterminée inventrice née-moldu, je voulais en apprendre plus et laisser de côté ce qui ne pouvait être nommé.

Le conseille soulier du jour fut accepté. En pliant une jambe puis l'autre, je glissais mes pieds dans les petites chaussures. "Je ne pense pas que qui que se soit oserait me marcher sur les pieds. Surtout avec toi près de moi." Le pire que je pouvais craindre, c'était plutôt de trébucher comme une grande. Cela m'arrivait souvent. Hors, ce fut un vertige plus doux qui me vient, une admiration nostalgique, une certaine légèreté dans le cœur que je ne pouvais expliquer. La voix vivante et en même temps plus réelle de Vanellope me fit pencher la tête. Je jetais un coup d'œil à mes bras avant de hausser les épaules. "L'Angleterre ne brille pas pour son climat chaud. Puis je passe mes journées enfermées... à étudier." Soupirais-je en me rattrapant. Étudier, bien sûr, j'étudiais comme une forcenée, même si je n'en avais pas besoin. Après tout, j'avais eu des notes suffisantes pour prendre n'importes quels cours en options, hors je ne m'étais pas encore penchée sur le sujet.

Mon regard, captivé par l'architecture tourna bien vite vers les quelques sculptures qui ouvraient le bal. Ma voix m'échappa, un murmure qui attira l'attention de V. "Non rien, je me disais juste que... je me sentais un peu nostalgique. Comme si j'avais déjà visité un pareil endroit." Mentir aurait peut-être été plus sage, mais en rien nécessaire avec la brune à qui je tenais le bras. Ma prise se serra doucement, a la nostalgie s'ajouta un léger chagrin, comment pouvais-je sentir de tel émotion. Je secouais la tête avant de sourire en me reprenant en main. "Les tableaux. Allons les voir." Doucement, je tirais la préfète pour aller dans la bonne direction, non pas par un savoir magique, mais parce qu'il y avait des panneaux un peu partout. Les colones de pierres qui parcouraient les murs rendaient les visiteurs infimes, fragiles et éphémères.

~
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 837
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyMar 29 Juin - 18:57

Au fil du temps
V remarqua qu’à la mention des chagrins de Viska, Ivalyana avait serré les dents, elle fit pourtant mine de rien, comme à son habitude. C’était sa manière à elle de faire : elle laissait les gens lui parler de ce qu’ils voulaient, sans les forcer, à leur rythme. « Je vois… et donc, tu veux savoir ce qu’Alex m’a raconté ou pas ? Il est en train de battre le rappel des troupes des amis de Viska mais je ne pense pas qu’il ait ton numéro vu que vous ne vous connaissez pas vraiment. » Encore une fois, elle se demanda s’il préviendrait Jensen. Alex et Peony n’avaient pas des positions très confortables dans la rupture des deux Serpentard car ils étaient proches des deux ex. Pour d’autres, dont Vanellope, c’était nettement plus simple, n’étant ami qu’avec un des deux partis, en l’occurrence Viska. Non pas que la blonde ait demandé à quiconque de faire un choix mais il ne fallait pas beaucoup pousser V pour qu’elle coupe les ponts avec cet abruti de McGowan : si elle avait fait des efforts avec lui, c’était seulement pour faire plaisir à son amie.

« C’est peu probable effectivement, j’ai plutôt un faible pour les lémuriens. Je trouve leurs grands yeux super craquants ! » Elle n’avait rien contre les reptiles, elle n’avait d’ailleurs pas peur du tout d’Iva, mais de là à les qualifier de « trop mignon », il y avait un pas qu’elle n’allait pas franchir sans y réfléchir à deux fois.

Concernant les pieds de la Serdaigle, V sourit mais grimaça d’un air caustique en répondant : « Oh, tu sais ma belle, du haut de mon mètre cinquante, les gens te marcheront sur les pieds sans me voir avant que je leur pète les rotules pour l’avoir fait. » Réflexion faite, elle n’était pas sûre d’avoir ce qui fallait dans son sac à dos pour briser des rotules, mais il restait toujours l’option d’un coup de genoux bien placé s’il s’agissait d’un garçon. Et ses baskets étaient parfaites pour écraser des pieds à son tour. Tant de violence dans un si petit corps... « Tu es vraiment une pure Serdaigle ! Moi je travaille, toi tu étudies… Il était temps qu’on sorte ! » remarqua-t-elle ensuite dans un nouvel éclat de rire.

« Tu penses que tu aurais pu aller visiter un musée de ce genre sans t’en souvenir ? Dans la petite enfance ? Mais tu as dit que tu ne sortais pas avant, c’est ça ? » Furent ses questions à la remarque de la brune, non pas sans resserrer son étreinte sur son bras car elle avait l’impression que son amie avait besoin de réconfort tout d’un coup. « Oui, allons-y. » Elles arrivèrent dans la galerie des tableaux contemporains. « Arf, du contemporain… en général je n’y comprends rien. Ah, mais celui-ci porte sur la Première Guerre Mondiale. » remarqua-t-elle en désignant le tableau intitulé Dawn 1914 de Nevinson, non pas qu’elle le trouva vraiment beau, mais au moins elle le comprenait, contrairement à d’autres en figures géométriques parfaitement abstraites à ses yeux.
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 292
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 32


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyMer 30 Juin - 10:55

Au fils du tempsVanellope
Si Viska avait des problèmes, je voulais être mise au courant, j'avais besoin de savoir. Cela pouvait être surprenant alors qu'à peine trois mois plutôt je ne voulais même pas entendre parler d'elle. "Je peux peut-être l'aider. Elle sait... ce que je suis. De quoi parlais-je? On a un étrange lien. Peux-tu me dire où elle habite? Ou veux-tu passer mon numéro à Alex?" La seconde proposition me semblait plus simple, puisqu'en même temps Vanellope aura ce numéro pour me contacter. Je ne débarquerai pas non plus à l'improviste et ne ferai peur à personne de son entourage, par la même occasion. Même si je doutais qu'on me refuserait de la voir en entendant que je suis une amie, récente, mais amie quand même... même plus qu'amie. Pourquoi était-ce si compliqué de préciser notre relation? La blonde et moi étions pratiquement pareille. On se comprenait, même quand je m'explique atrocement mal. Cela avait de quoi surprendre, après une heure dans une classe, seule, nous nous comprenions mieux que d'autre ne pourrait jamais le faire. Déroutant, agréable à la fois.

A la réflexion des goûts, aussi douteux soient les miens, je ne me retenais pas de sourire en imaginant l'animal. Une image net, claire, plus précise que celle d'un livre. D'où provenait-elle? La question s'effaça, un léger brouillard vient pour effacer cette surprise. "Un lémurien? C'est vrai qu'ils ont un côté peluche qui donne envie de les câliner." La douceur du poil vient naturellement avec cette évocation. A nouveau, la brume chassa jusqu'au souvenir d'un souvenir. "Les lionceaux sont aussi mignon non?" Un dessin, et non pas un animal, me vient en souvenir. Les traits travaillées par la plume de mon oncle. Où était-il? Je n'eus pas le temps d'y réfléchir, j'enfilais mes souliers tout en continuant d'avancer. La promesse de vengeance pour mes orteils me fit rire. Du V tout craché, elle affronterait un Griffon pour protéger ses amis. "Je te compte sur toi! Ho grande guerrière, protectrice des doigts de pieds." Aucun doute qu'entre V et moi, à peine plus haute que le mètre cinquante, on risquait de faire mal à un type nous agressant. AU moins, à deux, on dépassait les trois mètre!

Questions renfermement, je m'échappais un peu en prétextant les études. Cela aurait pu, aurait dû, être vrai. Je savais que non, qu'il y avait une autre raison pour que je sois si peu le nez dehors. La preuve était qu'une infirmière m'avait accompagnée jusqu'au point de rendez-vous. Peut-être même qu'elle nous suivait de loin? Je n'osais regarder, je n'y pensais bien vite plus. "Un peu d'air frais fait du bien. Profiter du beau temps et s'occuper l'esprit sur autre chose. Ho V tu me sauves, j'avais tant besoin de me changer les idées." Bien qu'elle riait, je me montrais plus sincère, tout en souriant. La liberté, cela avait une saveur complexe. Bien plus trouble que je ne m'y attendais en me retrouvant dans cette incertitude étrange. "J'ai peut-être du voir des images dans les livres que j'ai lu." Hasardais-je en me calmant rapidement grâce au contact de mon amie. Sa présence, sa voix, sa chaleur m'apaisait, comme si une interminable solitude me pesait encore.

En parlant tableau, nous y arrivâmes. L'affirmation noté de dégoût me fit sourire. Il y avait une beauté abstraite dans ces formes. Au moins, mon regard s'attarda, avec celui de la brune, sur un tableau qui représentait des soldats dans une rue. Je penchais la tête avant d'arquer un sourcil. "On dirait le chemin de Traverse, avec des vieux, leurs chapeaux et tête d'enterrement. Bon pas devant le magasin de farces et attrapes." Concédais-je en imaginant les sorciers au styles rhétro qui ronchonnaient devant la devanture hyper-animée.

Un même contraste étrange fit surface dans un tableau des plus incompréhensible Untitled composition whit a figure wearing a flounced dress' par Grayson Perry. Bon, la dame dans une position de canidé, avec le type contant en fond. "Alors là, faut qu'on m'explique." M'étonnais-je en me demandant ce qui sortait de sous sa jupe et pourquoi il y avait des photos en arrière plan.
~
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 837
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyLun 5 Juil - 9:13

Au fil du temps
« Un étrange lien… oui, je crois que je vois ce que tu veux dire, je me suis déjà fait la réflexion que vous aviez beaucoup de points communs. » La malédiction familiale pour commencer et un goût discutable pour les mecs orgueilleux ensuite, et il devait probablement y en avoir d’autres si on grattait un peu sous la surface. Elle ne fut cependant pas surprise d’apprendre qu’Iva avait lâché le morceau sur son secret, si elle avait été plus douée pour le garder, elle n’aurait pas été exclue dans le courant de l’année, autant ne pas s’attarder là-dessus – même si Viska était très nulle pour garder un secret mais bon, là c’était important alors elle prendrait peut-être sur elle pas vrai ? -. « Elle vit chez sa tante en ce moment, pour sa protection. C’est à Pré-au-lard, la maison derrière la boutique des Mille Symphonie de la Mode, mais je peux donner ton numéro à Alex si tu veux. Il est tellement perdu que si tu as une idée, il sera forcément preneur. Les psy qui suivent Viska disent qu’elle ne devrait pas retourner à Poudlard, parce que c’est le lieu de son enlèvement principalement. » Mais aussi à cause de McGowan, la décision de Viska de « faire semblant de l’avoir oublié » n’ayant pas été accueillie comme une bonne solution. V était assez d’accord même si elle trouvait, à titre personnel, que le capitaine des Serpentard était un mec parfaitement oubliable mais c’était un autre débat. En plus, V n’avait jamais été amoureuse alors elle était mal placée pour faire la leçon à qui que ce soit.

« C’est ça, et puis quand ils te regardent… je craque ! J’ai lu une fois que les animaux aux grands yeux avaient cet effet sur nous parce que nous sommes biologiquement conditionnés à aimer tout ce qui a ce genre de regard, pour nous forcer à aimer les bébés. Question de survie de l'espèce quoi. » Expliqua-t-elle en démontrant, une fois n’est pas coutume, qu’elle aurait eu toute sa place dans la maison des aigles. « C’est mignon un lionceau, mais de loin ! Tant qu’à faire, mieux vaut un chat, ils ont moins de dents. » conclut-elle malgré tout le respect pour son blason.

Quant aux doigts de pieds de son amie, elle sourit avec amusement. Enchaînant ensuite sur la raison de leur présence, elle approuva : « Ne t’inquiète pas, j’en avais bien besoin aussi. On peut vite se laisser enfermer par la routine. » Et pour ce qu’elle savait de la vie d’Iva, il pouvait arriver qu’on se fasse enfermer tout court, mais c’était une pente glissante que V ne souhaitait pas emprunter si la brune ne lui en parlait pas d’elle-même. « Possible, ce musée est connu dans le monde entier tu sais. » approuva ensuite la préfète : vu l’énergie dont Iva était capable quand il s’agissait de se plonger dans des livres, il n’était pas improbable qu’elle ait déjà croisé des ouvrages parlant du British Museum.

« Mouais, c’est vrai, y’a un peu de ça, mais ça fait surtout à l’Allée des Embrumes avec toutes ces ombres là, tu ne trouves pas ? » Elle fronça le bout du nez avec une mine dégoûtée : non, vraiment, l’art contemporain n’était pas sa tasse de thé. C’était la limite de sa fibre artistique déjà plus centrée sur la musique que sur l’art plastique. « Heu… je sais pas… les collages encore, pourquoi pas, mais d’où ça sort qu’elle ait une queue ? C’est pour dire que c’est le diable tu penses ? Puis ces tentes là, elles sont encore dessinées différemment du reste… ça manque un peu de cohésion tout ça. » Cette fois, ce furent ses sourcils qu’elle fronça en une mine réfléchie. « Ils devraient mettre un peu plus d’explication à côté quand c’est conceptuel comme ça. » Parce que la description disait juste comment était construite la toile et ça n’aidait pas du tout V à comprendre l’objectif d’une telle œuvre.

673
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 292
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 32


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyLun 12 Juil - 16:15

Au fils du tempsVanellope "Elle est mon sang..." Soufflais-je avec la douceur qu'aurait pu avoir un amant pour son aimée. Je ne comprenais pas le sens de ces mots, certe, ma voix leur avait donné vie, mais quelle signification pouvait bien vouloir dire que Viska, une jeune femme sous la malédiction la forçant à obéir à une personne, n'était autre qu emon sang? Le doute aurait peu me ronger, me faire douter, mais tout ce qui venait à mon esprit, c'était que j'avais dit les bons mots. L'importance de cette personne me dépassait, elle dépassait même ce à quoi pouvait penser la préfète à mes côtés. "Je ne sais pas si j'aurai le temps d'aller la voir, mais je veux bien essayer de lui parler. Quand aux psy, ils sont souvent à côté de la plaque. Poudlard est sa maison, elle a besoin de ceux qui lui sont proches pour se sentir mieux." Sans parler qu'une routine assez surveillée ne pouvait que l'occuper l'esprit et la soulager d'une part de stress. Du moins, c'était ce qu'on m'avait dit, une affirmation qui trainait dans mon esprit fragile et troublé.

Question animaux, si certain craignait les reptiles, Vanellope craquait pour les petits singes. Elle avait bien raison, les petites boules de poils nous poussaient à les protéger. Il était difficile de penser à la déforestation qui impactait tant leur milieu en parlant d'eux. Sombre idée, je la chassais de mon esprit en imaginant un peu l'expression qu'aurait le visage de la brune devant les petites créatures adorables. "Les chats n'ont pas toujours bon caractères. Même s'ils me fuient sans que je puisse en caresser un seul dans la rue." Le zoo n'était peut-être pas une si bonne idée. Un ..., terreur vivante des créatures misent en cage, il était peut-être de mauvais gout de laisser un tel prédateur en liberté? Un quoi? A quelle être faisais-je référance? Un sentiment de légerté m'ôta le doute, mes questions s'effaçèrent. Aucune importance, après tout je n'étais pas là pour réfléchir, mais profiter, découvrir.

La routine, les livres, le calme et le silence étaient tous bien loin du petit monde vivant qui s'agitait dans le musé. Hors, même en sachant que j'avais grandit isolé, je me sentais en terrain connu. Pas de panique, comme après mon arrivée à Poudlard, où quand je devais répondre en cours. Un calme olympien, avec la certitude que je pouvais tout dire à cette amie. "Je ne devrais pas trop m'interroger." Conclue-je en douceur avant d'examiner le tableau sombre sur la guerre. Comment les sorciers avaient-ils gérer les choses? Je doutais qu'ils aient laissé le conflit arriver jusqu'eux, mais en même temps, il n'y avait aucune trace chez les non-mage de la présence des magiciens. "Je n'y ai jamais été, mais j'imagine bien l'ambiance sombre et froide." A nouveau, j'avais l'étrnage sentiment que c'était faut, que j'avais déjà parcouru ces rues étroites et humides. L'ôdeur des briques jamais exposées au soleil, la moiteur de l'air qui ne pouvait s'échapper par manque d'air. Cette étouffement lent presque claustrophobique rétrécissant l'espace entre les murs déjà si proche. Hors, dans cette ambiance sombre, une lueur de sécurité, un absolu: Personne n'était plus dangereux dans ce coridore que ce regard d'ambre.

L'autre tableau qui capta mon regad était des plus étranges. Impossible de l'interpréter correctement. V avait raison, des explications manquaient, mais en même temps. "Je pense qu'en expliquant l'oeuvre, elle y perdrait son sens, son charme, sa complexité qui ouvre à l'interrogation." Lentement, je tendais les doigts, non pour toucher la toile, mais quelque chose avant celle-ci. Une ombre d'une image, un souvenir où un pinceau était placé entre mes doigts. Le manche en bois fendu tenait quelque crain de cheval grâce à un fils et de la cire. La couleur sombre diluée par du blanc d'oeuf à l'extrémité attendait de trouver place sur une toile où un visage doux souriait. D'un batement de cils, je revenais dans le musé. Un peu perdue, mon regard tourna un moment sur les visages inconnus jusqu'à ce que je reconnaisse vanellope.

"Allons voir l'Egypte." Proposais-je en souriant, comme si rien n'était réel. Un rêve, je marchais entre les souvenirs, les rêves et le monde devant moi. Un fil fragile qui ondulait à chacun de mes pas alors que doucement, je serrais le bras de mon amie pour me diriger vers la salle thématique.
~
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 837
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: 6


Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope EmptyMar 13 Juil - 10:10

Au fil du temps
V arqua un sourcil, une mine mi-amusée, mi-perplexe sur le visage. « Tu veux te taper ‘Ska ? » C’est que la manière dont Ivalyana avait prononcé les mots elle est mon sang laissait planer un doute quant aux sentiments de la Serdaigle pour la blonde. Cependant, Vanellope était bien placée pour savoir que le genre d’Iva était plutôt les bruns prétentieux et anti-nés moldus, donc elle doutait que, pour aussi amusante que soit cette théorie, son interprétation soit la bonne – encore que Viska aussi soit amoureuse de l’autre crétin vraiment, V comprend pas et elle avait quand même eu envie de jouer avec Flynn pendant l’été donc tout n’était pas peut-être pas perdu pour ses deux amies aux goûts douteux, si ? -. Lancée dans sa suggestion qu’elle trouvait très drôle, elle poursuivit : « Si c’est ça, je comprends : moi aussi j’ai voulu à un moment, j’ai presque réussi d’ailleurs… Et je me serais bien portée volontaire pour retenter cet été mais elle m’a préféré Flynnou pour se consoler de son cœur brisé. Ce doit être une question de carrure, je peux pas rivaliser avec des mecs qui font 30 centimètres de plus que moi, même si je suis sûrement plus douée qu’eux au lit. » Déso pas déso Flynn Le ton de V était léger : même si rien de ce qu’elle disait n’était faux, elle prenait la situation sous l’éclairage de la bonne plaisanterie. Non seulement elle ne croyait pas réellement qu’Iva veuille coucher avec Viska le Basilic par contre ça se discute, mais elle n’était pas non plus spécialement jalouse de la relation entre Flynn et Viska. Elle avait même participé à l’élaboration du plan pour rendre Jensen jaloux au bal, c’est dire ! D’après la blonde, ça avait été un échec, mais V n’ayant pas été à la soirée du Ministère, elle ne savait pas si c’était vrai ou si c’était, encore une fois, que Viska n’avait pas remarqué les signes. Après tout, elle lui avait toujours soutenu que Jensen n’était pas du tout jaloux, alors que V s’était bien marré à l’emmerder justement parce qu’il l’était.

« On est proches de la rentrée maintenant, tu pourras toujours aller lui parler quand on aura repris les cours. » dit ensuite la lionne sur le sujet plus sérieux du mal être de leur amie. Tout comme Iva’, V ne pensait pas que ce soit une bonne idée d’enlever Viska de Poudlard, même si elle y avait de mauvais souvenirs, elle y avait aussi tous ses amis, ainsi que ses clubs, et des professeurs qui savaient ce qu’elle valait et par quoi elle était passée. Sans être idéal, c’était un environnement qui ne pouvait pas être si toxique que ça… si tu savais ma petite V, si tu savais…

« Hum… en même temps les chats sont craintifs dans les rues, alors que dans les Zoo, les animaux voient passer tellement de gens différents tu sais... » V devait admettre qu’elle n’avait pas pensé à l’impact du serpent en Iva’ sur les autres animaux, mais elle était sûre qu’il devait y avoir une solution pour que ce genre de sortie se passe bien. Peut-être y aller avec plusieurs de leurs amis pour camoufler un peu son aura de Basilic ? Ça s’essayait en tout cas, V en était sûre !

« N’est-ce pas le propre des Serdaigle de se poser plein de questions ? » dit-elle avec un petit sourire rassurant. Tant qu’Iva ne se pourrissait pas la vie, ce n’était pas grave qu’elle se pose des questions, surtout avec elle, V n’était pas du genre à juger : elle espérait que depuis le temps son amie le savait ! « Oui, moi non plus je n’y ai jamais été, pas vraiment un endroit pour une née moldue tu vois... » dit-elle sans un regret, elle était sûre qu’on vivait très bien en évitant la part sombre du Londres Magique.

Finalement, elles allèrent vers un tableau qui les laissa toutes les deux dubitatives : « Possible, mais j’ai l’esprit trop pragmatique pour ça faut croire. » Elle l’admettait sans peine, elle avait toujours plein d’idées, mais toutes avaient un côté pratique. Son sens artistique se limitait à la musique, et encore, jamais elle ne pourrait composer, elle était seulement douée pour arranger des morceaux faits par d’autres.

Elle remarqua qu’Iva était encore une fois un peu perdue mais celle-ci se reprit avant qu’elle intervienne. Elle hocha la tête par l’affirmative quand la brune lui proposa d’aller dans les galeries sur l’Égypte. « Comme dirait Napoléon du haut de ces pyramides, 40 siècles nous contemplent ! Tu sais que Peo’ a été en Égypte justement ? Elle a posté quelques photos sur Magic Insta, ça avait l’air top. » V fit ce commentaire alors qu’elle regardait une reproduction de pyramide dans une vitrine, elle sentait que cette partie allait lui plaire presque autant que le physique de la préfète rousse.
(c) 2981 12289 0



    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Au fils du temps ►Vanellope Empty
Ξ Sujet: Re: Au fils du temps ►Vanellope   Au fils du temps ►Vanellope Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Au fils du temps ►Vanellope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Une nouvelle vie [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: La ville-
Sauter vers: