Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

Partagez
 

 I think i could be in love [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Cole Prinston
Cole Prinston
Commerce

Parchemins : 260
Âge : 19 ans (août 1997)
Actuellement : Apprenti de Joy comme apothicaire et vendeur


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Booboo Stewart


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptySam 21 Aoû - 11:51

I think i could be in love
Cole + Riya
December, as we ended the year together, I remember. Our memories pile up like snow. So many words that I kept for you in my mind and make me nervous. (TWICE)
Cela quasiment un an que Cole fréquentait Riya. Au départ, c’était surtout une aventure basée sur le sexe et ce n’était devenu plus sérieux qu’au fil du temps, il était donc difficile de dater précisément le moment où ils étaient devenus un vrai couple au sens où lui l’entendait. Toutefois, ils l’étaient, et même s’il avait reculé ce moment autant qu’il l’avait pu, il avait fini par l’inviter à un dîner avec ses parents – Riya vivait à Londres, Cole et ses parents à lui aussi, c’est à dire qu’il avait fini par être à court de mauvaises excuses -. Il avait été honnête avec sa petite amie contrairement à un autre de mes persos qui esquivent les repas en famille mais n’explique rien au principal intéressé : il avait de très mauvais rapports avec son père, et ce repas serait forcément une corvée, une suite ininterrompue de critiques à son encontre, le problème ne venait donc pas de Riya. Cole était même intimement persuadé qu’elle serait bien la seule composante de sa vie sur laquelle son père ne trouverait rien à redire. Lui qui ne jurait que par les signes extérieurs de masculinité virile ne pourrait pas voir d’un mauvais œil une aussi belle compagne pour son fils !

« La cravate ça fait peut-être un peu trop, non ? » demanda-t-il à sa petite amie. Cole avait toujours un look assez soigné mais il n’était pas très porté sur les costumes trois pièces, toutefois son père lui avait dit qu’il avait pris une réservation dans un restaurant chic alors Cole avait passé l’ensemble qu’il avait mis lorsqu’il allait passer des entretiens d’embauche. Quant à ses cheveux, il les avait attaché en un chignon bas qui donnait l’impression, vu de face, qu’il avait les cheveux courts. Cela ne suffirait pas à éviter les diatribes alarmistes de son père, mais au moins on ne pourrait pas lui dire qu’il ne faisait pas d’effort. « La dernière fois que j’ai mangé avec mon père, ce devait être pour Noël. Toute cette pression ne me manquait absolument pas. » soupira-t-il en décidant finalement de ne pas mettre la cravate bleu foncé qui allait avec sa tenue. Rien que le fait qu’elle soit bleue allait déjà lui faire essuyer une ou deux remarques puisque Bob n’avait jamais toléré que son fils n’ait pas été réparti à Gryffondor. « Il ne me reste plus qu’à espérer qu’il sera tellement subjugué par ton charme qu’il m’oubliera un peu. » finit-il par dire en déposant un baiser sur la tempe de sa petite amie, non sans pouvoir camoufler des signes de nervosité inhabituels chez lui.

Soupirant, il alla s’asseoir sur le bord du lit qui prenait la place centrale de la chambre de sa petite amie. « Je ne sais pas pourquoi j’ai dit oui… ça va forcément mal se passer. Quoi que je fasse, ça ne lui convient jamais de toute façon. » déplora Cole tout en sachant pertinemment que s’il avait accepté ce repas, c’était pour faire plaisir à sa mère. Bien que moldu, Marie savait bien mieux manœuvrer son fils unique, et contrairement à son mari, elle se fichait pas mal qu’il ait été dans un dortoir ou un autre pendant ses études. Au moins, à sa mère, Cole avait-il envie de présenter la femme qui lui avait ravi son coeur - même s'il ne le disait jamais, échaudé par son expérience précédente avec Joséphine -.
(c) princessecapricieuse




Cole Prinston
Revenir en haut Aller en bas

Valeryia Piškovaitė
Valeryia Piškovaitė
Ministère

Parchemins : 169
Âge : 24 ans [31.12.1991]
Actuellement : Ambassadrice du Ministère de la Magie russe au Ministère de la Magie anglais.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 20
FACECLAIM: Eliza Taylor


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyLun 23 Aoû - 18:10

Valeryia & Cole.
When you wake up in the morning and you're shadowed by the darkness of the night. When you wake up in the morning, Darling, I'll be by your side. When you get a little lonely and you lose your head then don't give up the fight. When you wake up in the morning, Darling, I'll be by your side. I'll be there by your side. I'll be everything you wanted. I'll be there by your side. If you need a light to shine in. I'll be there.
Le temps passait et Valeryia continuait son petit bonhomme de chemin. Les dernières actions de MS par rapport à Viska Spingate et Nathan Symphonie n’étaient pas ce qu’elle appréciait le plus, mais elle n’avait pas vraiment son mot à dire. Freja, enceinte jusqu’au cou, avait d’autres choses à se soucier que de l’état de la jeune fille. Cela dit, Ryia avait du mal à comprendre pourquoi ils s’acharnaient autant. N’avait-elle pas déjà assez souffert ? Ce que son père biologique lui avait fait était détestable et dégoûtant. Mais au moins, elle avait de quoi se vider la tête quand elle rentrait chez elle. Cole était arrivé dans sa vie un peu par surprise, mais elle devait admettre qu’elle s’était attaché au jeune homme, bien plus qu’elle n’aurait voulu l’admettre. Et quand il lui avait demandé si elle acceptait d’aller à un dîner avec ses parents, elle avait été plutôt surprise, connaissant les relations de son petit ami avec son père. Mais elle avait accepté, parce qu’elle voulait qu’il se rende compte qu’il se trompait sur toute la ligne concernant l’ancien Serdaigle.

A la question de son petit ami, Valeryia jeta un coup d’œil dans le miroir, pour regarder ce dernier, en proie à un doute immense concernant une pauvre petite cravate. « Même si j’aime beaucoup, c’est peut-être un peu trop oui. Ce n’est qu’un dîner, Cole… » Aussi étrange que cela puisse être, la blonde n’était absolument pas stressée par ce dîner. Elle l’aurait sûrement été s’il s’était agit de faire rencontrer Cole à ses propres parents. Ou à Freja, mais cela n’arriverait probablement jamais, ou alors si Ryia pouvait être sûre que l’ancien Serdaigle rejoindrait Magicis Sacra, ce qu’elle estimait hautement improbable pour le moment… Elle esquissa un petit sourire lorsqu’il parla du dernier repas avec son père, alors qu’elle ajustait ses boucles d’oreilles, alors que Cole laissait finalement tomber  la cravate, en soupirant. « Tu sais, si c’est juste ça, je m’assois à côté de lui et je l’embobine tout le repas, je suis très douée pour ça, je travaille au Ministère je te rappelle. » Et elle mentait comme elle respirait depuis son plus jeune âge. Preuve en était, personne ne savait qu’elle appartenait à Magicis Sacra, et son travail au Ministère se déroulait parfaitement.

Cole s’asseyant sur son lit, Ryia alla vers lui, passant ses bras autour de son cou, déposant un baiser sur le haut de son crâne -quand il était assit, au moins arrivait-elle ce genre de gestes, il était bien trop grand pour elle sinon. « Détends-toi, ça va bien se passer. Tu as un travail intéressant, tu es épanoui… Que pourrait-il trouver à critiquer ? Il faut qu’il passe au-dessus du fait que tu ne travailles pas avec lui. Ça se passe très bien là où tu es en plus, non ? » Elle ne connaissait pas vraiment Joy, la patronne de Cole, mais de ce qu’il lui racontait, tout se passait plutôt bien. Il prenait de plus en plus d’indépendance dans l’entreprise et sa cheffe lui faisait confiance… « C’est très tentant de t’enlever tout ça pour te détendre, tu sais ? Mais il est hors de question que l’on froisse ta chemise ou ma robe. » Un sourire aux coins des lèvres, elle peut son visage en coupe et l’embrassa doucement, tentant de lui insuffler son calme à elle. « Mais ce n’est pas l’envie qui manque… » souffla-t-elle à son oreille. Elle comprenait qu’il redoute cette rencontre, car sa relation avec son père n’était pas la meilleure au monde… Mais il avait une bonne situation, il allait bien… « Tu sais que je ne le laisserais pas faire, n’est-ce pas ? Je me fiche pas mal de savoir s’il m’apprécie ou pas, s’il va trop loin… »

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Cole Prinston
Cole Prinston
Commerce

Parchemins : 260
Âge : 19 ans (août 1997)
Actuellement : Apprenti de Joy comme apothicaire et vendeur


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Booboo Stewart


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyMar 14 Sep - 12:33

Cole + Riya
« Mais c’est un dîner avec mon père. » rétorqua Cole d’un air sombre. Rien n’était jamais « que » ce que ça semblait être lorsque Bob s’occupait de l’organisation. Si son fils avait le malheur d’arriver au restaurant dans une tenue qui n’obtiendrait pas son aval, ils en entendraient parler pendant tout le dîner… Cole avait l’habitude, il pouvait encore faire avec, mais il n’avait aucune envie de faire subir la mauvaise humeur paternelle à sa petite amie. Il abandonna tout de même la cravate, supposant qu’en faire trop ne serait pas mieux vu que ne pas en faire assez. C’est que le père de l’ancien Serdaigle était un homme exigeant et très difficile à satisfaire !

Pourtant, Cole ne doutait pas qu’il adorerait Riya, superbe et charmante comme toujours. Cela ne lui paraissait pas vraiment important d’avoir l’aval de son père au sujet de sa compagne, mais savoir par avance qu’il ne se montrerait pas impoli avec elle était déjà un souci de moins pour le brun qui s’angoissait déjà assez comme ça… Il aurait cru, plus jeune, qu’une fois adulte il serait débarrassé de ce type de préoccupation, mais tant que sa mère resterait avec ce goujat, il devrait faire avec et supporter de le voir de temps en temps ainsi que d’essuyer ses innombrables critiques. « Nous allons peut-être devoir en arriver à cette extrémité, si tu le vois se lancer sur un diatribe contre Serdaigle ou contre mes cheveux, surtout n’hésite pas à enclencher le mode hyper charme. Personne ne peut y résister, même pas lui, j’en suis certain. » sourit-il à l’intention de la jolie blonde.

Stressé malgré tout, Cole s’assit sur le rebord du lit. Sa petite amie s’approcha et il passa un bras autour de ses hanches, cachant son visage contre son corps pour qu’elle ne voit pas son expression. S’il exécrait son père de tout son être, il détestait encore plus celui qu’il devenait en sa présence, fantôme de l’enfant sans assurance qu’il avait pourtant laissé derrière lui grâce aux sept années qu’il avait passé en internat loin de l’influence paternelle. « Il n’y a rien à critiquer, moi je le sais, et toi aussi, mais il trouve toujours quelque chose. Si ce n’était pas pour ma mère, jamais je ne t’imposerais la présence de cet homme. Il est odieux. » Même s’il n’avait jamais été battu, Cole savait que son père avait été maltraitant à son égard psychologiquement parlant. Poudlard lui avait permis de prendre de la distance, mais il imaginait tous les enfants comme lui qui n’allaient pas en internat dix mois dans l’année… et il les plaignait car il ne savait pas ce qu’il serait devenu s’il avait dû entendre des discours dénigrants à longueur de temps pendant son adolescence. « Je ne suis même pas sûr qu’il prenne mal que je ne travaille pas avec lui, dans le fond il doit se dire que puisque je suis un incapable, je vais faire couler la boîte où je suis. Même si tu as raison, en réalité, ça se passe très bien. » Il était encore en apprentissage, mais Joy ne se plaignait pas de son travail et il apprenait vite. Il avait toujours été intelligent et vif, personne ne lui demandait d’être courageux ou sportif pour faire son métier contrairement à ce que Bob réclamait de sa part.

Il répondit au sourire de Riya par un autre. Il n’aurait pas non plus été contre un intermède amoureux avant ce dîner mais cela n’aurait pas été raisonnable. « Je te l’enlèverai en rentrant, tu peux me faire confiance là-dessus. » répondit-il sur le même ton tentant qu’elle utilisait avec lui. Une raison de plus de vouloir en terminer vite avec cette obligation familiale : l’idée d’allonger sa petite amie pour la dévêtir avait tout pour lui plaire.

Comme elle le rassurait sur le fait qu’elle ne laisserait pas Bob parler à tord et à travers, il lui sourit, la pressant un peu plus contre lui et la poussant à s’asseoir sur ses genoux – en faisant attention, cela ne devrait rien froisser -. « Je sais ma chérie, au pire nous partirons… mais il va falloir que je prenne un peu sur moi pour ma mère. Elle est tellement contente de pouvoir te rencontrer ! » Et c’était bien pour cette raison qu’il avait fini par accepter ce dîner… rien d’autre que l’amour filial pour sa mère n’aurait pu l’y contraindre, et il pensait que les deux femmes de sa vie devraient bien s’entendre – même si la mère de Cole était une moldue donc elle ne comprendrait pas forcément le travail de Riya par exemple mais il y avait forcément d’autres sujets de conversation que celui-ci -.
(c) princessecapricieuse




Cole Prinston
Revenir en haut Aller en bas

Valeryia Piškovaitė
Valeryia Piškovaitė
Ministère

Parchemins : 169
Âge : 24 ans [31.12.1991]
Actuellement : Ambassadrice du Ministère de la Magie russe au Ministère de la Magie anglais.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 20
FACECLAIM: Eliza Taylor


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyVen 24 Sep - 23:26

Se lancer dans un débat avec Cole sur l’importance du dîner n’était pas nécessaire, Valeryia arrivait parfaitement à sentir que son petit ami n’était pas le plus heureux du monde et surtout, qu’il appréhendait le déroulement de la soirée. Déjà lorsqu’il lui avait parlé de ce dîner au départ, on ne pouvait pas dire qu’il avait été très emballé par l’idée. Ryia, elle, se fichait pas mal d’y aller ou non, elle suivrait Cole et agirait comme à son habitude. Ce n’était certainement pas un ancien Gryffondor avec un trop plein de fierté qui allait la faire trembler. Rejetant ses cheveux en arrière pour finir de les attacher, elle posa un regard à travers le miroir sur son petit ami sans rien ajouter donc, mais surveillant quand même du coin de l’oeil qu’il ne lui fasse pas une crise d’angoisse avant même qu’ils ne soient arrivés au restaurant.

Bien entendu, Valeryia ne plaisantait qu’à moitié quand elle disait qu’elle pouvait tout à fait user de ses charmes pour faire taire le père de son petit ami. S’il le fallait, elle montrerait crocs et griffes sans aucun ménagement. C’était à Cole qu’elle voulait plaire avant tout, le reste du monde l’importait -alors certes, il y avait Freja, mais la dirigeante de MS était encore sur une autre dimension - « C’est promis, ne t’en fais pas. » Elle esquissa un sourire taquin, presque mauvais, a l’idée de rouler l’ancien gryffondor dans la farine. Bien entendu, elle irait tout d’abord en me brossant dans le sens du poil, un minimum en tout cas, mais elle n’allait clairement pas se laisser marcher sur les pieds. S’il fallait qu’elle se batte pour deux, elle le ferait sans problème.

Levant les yeux au ciel à la remarque de l’ancien Serdaigle sur son père et son caractère -il avait l’air d’un disque rayé, vraiment- elle répondit simplement : « J’ai grandi au cœur des Sang-Purs russes et lituaniens et je suis allée à Durmstrang, je ne pense pas que ton père fasse le poids contre eux, ils peuvent être bien pires qu’odieux… » Et à dire vrai, la jeune femme n’était pas forcément mieux. Après tout, elle excellait en magie noire, et ne l’utilisait que très peu en Angleterre car ce n’était absolument pas monnaie courante, mais elle n’était pas un ange pour autant, quand bien même on lui donnerait volontiers le bon dieu sans confession à la voir comme ça, avec ses boucles blondes et ses grands yeux bleus. « J’ai toujours raison. » rappela-t-elle ensuite, ravie de voir que Cole allait enfin dans son sens.

Elle pouffa à la réponse qu’il lui donna concernant sa robe, sachant très bien. L’effet qu’elle lui faisait. Après tout, Ryia faisait très attention à ses tenues et cette robe était d’ailleurs une nouvelle création de Sean. S’il avait un poil mal pris qu’elle ne valide pas complètement sa robe bariolée, il avait cependant proposé d’autres modèles de choix, qui allait à la lituano-russe comme un gant. « Ta mère va m’adorer, c’est sûr. Ton père… Ça dépendra de son comportement. » Elle haussa les épaules, l’air innocente, alors que Cole la pressait un peu plus contre lui. « Aller, il faut y aller Cole. Tu ne voudrais pas arriver en retard pas vrai ? Je suis sûre qu’il est du genre à arriver en avance exprès pour pouvoir dire que tu es, justement, en retard… Mieux vaut le prendre par surprise… » Un léger sourire mesquin étira ses lèvres, révélant presque son côté peste, qu’elle cachait pourtant à la perfection au jour le jour. Mais quand quelque chose n’allait pas dans son sens et qu’elle en était contrariée, il arrivait qu’elle laisse ses sentiments pointer le bout de leur nez. Déposant un dernier baiser sur les lèvres de son petit ami, elle se leva, lissant le bas de sa robe par habitude, et jetant un coup d’œil à son reflet pour s’assurer que son rouge à lèvres n’avait pas bougé. Elle se rendit ensuite dans l’entrée où le placard qui renfermait ses manteaux se trouvait, et passa un trench-coat noir, tout ce qu’il avait de plus simple, récupérant au passage la veste de Cole et son sac à main. « On y va ? Tu transplanes ou je le fais ? » Ils n’allaient pas perdre de temps à descendre pour héler un taxi, n’est-ce pas ? Ce n’était pas que Ryia n’aimait pas les voitures, mais était-ce nécessaire d’attendre dehors pour rien quand ils pouvaient transplaner et apparaître là où ils le souhaitaient en un rien de temps ?
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Cole Prinston
Cole Prinston
Commerce

Parchemins : 260
Âge : 19 ans (août 1997)
Actuellement : Apprenti de Joy comme apothicaire et vendeur


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Booboo Stewart


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyMer 27 Oct - 9:16

Cole + Riya
Heureusement, Cole n’était pas familier des crises d’angoisse, ce qui l’étreignait était plutôt une tristesse étouffante qui l’empêchait d’être totalement lui-même quand le spectre de son père était dans les parages. Aussi bien à Poudlard que depuis qu’il était adulte, l’ancien Serdaigle était réputé chez ses camarades pour être quelqu’un de sérieux mais qui savait s’amuser. Un solide sens de l’humour et une certaine confiance en ses capacités avaient fait de lui un garçon qui, sans être au summum de la popularité, avait toujours été apprécié. Dans son travail actuel aussi, sans parler de son cercle d’amis étendu dont une partie vivait avec lui à la colocation. Pourtant, quand son père menaçait d’apparaître dans sa vie, Cole s’éteignait, sa personnalité lumineuse s’effaçant sous la honte de ne pas être celui que ses parents avaient espéré à sa naissance.

Confiant à sa petite amie le soin de détourner l’attention si nécessaire, Cole douta un instant que Riya ait déjà rencontré des gens comme son père. Il ne doutait pas que son école d’origine ait son lot de personnes désagréables, odieuses même, et trop fiers probablement… mais Bob était encore différent déjà il s’appelle Bob, j’dis ça, j’dis rien, il tenait plus du beauf mal dégrossi que du sang pur trop sûr de lui, et c’était plus dur à supporter selon Cole. « Il faut que tu le rencontres pour te rendre compte de ce que je veux dire… c’est encore un spécimen différent de ceux que tu as l’habitude de côtoyer. Je ne doute pas que tu t’en sortes très bien avec lui cependant : pour la plupart des gens, ça paraît sûrement facile de l’ignorer. C’est juste plus difficile de le faire pour moi, parce qu’il m’a élevé. Tu vois ? » Et c’était dur aussi pour sa mère, parce qu’elle ne pouvait quasiment pas voir son fils à cause des tensions entre son mari et lui.

Il sourit à sa petite amie quand elle affirma avoir toujours raison. Autant ne pas la contredire, surtout qu’aucun contre exemple ne lui venait dans l’immédiat s’il savait pour MS en revanche.... Il ne releva pas non plus quand elle lui dit que sa mère allait l’adorer parce que tout ce qui lui vint à l’esprit était qu’elle adorait tout le monde et que c’était bien le problème. Voir la bonté dans les autres en permanence, ça n’était pas une qualité quand ça devenait de l’aveuglement dit-il. « Oui, allons-y. Même si tu sais que je ne suis jamais en retard. » Même lorsqu’elle lui tendait les bras pour des jeux coquins, Cole choisissait toujours d’être à l’heure, alors la peur de son père n’allait pas arriver à obtenir de lui ce que les charmes de sa petite amie n’induisait pas.

Il passa sa veste et prit la main de sa petite amie. « Je vais m’occuper de transplaner, je connais les environs du restaurant. » Il inspira et ils voyagèrent dans un bruit caractéristique dans la rue juste à côté du lieu de rendez-vous. Cole guida sa petite amie jusqu’à l’entrée, ses parents étaient déjà arrivés mais ils étaient encore en train de poser leurs manteaux auprès de la personne de l’accueil. Bob faisait déjà de grands gestes, râlant pour une raison ou une autre. Il était aussi grand que Cole, ses cheveux châtain coupé très court, il avait des allures de militaire malgré son métier d’apothicaire. « Maman, papa… » Il déposa une bise sur la joue de sa mère, petite, frêle, aussi brune de teint et de cheveux que son fils, puis Cole tourna les yeux vers sa petite amie, la désignant de sa main libre « Je vous présente Valeryia Piškovaitė ma petite amie. Elle travaille au Ministère comme ambassadrice pour le Ministère russe. » Il l’avait déjà raconté à sa mère (même si elle était moldue et savait peu de choses des différents Ministères), l’information était plus destinée à son père. « Riya, je te présente mes parents, Bob et Sylvia. » Bob tendit la main vers Riya avec un grand sourire sûr de lui qui hérissa immédiatement Cole même s’il n’en montra rien. « Enchanté mademoiselle, je suis étonnée qu’une belle plante telle que vous s’intéresse à mon bon à rien de fils. » Bien, bien… ça commençait. Sylvia intervint cependant, posant une main sur le bras de son mari avec un sourire apaisant. « Cole m’a beaucoup parlé de vous, il semble très heureux depuis qu’il vous a rencontré. » dit-elle d’une voix douce avant d’ajouter « Nous devrions peut-être nous asseoir qu’en pensez-vous ? » Le serveur qui devait les amener à leur table attendait et Cole songea que c’était une bonne idée de ne pas trop traîner dans l’entrée, mettre une table entre son père et lui ne serait en plus pas vain vu qu’il lançait déjà le début des hostilités.
(c) princessecapricieuse




Cole Prinston
Revenir en haut Aller en bas

Valeryia Piškovaitė
Valeryia Piškovaitė
Ministère

Parchemins : 169
Âge : 24 ans [31.12.1991]
Actuellement : Ambassadrice du Ministère de la Magie russe au Ministère de la Magie anglais.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 20
FACECLAIM: Eliza Taylor


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyJeu 11 Nov - 20:59

« Il t’as peut-être élevé, mais de ce que tu m’en racontes, tu ne lui ressemble en aucun point. Et tant mieux, car je doute que nous serions ensemble si c’était le cas. » Elle fronça doucement les sourcils, réfléchissant à cette hypothèse. Le fait qu’elle soit en couple avec Cole encore un an après leur première rencontre n’était pas une chose bénigne. Elle ne lui avait certes toujours pas confier son secret le plus intime et ne le ferait probablement jamais, sauf si elle était sûre et certaine qu’il penche de leur côté également, ce qui, pour le moment, ne semblait pas vraiment être une possibilité, à court, moyen ou long terme. Mais Valeryia ne perdait pas espoir. L’amour faisait parfois faire des choses complètement folles, peut-être que son petit ami se tournerait alors finalement un jour vers Magicis Sacra… Cela arrangerait grandement leur histoire et toute potentielle future vie de famille s’ils tenaient aussi longtemps.

Heureusement, Cole n’était pas très bagarreur. Il lui laissa donc cette petite victoire, et elle esquissa un sourire. Mais l’heureu passait rapidement et déjà il était presque le moment de se rendre au restaurant. Peu désireuse de mal commencer alors qu’elle allait rencontrer pour la première fois ceux qui pourraient peut-être devenir sa seconde famille un jour, elle proposa qu’ils se transplanent maintenant pour ne pas être en retard. « Je le sais, mais c’est mieux d’être cent pour-cent sûrs. » Elle déposa un léger baisser sur la joue de son petit ami avant de passer son manteau.

Une fois arrivés au restaurant, les parents de Cole étant déjà présents, ils allèrent directement vers eux, Ryia afficha un sourire poli et laissa son petit ami la présenter. Après tout, ils étaient là pour ça non ? « Je suis ravie d’enfin vous rencontrer. » dit-elle, un sourire doux aux lèvres. Charmer les parents de son petit ami, elle en était capable. Cependant, il n’en fallait pas plus au père de ce dernier pour se croire plus intéressant qu’il ne l’était. « Peut-être que si vous vous intéressiez à votre fils, vous vous rendriez compte de ses capacités. » Ses mots avaient percé ses lèvres rouge et avaient fendu l’air comme une brise glaciale. Dans son regard, une lueur de défi brillait, alors qu’elle fixait le père de Cole droit dans les yeux, sans ciller ne serait-ce qu’un tout petit peu. S’il pensait pouvoir la déstabiliser, il allait perte reçu. Quand la mère de son petit ami lui adressa la parole, son regard se fit moins dur et elle accorda un sourire bien plus chaleureux à cette dernière. « Vraiment ? En bien j’espère ? » Elle adressa un petit sourire taquin à son petit ami, alors qu’elle acquiesçait d’un signe de tête à la proposition de sa mère. Rester debout ne servirait à rien, après tout, ils étaient là pour dîner, non ? « Cole m’a raconté que vous n’étiez pas… vous savez… Comment avez-vous pris la nouvelle au début ? » S’adressant à Sylvia, Riya snobait volontairement le père de Cole. Après tout, c’était le meilleur moment pour en savoir davantage non ?
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Cole Prinston
Cole Prinston
Commerce

Parchemins : 260
Âge : 19 ans (août 1997)
Actuellement : Apprenti de Joy comme apothicaire et vendeur


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Booboo Stewart


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyMer 24 Nov - 19:21

Cole + Riya
« Non, je ressemble plutôt à ma mère, à tout point de vue. » admit-il avec simplicité. Il avait toujours été plutôt fier de ne pas avoir beaucoup de points communs apparents avec Bob, c’était même peut-être l’une des raisons qui ne lui avait pas permis d’aller à Gryffondor : à force de vouloir marquer une démarcation claire entre son père et lui, il avait tout fait pour s’en tenir loin, y compris pour ce qui était des qualités – car il en avait, probablement, sinon pourquoi sa mère se serait mariée avec lui ? -.

Arriver au restaurant était la partie facile, ne pas se sentir ratatiné par la honte aux premiers mots prononcés par son géniteur était plus compliqué. Riya vint spontanément à son secours avant même l’intervention de sa mère, remettant Bob à sa place comme elle savait si bien le faire. « Vous ne connaissez pas Cole comme je le connais. Je reconnais que scolairement, il n’a toujours apporté que de bons résultats, mais ses possibilités n’ont jamais dépassé le cadre d’une bibliothèque, vous finirez par vous en rendre compte à un moment ou à un autre ma chère, ce n’est qu’une question de temps. Les Serdaigle ne sont que les suiveurs du monde magique, la preuve : tous les postes à responsabilités actuels sont occupés par d’anciens Gryffondor ou Serpentard, jamais par des oiseaux de mauvais augure comme ces bleusailles. » Cole leva ostensiblement les yeux au ciel à cette tirade qu’il connaissait déjà pour l’avoir entendue des milliers de fois. C’est d’ailleurs à cause de ce manque d’originalité qu’il se pencha vers sa petite amie pour lui souffler : « Laisse, il est têtu » tout en lui pressant la main avec douceur pour s’occuper plutôt de sa mère, plus aimable et accueillante. « En bien, évidemment. Il n’a cessé de me dire comme il vous trouvait brillante, et belle aussi, cela va de soit. »

Ils allèrent ensuite tous les quatre à leur table et sa petite amie alimenta une nouvelle fois la conversation sur un sujet qui surpris un peu Cole. Il n’aurait pas cru que le fait que sa mère soit une moldue susciterait des interrogations… mais, après tout, c’était une question comme une autre et elle avait l’avantage de ne pas le concerner lui, l’éloignant des tirs verbaux paternels. « Que je n’étais pas comme vous trois ? Oh, et bien, je l’ai plutôt bien pris… j’étais surprise, forcément, mais nous étions très amoureux alors ça n’avait plus vraiment d’importance une fois le premier choc passé. Le plus dur pour moi a été l’obligation pour Cole qu’il soit en internat dix mois dans l’année, s’il avait été comme moi, il n’aurait pas eu à être aussi souvent absent. » Bob eut un petit sourire qui avait presque l’air chaleureux à l’intention de sa femme, même aux yeux de Cole. « Tu as toujours été trop mère poule. » Sylvia haussa les épaules avec toujours la même expression de douceur sur le visage. « C’est vrai que c’est le plus difficile avec l’éducation de notre monde, ça se fait aussi chez les gens comme toi maman, mais parmi les nôtres c’est la norme. C’est comme ça aussi chez toi, pas vrai Riya ? » Comme la blonde, il ignorait son père : il n’avait qu’à ne pas avoir lancé directement les offensives !
(c) princessecapricieuse




Cole Prinston
Revenir en haut Aller en bas

Valeryia Piškovaitė
Valeryia Piškovaitė
Ministère

Parchemins : 169
Âge : 24 ans [31.12.1991]
Actuellement : Ambassadrice du Ministère de la Magie russe au Ministère de la Magie anglais.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 20
FACECLAIM: Eliza Taylor


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyLun 13 Déc - 23:13

A peine arrivés, le père de Cole attaqua son fils sans retenue. Valeryia ne tarda pas à se lancer dans la bataille aussi, car même si elle cachait une grande partie de sa vie à son petit ami, elle tenait réellement à lui et le défendrait bec et ongles s’il le fallait. Elle ne pouvait pas affirmer qu’elle était éperdument amoureuse de lui, elle gardait toujours une certaine réserve, due à sa double identité, mais elle avait de forts sentiments pour Cole et se refusait de le voir mal traité. Autant dire qu’elle avait déjà fait payer à son ex ce qu’elle lui avait fait, sous couvert d’accidents magiques malheureux au sein du Ministère. Bien entendu, elle avait fait tout cela incognito, rien ne pouvait relier ces accidents à l’ambassadrice de Russie, par Gregorovitch merci. Et heureusement, Cole n’en savait rien non plus.

« Et pourtant, travaille pour une structure bien plus importante que la vôtre. Couvrant davantage de clients, de pays. Pour de la bleusaille, comme vous dites, c’est plus que ce que vous n’avez jamais fait. » Elle le défiait du regard, soutenant cet air bourru qu’elle recevait sans se démonter. Elle était une sang-pure russe, affiliée à Maigris Sacra. Ce n’était pas un petit apothicaire qui allait lui faire peur. « Il n’a pas à parler de toi comme ça, tu sais. » Elle pressa sa main en retour, ses yeux bleus se fixant dans ceux du jeune homme, sincère. Si son père devait la détester parce qu’elle le mettait devant le fait accompli que Cole était loin d’être un bon à rien et qu’il se débrouillait bien mieux que lui, et bien soit. Elle ne vivrait pas plus mal sans ce rustre dans sa vie. Elle savait par contre qu’elle se devait de faire un effort pour Cole, même s’il ne portait pas spécialement son paternel dans son coeur. Heureusement, la mère de ce dernier était bien différente. « Vraiment ? Tu es adorable. » dit-elle à l’attention de ce dernier, avant de répondre à sa mère : « C’est moi qui ai de la chance de l’avoir, il ne s’en rend pas compte. »

Valeryia savait que ses questions sur le monde moldu pouvaient être mal perçues. Elle se devait donc de faire attention à la façon dont elle les posait, pour éviter de faire planer tout doute sur elle et son appartenance à l’organisation qui sévissait ces derniers temps. « Oui, vous avez pourtant beaucoup de pensionnats ici, non ? Je ne connais pas trop votre système scolaire, mais j’ai vu de nombreux noms passer. » Les pensionnats moldus étaient communs à tous les pays, elle n’était pas sûre qu’ils soient très utilisés par les gens de la classe moyenne, mais elle savait que beaucoup d’enfants de familles riches se retrouvaient en pensionnat, pour qu’ils se concentrent sur leurs études et qu’ils puissent ensuite intégrer de grandes écoles et des postes importants. Ce qui était relativement différent du monde sorcier, puisqu’il n’y avait généralement qu’une école de sorcellerie par pays. « Ça l’est, en effet. Dans toutes les écoles, cela dit. Il n’y a qu’au Japon où les enfants rentrent tous les soirs pendant leurs premières années, mais une fois onze ans, ils sont également en pensionnat. » Pour Valeryia, cela semblait tout à fait normal, car si le monde magique entier s’accordait sur une même façon de faire - si ce n’est le Japon donc, qui déviait pour les premières années de ses élèves, mais en même temps, ils commençaient plus tôt que les autres - c’est que cela avait fait ses preuves et que cela fonctionnait. « J’espère que vous ne prenez pas mal mes questions, j’ai encore beaucoup à apprendre de votre monde. Cole vous a sûrement dit que je viens d’une très vieille lignée lituano-russe. » Elle esquissa un sourire à l’attention de son petit-ami, car leurs différences d’ethnie était flagrante. Aussi blonde qu’il était brun, aussi pâle que la peau hâlée de ce dernier… elle était l’archétype de la jeune femme russe que l’on dépeignait dans tous les clichés. Quant au monde moldu, c’était à moitié vrai… Elle connaissait beaucoup de choses, parce qu’elle se devait de savoir contre quoi ils se dressaient - l’éducation moldue des enfants sorciers, par exemple - mais elle était bien loin de tout savoir. Et elle avait là la personne parfaite pour répondre à ses questions. Autant en profiter.
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Cole Prinston
Cole Prinston
Commerce

Parchemins : 260
Âge : 19 ans (août 1997)
Actuellement : Apprenti de Joy comme apothicaire et vendeur


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Booboo Stewart


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptySam 5 Fév - 10:02

Cole + Riya
« Pff... » souffla Bob avec un dédain certain en réponse aux arguments – pourtant sensés – de Riya. « Cette entreprise ne devrait même pas avoir le droit d’exercer dans notre pays ! C’est une boîte de barbares qui feraient mieux de rentrer chez eux plutôt que de voler leur pain aux honnêtes gens ! » La mâchoire de Cole se crispa : passe encore pour les insultes habituelles le concernant lui, mais il n’aimait pas beaucoup la manière dont son père parlait de ses patrons – dont le champ d’action était un peu différent de celui d’un apothicaire de quartier comme Bob d’ailleurs -. « Pourtant, ma chef directe était à Gryffondor tu sais... » répondit-il histoire de nuancer ou, à défaut, de recentrer le débat sur lui et Serdaigle – et tout le reste des critiques que Bob adorait formuler à son encontre -. Riya lui soufflant qu’il n’avait pas à lui parler ainsi, Cole haussa les épaules avec défaitisme : « Je sais, mais il faut bien qu’entre lui et moi, il y en ait un qui sache se tenir dans un restaurant. » fut sa réponse soufflée à l’oreille de sa petite amie avec un sourire rassurant. Son père ne pouvait plus lui faire de peine, ce qui le chagrinait réellement était que sa mère supporte encore cet homme… était-il vraiment meilleur mari qu’il n’était père ? Cole l’espérait pour Sylvia…

Sa mère commença d’ailleurs à couvrir de compliments Valeriya : il était vrai que Cole avait dressé un portrait charmant de sa petite amie, en partie pour faire céder des réticences un peu « vieille école » liées à leur différence d’âge. Il supposait que maintenant que Sylvia voyait la diplomate de ses yeux, elle ne pouvait que comprendre qu’il soit tombé sous le charme. « Je n’ai fait que dire la vérité, aucune femme n’est aussi jolie toi à mes yeux, à part peut-être ma maman mais je suppose que tu m’en pardonneras ! » Il adressa un clin d’œil à la fois à Sylvia et à Riya sous le regard courroucé de Bob, toujours exclu de la conversation. Cole déposa même un baiser sur la tempe de sa petite amie quand elle évoqua sa chance d’être avec lui, il n’était pas forcément d’accord avec ça, mais il voulait bien la laisser dire pour une fois.

Une fois à table, ils parlèrent un peu monde sorcier et monde moldu, Sylvia étant la seule représentante de ce dernier. « Nous avons beaucoup de pensionnats au Royaume-Uni mais il y a aussi de nombreuses écoles où les élèves rentrent chez eux le soir, et quoi qu’il en soit, aucune école de chez nous n’est aussi coupé du monde que ne l’est celle où était Cole » Sylvia aurait sûrement aimé qu’un équivalent au téléphone existe pour pouvoir parler plus souvent à son rejeton. En un sens, Cole n’avait pas trouvé déplaisant, lui, que la communication se fasse quasi exclusivement à l’écrit : Bob avait tendance à s’auto-censurer dans ses lettres, au cas où d’autres que son fils les lirait. Cela avait fait de Poudlard un véritable havre de paix pour l’adolescent pendant sept ans. « Il y a des petites écoles qui ne sont pas assez grandes pour avoir un vrai pensionnat il me semble… mais c’est aussi parce qu’elles n’ont qu’une poignée d’élèves. » Il y en avait plusieurs en Afrique lui semblait-il, Cole n’en connaissait toutefois aucune : tous les transfuges venus pour un échange à Poudlard étaient issus de grandes écoles de sorcellerie. « Il me l’a dit, bien que je ne sache pas exactement ce que cela recouvre comme conséquence… Vous ne fréquentiez pas trop les gens issus de mon monde si j’ai bien compris ce que Cole m’a expliqué ? Il m’a dit que votre école n’acceptait pas ou très peu les enfants ayant uniquement des parents comme moi ? » Bob se racla la gorge, peut-être mal à l’aise d’être mis de côté depuis si longtemps. « Malgré ça, c’est une bonne école où vous étiez Mademoiselle, si les échanges avaient existé à mon époque, j’aurais sûrement postulé chez vous. » Cole se dit qu’il aurait tout à fait vu son père dans un uniforme de Durmstrang… Même si ce n’était pas très charitable pour sa petite amie, aussi chassa-t-il cette pensée pour dire à la place : « Tout le monde sait que c’est une excellente école » Riya était une sorcière accomplie, cela constituait une preuve suffisante à ses yeux.

(c) princessecapricieuse




Cole Prinston
Revenir en haut Aller en bas

Valeryia Piškovaitė
Valeryia Piškovaitė
Ministère

Parchemins : 169
Âge : 24 ans [31.12.1991]
Actuellement : Ambassadrice du Ministère de la Magie russe au Ministère de la Magie anglais.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 20
FACECLAIM: Eliza Taylor


I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] EmptyVen 18 Fév - 16:52

Alors que le travail de Cole - et par extension donc, celui de son père également - était au centre de la discussion, les paroles de l’ancien Gryffondor firent froncer les sourcils de l’ancienne élève de Durmstrang. « De barbares ? Parce qu’ils sont étrangers ? Et comment dois-je le prendre ? » Après tout, elle était elle aussi une étrangère sur le sol britannique. Elle n’avait une goutte de sang anglais qui coulait dans ses veines, alors que la cheffe de Cole - car bien évidement elle s’était renseignée à son sujet - était au moitié anglaise. Heureusement, le sujet changea rapidement, même si Valeryia sentait une certaine colère monter doucement en elle. Le père de son petit ami était un rustre, et elle ne comprenait même pas ce qu’il pouvait avoir de si exceptionnel pour se trouver bien mieux que ceux qui l’entouraient. Heureusement, les compliments de Cole l’apaisèrent un peu, et elle sourit doucement. « Cole a raison, vous êtes magnifique madame. » S’en était a se demander pourquoi elle s’était contenter d’un idiot comme l’était son mari…

Valeryia écouta la mère de son petit ami avec attention. La façon dont le monde moldu les percevaient, une fois au courant de leur existence pouvait être fascinante. Si certains les rejetaient complètement, d’autres trouvaient un intérêt à apprendre à vivre en cohésion avec eux. Pourquoi ? Allez savoir. « Oui, Cole a raison, il y a les grandes écoles et les plus petites. Surtout pour les grands espaces, comme la Russie, l’Asie ou le continent africain. » Après tout, faire partie d’une des grandes écoles était un peu comme faire partie de l’élite des sorciers, même si cela était plutôt réducteur pour les petits écoles qui se donnaient du mal. Alors que le père de Cole coupait la discussion pour se mettre au centre de cette dernière, Valeryia répondit : « Vous n’auriez pas pu y entrer, de toute manière. » Sa voix était douce et sèche à la fois. Après tout, Durmstrang n’avait commencé à s’ouvrir aux élèves venus de familles de Sang-Mêlés que très tardivement. Donc même si à l’époque du père de Cole, les échanges avaient été monnaie courante, qu’il ne soit pas sang-pur aurait stoppé net tout voyage voulu avec l’école bulgare. Peut-être aurait-il eut plus de chance à Koldovstoretz, mais c’était aussi à cause de cela que la lituano-russe avait été en Bulgarie et non en Russie. Ses parents tenaient à l’excellence pour leur unique enfant, et le moins de sang-mêlés possible était préférable, même s’ils n’avaient, fondamentalement, rien contre eux. Après tout, ils étaient eux aussi des sorciers au final. Mais même avec cette vue sur le monde, il n’empêchait pas qu’ils se sentaient supérieurs. « Nous sommes poussés à l’excellence, cela doit bien faire ses preuves. J’ai ouïe dire que Salem n’était pas en reste, pour ce qui était de la compétition. » Et bien sûr, ils avaient des connaissances que Poudlard craignait, comme la Magie Noire, qu’ils apprenaient à maîtriser et non pas à craindre… « Mais en effet, mon école n’était pas réellement ouverte, jusqu’à il y a peu. Mais quand on travaille à l’internationale, il faut savoir s’adapter. » Elle esquissa un sourire, ses yeux bleus se plantant sur le père de Cole.
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
https://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé





I think i could be in love [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: I think i could be in love [PV]   I think i could be in love [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
I think i could be in love [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Let love in
» Don't love me please [PV]
» - Because I love you - PV
» I love the way you lie [PV]
» If you love me [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: Maisons & Habitations-
Sauter vers: