Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-44%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI Redmi 9C NFC 64 Go Gris
109.99 € 195.71 €
Voir le deal

Partagez
 

 SOS Cousine en détresse [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Erin Hazzard
Erin Hazzard
Sport & Culture

Parchemins : 625
Âge : 18 ans {01.07.1998}
Actuellement : Chanteuse et mannequin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 6
FACECLAIM: Roseanne Park / Im Na Yeon


SOS Cousine en détresse [PV] Empty
Ξ Sujet: SOS Cousine en détresse [PV]   SOS Cousine en détresse [PV] EmptyMar 24 Aoû - 8:22

SOS Cousine en détresse« Lâchez ma fille immédiatement ! » Asumi Lee-Hazzard se tenait de tout son mètre soixante-quinze face au photographe dont elle avait pris le bras avec fermeté, ses yeux bruns lançant des éclairs de rage. Voilà plusieurs séances de travail que la mère d’Erin trouvait que cet homme outrepassait les limites autorisées par son métier. Tout était plutôt nouveau, que ce soit pour Erin ou pour elle, mais la manager débutante s’était toujours targué d’avoir un instinct très fiable. Elle aurait préféré se tromper cependant, car le trouver en train d’essayer de déshabiller sa fille unique à peine sortie de l’adolescence n’était pas un spectacle auquel elle s’était attendu. Erin tremblait comme une feuille, trop hébétée pour pleurer. Le photographe, quant à lui, évaluait ses chances de s’en sortir soit en fuyant soit en agressant la mère en même temps que la fille. Il opta pour la fuite ce qu’Asumi jugea digne d’un couard s’en prenant aux jeunes femmes naïves débutant dans la profession. S’accroupissant à côté d’Erin, elle lui caressa les cheveux délicatement et la prit dans une étreinte qu’elle ne tint que d’un bras, l’autre ayant saisi son téléphone. Le photographe était un sorcier mais son crime n’était pas magique, elle composa donc le numéro de la police moldue à qui elle signala l’agression, prenant rendez-vous pour une déposition. Elle prit ensuite en photo les bleus qui commençaient à se former sur la peau pâle d’Erin. « Ne t’inquiète pas ma chérie, je vais te trouver un autre photographe, et celui-ci ne pourra plus jamais t’approcher. Une fois que j’aurais appelé tous mes amis, il est même probable qu’il ne puisse plus jamais travaillé ni au Royaume-Uni ni au Japon de sa vie. » Elle embrassa sa fille sur le front. Erin restait prostrée et silencieuse, comme souvent quand elle encaissait un choc. Quand elle put bouger, elle choisit de rester assise par terre, adossée au mur, calme en apparence pendant que sa mère faisait les cent pas, accrochée à son téléphone.

Au bout d’un moment, elle prit le sien dans sa poche et chercha à qui écrire. Son pouce resta fixé quelques secondes au-dessus de la fiche de contact de Noé – qui était aussi celle que son téléphone lui proposait le plus car elle lui envoyait plusieurs messages par jour – mais elle la fit finalement glisser sur le côté pour remonter sa liste jusqu’au numéro de son cousin. Elle stressa durant les trois sonneries avant que Louis ne décroche puis, elle murmura d’une voix blanche : « Louis, c’est moi, il s’est passé quelque chose au studio, tu peux venir s’il te plaît ? » Ils échangèrent quelques secondes supplémentaires puis elle raccrocha, se demandant combien de temps il faudrait à son cousin pour réussir à les rejoindre.

Inspirant et expirant profondément et en comptant comme elle avait appris à le faire dans son centre de soin, elle se sentit un peu rassérénée à l’idée de voir Louis. Même si Noé était toujours très occupé depuis sa prise de poste, elle ne doutait pas qu’il se serait arrangé pour venir – de la même manière que Louis – si elle le lui avait demandé sérieusement, mais depuis qu’elle était petite fille, c’était vers son cousin qu’elle se tournait quand il y avait un problème. Il était un peu comme le grand frère qu’elle n’avait jamais eu, et c’était de sa présence rassurante dont elle avait besoin plutôt que de celle de son copain mais pas tout à fait, ne serait-ce que parce qu’elle n’était clairement pas d’humeur à supporter une nouvelle incursion de sa mère dans cette affaire-là. Remontée comme un coucou, elle observa celle-ci qui continuait à parler dans son téléphone. Ce devait être au moins la dixième personne qu’elle appelait et Erin se prit à regretter de ne pas être un peu plus comme elle, dans l’action et la réaction, plutôt que de se replier en elle-même comme elle le faisait toujours. Si elle n’avait pas été aussi dégoûtée du comportement de son (désormais) ex photographe, elle l’aurait plaint : quand Mme Lee-Hazzard partait en guerre, rien ne pouvait l’arrêter. Elle en savait quelque chose, le cheval de bataille principal de sa mère ces dix dernières années ayant été la dépression d’Erin – le centre c’était son idée -.

Soupirant, elle reposa les yeux sur son téléphone et retourna sur le numéro de Noé. Elle appuya sur la petite bulle des messages textes et elle réfléchit à comment elle pouvait raconter ce qui de se passait sans avoir l’air trop alarmiste – après tout, sa mère étant venue à son secours, il ne s’était rien passé de trop grave, ou, en tout cas, rien qui nécessitât que Noé s’inquiète pour elle -, finalement elle commença : « Coucou, est-ce que tu peux passer chez mes parents ce soir ? Je ne vais pas dormir au loft, Tempérance est de service à Poudlard et il s’est passé quelque chose pendant mon shooting. Le photographe de mon équipe a essayé de me forcer… ma mère s’est chargé de lui, on doit aller faire une déposition à la police un peu plus tard. Je suis encore un peu perdue, mais ça devrait aller je pense. Tu me manques, bises. » Elle hésita à mettre un ou deux smiley avant de décider que ce n’était pas un message à émoticônes, elle ne voulait pas que Noé se fasse plus de souci que ce qui était arrivé le nécessitait mais elle avait quand même envie qu’il vienne la voir après son travail. Dans un flash, elle se souvint des lèvres de l’autre type sur les siennes et elle frémit. Oui, il faudrait qu’elle arrive à voir Noé pour chasser cette sensation. Elle serra ses genoux contre elle avec ses bras, fixant le sol. Elle ne releva la tête que quand elle entendit sa mère s’exclamer : « Ah ! Louis ! Tu tombes bien ! Est-ce que tu peux t’occuper de ta cousine, les producteurs sont arrivés, je vais aller les voir et renvoyer le reste de l’équipe pour la journée. » Puis, telle une tornade, elle sortit de la pièce, laissant les deux cousins seuls.

Erin allongea ses jambes. Elle portait encore une des tenues qu’elle devait mettre pour la séance photo : un short court noir et moulant, une veste à motif écossais rouge et noir par dessus un top discret qu’on voyait à peine sous les nombreux sautoirs qu’elle avait autour au cou. Aux pieds, elle avait de lourdes bottes qui remontaient juste en dessous de ses genoux. Jusqu’ici, elle aimait bien cette tenue, maintenant elle aurait plutôt eu envie de la brûler. « Je ne sais pas si la police va réussir à faire quelque chose, mais maman est en train de signer sa mort dans le milieu. Ça me console un peu. » admit-elle avec un petit sourire complice à son cousin : maintenant qu’il était là, elle était sûre que ça allait s’arranger. Après tout, il n’y avait pas mort - réelle - d’homme et elle en avait vu d’autres !
2981 12289 0


Everything I need
My world’s been hectic seems electric
But I’ve been waking up with your voice in my head
And I’m trying to send a message
And let you know that every single minute I’m without you I regret it


Florissone
Revenir en haut Aller en bas

Louis Hazzard
Louis Hazzard
Ministère

Parchemins : 389
Âge : 19 ans >> 5 Octobre 1996
Actuellement : Stagiaire • Siège de la ligue UK/IR de Quidditch


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 8
FACECLAIM: K.J. Apa & Brendon Urie


SOS Cousine en détresse [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: SOS Cousine en détresse [PV]   SOS Cousine en détresse [PV] EmptyMar 31 Aoû - 17:52

Louis & Erin.
Wanna believe, wanna believe that you don't have a bad bone in your body but the bruises on your ego make you go wild, wild, wild. Wanna believe, wanna believe, that even when you're stone-cold, you're sorry. Tell me why you gotta be so outta your mind. I know you're chokin' on your fears. Already told you I'm right here. I will stay by your side every night.
Lorsque Louis était plus jeune, il avait fait du racisme que vivait Erin sa propre bataille, même si le jeune franco-anglais ne pouvait absolument pas prétendre comprendre ce que sa cousine vivait. Pour lui, elle était Erin, sa merveilleuse petite cousine, de presque deux ans sa cadette, même s’ils n’avaient eu qu’une année d’écart à l’école. Et il s’était arrêté là, parce qu’Erin était juste Erin et qu’il ne voyait pas pourquoi certains s’efforçaient de lui faire comprendre qu’elle était différente. Tout cela s’était un peu tarît à Poudlard, parce qu’elle avait trouvé des amis sur qui elle avait pu compter les yeux fermés, et Louis en avait été ravi. Maintenant qu’elle devenait une pop-star, avec tout ce que cela impliquait, il doutait fortement qu’elle ne soit à nouveau victime de ce racisme. Ou tout du moins, il l’espérait de tout son coeur, car Erin méritait réellement d’être aimée, pour elle, pour ce qu’elle était, et pas pour une quelconque image différente de sa véritable personne. Même si en soit, ses fans seraient sûrement plus attirés par ses chansons et son apparence et tout ce qu’il y avait autour que la personne qu’elle était réellement, encore qu’il y en aurait sûrement qui s’intéresseraient un peu plus à elle aussi, mais bon. Tout ce côté célébrité et reconnaissance, ce n’était pas trop le truc de Louis. Il évitait sciemment cet aspect là de la vie de ses parents depuis assez longtemps, merci bien !

Ce jour là, Louis était au Ministère de la magie, comme tous les autres jours de la semaine. Sa mère était particulièrement ravie de ce choix de vie, même s’il était parti du côté du Quidditch plus que du côté de la Justice, mais au moins, il était au Ministère, c’était mieux que rien. Son téléphone portable, tout ce qu’il y avait de plus moldu dans la poche de sa veste, elle-même sur le dossier de sa chaise, il lui fallût un peu de temps pour se rendre compte qu’il sonnait. Contrairement à Poudlard, les ondes moldues n’étaient pas bloquées ici, peut-être parce que le Ministère était en plein milieu de Londres ou parce que la Ministre de la Magie était une née-moldue, et qu’elle tendait à moderniser le monde magique. Il fronça les sourcils en voyant le nom de sa cousine apparaître devant ses yeux, mais décrocha rapidement. « Erin ? Qu’est- … » Mais il s’arrêta aussi tôt en se rendant compte de l’état dans lequel la blonde était. Elle était généralement plus joyeuse quand elle l’appelait, là… Et si en plus elle lui demandait de venir car quelque chose c’était passé, ce n’était pas normal. Pas normal du tout. Se levant de son bureau, il alla frapper à la porte de son chef, puis ouvrit la porte à son invitation. « Monsieur Kostovak, j’ai une urgence familiale, est-ce que je peux partir maintenant ? C’est très important. » Damian Kostovak était particulièrement impressionnant, mais relativement humain. Il hocha d’ailleurs presque immédiatement la tête en lui confirmant qu’il pouvait partir et Louis le remercia avant de prendre congés. Ses affaires rapidement récupérées, il s’élança presque en courant vers les ascenseurs pour rejoindre l’Atrium et sortir du Ministère.

Connaissant parfaitement le studio, puisqu’il était déjà venu voir sa cousine faire des photos, Louis n’eut pas grande difficulté à transplaner jusque là. Une fois la porte passée, il repéra sans soucis sa tante, qui arriva, vers lui, son téléphone à l’oreille avant qu’elle ne sorte de la pièce. Il trouva Erin sans souci et se précipita vers elle, s’agenouillant face à sa cousine. Il hésita à poser une main sur son épaule, mais avec ce qu’elle venait de vivre, préféra la poser au sol. « Erin, comment tu te sens ? » Louis ne savait pas trop comment gérer la situation. Il aurait volontiers mis son poing dans la figure du photographe, mais il semblait qu’il avait déguerpi, donc ça tombait à l’eau… « Il voulait te… Enfin, tu sais ? » Même s’il était un Gryffondor et qu’il était une tête brûlée, il n’était cependant pas le plus libéré sur le sujet des relations charnelles. Avec Payton, ils avaient d’ailleurs pris leur temps, et jusqu’à il y avait seulement quelques mois de cela, le rouge lui montait encore jusqu’aux oreilles quand il était nu devant sa petite amie. « Tu veux te changer ? Tu as tes vêtements normaux quelque part ? » Parce que même si elle était très jolie comme ça, elle avait peut-être envie d’autre chose.
acidbrain


There's nobody, no one, no way, who gets me like you do and I know it ain't gonna change, you'll always pull me through. We're as wild as we can be. I've got you and you've got me.
Revenir en haut Aller en bas
http://themorningrose.tumblr.com/

Erin Hazzard
Erin Hazzard
Sport & Culture

Parchemins : 625
Âge : 18 ans {01.07.1998}
Actuellement : Chanteuse et mannequin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 6
FACECLAIM: Roseanne Park / Im Na Yeon


SOS Cousine en détresse [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: SOS Cousine en détresse [PV]   SOS Cousine en détresse [PV] EmptyMar 14 Sep - 16:55

SOS Cousine en détresseErin ne comptait pas faire une habitude d’appeler Louis au secours, mais elle savait qu’elle pouvait le faire sans gêne si besoin. Elle avait toute confiance en lui, et le fait que sa mère parte de la pièce en les laissant prouvait qu’Asumi avait elle aussi foi dans la capacité de son neveu à gérer les problèmes émotionnels de sa cousine. Au demeurant, Erin avait déjà connu pire en terme de gestion du stress. Elle se sentait un peu perdue, mais elle arrivait tout de même à ne pas s’enfoncer dans ce silence cotonneux qui la frappait lorsqu’elle perdait pieds. « Je ne sais pas trop… un peu confuse ? Maman est complètement survoltée, moi je crois que ça m’a plutôt assommé. » admit-elle avant de s’intéresser brièvement à son téléphone qui venait de vibrer dans sa main. « C’est Noé. » expliqua-t-elle tout en lisant la réponse de son presque petit ami : « Salut trésor, il va me falloir plus d’informations là, je panique tellement que madame la Ministre m’a demandé si j’avais besoin de me rendre aux toilettes… Beaucoup de boulot aujourd’hui, mais je fais tout pour venir au plus vite. À ce soir, bisous » Elle sourit à la mention de ce que lui avait dit la Ministre mais soupira sans trop savoir quoi lui répondre… finalement, après avoir laissé errer son pouce au-dessus de l’écran quelques secondes, elle tapa rapidement : « Il ne s’est rien passé de trop grave, il m’a un peu poussé et serré le bras alors j’ai quelques bleus, mais sinon il a seulement réussi à m’embrasser. Ma mère est arrivée juste à temps pour le faire fuir. Prends ton temps au travail, je serai en sécurité avec mes parents, bon courage et à ce soir, j’ai hâte de te voir. » Cette réponse envoyée, elle soupira à nouveau ma grand-mère lui dirait que ça fait fuir le dieu du bonheur et éteignit l’écran de veille de son téléphone pour le poser par terre et tourner la tête vers son cousin qui lui demandait confirmation de ce qui s’était passé.

« Oui… On était en train de finir une série de photo, il s’est approché de moi, j’ai cru que c’était pour m’indiquer une position ou me montrer l’écran de son appareil, mais il m’a attrapé et il m’a embrassé direct… » Elle grimaça à ce souvenir, se sentant vaguement nauséeuse. Elle se massa du pouce au niveau de la poitrine pour faire passer cette sensation et poursuivit : « J’ai essayé de me dégager alors il m’a envoyé contre le mur, il me tenait le bras super fort… j’ai tenté de le repousser une deuxième fois, et c’est à ce moment-là que maman est arrivé... » La nausée passa mais pas son dégoût, clairement visible sur son visage peu habitué à ce genre de mimique. Erin n’était pas spontanément très souriante – même si elle avait appris à faire semblant de l’être pour la caméra – mais elle avait toujours su afficher un air posé, tranquille, presque serein, même quand elle n’allait pas bien. Seulement, là, elle éprouvait le besoin impérieux d’exprimer à la fois l’effroi et l’horreur que lui inspirait ce genre de comportement… « Je… j’ai toujours su que ça existait, surtout dans ce milieu, mais je croyais naïvement que ça ne m’arriverait pas à moi, pas aussi frontalement en tout cas. Je suis pour ainsi dire en couple par Merlin ! Et je ne donne pas l’impression d’être délurée tout de même ! » à peine ces mots eurent-ils franchi ses lèvres qu’elle les regretta, se souvenant des grandes diatribes de Vanellope au sujet de la culture du viol. Ce n’était pas à elle de se remettre en question, mais à son agresseur, elle, elle était seulement en train de poser pour des publicités de vêtements !!! Elle n’avait rien fait de mal !

« Je n’ai aucune idée d’où la styliste a mis mes vêtements… au pire, je partirai comme ça, je changerai juste de chaussures. Ce sont les tenues de la nouvelle collection de l’entreprise de mes grands-parents, on préparait les photos où je pose seule pour les affiches de cet hiver. » Même si elle savait que jamais elle ne remettrait ces habits vu ce à quoi elle les associait désormais, elle savait intellectuellement que ce qui s’était passé n’avait rien à voir avec sa tenue. Cela aurait pu arriver le jour où elle posait pour des manteaux… sans réelle certitude, Erin soupçonnait que ce salaud attendait juste qu’ils soient seuls un moment pour agir ainsi, et c’était tombé là, rien de plus. « J’appréhende un peu le dépôt de plainte… je ne sais pas pourquoi maman veut absolument qu’on le fasse, il aura rien de toute façon. » dit-elle d’un ton plus plaintif que ce qu’elle aurait voulu. Si ça n’avait tenu qu’à elle, elle serait déjà rentrée et posée dans son canapé… mais quand on travaillait avec toute une équipe, ce n’était pas si facile que ça de tout arrêter comme ça, il y avait des tas de gens à prévenir, un planning à refaire, et dans ce cas précis, un nouveau photographe à trouver.

HRP : SMS de Noé rédigé par sa joueuse coeur
2981 12289 0


Everything I need
My world’s been hectic seems electric
But I’ve been waking up with your voice in my head
And I’m trying to send a message
And let you know that every single minute I’m without you I regret it


Florissone
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





SOS Cousine en détresse [PV] Empty
Ξ Sujet: Re: SOS Cousine en détresse [PV]   SOS Cousine en détresse [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
SOS Cousine en détresse [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: La ville-
Sauter vers: