Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment :
Xiaomi Mi Days sur eBay : 15% de réduction
Voir le deal

Partagez
 

 Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Themba Knox
Themba Knox
Poufsouffle

Parchemins : 69
Âge : 13 ans (personnage)
Actuellement : 3ème année



Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyLun 12 Juil - 12:38

"Bon, j'y vais. A tout à l'heure les filles!"

A la table des Poufsouffle, une élève de troisième année se lève et prend le chemin de la sortie après un dernier salut à ses voisines de tablée. Rassasiée, l'esprit rendu joyeux - plus encore qu'à l'accoutumé- par un repas copieux et des discussions animées, Themba fredonne tandis que ses pas énergiques l'entraîne en direction de la cour et de ses serres de botanique. Elle a eu son premier cours le matin même, et après avoir demandé l'autorisation d'y revenir sur son temps libre pour observer certaines plantes de plus près, elle a même été invitée à participer à l'entretien des moins dangereuses par son professeur de botanique. La jeune fille à la peau d'acajou n'a pas hésité un instant à accepter cette offre inespérée d'en apprendre plus sur toutes ces plantes qui ne font pas partie de son quotidien moldu. La botanique est sa deuxième matière préférée, juste après les soins aux créatures magiques. Pouvoir s'occuper d'un être vivant, animal ou végétal, lui permettre de s'épanouir tout en apprenant à le connaître, rien ne pouvait plus plaire à la jeune Poufsouffle.
Elle se hâte donc de son pas bondissant, attachant en chemin ses cheveux pour qu'ils ne la dérangent pas une fois mise au travail. Arrivée à la première serre, elle passe la tête par la porte plastifiée: vide. Elle essaie la deuxième, puis la troisième, et c'est finalement dans la quatrième qu'elle trouve la professeur de botanique, déjà occupée avec une plante d'apparence hostile, dont les feuille en forme de petites lames essaient sans succès d'atteindre son visage.

"Bonsoir Professeur, vous voulez un coup de main?"

Mais l'enseignante lui fait signe de rester en retrait le temps qu'elle termine son travail, et Themba en déduit que la plante est trop compliquée pour son niveau actuel. Dommage, il faudra attendre! Une fois la plante soignée (certaines tiges sont désormais affublées d'un drôle de bandage rouge), la professeur lui explique qu'une autre élève devrait arriver d'un moment à l'autre, et qu'elles iront ensemble dans la serre n°3, avec pour consigne stricte de bien garder toutes les protections qui lui seront données avant d'entrer. "Je me demande si je connaitrai l'élève qui travaillera avec moi ce soir..."
Revenir en haut Aller en bas

Lucrecia Castillo
Lucrecia Castillo
Serpentard

Parchemins : 437
Âge : 15 ans (31.12.2000)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyLun 12 Juil - 13:43

Lucrecia & Themba.
You belong in the tropics. Summer breeze when you pass me by. Sweet like coconut water and I love the... You belong in the tropics. Mangoes and a purple sky. Sweet like coconut water and I love the... Taste.
Si Lucrecia avait pris un peu -bon, d’accord, beaucoup- de bon temps pendant ses vacances, avec le retour en Argentine, les retrouvailles avec sa famille ainsi que celle de Thiago, qu’elle n’avait pas vu depuis de trop longs mois, les retrouvailles avec le parquet de la salle de danse qu’ils connaissaient par coeur, mais aussi l’arrivée des Kostas pour leurs quinze jours annuels à Cordóba et Bahía Bianca et la tournure qu’avait pris sa relation avec Thiago, elle n’avait pas eu énormément de temps à consacrer à ses cours. En même temps, vu tout ce qu’elle avait vécu cet été, qui pouvait l’en blâmer ? Le point positif était que cette année, elle était de retour à Poudlard, rempilant pour une année supplémentaire en compagnie de son meilleur ami, et qu’elle ne pleurerait pas pendant six mois jusqu’a ce que ce dernier daigne enfin traverser l’océan Atlantique pour la rejoindre. Ils avaient pris le train ensemble le premier septembre, même si Thiago, nouvellement nommé préfet de Serpentard avait dû s’absenter une partie du voyage pour la traditionnelle réunion des préfets. Lucrecia avait bien tenté de voir avec Peony s’il ne pouvait pas y échapper, s’adressant alors à un mur -mur qui pouffait de rire à sa moindre moue, ce qui n’était pas spécialement agréable- ou si elle ne pouvait pas l’accompagner, juste comme ça. Là encore, la rousse avait été catégorique, Lucrecia pourrait retrouver son meilleur ami plus tard, lorsque la réunion serait finie.

Et c’était à peu près comme cela que se déroulait toutes les journées depuis qu’ils étaient revenus à Poudlard. Si la majeure partie de la journée, elle pouvait rester solidement accrochée au bras de l’argentin, le soir venu elle devait le laisser à ses occupations de préfet, non sans appréhension. Au moins, elle devait admettre qu’elle était ravie que cette garce de Cleo n’ait, elle, pas été nommée préfète. Et comme les rondes se faisaient à deux, elle ne risquait pas de tomber « accidentellement » sur Thiago. Lucrecia, jalouse et possessive ? Tout à fait. Et c’était encore pire depuis juillet. Pour se calmer les nerfs, et parce qu’elle excellait en botanique, elle avait demandé au professeur Londubat si elle pouvait l’aider quelques soirées par semaine. Cela lui occuperait l’esprit et elle éviterait d’imaginer tout un tas de scenarii catastrophes. Tina, sors de ce corps, merci bien !

« J’y vais, on se voit quand tu reviens de ta ronde ? » lança-t-elle à son meilleur ami, alors qu’elle se trouvait devant la porte du hall, tandis que Thiago lui, allait commencer sa ronde. Un signe de tête plus tard, elle l’embrassa sur la joue avant de le quitter et de prendre le chemin des serres. Il s’agissait là de la première soirée de l’année, et même si elle avait déjà aidé l’an passé, ses trois années d’études à Castelobruxo en faisant une petite experte sur la question des plantes, elle avait hâte de voir ce que cette année lui réservait. Alors qu’elle dépassait les premières serres, la porte entre-ouverte de la quatrième attira son attention. Le professeur Londubat devait se trouver là. « Bonsoir professeur ! Oh, bonsoir. » Elle avait remarqué la jeune sorcière déjà présente et lui adressa un sourire, mais le professeur de botanique prit les devants. « Miss Castillo, je vous présente Miss Knox, en troisième année à Poufsouffle. Elle sera avec vous ce soir. » Lucrecia esquissa un sourire et tourna la tête vers la jaune et noire. « Enchantée de te rencontrer, je m’appelle Lucrecia et toi ? Mon cousin est a Poufsouffle, en sixième année. Joaquín, ça te dit peut-être quelque chose ? Il fait toujours des bêtises. Ou alors ma cousine Tina, elle est dans ton année, mais à Serpentard, je crois t'avoir déjà vue avec elle ? » Lu’ avait capté le mouvement de tête -ou était-ce un sursaut de peur ?- quand elle avait parlé de Quino. Le trublion de Poufsouffle en faisait voir de toutes les couleurs à leurs professeurs. « De quoi va-t-on s’occuper ce soir professeur ? » continua-t-elle, cherchant cette fois à en savoir plus sur la tâche du soir. Éviter de penser le pire des rondes de Thiago en faisant de la botanique ? Technique parfaite ! Ou presque, mais la cinquième année ne comptait pas saouler sa camarade avec toutes ces histoires. Elle saoulait déjà Stef et Tina, c’était bien assez comme ça.
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Themba Knox
Themba Knox
Poufsouffle

Parchemins : 69
Âge : 13 ans (personnage)
Actuellement : 3ème année



Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyLun 12 Juil - 16:02

Themba ne saurait pas dire combien de temps elle a attendu sa binôme surprise, parce qu'elle a passé tout son temps à observer avec une curiosité non dissimulée les plantes interdites et dangereuses de la serre n°4. Il y en avait de toutes les tailles et de tous les aspects; des grandes vertes avec des lianes en mouvement constant, des petites très colorées à l'apparence inoffensive pour qui ne remarque pas les petites épines qui les constellent, des avec une sorte de bouche, d'autres avec ce qui ressemble à des paires d'yeux, et même des plantes en lévitation. Il lui avait fallu vraiment prendre sur elle pour ne pas se laisser aller à s'approcher de chacune pour les détailler sous tous les angles. Bien sûr, elle savait que si ces plantes étaient interdites aux élèves de son niveau, c'était parce qu'elles pouvaient occasionner des blessures sévères, voire entraîner la mort sans intervention rapide, mais elle n'était pas du genre que la peur seule dissuade d'approcher, et c'était surtout par respect envers son professeur qu'elle s'était tenue sagement à l'entrée.
Finalement, des pas dans les graviers se font entendre, une salutation retentit et la Poufsouffle se détourne de la serre fantastique pour découvrir sa partenaire de ce soir. Il s'agit d'une adolescente, en sixième ou septième année à vue de nez, à la peau légèrement basanée (bon, clairement plus pâle que celle de Themba, mais eh, il n'y a pas tant d'élèves que ça qui ne le sont pas à Poudlard), et aux grands yeux sombres teintés d'une détermination certaine. Themba lui sourit amicalement lorsque leurs regards se croisent. "Salut!" Répond-elle en retour. Le contraste entre les deux filles, sans être extrême, est cependant bien visible. L'inconnue se tient bien droite, avec un air noble (mais pas hautain, remarque Themba en s'e réjouissant) alors que la troisième année aborde une attitude très décontractée. Cette différence notable ne refroidit cependant pas la camaraderie naturelle de la plus jeune des deux.
Le professeur présente Themba à la nouvelle arrivée, et cette dernière se présente elle-même. C'est donc une cinquième année et non une sixième ou septième, et elle est de la maison Serpentard. Oui, un simple coup d'oeil à la robe de Lucrecia aurait suffit à avoir la seconde information, mais Themba, comme à son habitude, ne s'était même pas posée la question de la maison. Elle n'avait pas de préjugés sur les différentes maisons, et si on lui avait bien expliqué les caractéristiques de chacune, elle restait convaincue qu'au sein de chaque couleur, les élèves étaient tous uniques, et gagnaient tous à être découverts (métaphoriquement, pas littéralement). La Serpentard poursuit son introduction en se lançant dans la liste des personnes que Themba pourrait connaître, ce qui fait grandir un peu plus son sourire; une élèves aussi prompte à la discussion qu'elle, que demander de mieux pour travailler à deux? "Oh, oui Joaquin, bien sûr que je le connais, qui ne le connait pas à Poudlard? La salle commune de Poufsouffle est rarement silencieuse quand il y est! Il est très drôle cela dit, même si je ne lui ai pas parlé plus que ça. Je ne savais pas qu'il avait une cousine! Ah, et oui je connais Valentina, elle est très proche de Dominique, donc on est souvent ensemble. Elle est super sympa d'ailleurs!" Quand elle la verra le lendemain, la jeune Poufsouffle lui dira qu'elle a rencontré sa cousine, ça la surprendra peut-être.

Son attention se détourne momentanément de la septième année pour écouter le programme de la soirée. "Ce soir, dit le professeur en se dirigeant avec les deux élèves vers la serre n°3, vous allez m'aider à rempoter les choux mordeurs de Chine. Ils sont très utiles en potion, mais très difficiles à cultiver en serre, parce qu'ils ont l'habitude des grands espaces où ils se déplacent régulièrement." La porte s'ouvre, et les trois entrent dans la serre. Sur le côté gauche, une douzaine de grands bacs ronds surmontés chacun d'une cloche en verre, avec au milieu un gros chou vert légèrement allongé. C'est la première fois que Themba voit ces pots, et si les choux semblent normaux au premier regard, elle remarque rapidement qu'ils semblent tous trembler, à l'intérieur de leur cloche. "Et voici vos plantes pour ce soir, ils sont beaux n'est-ce pas? Ils n'ont pas encore atteint leur taille d'individus matures, mais ils ont l'air de trouver l'engrais de l'école à leur goût." Tout en expliquant, le professeur de botanique ouvre une armoire d'où il sort deux paires de gants très épais (plus épais que ceux fournis habituellement) assez longs pour couvrir jusqu'au coude, un gros sac de fumier de dragon et des pelles à fumier.
"Comment les rempote-t-on Professeur?" demande Themba, impatiente de se mettre à la tâche. "Eh bien voilà, les choux mordeurs ont besoin de changer de terre régulièrement. Pour ça, dans la nature, ils échangent leur place avec un autre choux mordeur en sortant leurs racines de terre et en se laissant rouler jusqu'au trou formé par leur voisin le plus proche. Ils ne se replantent que s'ils sentent qu'un autre de leurs congénères a été planté là avant. Le problème, en captivité, c'est qu'ils ne peuvent pas librement rouler vers un autre chou, ils risqueraient de sortir de la serre par accident, et d'attaquer quelqu'un, ou même de manger les autres plantes de la serre tout simplement. C'est pour ça qu'ils sont enfermés sous ces cloches incassables. Vous allez devoir les déplacer à la main, mais comme leur nom l'indique, ils mordent! C'est pour ça qu'il vaut mieux être à deux pour les rempoter. L'une de vous deux va commencer par retirer la cloche d'un des pots, et se laisser mordre la main par le chou qui y est planté. Ne vous en faites pas, ces gants sont faits exprès, vous ne sentirez presque rien. La deuxième va faire pareil avec un autre chou, puis vous allez les déposer chacun dans le bac de l'autre. Ils sont assez tenaces, ils resteront donc accrochés à vous tant que vous ne les aurez pas chatouillés entre les racines. Une fois replantés, il faudra rapidement leur donner un peu de fumier de dragon avant de remettre les cloches pour qu'ils ne soient pas tentés d'aller se promener."
Alors qu'elle écoute les instructions, le visage de Themba s'éclaire comme celui d'un enfant auquel on aurait annoncé la venue du Père Noël. "La soirée sera géniale, c'est certain!"
Revenir en haut Aller en bas

Lucrecia Castillo
Lucrecia Castillo
Serpentard

Parchemins : 437
Âge : 15 ans (31.12.2000)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyMar 13 Juil - 12:12

Lucrecia était une adolescente très sociale, très solaire. Elle allait facilement vers les gens, contrairement à Thiago qui lui, était très sérieux et très pointilleux. Elle l’était aussi, bien entendu, sinon, ils n’auraient jamais pu s’entendre aussi bien sur le parquet et aller aussi loin dans les différentes compétitions auxquelles ils avaient participes plus jeune. Mais à côté de cela, Lucrecia adorait discuter, elle était un vrai moulin à paroles et cela semblait d’ailleurs être une caractéristique de la famille Castillo, puisque Stef’, Tina et Quino n’étaient pas en reste. A la limite, les aînés des deux familles étaient les plus calmes et les plus en retrait, car on ne pouvait pas vraiment dire que Gabriel et Leandró étaient de gros extravertis.

Alors forcément, partager sa tâche avec quelqu’un d’autre ne la dérangeait absolument pas. Après tout, elle était venue à Poudlard pour cela, non ? Et bien évidement, parler de sa famille était la chose la plus aisée, puisque ses cousins étaient là depuis le début, alors qu’elle était juste arrivée l’an passé. « Oui, je viens d’Argentine, je suis arrivée l’an dernier de Castelobruxo, et on a décidé de rester encore une année. » Bien entendu, Où entendait Thiago et elle en disant « on », puisqu’ils avaient décidé de tout cela ensemble. Rester une année de plus à Poudlard, ensemble, pour ne plus revivre les insupportables cinq mois de l’an dernier, jusqu’à ce que l’argentin se décide enfin à la rejoindre. Lu’ avait compris qu’elle avait fait une erreur en pensant qu’elle pouvait survivre sans son meilleur ami à ses côtés, et la surprise avait été totale. « Tina est un amour, je l’adore ! » Même si la jeune sorcière était bien trop romantique pour son propre bien, et qu’elle était persuadée que Lu’ et Thiago étaient des âmes sœurs et qu’elle ne se gênait pas pour faire valoir son point de vue. Malgré tout cela, Lucrecia adorait la petite vipère, en était très proche et la considérait comme une deuxième petite sœur. « Tu as de la famille ici toi ? »

Alors que la cinquième année demandait plus d’informations sur l’activité du soir, le professeur Londubat se mit en marche, sortant de la serre numéro quatre pour aller vers la troisième. Très studieuse -quand bien même elle avait tout simplement refusé d’aller à Serdaigle, suppliant le Choixpeau Magique de ne pas l’y mettre lors de sa répartition l’an passé car personne de sa famille n’y était- Lucrecia écouta avec attention le professeur de botanique. Un grand sourire étira ses lèvres, alors qu’il annonçait le sujet. Les choux mordeurs de Chine étaient, certes, originaires d’Asie, mais ils en avaient énormément en Amérique latine également. Cependant, avec de simples gants en peau de dragon, Lucrecia et Themba pouvaient sans doute dire adieu à leurs mains et à leurs bras. Les morsures de ces « petites » plantes avaient tendances à gonfler très rapidement et à être douloureuses. Heureusement, le professeur Londubat avait pensé à tout et alors qu’elle acquiesçait d’un hochement de tète vigoureux sur la beauté des choux -que voulez-vous, elle était une jeune sorcière passionnée par la botanique- elle fut ravie de voir qu’il avait des gants bien plus solides et plus longs. « On en a beaucoup chez nous aussi. Pas à Castelobruxo, mais dans les champs. Ils sont protégés par des barrières magiques. » Pour, justement, éviter qu’ils ne filent absolument partout et n’aillent dévorer les plantations moldues non loin.

La botanique étant la matière fétiche de Castelobruxo avec le Soin aux Créatures Magiques, Lucrecia avait déjà vu ces plantes, et n’avait pas peur. Bien entendu, elle appréhendait un peu de les manipuler, mais c’était tout à fait normal, pour le moment, elle s’était contentée de les étudier de loin. Alors que le professeur Londubat leur expliquait la marche à suivre, elle haussa un sourcil. « Professeur Londubat, on ne pourrait pas juste leur envoyer un sortilège ? À Castelobruxo, on nous a appris qu’avec le sort Immobilus, on pouvait les neutraliser, mais est-ce possible pour le rempotage ou est-ce seulement pour les récolter ? » Peut-être que Lucrecia avait mal compris, c’était possible, car même si la matière était sa favorite, elle n’était pas un génie non plus, et l’erreur était humaine. « En effet miss Castillo, il est possible de les immobiliser avec ce sortilège, mais cela n'est avisé que lorsque l'on souhaite les récolter. Vous pouvez également les couper, tout simplement, ce qui peut être un peu plus compliqué cela dit. » Acquiesçant une nouvelle fois aux paroles de son professeur, Lu' récupéra les gants fournis par le professeur, elle les enfila puis se tourna vers la petite Poufsouffle : « Tu veux que je commence ? Peut-être qu’on pourrait déjà préparer le fumier, pour aller plus vite ? » Cela lui semblait être une bonne option, afin d’éviter que les choux ne se réaccrochent à elles ou ne s’échappent dans le lapse de temps où elles devaient récupérer le fumier dans le sac. Adressant un sourire rassurant à Themba, Lu’ reprit : «  Ça va bien se passer, ne t’en fait pas. Sinon, on les immobilisera, ce n’est pas bien grave. » Ils risqueraient juste de manger du chou plus tôt que prévu, et ce n’était pas encore tout à fait la saison !
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Themba Knox
Themba Knox
Poufsouffle

Parchemins : 69
Âge : 13 ans (personnage)
Actuellement : 3ème année



Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyMar 13 Juil - 13:41

"Ah oui, tu viens d'Argentine? C'est comment là-bas? Tu viens plutôt du nord du pays ou du sud?" La brune aux cheveux teints d'argent a du mal à contenir sa curiosité; elle était déjà ravie de rencontrer une autre élève, mais maintenant qu'elle sait que celle-ci a vécu à l'étranger, difficile de ne pas la harceler de questions à ce sujet. D'autant plus que l'Argentine, bien que plus au sud, est sur le même continent que toute la famille de Themba, à l'exception bien sûr de ses parents et d'elle-même, alors en découvrant ce pays, elle aura un peu l'impression de se rapprocher de ses origines. Elle poursuit avec son entrain habituel. "C'est amusant, il y a beaucoup d'élèves qui viennent d'autres écoles. Je me demande si ailleurs, c'est pareil. Est-ce que les élèves d'ici vont dans d'autres écoles également? Domi m'a dit que c'était possible de demander un transfert pour une année, mais je me demande si beaucoup le font."
Tout en avançant, elle répond à la question sur sa famille, un petit sourire songeur aux lèvres. "Non, je n'ai pas de famille ici. Mes parents ne sont pas des sorciers, et je suis fille unique. Et tout le reste de ma famille est en Amérique! J'aurais bien aimé avoir des frères et sœurs avec moi à l'école..." Après quelques secondes de réflexions silencieuses, elle reprend avec plus de gaieté. "Mais je n'ai pas à me plaindre! Je ne sais pas comment c'est pour les autres maisons, mais à Poufsouffle, les élèves sont tellement sympa que j'ai un peu l'impression d'avoir une deuxième grosse famille à Poudlard!" Un jour, si l'occasion se présente, elle compte bien remercier le choixpeau de l'avoir envoyée chez les jaune et noir.

Arrivées dans la troisième serre, elle écoute Lucrecia parler de son école. Ils ont donc des champs, l'école doit donc être immense. Themba trouvait déjà que le domaine de Poudlard donnait un peu le vertige en terme de taille, alors l'idée d'un terrain encore plus grand la laisse sans voix. Et surtout pleine de réflexions. S'ils ont des champs, ça veut dire qu'ils font aussi de la botanique. Est-ce qu'ils ont plus de plantes qu'ici? Après tout, les serres, c'est limité, on ne peut pas y faire pousser des arbres par exemple. Peut-être ont-ils des espèces qui n'existent que là-bas? D'ailleurs, l'Argentine, c'est immense, bien plus grand que tout le Royaume-Uni et l'Irelande réunis. Et entre le nord et le sud, ce n'est pas du tout le même climat normalement, il doit donc y avoir une large variété d'espèces, animales et végétales, qui y vivent. "Ça doit être fantastique..." Souffle-t-elle plus pour elle-même que pour son interlocutrice.

La distribution du matériel et les consignes du professeur de botanique tirent la troisième année de ses rêveries pour la reconcentrer sur la tâche à venir: le rempotage des choux mordeurs de Chine. Soudain, c'est une Themba plus sérieuse qui se réveille, comme toujours lorsqu'elle doit s'occuper d'un autre être vivant, quel qu'il soit. Bien sûr, son côté excentrique ne disparaît pas complètement, elle a d'ailleurs hâte de tester la morsure des plantes sur les énormes gants qu'elle vient d'enfiler, et n'est nullement inquiète à l'idée de risquer une quelconque blessure en s'en occupant. Mais à partir du moment où elle est en charge d'un être, dès l'instant où le bienêtre de quelqu'un (ou de quelque chose) dépend d'elle, elle en fait son absolue priorité, et fait preuve d'un sérieux à la tâche qu'on ne lui voit qu'en botanique ou en soins aux créatures magiques (au grand regret de ses parents qui aimeraient la voir aussi appliquée dans tous les domaines). Elle écoute avec attention l'échange entre la cinquième année et le professeur. Elle préfère l'idée de ne pas les ensorceler, être immobilisé par la magie n'est confortable pour personne, et elle imagine qu'il en va de même pour les plantes. Cependant, elle rejoint sa camarade plus âgée sur le point du fumier; il vaut mieux le préparer en avance effectivement, afin que les choux n'attendent pas trop longtemps. "Ne t'en fais pas, ça ne me dérange pas de mettre la main à la pâte, ou aux choux mordeurs, en l'occurence. Et tu as raison, on devrait préparer le fumier en avance. D'ailleurs, j'ai peut-être une idée pour être encore plus efficace. On devrait mettre à côté de chaque pot la quantité de fumier dont on aura besoin au moment du rempotage. Une fois que ce sera fait, on n'aura plus qu'à s'occuper des choux deux par deux. Chacune tendra à un chou son bras sans baguette, et ira se positionner au niveau du bac de l'autre. Là, on n'aura plus qu'à chatouiller le chou pour qu'il lâche prise, et rapidement envoyer le fumier dans le bac d'un coup de baguette. Ça sera plus rapide qu'avec une pelle, et on risquera moins de mettre un coup aux plantes, ou qu'elles ne nous attrapent à nouveau. Il ne restera plus qu'à remettre la cloche en place, et à recommencer avec deux autres. Qu'en penses-tu?"
Elle répond ensuite aux paroles rassurantes de l'argentine par un sourire déterminé. "Je suis sûre qu'on va y arriver, et sans avoir à les ensorceler. Je n'ai pas peur!"
Revenir en haut Aller en bas

Lucrecia Castillo
Lucrecia Castillo
Serpentard

Parchemins : 437
Âge : 15 ans (31.12.2000)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyJeu 15 Juil - 13:07

Lucrecia adorait parler de l’Argentine. Elle aimait son pays natal plus que tout et était très fière d’être argentine, d’y avoir vécu et grandit et d’en avoir tous les us et coutumes. Autant dire que Themba visait donc droit dans le mille en lui posant cette question ! Lucrecia espérait seulement qu’elle n’ai pas peur du moulin à paroles qu’elle pouvait devenir quand on la lançait sur des sujets qu’elle affectionnait particulièrement. « C’est super l’Argentine ! Je vis à Cordóba, c’est dans le centre du pays, mais on a une maison au bord de la plage aussi, plus bas que Buenos Aires. C’est très différent d’ici, mais c’est mon pays. » Et elle l’aimait plus que tout. L’été argentin lui manquait d’ailleurs beaucoup et elle avait hâte que les vacances de Noël arrivent, pour profiter des fortes chaleurs, même si l’hiver argentin n’était pas si atroce que cela, sauf peut-être quand on entrait dans la saison des pluies. Et Lucrecia détestait la pluie. Elle avait, cependant, appris à aimer la neige, qu’elle avait essentiellement découvert l’an passé, même si le froid avait un gros impact sur son moral. Heureusement que sa famille était à ses côtés ! « C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de nouveaux ces derniers temps. On était cinq l’an dernier si je ne me trompe pas. Mais oui, on a souvent des élèves des autres écoles à Castelobruxo,  on a un super programme d’échange pour l’herbologie et les soins aux créatures magiques, mais comme elle se situe au Brésil, il faut pouvoir parler portugais couramment. » Ce qui faisait que Lucrecia était bilingue en portugais et presque aussi en anglais, en plus de sa langue maternelle, l’espagnol. Il n’était d’ailleurs pas rare de l’entendre parler en espagnol avec sa famille ou Thiago, car c’était une habitude difficile à perdre, et son petit accent chantant se faisait toujours entendre quand elle parlait anglais. Pour ce qui était du portugais, elle passait surtout par cette langue quand elle ne voulait être comprise de personne sauf de Thiago ou qu’elle était en colère et qu’elle jurait. Allez savoir pourquoi, cette langue prenait le dessus quand elle perdait son calme.

« Stef’, la sœur de Quino et Tina, voulait venir à Castelobruxo pour être avec moi, à un moment, mais elle ne parle pas portugais, et finalement, c’est moi qui suit venue ! Mais mon frère et ma sœur sont restés à Castelobruxo, eux. » Même si elle aurait adoré faire découvrir son école à sa cousine, elle était très contente de l’avoir retrouvée à Poudlard. Alors que Themba lui racontait un peu son histoire, Lucrecia esquissa un sourire. Si ses deux parents étaient de sang-mêlés, le père de Thiago était tout ce qu’il y avait de plus moldu, et vu qu’elle avait pratiquement grandit chez ce dernier également, elle n’était pas du tout ignorante sur le sujet. « Ça a dû les surprendre un peu non ? Avec Thiago, c’est mon meilleur ami, on se connaissait depuis cinq ans et on savait même pas qu’on était tous les deux sorciers. On l’a découvert devant l’école, c’était trop cool ! Tu viens d’où en Amérique ? » Curieuse ? Si peu enfin ! Lucrecia était très -trop- curieuse et se mêlait facilement des affaires des autres, mais plutôt lorsqu’il fallait défendre quelqu’un. C’était en partie pour cela que Stef’ avait espéré qu’elle vienne à Gryffondor avec elle. Sinon, les sujets qui fâchaient n’étaient généralement abordés qu’avec les Kostas ou les Piazzolla… Et il fallait bien avouer qu’avec Thiago, tout prenait une dimension différente. « Hum, à Serpentard ça va. Il y a une grosse cohésion je trouve, mais peut-être que c’est parce qu’on a gagné les Coupes ? Ou peut-être avec ce qui est arrivé à Viska. Je ne suis là que depuis un an, je ne pourrais pas t’affirmer que tout va bien dans le meilleur des mondes. » Dans son propre dortoir par exemple, Kate et Karen passaient leur temps à se chamailler. Depuis la rentrée, Jensen évitait Viska et elle-même avait eu un passage à vide avec Thiago l’an passé… Mais tant que Serpentard restait plus ou moins uni, c’était sûrement l’essentiel, non ? Quant aux autres maisons, elle savait que Stef’ n’avait pas été particulièrement à l’aise à Gryffondor ainsi qu’à Poudlard tout simplement, mais maintenant, cela semblait aller mieux…

Alors qu’elles arrivaient dans la serre numéro trois, Lucrecia partagea son avis sur les choux mordeurs de Chine, aussi présents en Argentine. « Oui ! Mais Castelobruxo, c’est encore autre chose ! C’est un temple maya dans la forêt amazonienne, donc on est vraiment au cœur des plantes. C’est superbe, et on y apprend plein de choses ! J’ai hâte que le professeur d’herbologie vienne ! » Parce qu’elle avait envie de revoir son professeur, et parce qu’elle voulait pouvoir échanger avec lui, lui montrer les serres, ce qu’elle avait appris ici ou ce qu’elle avait remarqué de différent par rapport au Brésil.

Le professeur Londubat leur expliqua ensuite ce qu’elles devaient faire, et Lucrecia écouta attentivement. Il était hors de question qu’elle ne réussisse pas ce déplacement, et encore moins qu’elle ne mette en danger une élève plus jeune qu’elle. Bien entendu, si elle avait été en binôme avec Cleo, là, ç’aurait été autre chose. Peut-être aurait-elle volontaire lâché tous les choux mordeurs sur la brune exprès… Heureusement pour elle, Themba la ramena sur terre en validant sa proposition et en proposant aussi une méthode que Lucrecia ne pouvait qu’approuver. Si elles ne se trompaient pas, qu’elles préparaient tout avant et qu’elles avaient un fonctionnement parfait, elles ne risquaient sûrement pas de se faire trop mordiller par les choux. « C’est parfait, on fait comme ça ! Ça fait plaisir de voir quelqu’un qui aime la botanique, beaucoup trouvent ça trop salissant. » Même si Lucrecia faisait très attention à son look, se salir ne la dérangeait pas. La terre non plus. Bien sûr, le fumier, quel qu’il soit lui faisait toujours un peu plisser le nez, mais bon, elle y survivait ! Adressant un sourire à la jeune Poufsouffle, elle se dirigea donc vers le sac de fumier, se saisissant d’une des deux petites pelles. « Je prends ce côté là, et toi celui-ci ? » dit-elle, en pointant le côté gauche pour elle et le côté droit pour la jaune et noire. Mettre le fumier n’était pas si compliqué, le pire restait à venir. En s’approchant de la première cloche, Lu’ examina le chou à l’intérieur. Il frémissait, et elle sursauta lorsqu’il claque des dents. « Tu savais que certains sorciers disent que ces choux auraient un être invisible en leur coeur ? Ça serait pour cela qu’ils mordent. Mais je ne sais pas si c’est vrai, après tout, si l’être est invisible… » Et bien personne ne pouvait le voir, CQFD. Une fois le fumier réparti en quantité suffisante près des cloches, Lucrecia se rapprocha de la première. « Bon, on fait comme t’as dit, on enlève la cloche, on prend chacune un chou, et on échange de place ! » L’argentine réajusta ses gants, pour être bien protégée, puis souleva la cloche en même temps que sa cadette, c’était parti !
acidbrain




Dernière édition par Lucrecia Castillo le Sam 17 Juil - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Themba Knox
Themba Knox
Poufsouffle

Parchemins : 69
Âge : 13 ans (personnage)
Actuellement : 3ème année



Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyJeu 15 Juil - 18:22

Themba écoute Lucrecia parler de sa vie en Argentine avec une grande attention. Elle ne relève pas le fait que la Serpentard ait deux maisons, depuis qu'elle est à Poudlard, elle ne compte plus les élèves qui en ont deux ou plus eux aussi. Elle se souvient très bien de ses premiers échanges à son arrivée dans l'école de sorcellerie, comme elle avait ouvert des yeux immenses en entendant une camarade parler de trois propriétés à différents endroits du globe comme s'il s'agissait d'une banalité, et une autre lui répondre sur le même ton désinvolte que les trois siennes, elles, se trouvaient à des endroits différents, et qu'il faudrait qu'elles partent en vacances ensemble un jour pour profiter des plages de l'une de ces demeures supplémentaires. Est-ce que la jeune Poufsouffle était jalouse de ses camarades, elle qui avait toujours vécu soit dans un petit appartement aux USA, soit dans une petite maison en Angleterre? Pas le moins du monde. Elle ne se considérait pas comme moins bien lotie par la vie, elle n'enviait pas le luxe auquel nombre d'élèves (le plus souvent issus de familles dites "pures") étaient habitués depuis leur plus tendre enfance. Elle était (et est toujours) très heureuse de la vie que ses parents lui avaient offerte jusque là. Mais elle n'en était pas moins explicitement surprise d'apprendre qu'il était possible d'avoir plusieurs maisons. Pour elle qui rêve de voyager, bien sûr, avoir des points de chute aurait de quoi être pratique, ça lui éviterait la recherche d'un hébergement le jour où son rêve se réaliserait. Mais finalement, elle en est venue à la conclusion que chercher où loger, c'était aussi une partie importante des voyages, et que quittes à traverser le monde, autant le faire à fond, en ne sautant aucune étape (trajets, logements, etc).
Non, plus que les deux maisons et la richesse qu'elles devaient impliquer, c'est l'explication sur les matières phares de Castelobruxo qui a fait réagir Themba; les soins aux créatures magiques et l'herbologie, se sont ses deux matières préférées, et de très loin! Là, elle doit reconnaître une pointe, si non de jalousie, au moins d'envie envers cette autre école de magie que l'Argentine a eu la chance de fréquenter. Bien sûr, les deux matières sont enseignées ici aussi, à Poudlard, et la troisième année en bénéficie donc pleinement. Mais si ce sont les matières proposées pour les échanges d'élèves là-bas, ça veut dire qu'elles y sont particulièrement approfondies, plus encore donc qu'à Poudlard. Pour la première fois, Themba envisage vraiment de faire une année d'échange dans une autre école, elle qui a répété plusieurs fois qu'elle souhaitait profiter à fond de ses sept années ici pour explorer les moindres recoins du château (et de ses espaces extérieurs). Finalement, l'idée de perdre une année ici au profit d'une année dans une école spécialisée dans ses deux matières de prédilection lui semble maintenant tout à fait acceptable. Mais elle interrompt elle-même sa rêverie; Poudlard n'est déjà pas donné, et si ses parents peuvent payer les frais de scolarité ici sans se mettre en situation précaire, payer une année dans un pays si éloigné (donc avec les transports que ça implique), plus les cours de langue nécessaires pour pouvoir y comprendre les cours et les élèves, ce serait une toute autre histoire. Une histoire qu'elle ne leur proposera tout simplement pas, consciente que ça les mettrait dans l'embarras, et qu'ils seraient capables d'accepter en se privant eux par ailleurs. Elle se contente donc de répondre ainsi: "Ah, c'est vraiment dommage que je ne parle pas portugais! En tout cas, tu as de la chance d'avoir été dans une école où ces deux matières sont mises en avant, c'est ultra cool!"

La Poufsouffle rit de bon coeur. "Les surprendre, que je sois une sorcière? Ça oui! C'est la directrice, le professeur McGonagall qui est venue nous prévenir un soir. Ils ne l'ont crue que quand elle s'est changée en chat devant eux! Et après ça, ils sont bien restés dix minutes incapables de réagir à ce qu'elle leur expliquait! Mais bon, on aurait du s'en douter, il se passait des trucs surprenants autour de moi régulièrement. En tout cas c'est amusant pour Thiago et toi!
Comme pour son amie Dominique, elle énumère les lieux de vie de sa famille: "Alors, avec mes parents, on vivait en Géorgie. Mes grands-parents maternels habitent eux aussi en Géorgie, mes grands-parents paternels sont en Caroline du Sud, et ma tante a déménagé en Caroline du Nord il y a deux ans. En gros, tout le monde est au sud-est! Mais je n'y ai presque pas vécu, je n'en ai aucun souvenirs. On est partis avant mes trois ans, et on n'y est pas retournés depuis." Elle ne juge pas nécessaire de s'étendre sur le pourquoi ils n'y sont pas retournés; inutile de sembler s'apitoyer sur le niveau de vie de ses parents, puisqu'elle en est très heureuse.
En revanche, la mention de ce qui est arrivé à l'élève de Serpentard alourdit un peu sa bonne humeur. Themba ne connaît pas la sixième année outre mesure, elles ont sans doute déjà échangé des politesses en se croisant dans la grande salle ou au détour d'un couloir, mais l'écart d'âge et la différence de maison n'ont pas permis beaucoup d'occasions de se rencontrer réellement. Cependant, l'histoire de son enlèvement n'est un secret pour personne de l'école, et même si elle n'en a sans doute - et c'est normal - pas tous les détails, le peu qu'elle a suffit à lui faire avoir de la peine pour elle. Aucun élève, non, même aucun adulte d'ailleurs, ne mérite d'être ainsi maltraité, quelle qu'en soit la raison. Elle hoche la tête doucement, son ton moins enjoué. "C'est bien s'il y a de la cohésion, c'est important je pense de pouvoir se sentir soutenu au sein de sa maison. Et même en dehors d'ailleurs, il n'y a pas de raisons de ne pas s'entraider quand l'occasion se présente." Elle sait que tout le monde ne partage pas son point de vue, même à Poufsouffle, la compétition entre les maisons n'aide pas à pousser à la solidarité hors groupe de couleur. Sans doute passe-t-elle pour une élève naïve (ou lâche) aux yeux de certains et certaines, mais ça ne l'affecte pas, elle reste fidèle à ses convictions, et le restera, elle l'espère, toujours.

La mise au travail allège son humeur à nouveau, et elle rit du commentaire de sa collègue d'un soir. "Oh, moi je rentre presque toujours tâchée d'herbe ou de terre, même quand on n'a pas botanique! Je croise toujours une fleur, un insecte, ou même juste un caillou que je vais vouloir regarder de plus près, alors forcément, je termine assise ou à genoux dans l'herbe. Mais ce n'est pas grave, ce ne sont que des tâches, ça part au lavage, et en plus, je commence à maîtriser un peu les sortilèges de récurage!" Inévitablement, à force de toujours se tâcher elle les a beaucoup pratiqués.
Elle s'installe de son côté des pots, et commence déjà à placer à côté de chacun un petit tas de fumier. Remarquant qu'un de ses choux est légèrement plus petit que les autres, elle lance à sa partenaire. "Pour celui-là, il va falloir un peu plus de fumier je pense! Tu veux bien en rajouter une demi pelle sur son futur tas? Ça ne lui fera pas de mal." Elle sourit au choux qui lui montre les dents, sans réussir à l'impressionner.
"Ah ouais? Je ne connaissais pas cette théorie! Il doit bien exister un moyen de vérifier... Peut-être avec une potion, pour rendre visible ce qui pourrait se camoufler à l'intérieur? Je demanderai au professeur si une potion de ce genre existe. Imagine si on découvrait, ici, à Poudlard, une créature inconnue jusque là! Ce ne serait pas génial?"
Finalement en position devant son premier chou, après avoir bien mis du terreau près de tous les pots, elle soulève le couvercle au même moment que son ainée, et tend sans une once de crainte son bras au végétal qui ne se fait pas prier pour y planter férocement les dents. Malgré les gants épais, elle sent la pression dessus; sans gants, elle n'imagine même pas l'état de son bras! Puis, de sa main libre, elle prépare sa baguette, avant de s'avancer vers le pots libéré par Lucrecia, d'y déposer - d'un habile coup de chatouilles bien placées - son propre chou mordeur et d'y faire voler magiquement le fumier. Et voilà, plus qu'à refermer. Satisfaite du résultat, elle vérifie que la vert et argent ait également terminé avant de se positionner devant le deuxième chou de la rangée. Plus que cinq chacune!
Revenir en haut Aller en bas

Lucrecia Castillo
Lucrecia Castillo
Serpentard

Parchemins : 437
Âge : 15 ans (31.12.2000)
Actuellement : 5ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
GALLIONS EVENT: Aucun


Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyDim 18 Juil - 21:57

Voilà donc que Lucrecia était lancée, à parler de l’Argentine, de là où elle vivait, de ses  habitudes. Et si elle se lançait avec Castelobruxo, Themba n’avait qu’à bien se tenir. Un peu de maté pour rester réveillée ?  « Je peux t’apprendre quelques mots ce soir si tu veux ? Le plus compliqué, c’est la prononciation, surtout que moi, je parle le portugais brésilien, c’est un peu différent du vrai portugais, mais il parait qu’il est plus facile à comprendre… » Au final, il s’agissait surtout d’une question d’accent, car les brésiliens et les portugais pouvaient tout à fait se comprendre et converser ensemble sans aucun souci ! Certes, quelques mots différaient, mais au final, c’était à peu près la même chose avec l’anglais britannique et l’anglais américain… Elle ne doutait donc pas que Themba parlait d’une façon différente qu’elle également en anglais -puisqu’elle, elle avait appris l’anglais américain, et non pas britannique. « Par exemple, bonjour se dit bom dia et bonsoir se dit boa noite. » dit-elle dans un sourire, contente de parler sa deuxième langue pour autre chose que dire des gros mots quand elle ne contrôlait plus sa colère -ou sa jalousie- ou pour échanger avec Thiago quand elle voulait que personne -et surtout pas les Kostas- ne comprennent ce dont ils parlaient. Elle allait parfois vers Tony aussi, mais il massacrait tellement la langue de ses aïeuls que parfois, ses oreilles avaient bien du mal à s’en remettre. « Vous avez la Défense Contre les Forces du Mal ici, ce n’est pas rien. Je crois que vous êtes la seule école d’ailleurs. C’est autre chose que des matières plus poussées, si tu veux mon avis. » Elle savait d’ailleurs que certaines autres écoles avaient des matières particulières, comme Durmstrang, mais il fallait reconnaître que c’était quand même quelque chose !

Lucrecia ayant toujours vécu avec la connaissance du monde magique, elle n’imaginait pas un seul instant comment l’on pouvait réagir quand on découvrait complètement l’existence d’un monde plus ou moins parallèle. Mal était une option, après tout, qui ne connaissait pas l’histoire du Seigneur des Ténèbres, qui était devenu Lord Voldemort justement parce que son père avait renié sa mère parce qu’elle était une sorcière. « La Directrice est surprenante, c’est vrai. J’ai été répartie dans son bureau l’an dernier, mais elle ne nous a pas fait de démonstration. » D’ailleurs, elle ne l’avait jamais vu prendre la forme de son animagus, et elle devait avouer qu’elle était particulièrement intriguée. Elle savait que Moussa et l’autre élève de Uagadou étaient eux aussi des animagus, mais Moussa ne lui avait jamais fait de démonstration et elle n’avait entendu pour Pandanjila que ce que Thiago lui avait raconté. Alors que la jeune Poufsouffle lui expliquait d’où elle venait et où vivait sa famille, Lucrecia l’écouta avec attention. « Je n’ai jamais été dans ces états là, mais j’en ai vu quelques uns quand on faisait les compétitions de danse avec Thiago. J’espère que tu pourras y aller en tout cas, si tu en as envie ! » Car elle-même ne se voyait, pour le moment, pas vivre définitivement dans un pays où sa famille n’était pas. Bien entendu, il y avait les Kostas ici, mais ce n’était pas tout à fait pareil. Après, au final, tant qu’elle était avec Thiago, tout irait sûrement bien dans le meilleur des mondes.

Quant au soutien au sein de la maison Serpentard -ou de n’importe laquelle, à dire vrai- Lucrecia hocha vigoureusement la tête. « Oui, c’est vrai. C’était plus bruyant l’an dernier, avec les anciens septièmes années. Mais c’est quand même assez nouveau pour moi tout ça, on n’a pas de maisons à Castelobruxo, même s’il y a tout de même une rivalité. Je crois qu’à part ici, au Japon et Ilvermorny, les autres écoles n’en n’ont pas. Mais c’est ce qui est sympa aussi dans les échanges, on découvre une nouvelle organisation. » Même si, elle devait l’avouer, elle ne savait pas vraiment comment elle aurait réagit si Thiago n’avait pas été dans sa maison. Des fois, elle se demandait s’il avait supplié le Choixpeau Magique de le mettre à Serpentard, mais après, elle se rappelait qu’il avait qu’à d même traverse un océan pour elle et qu’elle se posait beaucoup trop de questions pour son propre bien. Thiago était à elle, et a personne d’autre, c’était un fait et personne ne pourrait changer cela de toute manière. Pas même cette peste de Cleo on a compris Lu’, tu ne l’aimes pas.

Reportant finalement son attention sur les choux mordeurs de Chine, Lucrecia et Themba préparèrent donc leurs bacs pour être fin prêtes lorsque viendrait le moment de faire changer les choux de place. « C’est ça, ce n’est qu’un peu de terre. Je ne suis pas très fan des insectes par contre, mais j’adore découvrir de nouvelles créatures ! » Castelobruxo étant au coeur de la forêt amazonienne, les créatures, magiques comme non-magiques étaient légions. Alors qu’elle en avait fini avec son fumier, elle jeta un coup d’oeil au bac que Themba lui désignait. « Oui, bien sûr ! C’est vrai qu’il est plus petit… Peut-être qu’il n’a pas eu assez de lumière et d’eau ? Il faudrait que l’on dise au professeur Londubat de le surveiller un peu, le fumier ne fera pas tout. » Alors qu’elle lui confiait la théorie comme quoi un être invisible se cacherait peut-être au coeur des choux mordeurs de Chine, la proposition de la petite poufsouffle la fit pouffer de rire. « Pourquoi pas oui ! Mais ça serait étonnant que personne n’y ait déjà pensé, tu ne crois pas ? » Non pas que tout le monde se fichait comme de son premier sortilège d’un potentiel être dans un chou, mais cette théorie n’était pas nouvelle, si personne n’avait encore confirmé cette existences peut-être était-ce tout simplement parce que rien ne vivait au coeur du chou et que cette croyance persistait, c’était peut-être juste pour le folklore ? « Tu as déjà goûter un plat au chou mordeur de Chine ? Moi non, même si il y en a des champs en Argentine, je crois que ma mère et celle de Thiago n’en n’ont jamais cuisiné. Elles prennent du chou normal quoi… Je me demande si ça a un goût différent. » N’étant pas elle-même une reine de la cuisine, même si elle savait faire quelques spécialités de son pays comme le dulce de leche, elle n’était pas sûre de réussir à en faire quelque chose.

Les deux premiers choux furent déclochés, Lucrecia sentit les dents faire pression sur son avant-bras, et esquissa une grimace. « C’est qu’ils ont des bonnes dents, ces choux… » Elle n’avait pas mal, mais la pression n’avait rien de particulièrement agréable, il fallait bien l’avouer. Le premier échange fait, Lucrecia eut un sourire satisfait sur le visage. « On continue ? La technique est parfaite ! »
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Themba Knox
Themba Knox
Poufsouffle

Parchemins : 69
Âge : 13 ans (personnage)
Actuellement : 3ème année



Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia EmptyVen 23 Juil - 12:40

Si les yeux de Themba s'étaient remplis d'étoiles en entendant parler de Castelobruxo et de ses cours, ils passent à un tout autre niveau d'éclat lorsque Lucrecia lui propose de lui apprendre quelques mots de portugais. Les langues sont probablement le seul domaine où passer par une phase de théorie (pour la syntaxe notamment) ne dérange pas la jaune et noir. "Vraiment, tu serais d'accord? J'adorerai découvrir le portugais!" Et pas que le portugais, en fait, on lui aurait proposé n'importe quelle langue à découvrir, elle aurait eu la même réaction. Rien de bien surprenant là-dedans, apprendre une langue, c'est se rendre capable de discuter avec plus de personnes, et donc de découvrir leurs cultures, leurs goûts, leurs rêves, tout ce qui motive le plus Themba au fond d'elle.
Et sur cette affirmation, elle écoute la vert et argent lui apprendre ses tout premiers mots, ceux qu'on apprend toujours en premier lorsqu'on se plonge dans une nouvelle langue, les incontournables "bonjour" et "bonsoir". En bonne élève (dans le domaine des langues tout du moins), Themba répète pour vérifier sa prononciation, et parce qu'on n'apprend jamais aussi bien une langue qu'en la pratiquant soi-même: "Bom dia, boa noite." Elle aime bien la prononciation de cette langue, elle a quelque chose de chaleureux.
Concernant la Défense contre les Forces du Mal, la troisième année se contente de hocher la tête. Oui, elle pense aussi que c'est une matière importante, et est surprise d'apprendre qu'elle n'est enseignée qu'à Poudlard. Mais peut-être est-ce lié à l'histoire de l'endroit, peut-être que certains pays ont moins eu de sorciers adeptes de magie noire et d'idéologies malveillantes. Elle a vaguement entendu parler de l'école russe, qui enseignerait cette magie interdite à Poudlard. Forcément, ça intrigue la jeune idéaliste, qui a du mal à envisager des professeurs poussant leurs élèves vers des pratiques répréhensibles. Mais d'un autre côté, apprendre ce qui est dangereux peut être un autre moyen de s'en protéger, on se défend mieux de ce qu'on connaît que de ce qu'on ne connaît pas. Elle préfère donc se persuader que c'est la raison de ces cours mal vus dans sa maison, et ne pas se laisser aller à divaguer sur de potentielles intentions moins louables. Accuser sans preuve n'est pas son genre.

Nouveau hochement de tête, plus enthousiaste cette fois, à la mention du caractère impressionnant de la Directrice de l'Ecole de Magie. "Oh oui, elle est plus que surprenante, elle est incroyable! Elle est capable de magie à faire rêver, et pourtant, elle n'a pas l'air imbue d'elle-même du tout! C'est pourtant la directrice, on aurait pu l'imaginer un peu hautaine, mais en fait, elle est très gentille. Quand j'y repense, ce soir-là, j'ai eu beaucoup de chance qu'elle soit si patiente; je l'ai bombardée de questions, et alors qu'elle cherchait à parler avec mes parents, elle a quand-même pris le temps de répondre à toutes, sans s'impatienter. Mes parents l'apprécient beaucoup eux aussi, surtout ma mère." Ses parents auraient-ils été enclins à la laisser partir si une autre personne était venue se présenter à eux? Si cette personne n'avait pas dégagé autant de puissance bienveillante, autant de fermeté patiente? Pas sûr, vraiment pas sûr. Ça a été une chance pour Themba que ce soit le Professeur MacGonagall qui soit la directrice. Elle apprécie l'ensemble des professeurs de l'Ecole, mais la directrice a indéniablement la première place dans son estime.

"Oui, c'est sûr que c'est l'intérêt des échanges. Mais je pense quand-même que je préférerai sans compétition. Les maisons, c'est cool pour partager ses moments de vie avec des personnes avec lesquelles on a des chances de s'entendre, ça aide à s'intégrer quand on est nouveau je pense. Mais je ne sais pas trop à quoi sert la compétition entre les maisons. Ça en motive sans doute certains, mais je suis sûre que pour d'autres, c'est plus angoissant qu'autre chose. Perso, je ne regarde jamais où en sont les sabliers, ça ne m'intéresse pas vraiment." Son interlocutrice pourra se moquer si elle veut, Themba assume pleinement ses idéaux.

La mise au travail commencée, fini les histoires de langues, de maisons et de voyages, ne reste à l'esprit de la jeune Poufsouffle que les végétaux dont elle a la charge conjointe avec son ainée de Serpentard. Elle a raison, il faudra prévenir le professeur de surveiller l'individu plus petit que les autres. Mais en le cherchant du regard, Themba remarque qu'il est à l'autre bout de la serre, bien occupé par une tentacula vénéneuse qui ne semble pas décidée à se laisser tailler. "On lui en parlera plus tard je crois." chuchote-t-elle en riant silencieusement devant la scène. Sacrée plante que la tentacula, vraiment. D'ici, Themba jurerait qu'elle tente parfois d'attraper la baguette de la poche du professeur, mais ce n'est sans doute qu'un hasard. Reportant son attention sur la théorie de l'être invisible, elle hausse les épaules, l'air malicieux: "Pas sûr! Tu sais, là d'où je viens, il n'est pas rare qu'une invention pourtant évidente arrive très tard, justement parce qu'elle semble trop simple pour qu'on la pense réellement efficace. Et puis, peut-être aussi qu'il faudrait une potion nouvelle, pas une déjà existante."
A la question de Lucrecia, Themba secoue doucement la tête. "Non, je n'en ai jamais goûté, ils n'en ont jamais fait à Poudlard, et comme je ne vis pas dans le monde des sorciers, je n'ai jamais eu l'occasion d'en goûter par mes propres moyens. Mais je crois que c'est surtout utilisé en potion non? Je crois avoir vu un flacon avec une étiquette indiquant "dents de choux" dans la salle de cours. Pour de la simple cuisine, j'imagine que ça ne vaut pas le coup de risquer une morsure!" L'idée d'un chef cuisinier en duel face à un chou mordeur l'amuse un peu.

Mais place à l'action. Le premier échange se passe sans encombres. Pareil pour les trois suivants, tous sur la même routine d'une morsure inefficace, de chatouilles entre les racines et d'un bon coup de baguette magique. L'activité est divertissante, et gratifiante, les choux mordeurs replantés semblants satisfaits de leur lit de fumier de dragon. Arrivées à l'avant dernière paire de choux, Themba se retrouve à nouveau devant le plus petit de la série. Elle constate que, contrairement aux autres qui s'agitaient dans leur pot, lui ne bouge pas. Est-il trop faible pour ça? Si c'est le cas, il lui faudra effectivement bien plus que du fumier, il n'est pas impossible qu'il soit malade. Elle se retourne vers Lucrecia pour l'avertir. "Dis, en fait, je me demande s'il n'est pas malade, ce chou-là. Regarde, il ne bouge pas du tout. Si c'est le cas, on ne peut pas replanter un chou dans sa terre, il est possible qu'il n'ait contaminée. Attends avant de libérer ton chou mordeur, je vais d'abord ouvrir au mien et voir s'il mord, et avec quelle force. S'il est trop faible, on devra le mettre en quarantaine, et on fera une rotation entre les trois choux restants." Et sur ces mots, elle pose la main sur la cloche en verre sans soulever, pour tester la réaction du chou. Aucune, pas un claquement de dents. Vraiment pas bon signe. Alors, doucement, pour ne pas brusquer le potentiel malade, elle soulève la cloche et la dépose à côté du bac. Mais avant qu'elle n'ait pu approcher son bras de la bouche du végétal, celui-ci bondit hors de son bac de terre, et roule au sol. Il faut une fraction de seconde à Themba pour comprendre ce qu'il vient de se passer; il a fait semblant d'être calme pour réduire leur vigilance. Sacrée performance de la part d'une plante! Mais pas le temps de s'extasier, un simple coup d'oeil à la porte de la serre rappelle l'urgence de la situation à la troisième année. La porte est entrouverte. Si le chou roule contre elle, il pourra l'ouvrir sans difficultés et partir dieu sait où dans le parc du château. Il n'y a certes plus beaucoup d'élèves dehors à cette heure-ci, mais on n'est pas à l'abris d'un retardataire, et si ce chou a su faire le mort pour pouvoir s'échapper, il saura sans doute le faire pour qu'un inconscient se penche sur lui, lui donnant ainsi pleinement accès à son visage. "Lu! La porte!" crie Themba en se précipitant dans cette direction, baguette tendue, implorant mentalement "Ferme-toi, ferme-toi, ferme-toi!" à la porte qui ne bouge que de quelques centimètres. Si seulement elle connaissait un sort pour ça!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty
Ξ Sujet: Re: Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia   Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Avoir la main verte (et jaune!) - Themba & Lucrecia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Poudlard, école de Sorcellerie :: Extérieur du chateau :: Serres de Botanique-
Sauter vers: