Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max Command
90.97 € 129.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 PV • avec toi je suis roi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Jensen McGowan
Jensen McGowan
Capitaine de Serpentard

Parchemins : 673
Âge : 16 ans (20.06.2000)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 9
FACECLAIM: Thomas Doherty & Lucky Blue Smith

En ligne

PV • avec toi je suis roi. - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: PV • avec toi je suis roi.   PV • avec toi je suis roi. - Page 2 EmptySam 14 Aoû - 11:19

Les excuses d’Ivalyana se succédaient et se ressemblaient. Il ne devait pas s’approcher, elle risquait de lui faire mal, de faire couler le sang, son sang… Et pourtant, buté et borné, Jensen restait, s’imposait. De quoi rendre le basilic complètement fou, il en convenait, mais il était hors de question qu’il n’abandonne la brune. Etait-il parti quand Viska était au fond du trou ? Non. mais un peu après, on applaudi « M’éloigner ? De toi ? Il est au courant que ça n’a jamais marché, jusqu’à maintenant ? » C’était risible, non ? Jensen n’avait pas fui quand il avait su que la brune en face de lui était une maledictus, que son existence était encore plus compliquée qu’une simple histoire de basilic et que… « Attends… Est-ce que… » Il fronça les sourcils, incertain de ce qu’il comptait lui demander exactement. Le basilic voulait protéger son hôte, il pouvait le comprendre mais… « Tu as dit que tu ne m’aimais plus… » finit-il par murmurer, plus pour lui que pour la jeune femme. Était-il possible qu’Ivalyana l’aime encore ? Elle lui avait pourtant assuré que ce n’était plus le cas dans le Poudlard Express, mais même à ce moment là, ils avaient été… étrangement proches, maintenant qu’il y repensait. Certes, la première approche de la bleue et bronze avait confus Jensen, même s’il s’était plus s’agit d’une technique de la part du basilic pour, justement, lui planter ses dents dans l’épaule. Mais quand il avait été à deux doigts de l’embrasser, elle ne l’avait pas repoussé… Était-il possible qu’au final, Ivalyana -ou son fichu serpent- l’éloignait pour noyer ses sentiments ?

Le capitaine de Quidditch avait du mal à comprendre toute cette histoire d’âme voyageuse. S’il avait l’habitude de certaines choses en tant que Sang-Pur, tout cela semblait venir d’un autre monde. Il n’en connaissait pas assez pour comprendre réellement tout ce qu’il se passait autour d’Ivalyana. Elle gravitait dans une réalité qu’il ne connaissait que trop peu. Peut-être n’était-ce pas plus mal, mais maintenant qu’il y pensait, il avait visiblement un don pour tomber sur des filles qui avaient une histoire compliquée. Viska, qui était la proie d’une malédiction presque aussi vieille que le temps lui-même et Ivalyana, la proie d’un magicien fou qui l’avait condamnée à sa naissance -voire peut-être même avant- en lui mettant un serpent géant dans le corps. Si Jensen savait comment devenir un animagus, et qu’il avait lui même un serpent géant en son sein, il ne savait absolument pas comment faire pour condamner ainsi une personne, en créant un maledictus. Et même si cela était sans doute un pan de magie très intéressant et très complexe, il n’était pas sûr de vouloir savoir comment faire. Par contre, il espérait toujours trouver un moyen de libérer la brune, bien que tous les livres qu’il avait lu sur le sujet depuis qu’il avait appris son secret s’accordaient à dire que cela n’était pas possible sans tuer l’hôte en même temps… « Un ancêtre ? » répéta-t-il, sans trop comprendre. Il connaissait son arbre généalogique, son père était un anglais pure souche, né et élevé en plein coeur de Londres. Sa mère elle, était américaine mais avait migré en Angleterre quand elle était encore une enfant… Il se demandait alors quel ancêtre le serpent avait pu rencontrer. Voyageait-il ? Avait-il déjà voulu le sol américain ? Il n’en savait rien. « Et je suppose qu’il le détestait, pour me haïr autant ? » Pure spéculation, mais en même temps, il doutait de se tromper sur toute la ligne, le Serpent avait plus qu’une dent contre lui, après tout.

Jensen avait encore la morsure en travers de la gorge. Il s’avouait chanceux que la brune ne se soit pas transformé avant -il aurait été écrasé contre le mur du compartiment avant de subit la morsure vu la taille du serpent- mais cela avait mis en péril, l’espace d’un instant, son stage. Et s’il avait déjà perdu Viska, il refusait de perdre son stage et sa carrière potentielle à cause d’un foutu reptile qui était… quoi ? Jaloux ? Non, il ne l’acceptait pas. Peut-être était-ce pour cela qu’il s’accrochait autant à Ivalyana. Parce qu’il voulait rendre la monnaie de sa pièce au serpent… Non, il y avait plus, bien plus. « C’est sûr que mordre un ami est le truc à faire pour les garder près de toi… » Son cynisme et son sarcasme perçaient plus qu’il ne le voulait. Cela n’avait rien à voir avec Ivalyana, mais si le reptile ne l’aimait pas, qu’il se rassure, Jensen ne l’appréciait pas non plus. Il aimait, par contre, Ivalyana, malgré tout ce que l’on pouvait penser. Il y avait une affection réelle pour la brune, qui dépassait toutes les ententes, même pour lui, alors qu’il avait été à reculons au premier cours de vol qu’on lui avait imposé en sa compagnie. Et pourtant, les voilà qui, deux ans plus tard, étaient trop proches de l’avis d’un fichu reptile…

La bleu et bronze ne répondit pas à ses questions ni à son accès de colère. Au contraire, elle semblait vouloir fuir, plus qu’autre chose. Et pourtant, Jensen refusait tout simplement de la laisser partir comme ça. « Iva ? » dit-il une première fois, cherchant l’attention de sa camarade. « Ivalyana, tu m’entends ? » Pas de réponse. Le sang-pur fronça les sourcils, avant de fixer en silence les faits et gestes de la brune en face d’elle. « Cily ? » tenta-t-il, sans plus une seule once de chaleur dans sa voix. Il refusait de voir une nouvelle fois le serpent géant prendre possession de la brune pour lui faire faire n’importe quoi. Qu’il le morde était une chose, mais s’il mettait la jeune femme en danger, Jensen n’allait clairement pas apprécié. Il avait eu, l’espace d’un instant, l’envie d’attirer l’aiglonne à lui, de déposer ses lèvres sur les siennes pour la faire revenir. Cela ne fonctionnerait sans doute absolument pas, il n’avait rien des princes charmants que l’on pouvait trouver dans les contes pour enfants, mais s’il avait vu juste et qu’elle l’aimait encore… Etait-il possible qu’un baiser la fasse revenir ? « Si tu lui fais du mal… » Quoi ? Il lui collerait son poing dans la figure ? Impossible, dans tous les cas, sous l’apparence d’Iva, le Serpent géant était protégé de la colère du vert et argent…
acidbrain


• 1 048 mots •



heaven only knows when i'm in hell
And I know they're gonna hate but I don't care, I barely could wait to hit them with the snare and the bass. Square in the face, this fuckin' world better prepare to get laced because they're gonna taste my venom. (c)Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 310
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 32
FACECLAIM: Camila Cabello


PV • avec toi je suis roi. - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: PV • avec toi je suis roi.   PV • avec toi je suis roi. - Page 2 EmptyVen 20 Aoû - 4:15

entre deux viesJohnson Bien sûr que Cil savait, qu'il le voyait. N'était-ce justement pas pour cette raison, qu'il avait cédé? La présence de Jensen pouvait l'énervé, le rendre même malade de colère et de dégoût, mais le basilic me l'avait autorisé. Ce n'était pas simple de prendre en considération les besoins de chacun. Deux dans un corps, c'était de trop déjà. "Il s'est excusé, pour ça, à ça manière. Il l'a comprit. Te chasser ne sert à rien, m'éloigner non plus." Le début d'une question résonna, je ne pouvais entendre la suite, seulement froncer les sourcils en observant ses lèvres bougées. Impossible de demander ce qu'il venait de dire, ni même de vraiment être certaine de vouloir savoir. Ce n'était pas qu'il avait mâché ses mots, juste que mon ouïe ne s'était pas améliorée, miraculeusement, elle ne s'était pas détériorée non plus. Il y avait juste un mur entre moi et le son et je ne pouvais le franchir, peut-être même que je ne le pourrais jamais.

Mes conclusions, mes explications et ma compréhension de ce que je vivais était encore assez vague. Je faisais de mon mieux, alignant les mots pour rendre cela cohérent et compréhensible. Hors, plus je parlais et plus je me sentais seule. Hors, en parlant d'ancêtre, Jensen y vit un sens, une logique qui lui avait échappé. Il ne semblait toutefois pas avoir accepté que Cil avait voyagé de corps en corps, et donc, de pays en pays, de vie en vie, de monde en monde. S'il était en moi, si j'étais en Angleterre, ce n'était pas le fruit du hasard. Après tout, je n'étais pas née en Europe, et cela, ce fait, changeait tout et rien à la fois. Mes origines n'étaient que plus vague et mystérieuse, tout ce je savais c'était que comme d'autre avant moi, je fus offert en sacrifice. Je n'étais probablement pas le premier choix. Hors, il fallait un corps pour enfermé la créature magique, et celui d'un bébé était le meilleur pour s'adapter rapidement. Ce bébé, ce sacrifice, ce fut moi et ce n'était pas un bon choix. Hors, bien avant ma naissance, il y avait eu d'autre. L'un d'eux avait croisé la route de cet ancêtre, comme l'évoquait si bien Jensen. "Il s'appelait Johnson et ce n'était pas de la haine, pas au début." Mais bien de l'amour, hors, je ne le disais pas à voix haute. Certaines choses n'avaient pas besoin d'être dite pour être évidente. De ce que j'avais découvert dans les souvenirs qui me furent accessible: Johnson était pratiquement identique à Jensen, beau, plus âgé, une cicatrice sous l'œil gauche et les cheveux longs. L'homme était un revendeur habile d'alcool de contrebande en pleine prohibition Américaine. Un autre monde, une autre époque, une autre vie où Cil habitait, aussi, le corps d'une femme. Une chanteuse à la voix de velour qui capta l'attention de John. Une beauté qui succomba à son charme. Quel mal y avait-il a aimer? Se perdre dans des bribes de bonheurs étaient le seul moyen de ne pas devenir un monstre. Hors, le bonheur pour un être maudit n'existait pas. Johnson poignarda cette femme, cet ôte, dès l'instant où il entendit ce qu'elle était. Le geste manqua de briser le cercle, de rompre la chaine dont même cet individu faisait partie, en état l'un des membres du groupe qui encore veillait de loin ou de près sur les Cily's: AA. De la même origine qu'elles, ce furent les Akali ke Azinalehu, AA, le Corps du Pardon, qui enferma Cil dans un corps mortel, profitant de ce qui lui avait été offert pour le réprimer. Leur mission n'était pas de torturer un être aussi mystérieux, mais de protéger ceux qui ne devaient pas savoir. Cacher la vérité, quitte à sacrifier des vies. C'était eux, les fils directeurs, les assistants de l'ombre, eux qui protégeaient l'histoire en effaçant  scrupuleusement le problème. Je savais aussi, que les Cily's, n'étaient pas les seuls objectifs, il y en avait eu d'autre, mais aucun n'était apparu depuis longtemps. Épuisé par le temps, effacé et perdu dans le monde, je fus élevée par l'un d'entre eux, pour ne pas être égarée à mon tour.

L'ironie de la situation, ne cessait de croitre. Le cynisme et le sarcasme se mélangeait à la colère. Je ne voulais pas qu'il s'énerve, il ne voulait pas comprendre que j'avais besoin d'aide. Celle-ci me fut apporté une fois par Vanellope durant notre promenade dans le musé. J'avais perdue pied, sombré dans un souvenir, tout comme Viska avait à peine effleurer l'un d'entre eux quelques jours plutôt. Ce n'était pas évident, ce n'était pas logique.

Le silence était tout ce que je pouvais lui donner. Sa voix résonnait encore dans mes oreilles avec ce ton virulent. Il l'appela, comme il aurait appelé un chien. Bien sûr que je le haïssais, mais pour elle, j'étais prête à faire fit de mes ressentiments. A quel prix? Deux mois, deux mois durant lesquels j'avais travaillé d'arrache pieds pour réparer une erreur, minime, à l'effet papillon. Hors, recoller un vase ne peut le réparer. Les fissures, trop profondes, avaient laissé des traces et en un instant, elle disparu.

Mes mains prenaient ses affaires. Ma gorge se nouait avec cette violente envie de tout retourner, de renverser les tables, briser les chaises, entendre les flacons exploser contre les murs, sentir sa chair se tordre sous mes muscles. Il en était hors de question. Ma fureur ne la ferait pas revenir. Cette porte dérobée qu'elle avait franchie, je ne pouvais garantir qu'elle ne la protégeait pas.

Le murmure d'une menace glissa sur ma peau. Je me figeais. Lentement, je pivotais en sachant parfaitement que mes yeux ne pouvaient qu'à peine me trahir, contrairement à avant. Le contrôle sur ce corps n'était pas emprunter comme il l'avait été. Une larme roula sur ma joue, entre rage et peur, entre chagrin et doute. "T'es un fumier Johnson." Ma propre voix m'était étrangère, douloureuse, étouffée par cette vérité, que même après plusieurs décennies, une part de moi voulait croire qu'il y avait du bon en lui. Je secouais la tête avant de frotter cette marque qui mon ôte n'avait jamais dévoilée. Sa force, celle de sa naïveté, de son courage malgré tout, de cette envie de savoir, de comprendre ce monde. "Pourquoi ferais-je du mal à celle que je veux sauver..." Murmurais-je plus douloureusement encore que je ne la sentais pas. Mon esprit se tourna vers Vanellope, elle avait réussi à rendre forme à Iva, peut-être arriverait-elle à la faire revenir.

Ce que je m'étais efforcée à ramasser, trouva le sol alors que je me jetais, corps et âme, à la trace de cette amie. Elle ne me craignait pas, elle ne me jugeait pas. Peut-être devais-je aussi aller voir Viska? Son lien avec cet enfant était unique, puissant et plus étrange encore que tout ce que j'avais connu. Vanellope, Viska, qui, qui devais-je trouver en premier? Qui pouvait la sortir de ces limbes?


Fin pour Iva...
:copyright: 2981 12289 0



Which one would I become?
When the human and the monster have the same body.
Revenir en haut Aller en bas

Jensen McGowan
Jensen McGowan
Capitaine de Serpentard

Parchemins : 673
Âge : 16 ans (20.06.2000)
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 9
FACECLAIM: Thomas Doherty & Lucky Blue Smith

En ligne

PV • avec toi je suis roi. - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: PV • avec toi je suis roi.   PV • avec toi je suis roi. - Page 2 EmptySam 21 Aoû - 18:27

Ce que semblait ignorer Ivalyana et son fichu serpent au sujet de Jensen était que le jeune homme était très -trop peut-être- rancunier. Peut-être était-ce dû à son éducation, cela était d’ailleurs fort possible, puisque meme avec deux grands frères et une grande sœur, il avait été élevé comme un enfant unique, étant le dernier né de la famille et ayant seize ans de différence avec les jumeaux, dix huit ans avec Nathanael. Autant dire qu’il n’avait jamais vraiment connu un manoir rempli d’enfants et que ne l’avait jamais tout à fait contraint et forcé à devoir partager ses jouets. Bien évidement, il n’avait pas non plus grandit seul, il y avait eu Karen, Mike, Alex, les jumeaux aussi… Mais ce n’était pas pareil, ce n’était pas sa fratrie directe. Donc oui, il avait toujours en travers de la gorge la morsure et les nombreux accès de colère qu’avait eu le basilic à son égard, quand bien même ce dernier avait-il eu la décence ou l’amabilité de s’en excuser. Plutôt que de râler plus que de raison cependant, il se contenta de froncer les sourcils et de souffler doucement. Si l’aiglonne ne voulait pas s’éloigner de lui, le serpent n’aurait sûrement pas d’autre chose que de la laisser faire.

Pour ce qui était de toute cette histoire d’âme sautant d’hôte en hôte et d’ancêtre ayant la même tête que lui, Jensen ne savait pas vraiment quoi en penser. Pour lui, tout cela semblait un peu tiré par les cheveux. Il voulait bien admettre qu’il était possible que des personnes se ressemblent au sein d’une même lignée, là n’était pas le problème, mais quelle était la probabilité pour que le basilic en Ivalyana ait rencontré un de ses ancêtres à lui, le haïsse de toute son âme -il était loin de se douter qu’il y avait une part d’amour là-dedans- et qu’il retrouve sa descendance des centaines d’années plus tard, et qu’en plus de cela, la descendance en question ait une histoire avec une autre sorte de réincarnation connue du basilic ? Tout cela devenait de plus en plus sombre et Jensen ne savait pas vraiment s’il avait envie de comprendre toute cette histoire ou non… Une grande partie de son être en avait envie, bien trop pour son propre bien, mais était-ce réellement raisonnable ?

Alors que la personne en face de lui semblait ne plus du tout répondre au nom d’Ivalyana Van Cress -le basilic avait-il un nom de famille ?- Jensen le regardait de ses yeux bleu-gris, sans pour autant s’interposer, ce qui était une prouesse considérable, puisqu’il avait la mauvaise habitude de vouloir asticoter le reptile dès qu’il faisait surface. « Je ne suis pas Johnson. » laissa-t-il simplement entendre, se redressant complètement, alors que le serpent semblait en plein délire. Il n’entendit pas ce qu’il avait murmuré, mais fut par contre surpris de la voir s’élancer en dehors de la salle. « Iva ! Iva où est-ce que tu vas ? » Il partit à sa suite, s’arrêtant devant la porte, une fois arrivé dans le couloir : « Iva reviens ! » Mais c’était trop tard, elle était déjà en dehors de son champ de vision, et dans les cachots, elle pouvait le semer comme bon lui semblait. Retournant dans la salle de classe, son poing s’abattît sur l’une des tables, alors qu’il jurait, la colère prenant le dessus. « Putain. » Pourquoi fallait-il toujours que cela se finisse ainsi ? Ivalyana le fuyait comme la peste, parce que le serpent avait pris le dessus. Est-ce qu’il était, en quelque sorte, le déclencheur du serpent ? Peut-être un peu… Mais en même temps, il était arrivé à la brune de se transformer alors que Jensen n’était pas dans le coin, donc ça ne pouvait pas qu’être lui… Mais visiblement il y avait bien quelque chose… sauf que s’il voulait gratter sous la surface, il allait devoir s’imposer auprès de la jeune femme, car elle était la seule capable de répondre à ses questions… Tout cela était bien. Trop compliqué, si vous vouliez son avis. Il finit par récupérer les affaires d’Ivalyana, qu’il envoya par patronus à Dahlia, juste au cas où, peu importe où elle se trouvait, gardant cependant pour lui la lettre de AA. Si elle la voulait tant que ça, elle n’avait qu’à venir la chercher elle-même.
acidbrain


• topic terminé •



heaven only knows when i'm in hell
And I know they're gonna hate but I don't care, I barely could wait to hit them with the snare and the bass. Square in the face, this fuckin' world better prepare to get laced because they're gonna taste my venom. (c)Candy Apple
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé





PV • avec toi je suis roi. - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: PV • avec toi je suis roi.   PV • avec toi je suis roi. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PV • avec toi je suis roi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Salles de cours :: Cours de Potions-
Sauter vers: