Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Le deal à ne pas rater :
Forfait Cdiscount Mobile 200 Go sans engagement à 9,99€
9.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 PV • St Andrews • one step closer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Haven Clarks
Haven Clarks
Directeur Gryffondor

Parchemins : 542
Âge : 14.02.84 ;; 32 ans
Actuellement : Professeur de Vol sur Balais


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Matt Bomer


PV • St Andrews • one step closer. Empty
Ξ Sujet: PV • St Andrews • one step closer.   PV • St Andrews • one step closer. EmptyMar 28 Sep - 16:48

Haven & Romilly.
I'm gonna be here for you baby, I'll be a man of my word. Speak the language in a voice that you have never heard. I wanna sleep with you forever and I wanna die in your arms in a cabin by a meadow where the wild bees swarm. And I'm gonna love you like nobody loves you and I'll earn your trust, makin' memories of us.
Le temps passait à une vitesse hallucinante, et en même temps, affreusement lente. Haven était partagé entre une excitation réelle et une angoisse non moins réelle, ne sachant pas vraiment à quoi s’attendre ni même si c’était là la meilleure décision qu’il ait pris. Il fallait se souvenir que les relations de l’ancien Gryffondor ne s’étaient pas bien terminées, toutes autant qu’elles étaient. Sa première petite amie, Cherise, l’avait largué après plusieurs années, lui disant qu’elle n’était plus amoureuse de lui. Adolescent à l’époque, Haven avait particulièrement mal vécu la rupture avec son premier amour et s’était renfermé sur lui-même, excluant même ses plus proches amis. Une fois remis, aussi étrange que cela puisse être, Haven était sortit avec Giada, la cousine de son premier amour. Le monde sorcier était petit, il fallait l’avouer. Pendant quelques temps, tout semblait aller comme sur des roulettes, jusqu’à ce que l’italienne ne fuit en Italie suite à une peur de l’engagement. Elle lui était revenue quelques temps plus tard, et ils avaient décidé de fonder une famille, avant que Giada ne fasse une fausse couche. La brune ne s’en n’était jamais remise et leur relation avait été changée à jamais par cette perte. Haven chérissait, par contre, toujours cet enfant, même s’il n’avait jamais pu le rencontrer, et l’image de l’échographie était soigneusement rangée dans un tiroir de sa table de nuit. Il n’avait, par contre, plus aucune nouvelle de son ex, et s’il avait tenté d’en avoir pendant un moment, il avait jeté l’éponge quand, après plusieurs années, elle se refusait toujours à lui répondre.

Ces deux grandes histoires n’étaient qu’un pan de son histoire amoureuse désastreuse. Il était sortit avec Alix, une amie de sa sœur, peu de temps après sa rupture avec Cherise. Ils n’avaient pas été longtemps ensemble et il était sûrement préférable qu’ils rompent à l’époque. Toujours à cause de ses doutes, son histoire avec Ella n’avait pas fait long feu. Quant à Elorah, elle resterait à jamais un point d’interrogation, car même s’ils avaient passé quelques nuits ensemble, le fait qu’elle soit en Italie ne rappelait pas réellement de bons souvenirs à l’actuel directeur de Gryffondor. Tout cela donc, pour en arriver à ce jour de décembre, le vingt-cinq au matin, pour être exact, alors qu’il tournait et retournait en rond dans son appartement de Saint Andrews. La vue sur la mer du Nord, qui avait tendance à l’apaiser, n’aidait même pas. Il entendait la voix de sa sœur dans sa tête, lui répéter qu’il stressait trop et qu’il devait arrêter de réfléchir un instant et de profiter. Mais elle oubliait le fait qu’elle était en couple avec la même personne depuis seize ans, qu’elle était mariée et qu’ils avaient eu trois enfants ensemble. Et même si sa jumelle avait eu son lot de malheur, il le savait, il estimait qu’il avait tout à fait le droit de paniquer. Matt se moquerait sûrement de lui s’il le voyait ainsi, mais ce que son ami et collègue ne savait pas, ne pouvait pas lui faire du mal.

Bref. Nous étions donc le vingt-cinq décembre au matin, et Haven venait à peine de rentrer de Poudlard. Comme Saint Andrews n’était pas si loin de l’école, il lui arrivait souvent de revenir passer ses week-ends chez lui quand il n’avait pas besoin d’été au château, ou alors à Londres pour voir Romilly. Et s’il était tellement nerveux, c’était bien à cause de la jeune femme, car, même s’ils allaient relativement lentement dans leur relation -ils s’étaient officiellement rencontrés il y avait un an et demi, au Ministère de la Magie-, ils restaient des êtres humains, quoi que veuillent bien en penser ses élèves. Donc, Haven avait proposé à Romilly de venir passer les vacances d’hiver chez lui, et, en plus de cela, d’en profiter pour la présenter officiellement à sa famille. Si elle connaissait déjà Candys car elle travaillait avec elle et Heaven parce qu’elles étaient toutes les deux allées à Serpentard, le passage obligé « mère, beau-frère, demi-frères, beau-frère et neveux », n’était, elle, pas encore arrivée. Mais elle arrivait d’ici quelques heures quand ils se rendraient ensemble à Lairg pour le déjeuner de Noël chez sa mère et son beau-père donc. Et s’il angoissait, c’était parce qu’il y avait tous ces échecs avant, qui ne me rassurait pas. Est-ce que cette relation était vouée à l’échec, comme toutes les autres ? Peut-être, ou peut-être pas. Mais à un moment, ils devaient prendre le taureau par les cornes et voir ce qui en découlait. Peut-être auraient-ils envie de s’écharper au bout de trois jours… Ou alors tout irait merveilleusement bien… Ne pas savoir rendait le sorcier complètement fou.

Cependant, alors qu’il tournait toujours en rond, s’assurant que tout était parfaitement à sa place -il avait le même côté maniaque que sa jumelle, ce qui n’était pas forcément une mauvaise chose- les quelques coups à la porte firent détaler Fire, son dragon-robot magique et il manqua de lâcher le livre qu’il tenait. Poussant un soupir, tentant de reprendre une certaine contenance, il se dirigea vers la porte. Ce n’était pas la première fois que la brune venait, certes, mais d’habitude, elle ne venait pas avec des valises pour deux semaines… Par Merlin. « Salut Romy, entre, je t’en prie. » Lui dit-il, alors qu’il venait d’ouvrir la porte et qu’il retenait Fire du pied. Ses lèvres rencontrèrent celles de sa petite amie -même si l’appellation sonnait bizarre à son âge, c’était bien ce qu’elle était non ? - « Comment vas-tu ? Donne moi tes affaires je vais les mettre dans ma chambre. » Il s’occupa des valises, avant de revenir dans le salon. Si son stress était palpable, il espérait ne pas être le seul à paniquer comme un idiot malgré tout. « Ça va ? Pas trop stressée de rencontrer mes parents ? Tu peux être honnête, je le suis complètement, je ne vais pas te le cacher. » Même s’il savait que sa mère et son beau-père n’étaient pas des monstres, Nathanaël, lui, pouvait être particulièrement insupportable quand il s’y mettait.
acidbrain


Don't chase the quaffle if you see the snitch. It's wicked fast and damn near impossible to see. waking up
Revenir en haut Aller en bas
http://themorningrose.tumblr.com/

Romilly Bradley
Romilly Bradley
Indépendant

Parchemins : 473
Âge : 26 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: Aucun
FACECLAIM: Emilia Clarke


PV • St Andrews • one step closer. Empty
Ξ Sujet: Re: PV • St Andrews • one step closer.   PV • St Andrews • one step closer. EmptySam 2 Oct - 11:42

One step closer
Romilly + Haven
Aimer à mort, sans respirer
Même quand j'ai tort, je suis là, j'arrête pas
Aimer à mort, sans se toucher
Même si j'ai peur, je suis là,
J'crois en toi et moi
(Aimer à mort, Louane)
Romilly avait été relativement épargnée par les déconvenues sentimentales. Ce n’était pas que sa rupture avec Alek ne lui avait rien fait, mais leur relation se mourait à petit feu depuis des mois bien avant que leur séparation ne devienne officielle. Cette réalité avait rendu la fin de leur histoire plus amère que réellement douloureuse. Il n’y avait pas eu de cri, et elle n’avait pleuré que quand elle était sûre que personne ne pouvait la voir. Elle était retournée vivre chez ses parents, c’est tout.

Quand Roy avait pris son indépendance, en revanche, elle avait cru mourir… même si elle ne pensait pas que son frère s’en soit jamais rendu compte. La maturité lui avait appris que ce passage de leur vie avait été inévitable, des jumeaux ne pouvaient pas rester ensemble pour toujours. Il fallait qu’ils voient d’autres personnes… et il semblait que cela ait été bien plus dur pour elle que pour son frère.

Romilly ne donnait pas facilement sa confiance, elle ne laissait entrer de nouvelles personnes dans son entourage qu’au compte goutte. La dernière en date était son petit ami, Haven. Elle avait été la première étonnée de la tournure qu’avait prise ce qui n’aurait pu être que le simple hasard d’une rencontre. Pour une raison qu’elle n’aurait pas vraiment su s’expliquer, ça avait tout de suite collé entre eux. En même temps, qui pouvait mieux comprendre la moitié d’une paire de jumeaux fusionnels que quelqu’un ayant lui aussi une sœur jumelle ? Le professeur de vol et elle avaient de nombreux points communs, même en dehors de leurs liens gémellaires, comme des fêlures que personne d’autre ne semblait remarquer… et un goût certain pour l’ordre. Mais même si leur relation se passait bien, elle avançait à petit pas. Romilly avait fait part à Haven dès leurs premiers rendez-vous du fait qu’elle souhaitait ne pas se précipiter parce qu’elle n’avait eu qu’une relation auparavant et elle était née à Poudlard. Elle était novice pour ce qui était de se rendre à des sorties et de construire quelque chose avec quelqu’un qui ne faisait pas déjà parti de son cercle comme ça avait été le cas d’Alek. Formellement, cette précision n’avait pas posé de problème : Haven était souvent à Poudlard pour son travail, Romilly avait elle aussi ses occupations… prendre leur temps ne leur avait pas demandé d’effort d’organisation. Ces derniers mois, pourtant, leur couple prenait son envol. Elle n’y trouvait rien à redire même si elle craignait toujours de confronter Haven à ses parents. Heureusement, pour ces vacances de fin d’année, c’étaient elle qui rencontrerait ceux de Haven. Elle préférait que ce soit dans ce sens, elle imaginait la famille de son petit ami trop civilisée pour la mettre en difficulté.

Malgré cette certitude que tout irait bien, Romy avait conscience que c’était une étape importante. Ils quittaient leur bulle pour confronter leur couple au reste de leur entourage, et elle ne prenait pas cette étape à la légère. Comme d’habitude, la jeune femme était prête : sa valise avait été préparée avec soin, contenant autant de vêtements chauds et confortables que de tenues plus sexy, elle avait aussi bien entendu prévu des robes plus classes pour sortir ou simplement faire un effort de toilette. Romy détestait être prise en dépourvu, même si cela voulait dire que sa valise était aussi pleine qu’elle était bien rangée.    Il n’y avait pas que la valise qu’elle avait bien préparé, son apparence avait aussi été préparée avec soin. Ce n’était pas parce qu’elle se sentait capable de rencontrer la famille de son petit ami qu’elle prenait cette étape à la légère.

La question avait été « que mettait-on pour ce genre d’occasion », et son dressing avait été presque entièrement vidé avant qu’elle trouve une tenue qui lui parut satisfaisante. Il s’agissait d’une robe veste à manche longue dont le décolleté en V mettait en valeur sa poitrine sans trop en révéler. La forme asymétrique du bas faisait qu’elle était très courte devant mais plus raisonnable à l’arrière tout en apportant une touche originale. La garde robe de Romilly était pleine de tailleurs jupe qui auraient pu faire l’affaire mais il leur manquait justement un côté un peu plus extraordinaire pour marquer l’occasion : ça restait un repas de Noël, pas un rendez-vous de travail ! Ses escarpins sélectionnés, elle n’avait plus eu qu’à lisser ses cheveux et se maquiller, elle était fin prête à se rendre chez Haven. Ils ne se rendraient chez la famille de celui-ci que dans un second temps.

« Salut. » dit-elle dans un petit sourire avant d’entrer en faisant rouler sa valise à l’intérieur sur laquelle elle posa aussi son autre sac – qui contenait son maquillage et ses chaussures, on était une fashion victim ou on ne l’était pas -. Elle laissa Haven se charger de les ranger dans la chambre tout en répondant à sa question. « Mon appartement est en chantier, j’ai entièrement vidé mon dressing et comme tu sais il est assez… conséquent. Heureusement, Rosalie est en voyage sur le continent pour un mois, j’aurais rangé avant qu’elle ne revienne et ne fasse une crise d’apoplexie en voyant le désastre. » Romilly avait toujours aimé la mode et les vêtements,  elle s’était tourné vers l’événementiel en partie pour se ménager de nombreuses occasions de porter des tenues de soirée – à défaut d’être d’un rang social qui lui permettrait d’être invitée à ces fêtes, elle les organisait et se mêlait le jour J aux invités pour veiller à ce que tout se passe bien -. Si son dressing devait sûrement faire pâle figure à côté de celui de la sœur d’Haven (en tout cas, elle le supposait), le professeur de vol ayant déjà été chez elle, il devait se rendre compte de ce que ça représentait que de le vider… Ce n’était pas si grave : Romilly rangerait quand elle reviendrait dans l’appartement qu’elle partageait avec sa cousine.

Venir passer du temps chez Haven tombait très bien car Romy détestait être toute seule. Très exclusive, elle n’aimait pas passer du temps avec n’importe qui, mais la solitude lui pesait aussi très vite, raison pour laquelle elle était retournée vivre avec ses parents suite à sa rupture avec Alek pour ensuite s’installer avec sa cousine. Celle-ci s’absentant pour plusieurs semaines, Romy était soulagé de pouvoir passer une moitié de ce temps avec son petit ami – elle passerait probablement les deux semaines restantes jusqu’au retour de Rosalie avec sa famille, le transplanage réduisant drastiquement le problème des distances -.

Quant à stresser, elle sourit et embrassa Haven, nouant les mains sur sa nuque. « Ne t’inquiète pas, ça va très bien se passer. Je serais bien plus stressée si c’était dans ma famille qu’il fallait que nous allions. La tienne doit savoir se tenir, non ? » Elle imaginait très mal la femme ayant donné naissance à Heaven et Haven lui demander de but en blanc entre le fromage et le dessert à quel âge elle comptait avoir des enfants. Alors que c’était tout à fait le style de sa mère à elle mais elle avait élevé Roy, ceci explique cela.

(c) princessecapricieuse



Voler en éclat. Sourire.
“The hardest thing in this world is to live in it.” (⚡) Jumelle fusionelle
Revenir en haut Aller en bas

Haven Clarks
Haven Clarks
Directeur Gryffondor

Parchemins : 542
Âge : 14.02.84 ;; 32 ans
Actuellement : Professeur de Vol sur Balais


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 18
FACECLAIM: Matt Bomer


PV • St Andrews • one step closer. Empty
Ξ Sujet: Re: PV • St Andrews • one step closer.   PV • St Andrews • one step closer. EmptyLun 25 Oct - 22:49

Contrairement à sa petite amie, Haven avait plutôt bien vécu la séparation avec sa sœur jumelle. Pas quand ils étaient entrés à Poudlard, certes, encore que le jeune garçon qu’il était alors avait toujours su qu’ils ne seraient jamais scolarisés sous les mêmes couleurs et le même emblème avec sa jumelle, qu’ils grandissent dans des cercles différents avait donc aidé à ce que le départ de la brune à la fin de sa septième année pour vivre avec Raphaël se fasse en douceur et sans angoisse. Elle vivait à Londres, il vivait à St Andrews et cela n’empêchait en rien les jumeaux de se voir. De s’appeler. De passer du temps ensemble, même si leurs vies étaient à des années lumière de se ressembler ne serait-ce qu’un tout petit peu. Il pouvait donc comprendre ce que ressentait Romilly, encore fallait-il que la jeune femme lui en parle, bien entendu. Comme il connaissait Roy de son passage à Zonko, et sa cousine Rosalie des rares fois il l’avait rencontrée dans l’appartement qu’elle partageait avec Romilly, il n’avait, en réalité, que les parents de l’ancienne Serpentard à rencontrer, mais ce n’était visiblement pas quelque chose de facile pour la brune et il ne comptait pas la forcer. Après tout, ils étaient allés à leur propre rythme jusqu’à maintenant, pourquoi vouloir tout chambouler du jour au lendemain ?

Heureusement, ils étaient sur la même longueur d’onde, ce qui aidait grandement. Et même s’ils passaient un pas important dans leur relation aujourd’hui, cela ne voulait pas dire qu’ils allaient se marier dans les trois mois qui suivaient. Aussi, il était à des lieux de penser que Romilly ait eu autant de mal à choisir ce qu’elle allait porter, parce qu’il était très loin de ce genre de préoccupations, sans doute le fait d’être du sexe opposé. « Tu es ravissante. » lui glissa-t-il, alors que Fire lui tournait déjà autour, ravie de voir du monde et qu’elle se mettait à lui expliquer dans quel état elle avait quitté son appartement suite à son séjour chez l’écossais. « Et tu as réussit à partir sans tout ranger ? » Il esquissa un sourire quelque peu moqueur, connaissant sa petite amie, cela avait du être particulièrement compliqué et elle avait potentiellement quitté l’endroit les yeux fermés pour ne pas perdre la tête. « Je suis sûr que ma sœur pourrait se renseigner sur des sorts de rangement automatiques, après tout, c’est son métier les vêtements. » Même si elle s’était réorientée depuis quelques années, elle restait une styliste à temps partiel, et continuait de travailler avec Myrielle, bien que moins intensément qu’avant.

« Ma mère et mon beau-père, oui. Ma sœur et mon frère aussi. Mais Nate… Je ne parierais pas sur une tenue exemplaire. » Son demi-frère par alliance, avec qui il s’entendait relativement bien, n’était pas un exemple de bonne conduite. Même s’il n’était pas un adepte des farces et attrapes, il savait cependant parfaitement faire des remarques tout à fait déplacées, qui ne faisaient, généralement, rire que lui. Jensen et Viska en avaient fait les frais au nouvel an dernier, et l’ancien Gryffondor s’en rappelait parfaitement. « Gabrielle et Terence sont très mignons par contre, même si parfois, leurs questions sont… déstabilisantes. Ce sont des enfants, ils disent tout ce qu’il pense. Au moins Harper ne parle pas encore. » Et Jensen serait sans doute collé aux trois garnements, et tout particulièrement la petite dernière. Déposant un dernier baiser sur les lèvres de la brune, Haven se détacha d’elle, la prenant par la main pour l’emmener vers le canapé. Ils n’avaient pas encore besoin de partir, donc autant en profiter pour déstresser. « Je me suis dit qu’on pourrait visiter un peu le coin ? Je ne sais pas si tu connais beaucoup l’Ecosse ? » Après tout, il y avait plus que St Andrews et Lairg…
acidbrain


Don't chase the quaffle if you see the snitch. It's wicked fast and damn near impossible to see. waking up
Revenir en haut Aller en bas
http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé





PV • St Andrews • one step closer. Empty
Ξ Sujet: Re: PV • St Andrews • one step closer.   PV • St Andrews • one step closer. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PV • St Andrews • one step closer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Royaume-Uni :: Ecosse-
Sauter vers: