Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Mourir peut attendre ♪ Viska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Flynn Mulligan
Flynn Mulligan
Gryffondor

Parchemins : 245
Âge : 16 ans ♪ 24 juillet 2001
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 5
FACECLAIM: Michael Evans Behling/Rome Flynn


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyMar 19 Oct - 0:38


Mourir peut attendre

Hey, don't write yourself off yet. It's only in your head you feel left out or looked down on. Just try your best, try everything you can and don't you worry what they tell themselves when you're away. It just takes some time. Little girl, you're in the middle of the ride everything, everything will be just fine, everything, everything will be alright, alright.
Flynn & Viska

Le jour de l’anniversaire de Viska, Flynn était descendu de la tour de Gryffondor muni de son sac à dos noir décoré de multiples pins qui portaient les noms de ses groupes de rock favoris. Il lui paraissait évident qu’il rendrait visite à son amie à cette occasion bien particulière alors que Viska fêtait sa majorité sorcière dans un contexte bien particulier, dans un endroit bien particulier, et qu’elle ne pouvait s’y échapper. Il avait donc été le matin même au chevet de la belle blonde, en compagnie de V, Victoire et Peony pour qu'elle souffle ses bougies en leur compagnie. Mais il avait envie d'aller la revoir, embêté à l'idée qu'elle se retrouve seule pendant longtemps à cette occasion. En plus, il avait appris par une source bien informée (Victoire) que Jensen McGowan était passé voir la Vipère pendant que tous ceux qui le détestait (la grande majorité des amis de la blonde, donc, ainsi qu’une partie de l’école) étaient occupés ailleurs. Victoire était extrêmement énervée. Flynn aurait dit qu’elle avait atteint l’échelle 8,5 sur l’échelle Victoire Weasley de la colère, et autant dire qu’il avait fait en sorte de rapidement déguerpir de la salle commune après qu’elle lui ait annoncé cette visite impromptue car il n’était jamais bon de se trouver dans les parages de la lionne alors qu’elle était autant énervée. En effet, McGowan s’était pointé à l’infirmerie, profitant d’un moment où elle entraînait son équipé dans le stade de Quidditch. Flynn ne préférait pas discuter du fait que cet idiot se permet de "ramener sa fraise au pire moment, il croit certainement que Viska va lui tomber dans les bras cet espèce d’immonde véracrasse prétentieux !" Le métis était plutôt inquiet de l’état dans lequel Viska était après avoir reparlé avec son ex, qu’elle aimait encore, après autant de temps sans qu’il ne lui adresse la parole.

Victoire étant encore à l’entrainement elle fait voler les joueurs jusqu’à épuisement, l’ayant prévenu sur sa tablette par de multiples messages tous écrits en capitales et avec nombre de points d'exclamation, et Dieu seul savait comment elle avait su que McGowan était passé à l’infirmerie elle a donné l’ordre à un elfe de maison de surveiller l’infirmerie, tata Mione ne serait pas très fière, Flynn n’avait plus qu’à se rendre lui-même au chevet de Viska pour savoir comment elle allait. Mais, surtout aujourd’hui, il avait décidé de ne pas venir les mains vides, même s'il lui avait déjà offert un bracelt brésilien le matin. Il avait demandé à Jessica de lui envoyer par courrier une peluche que seul les moldus pouvaient se procurer et bien sûr, il avait aussi mis dans son sac quelques produits illicites qu’il avait cachés sous son cadeau. Il espérait sincèrement que Pomfresh n’irait pas fouiner plus loin sinon il était mort.

La beuh et l’alcool n’étaient pas uniquement là pour réconforter Viska, mais bel et bien pour la convaincre de manger. Depuis qu’elle était à l’infirmerie, Flynn s’était surtout contenté de lui tenir la main, de la serrer dans ses bras, de lui raconter ce qui se passait dans Poudlard, surpris de constater qu’il pouvait se montrer aussi bavard que Victoire, de l’embrasser, lui prouvant que ce n’était pas quelques cicatrices sur son bras qui le ferait fuir. Aujourd’hui, il était temps d’enclencher la deuxième, et de lui offrir la carotte pour qu’elle accepte le bâton ça ressemble à une expression mais je crois pas que ça en soit une en fait.

Il passa finalement le contrôle d’entrée sans problèmes, il n’y avait pas de surprise à le retrouver là vu sa relation avec la princesse dans la bulle. « Salut chérie ! J’tai rapporté des produits de contrebande pour ton anniversaire. » Il avait retiré son sac de son dos et tapota la grande poche. Il se fichait un peu de ce que l’infirmière dirait si elle venait jeter un coup d’œil –Viska avait tout de même le droit de profiter pour son anniversaire, et il était là avec elle pour pallier les risques de surconsommation. Il s’approcha d’elle, s’assit sur son lit et posa immédiatement sa main sur sa joue qu’il caressa avec son pouce. « Je compte bien faire en sorte que tes dix-sept ans soient spéciaux, et pas uniquement parce que tu débutes cette année avec un géniteur amnésique. » L’une des forces de Flynn était qu’il ne tentait jamais de nier l’évidence. Il ne servait à rien de prétendre que Nathan Symphonie n’avait pas été livré à Viska par une organisation diabolique qui ne cessait de se prendre à elle. Mieux valait en rire qu’en pleurer. « Victoire a entendu dire que ton ex est venu…ça va ? » Comme toujours, il préférait ne pas passer par quatre chemins. Autant s’enquérir tout de suite de son état, c’était pour ça qu’il était là après tout !




forever trustingwho we are
EXORDIUM.


Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Viska Spingate
Viska Spingate
Serpentard

Parchemins : 1361
Âge : 17 ans (05/10/1999)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 8
FACECLAIM: Emily Alyn Lind & Anne Winters


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyMar 19 Oct - 17:27

Mourir peut attendre* Je suis conne… mais tellement conne… qu’est-ce qui m’a pris sérieux ? * Si, globalement, la venue de Jensen avait eu des répercussions positives dans le sens où elle avait enfin pu dire tout ce qu’elle contenait depuis des mois au sujet de leur rupture, ainsi que de comprendre certaines choses – au moins intellectuellement -, en revanche elle se torturait l’esprit au sujet du baiser… Outre lui donner un peu chaud ou beaucoup, on ne sait pas encore, elle avait eu la sensation fugace que rien n’avait changé quand elle avait été dans les bras de Jensen… Mais c’était totalement faux. Ils n’étaient plus un couple, et même si elle aimait toujours le Serpentard, sa confiance en lui avait été égratignée par tous ces mois de silence. Ils avaient réglé certaines choses, principalement sur cette distance qui ne convenait pas à Viska (une fois n’est pas coutume, le concernant lui, elle n’était pas trop sûre), mais ça ne suffisait pas à tout réparer, et comme elle voulait retrouver une certaine stabilité dans son amitié avec le brun, elle ne pouvait pas se permettre de se laisser troubler par un baiser. Il ne fallait plus que ça arrive. Avoir envie de sauter sur son ex ne ferait que lui attirer plus d’ennuis qu’elle n’en avait déjà – beaucoup trop soit dit en passant -. Elle ne devait plus embrasser Jensen. Ni se laisser embrasser non plus puisque, au sens strict, elle n’avait pas initié ce contact… elle n’avait juste rien fait pour l’arrêter. Et toutes les bonnes excuses qu’elle s’était données à elle-même sur le moment, à commencer par son anniversaire, lui paraissaient un peu futiles depuis que Jensen était parti.

Allongée sur son lit, elle jouait à faire tourner le bracelet brésilien que Flynn lui avait offert le matin même et qu’elle portait au bras droit, le gauche étant recouvert de pansements. Heureusement que Jensen n’avait pas su quand il était venu de qui il venait, il paraissait prendre vraiment mal tout ce qui avait trait au Gryffondor… Elle s’était fait la réflexion qu’elle aurait dû trouver ça un peu flatteur, après tout elle avait cherché à rendre Jensen jaloux avec Flynn au tout début, lors du bal du Ministère, mais elle avait plutôt l’impression que ça allait encore être quelque chose qui allait lui compliquer l’existence… sans qu’elle puisse se l’expliquer puisque, après tout, elle était célibataire. Jensen n’avait pas à donner son avis sur qui elle fréquentait, même s’il n’était pas dans ses intentions de lui faire de la peine non plus.

Elle avait reçu quelques messages de sa meilleure amie Victoire, lui en avait envoyé d’autres, lui résumant brièvement ce qui s’était passé mais gardant l’essentiel pour quand elles se verraient. Viska craignait un peu que Victoire n’explose et aille provoquer en duel Jensen, même si ce serait stupide évidemment… mais Vic pouvait être si intense quand elle perdait le contrôle ! Or la blonde n’était pas convaincue que certains passages de son entrevue avec son ex plairaient à son entourage… Contrairement à d’autres sujets, comme son alimentation, ce serait probablement avec Peony qu’il serait le plus simple d’en discuter, puisqu’elle était amie avec Jensen.

Viska allait pousser un soupir à fendre une pierre en deux quand elle entendit quelqu’un entrer dans sa zone, elle se releva assez pour s’asseoir contre le dossier de son lit et aperçut Flynn qui arrivait. Elle lui sourit aussitôt et tendit les bras vers lui pour l’inviter à la rejoindre : « Mon ange ! » Le lion était l’un des rares qui ne la forçait à rien, ni à manger, ni à parler pendant des heures de ce qu’elle ressentait, ni à faire des promesses qu’elle ne pourrait pas tenir… il était présent, c’est tout, et elle lui en était infiniment reconnaissante. Leur relation était toutefois basée sur une confiance mutuelle : tous les deux étaient de natures franches, ils se disaient donc les choses… Viska savait par conséquent qu’elle allait devoir lui parler du baiser avec Jensen. Elle n’était pas inquiète pour autant car même si sa relation avec Flynn sortait désormais du cadre du simple plan cul – car cela faisait tout de même plus de deux mois maintenant qu’ils flirtaient outrageusement en public et se retrouvaient pour plus en privé -, ils ne sortaient pas ensemble, et la sixième année n’avait jamais rien caché de ses sentiments pour son ex (l’eût-elle voulu que cela aurait été un secret bien mal gardé!).

« Hou contrebandier maintenant ? Plutôt sexy. Tu devrais essayer pirate, ça t’irait bien aussi. » dit-elle en posant la main sur la sienne pour la presser avec chaleur. « Et qu’est-ce que tu as amené pour rendre mes dix-sept ans spéciaux ? J’ai bien quelques idées de jouets, mais le lieu ne se prêterait pas à les utiliser. » murmura-t-elle suavement à l’oreille de son amant sans relever la mention de son père biologique. Que Nathan soit amnésique restait douloureux mais elle était envahie par tellement d’autres préoccupations – comment faire sans se scarifier surtout – qu’elle n’y songeait que ponctuellement.

Elle se détacha cependant de Flynn par automatisme quand il lui parla de Jensen, même sa mine se fit plus renfrognée, alors qu’elle était ordinairement assez aimable avec lui – en comparaison de la soupe à la grimace qu’elle servait à sa tante, le contraste était même frappant -. « ça peut aller… il m’a dit pourquoi il avait rompu et c’est une raison différente de ce que j’avais imaginé… ni pire, ni mieux, juste… différente. Et un peu stupide aussi. Ça m’a fait réaliser que pour une raison ou une autre, il n’avait pas eu foi en nous, en moi… et probablement même pas en lui-même. Il n’y a rien que je puisse faire contre ça. » Cette conclusion la rendait très triste mais lui avait permis de déculpabiliser un peu concernant la rupture. Si Jensen n’était pas responsable des films qu’elle s’était monté pour combler son silence, elle ne l’était pas plus des conclusions erronées qu’il avait tiré sur elle. Elle avait été heureuse avec lui, il avait préféré croire qu’il l’étouffait sans même lui en parler… Et elle n’était pas du tout sûre qu’il soit reparti de l’infirmerie en s’étant ôté ce genre de pensée, seulement c’était avec lui-même qu’il devait régler son manque de confiance. Elle, elle devait se sortir de cette prison médicale qui n’aidait personne à croire en sa résilience. C’était sa priorité – même avant la visite de Jensen -.

« Flynn... » commença-t-elle ensuite, un regard sérieux posé sur son amant. « Jensen… il m’a embrassée… et je l’ai laissé faire. » Elle y avait même répondu avec un certain entrain mais elle ne pensait pas vraiment utile de rentrer dans les détails, pas avec Flynn en tout cas et le topic n’est pas fini donc éluder est aussi une bonne solution. « Même si ça ne change absolument rien au final, j’avoue que ça m’a un peu… perturbée. » Et comme en réponse à cette conclusion, elle se blottit contre le bras du lion qu’elle enlaça, en recherche d’un peu de réconfort. Ce contact l’apaisa partiellement et elle s’y laissa aller, fermant les yeux pour mieux l’apprécier. « Mais ça va aller maintenant, puisque tu es là. » dit-elle enfin en levant le nez vers Flynn avec une ébauche de sourire. S’il y avait bien quelqu’un qui pouvait lui changer les idées et tenter de faire pointer cette journée dans une direction plus festive, c’était bien lui !!!
2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Flynn Mulligan
Flynn Mulligan
Gryffondor

Parchemins : 245
Âge : 16 ans ♪ 24 juillet 2001
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 5
FACECLAIM: Michael Evans Behling/Rome Flynn


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyMar 23 Nov - 19:19

Flynn sourit en entendant le surnom niais dont Viska l’avait affublé et qu’elle adorait utiliser à tout bout de champ. La voir le soulageait d’une manière indescriptible, alors qu’il l’avait pourtant déjà vue le matin même. Préférer un tête en tête qui ne risquait pas de finir au lit (du moins pas pour ce qu’il avait en tête) à une soirée arrosée n’était pas son genre et peut-être que si Victoire n’avait pas eu son entraînement de programmé depuis longtemps et "ne pouvait le reculer sous aucun prétexte, sinon on va encore finir dernier tu comprends Flynn ?" il ne serait pas venu mais là…Savoir Viska seule pour son anniversaire lui était bien trop désagréable. Il se s’interrogeait pas nécessairement sur les raisons de pourquoi exactement cela lui était tant désagréable et se disait que, de toutes manières, ce n’était pas comme s’il sacrifiait sa soirée. Il avait apporté de l’alcool, de la beuh, et il s’amuserait sûrement avec Viska même si le contexte ne s’y prêtait pas forcément –c’était le genre d’occasions où Flynn pensait que justement, il fallait encore plus rire et déconner. A quoi bon déprimer sur le sort de Viska ? il n’y avait rien qu’il puisse faire pour le changer.

« Pirate…Ouais ça me va bien et j’ai déjà l’eyeliner en plus ! » plaisanta-t-il en désignant d’un doigt ses paupières. Les petits malins pas bien malins s’amusaient à supposer que c’était parce qu’il était queer qu’il se maquillait, or ça n’avait rien à voir. Homo, bi, hétéro, asexuel, non-binaire, le maquillage appartenait à tout le monde. Et en l’occurrence, Flynn avait plutôt pris cette habitude, tout comme celle de se peinturlurer les ongles, parce que dans le monde de rock il n’était pas rare que les hommes portent du noir sur les yeux.

Flynn rit lorsque Viska avoua qu’elle avait des idées de jouets, mais que ce n’était pas tout à fait convenable de les utiliser à l’infirmerie. Grave erreur, il ne fallait pas le tenter ainsi ! Elle avait beau le surnommer son ange, il ne se cachait pas d’être un véritable diable tout le temps parfois ! « Parce que tu crois que ce lieu, ou la vieille Pomfresh, peut m’arrêter si j’ai envie de m’occuper de toi ? », susurra-t-il avant de se rapprocher et de déposer des baisers dans son cou, car il savait qu’elle y était assez sensible. Il finit par se détacher pour ouvrir son sac à dos. « Attends…J’ai mis ça quelque part...attends je vois rien avec ce truc là… » Et c’est ainsi qu’il lui donna son second cadeau d’anniversaire, une peluche Robin des bois, le dessin animé préféré de la blonde. Jessica avait trouvé son idée de cadeau adorable mais en avait profité pour lui réclamer une peluche Tiana, ce à quoi Flynn avait répliqué qu’elle était bien trop âgée pour cela –mais avait noté l’idée pour lui offrir à Noël. « Pour le reste, va falloir faire quelque chose pour moi chérie ! Il te reste de ton super bon gâteau de ce matin ? », demanda-t-il innocemment en se doutant que Viska n’avait pas dû y toucher beaucoup.

Comme Victoire l’avait informé, à grands renforts de points d’exclamation qui signifiaient toute sa rage, que McGowan était passé, Flynn s’enquit évidemment de l’effet qu’avait eu sa visite sur Viska. « Au moins tu as tes explications maintenant. Ce n’est peut-être pas celles auxquelles tu t’attendais, ou que tu aurais voulu, mais tu connais ses raisons », répondit Flynn avec philosophie, tentant de paraître aussi détaché qu’il l’était habituellement. Et puis la révélation tomba : Viska avait embrassé McGowan, ou plutôt, il l’avait embrassé. Victoire allait encore se mettre dans tous ses états, pensa-t-il, se concentrant sur cette pensée plutôt que le (léger) pincement au cœur qu’il ressentit à cet aveu. « Tu l’aimes encore. C’est normal que ça te perturbe. » Il haussa les épaules, la laissant se blottir contre lui. Il était venu la réconforter, pas lui taper une crise alors qu’ils n’étaient même pas ensemble et qu’il était possible qu’ils ne le soient jamais faut jamais dire jamais. « Mais du coup ? Il t’as embrassé et après ? Tu crois qu’il veut se remettre avec toi ? » L’idée lui déplaisait un peu, sans qu’il y n’y ait de raison à cela. Il avait déjà laissé tomber son flirt avec Viska au profit de McGowan une fois, et si cela devait recommencer, cela recommencerait. Il savait que Viska aimait encore Jensen lorsqu’ils avaient recommencé à flirter ensemble, il savait dans quoi il s’était engagé. Ce n’était pas parce qu’ils couchaient ensemble que cela devait changer quelque chose. D’ailleurs, ça n’avait rien changé non il n’essaye pas de se convaincre lui-même, pas du tout.



forever trustingwho we are
EXORDIUM.




Dernière édition par Flynn Mulligan le Dim 5 Déc - 19:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Viska Spingate
Viska Spingate
Serpentard

Parchemins : 1361
Âge : 17 ans (05/10/1999)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 8
FACECLAIM: Emily Alyn Lind & Anne Winters


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyLun 29 Nov - 8:43

Mourir peut attendreViska n’avait rien contre le look de son amant, il était même plutôt à son goût : contrairement à ce que ses sentiments pour le très conventionnel capitaine des vert et argent laissaient croire, elle appréciait l’originalité. Caméléon de la mode, elle trouvait charmant ceux qui, contrairement à elle, avaient un style bien défini, une personnalité reconnaissable au premier coup d’œil. « Et tu sais comme j’aime ton eyeliner. » rétorqua-t-elle donc d’un ton léger, simplement contente qu’il soit présent et qu’il soit venu lui rendre visite.

Elle ferma les yeux et gémit d’aise lorsque Flynn déposa des baisers dans son cou, elle sentit même un frémissement délicat lui parcourir l’échine. « J’adore quand tu essaies de me faire regretter d’être raisonnable... » dit-elle dans un murmure légèrement rauque. Quand elle parlait de regrets, le mot était faible : elle aurait adoré pouvoir, pour son anniversaire, se prélasser dans les bras de son amant sans se soucier du reste du monde pendant ne serait-ce que quelques heures… au lieu de quoi, elle était enfermée dans une bulle magique, à se disputer à longueur de journée avec sa tante, et le cœur retourné par la visite de son ex. Elle était loin de fêter ses dix-sept ans comme elle l’avait imaginé : en un sens cela résumait assez bien toute l’année écoulée, la vie n’étant clairement pas à la hauteur de ses espérances - et c’était bien tout le sujet de son enfermement -. Dans un accès d’optimisme, elle songea qu’au moins Flynn était à ses côtés, à défaut de sexe, elle pouvait au moins flirter et s’amuser un peu pour se changer les idées. Ça restait moins frustrant que de regarder le plafond sans rien faire !

Le lion fouilla dans son sac et en sortit une peluche, elle tendit les bras à celle-ci et l’attrapa : « Oh ! C’est Robin ! Tu t’es souvenu que c’était mon crush d’enfant ? » Serrant la version miniature toute douce du personnage de dessin animé, elle se souvint avec nostalgie de ces heures passées à regarder le film de Disney en songeant combien elle aimait son héros. Toute petite, elle en était même amoureuse – touchée par le côté bandit au grand cœur -, avant de réaliser qu’au-delà de l’aspect fictionnel, Robin était un renard ce qui rendait le truc un peu trop bizarre. En prendre conscience avait été le signe qu’elle grandissait, la petite fille rêveuse prenant pied dans la réalité et du recul avec la fiction mais si elle délaissa cet aspect sentimental, elle conserva un goût prononcé pour le film dans sa globalité. Gardant l’objet dans ses bras, elle déposa un baiser sur la joue de Flynn avec un sourire : « Merci mon ange, tu es parfait ». Et elle le pensait car qui, en dehors de lui, était capable de lui faire oublier ses problèmes du moment en seulement quelques minutes ?

« Tu veux faire un échange de provision ? » interrogea-t-elle, sans se douter que Flynn avait un plan différent de ce qu’elle s’imaginait. « ça tombe bien, il en reste plein ! » Viska se leva et se dirigea vers la glacière (magique, permettant une conservation longue durée optimum des aliments si on en croyait l’étiquette) dans laquelle se trouvait son gâteau d’anniversaire ainsi que d’autres victuailles. Myrielle en laissait traîner le plus possible, juste au cas où Viska serait subitement prise d’une envie de manger – en un sens, autant d’optimisme, c’était bien la preuve qu’elles étaient de la même famille ! -. La blonde avait mangé une part, une petite part, lorsque ses amis étaient venus la voir durant la matinée, elle n’y avait pas touché depuis, pas plus qu’à son déjeuner.

Sa bonne humeur retomba pourtant dès qu’il fut question de la visite de Jensen un peu plus tôt. Certes, elle comptait parler du baiser à Flynn à un moment ou à un autre, dans un souci de transparence, mais elle n’était pas exactement ravie d’avoir à le faire, ni d’avoir à parler de son ex avec le lion. À ses yeux, ils étaient comme l’eau et l’huile, deux entités qui n’étaient pas destinées à se croiser, ni à se mélanger, y compris dans son esprit. Et cela lui convenait très bien comme ça ! Seulement… elle ne pouvait pas faire l’autruche, ignorer ce qui s’était passé et ne pas en parler. Ce n’était pas son genre, elle préférait affronter les événements, même si dernièrement elle se sentait objectivement trop épuisée pour le faire de bon coeur. « C’est vrai, mais… je ne sais pas… je suppose que je croyais que notre histoire avait eu plus de valeur que… » Elle fit un geste vague sans finir sa phrase. À quoi bon ? Machinalement, pour se redonner une contenance, elle passa une main dans ses cheveux détachés tandis que l’autre jouait avec les oreilles de sa peluche. Elle avait eu totalement confiance en Jensen et elle, au duo qu’ils formaient, en leur couple… réaliser qu’elle avait été la seule à y croire vraiment la décevait. Comment avait-il pu penser qu’elle se sentait étouffée ? Elle n’en revenait toujours pas… et ce n’était même pas la partie qui l’avait le plus choquée. Cela étant dit, c’était le ressenti de Jensen, et il n’était pas moins légitime que le sien sous prétexte qu’il était différent. Elle en était simplement attristée car, dans un monde idéal, elle aurait aimé que la conclusion ait été moins amère.

« Ce ne sont pas mes sentiments qui me perturbent, je me sens juste… stupide. J’ai tellement pleuré à cause de lui, et pourtant c’était comme si je n’avais attendu que ça. C’est un peu pathétique, même pour moi, même après ça. » Elle désigna les pansements sur son bras gauche qui cachaient ses marques de scarification. Elle n’aurait pas cru pouvoir se sentir encore plus pathétique, mais depuis les baisers échangés avec Jensen, c’était bel et bien le cas. Trahie par son cœur, par son corps… par le vague espoir que cela puisse vouloir dire quelque chose alors que son cerveau lui criait que ce n’était pas le cas dès l’instant où leurs lèvres s’étaient frôlées. Et depuis que le capitaine des Serpentard avait quitté l’infirmerie, elle se flagellait mentalement sur le sujet. L’arrivée de Flynn l’avait fort heureusement sortie de sa nervosité : si pour l’heure les circonstances faisaient qu’ils parlaient de lui, de manière plus générale Viska ne pensait pas à son ex petit ami quand elle était avec le lion. Flynn la distrayait d’un tas de façons et la blonde considérait comme normale d’être entièrement présente pour lui en retour. Elle pensait déjà bien trop à Jensen tout le temps où le Gryffondor n’était pas avec elle, ce qui ne servait généralement qu’à lui faire mal en plus. Elle devait être un peu maso sans le savoir… elle ne voyait pas d’autres explications pour continuer à être amoureuse de son ex après tout ce temps. « Non. Il m’a embrassée juste… comme ça... parce que je pleurais je pense. » Viska soupira, resserrant sa prise sur le bras de Flynn. Si elle devait être tout à fait honnête avec elle-même, elle avait peut-être encore un peu envie de pleurer , maintenant, rien que d’y repenser… mais elle ne voulait pas imposer cette situation à son amant alors qu’il était venue pour lui tenir compagnie pour son anniversaire.

Elle ferma les yeux pour se maîtriser et ajouter avec un calme qu’elle n’éprouvait pas vraiment : « Il pense, je cite, que je ne suis pas bonne pour lui. Comme si j’étais toxique, genre. Et puis, tout le temps où il m’a parlé tout à l’heure, pas une seule fois il n’a été capable de me dire qu’il m’aimait, ni dans le passé, ni maintenant, et en ce qui me concerne je ne peux plus vivre en jouant aux devinettes… surtout que je ne suis pas très douée dans ce domaine : apparemment il est beaucoup plus jaloux de toi que ce que je pensais. » Elle ne mentionna pas que Jensen considérait être lui aussi mauvais pour elle parce que sur cette partie là, elle trouvait qu’il ne devait pas décider ce qu’elle ressentait à sa place. Elle n’avait jamais trouvé que leur relation était nocive à l’époque où ils étaient ensemble, en revanche elle avait énormément souffert de la rupture… même après explications, elle n’y voyait toujours rien de bien ou de positif la concernant. Si ça n’avait pas été le but recherché, le fait était que cela l’avait plongée dans l’impression persistante d’être aussi peu intéressante, capable d’être aimée, que ce que Nathan lui avait dit pendant sa captivité.

Décidée à chasser les nuages noirs qu’elle sentait se former au-dessus de sa tête, elle se redressa et changea de position, se mettant rapidement à califourchon sur les cuisses de Flynn ce qui remonta son seul vêtement sur sa taille, un tee-shirt long qui ne couvrait pas grand-chose. Ses mains glissèrent des épaules du jeune homme avant de se nouer sur sa nuque, puis elle l’embrassa avec chaleur et profondeur avec une lenteur calculée. Quand ce baiser se rompit, elle chercha son regard en souriant : « Et si on laissait ça de côté pour s’occuper de mon anniversaire plutôt ? » proposa-t-elle en glissant ses lèvres vers l’oreille du lion, son souffle s’attardant dans son cou avant de se détacher de lui pour retourner sagement à sa place d’origine à côté de son amant, un sourire taquin flottant sur son visage. Puisque Flynn avait amené de quoi s’amuser, autant qu’ils s’y attellent, non ?

1 600
2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Flynn Mulligan
Flynn Mulligan
Gryffondor

Parchemins : 245
Âge : 16 ans ♪ 24 juillet 2001
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 5
FACECLAIM: Michael Evans Behling/Rome Flynn


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyDim 5 Déc - 21:11

L’une des raisons pour lesquelles il s’était mis à flirter avec Viska était que la jeune fille ne cherchait pas à le changer –mieux, elle appréciait son look vestimentaire. Alors que l'adolescence était une période propre à la quête de soi-même, Flynn avait rapidement su qui il était. Les personnes qui ne l’acceptaient pas en entier, sans concession, n’étaient pas les bienvenus dans sa vie, et surtout pas les personnes intolérantes. Autrement, il était quelqu’un de plutôt facile à vivre, du moment qu’on avait rien contre le rock et les taquineries, et contrairement à certaines personnes de son entourage Victoire, il n’aimait guère le conflit. Tout être humain avait une durée de vie limitée alors pourquoi gâcher de précieuses secondes en se prenant la tête ?

L’une des raisons pour lesquelles il aimait flirter avec Viska et pour lesquelles leur simple flirt avait basculé en une relation sexuelle l’été dernier, était qu’il adorait la sentir aussi réactive au moindre baiser, à la moindre caresse. Cela lui faisait un effet de dingue et renforçait son désir brûlant pour elle. « Faut dire que je n’ai pas l’habitude que tu te montres raisonnable… », lui souffla-t-il, amusé. Viska n’était clairement pas la dernière pour le chauffer et c’était aussi ça qu’il appréciait. Ce n’était pas toujours à lui de faire le premier pas, bien souvent elle initiait leurs baisers, bien souvent c’était elle qui le touchait à des endroits qu’elle savait sensibles. Viska était une fille très sensuelle, qui pouvait donner un caractère sexy à n’importe lequel de ses gestes si elle voulait.  Même s’il savait aussi qu’elle renfermait un côté bien plus romantique, ce côté-là de sa personnalité ne cessait de le fasciner et de le séduire et séduire était un peu faible en l’occurrence.

Comme c’était encore l’anniversaire de Viska, au moins pour quelques heures, Flynn lui avait apporté son second cadeau. Il avait eu peur de ne pas recevoir la peluche à temps car Jessica lui avait dit qu’il y avait beaucoup de temps de livraison et qu’évidemment, il ne pouvait pas le faire directement arriver en Ecosse. Heureusement, il l’avait eu au courrier à midi, raison pour laquelle il ne l’avait pas apporté en même temps que son autre cadeau, le bracelet brésilien, ce matin. « Je me souvenais surtout que c’était ton dessin animé préféré », releva-t-il en haussant un sourcil. Viska avait eu un crush sur un renard ? Vraiment ? « Me le dis pas trop, j’vais finir par y croire ! », plaisanta-t-il lorsqu’elle lui assura qu’il était parfait. Il avait beau posséder une certaine fierté et une certaine arrogance, il savait très bien qu’il était loin d’être parfait. Néanmoins, il était vraiment content que son cadeau plaise autant à Viska et il repéra également qu’elle portait déjà son bracelet. Il avait vraiment bien visé avec ses attentions !

Alors que la Vipère se levait pour se diriger vers sa glacière, et qu’il l’admira alors qu’elle était très peu couverte, Flynn sortit ses propres provisions : une bouteille de tequila, deux verres en carton, et une boîte qui renfermait son herbe qu’il roulait ensuite pour la fumer. « Je pensais plutôt à partager une part avec toi », annonça-t-il d’un ton tranquille en se préparant une cigarette qu’il ne fournit pas trop, comme à son habitude. Flynn fumait de temps en temps depuis qu’il était très jeune (ses treize ans), et il arrêtait chaque fois qu’il sentait qu’il devenait accro. Par ailleurs, même s’il avait déjà tenté le tabac, il préférait le cannabis, le tabac avait une odeur vraiment désagréable et nuisait plus à la santé selon lui.

Même s’il était descendu à l’infirmerie dans le but de réconforter Viska, et de lui changer les idées, il paraissait étrange à Flynn de ne même pas aborder la visite de son ex, alors que, mine de rien, cela pouvait changer des choses les concernant. Il écouta patiemment Viska, ne cherchant pas à lui imposer son point de vue –d’ailleurs il ne savait trop quoi penser de ce qu’il s’était passé entre les deux verts et argent. En revanche, il ne pouvait supporter qu’elle se traite de stupide et de pathétique –et il en voulait d’autant plus au brun pour avoir initié le baiser et fait en sorte que Viska se sente ainsi. « Ne t’auto-flagelle pas chérie, c’est ton corps qui as réagi et puis, surtout dans un moment de vulnérabilité tu avais besoin de confort et d’attention et t’as cru que c’était ce qu’il te donnait. » Même si au final, elle ne saurait pas si c’était ce qu’avait voulu Jensen vu qu’il s’était barré sans demander son reste –un classique du lâche serpent ! « Ce n’est pas vraiment une raison pour embrasser quelqu’un, surtout quelqu’un dont tu sais pertinemment qu’il t’aime encore », grommela-t-il en caressant le dos de son amie. Elle avait beaucoup souffert à cause de McGowan, et elle continuait de souffrir à cause de lui alors qu’elle avait déjà assez de raisons d’être peinée. Qui balançait à quelqu’un qui venait de se scarifier qu’elle était toxique ? Si Flynn n’avait pas été un pacifiste convaincu, il aurait mis son poing dans sa gueule à ce type –mais il laissait ce genre d’actions peu glorieuses à, au hasard, Victoire. « Tu n’es pas quelqu’un de toxique Viska ! s’outragea-t-il. Pour la jalousie ça m’étonne pas. Il me regarde toujours de la même manière que quand vous étiez encore ensemble et que je flirtais avec toi pour qu’il s’énerve. Ça m’donnait l’impression qu’il t’aimait et Victoire a longtemps pensé qu’il t’aimait bien après votre rupture…mais…c’est peut-être pas un mec qui arrive à exprimer ses sentiments. » Selon ses pères, c’était parce que la société faisait croire aux garçons qu’ils devaient se montrer forts et jamais sensibles ni vulnérables. Flynn trouvait juste que c’était un comportement d’abruti même si lui-même n’évoque guère ses sentiments.

Les battements de son cœur, tout comme son souffle, s’accélèrent nettement alors que Viska s’installait sur ses cuisses et que son tee-shirt remonta. Sa volonté était faible, si faible, face à son sourire aussi dangereux qu’un poignard et sa manière de l’embrasser comme une lionne prenant tout son temps avec sa proie, et son souffle sur sa peau. Il prit le temps de reprendre un peu de souffle avant d’arborer un sourire et de se tourner vers elle, tentant de paraître aussi décontracté qu’à son ordinaire. « Je ne veux pas me contenter des miettes, tu sais, je tiens trop à toi pour ça. Je ne veux pas être celui que tu embrasses parce que tu ne peux pas être avec celui que tu veux vraiment. Que tu l’aimes encore, c’est une chose, mais qu’tu penses à lui quand on s’embrasse…non merci. » Raté. Sa phrase était sortie bien plus sérieuse qu’il ne l’aurait voulu. Mais c’était comme au bal du Ministère, elle avait encore McGowan en tête et il ne voulait pas l’avoir comme ça, pas dans ce cas-là. Il acceptait totalement de servir de relation pansement, mais il avait aussi ses limites. « Un verre de tequila avec le gâteau ? », proposa-t-il d’un ton plus léger. C’est qu’ils avaient tout de même un anniversaire à fêter !

1 203 mots



forever trustingwho we are
EXORDIUM.




Dernière édition par Flynn Mulligan le Dim 20 Fév - 20:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Viska Spingate
Viska Spingate
Serpentard

Parchemins : 1361
Âge : 17 ans (05/10/1999)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 8
FACECLAIM: Emily Alyn Lind & Anne Winters


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyMar 7 Déc - 14:56

Mourir peut attendre« Et pourtant, dans le fond, je suis quelqu’un de plutôt raisonnable... » Elle n’avait commencé à jouer avec des produits illicites que fin août dernier, avait une sexualité saine et protégée, obéissait en général aux adultes sans rechigner le choc pour eux n’en est que plus grand depuis trois jours… Lorsqu’elle n’était pas aveuglée par son chagrin ou sa colère, Viska avait tout de l’adolescente parfaite ne serait-ce que parce qu’être parfaite avait toujours été l’ambition de toute sa vie. Comme ce n’était cependant pas à cette façon là d’être raisonnable que son amant faisait référence, elle nuança tout de même avec un petit sourire taquin : « C’est juste toi qui es trop tentant mon ange » Elle ponctua cette phrase d’une légère caresse le long du bras du lion puis se détacha de lui juste avant qu’il ne lui offre un second cadeau d’anniversaire.

Le matin, elle avait tout de suite mis le bracelet brésilien rose et blanc qu’il lui avait offert, même si ce n’était pas à son bras habituel à cause des pansements. Vu qu’on ne lui avait pas ramené grand-chose de son dortoir et qu’on lui avait confisqué la plupart de ses autres bijoux, c’était la seule touche de fantaisie de son look infirmerie. Elle portait une robe noire avec un col montant blanc quand tout le monde était passé le matin pour lui souhaiter son anniversaire car celle-ci avait des manches, mais elle avait rapidement eu trop chaud alors une fois seule, elle s’était changée et avait simplement mis un tee-shirt assez ample pour passer pour une chemise de nuit – trop court toutefois pour parfaire l’illusion -. Viska n’ayant jamais été pudique (c’est peu de le dire!), elle se fichait un peu qu’on la voit ainsi (dé)vêtue, d’autant qu’en l’occurrence, que ce soit Jensen ou Flynn, ils l’avaient vue avec moins qu’un tee-shirt sur le dos et ils étaient ses seules visiteurs depuis qu’elle avait enlevé sa robe.

« Oui, c’est aussi mon dessin animé préféré, je connais toutes les chansons par cœur ! » Voire elle connaissait tout le film par cœur ses parents n’en pouvaient plus, ils voulaient brûler la cassette. « Tu peux y croire, je ne peux pas parler au nom des autres mais avec et pour moi, tu es parfait. » Elle n’était d’ailleurs pas toujours sûre de mériter toutes les attentions qu’il avait pour elle. Heureusement, elle le connaissait assez pour savoir qu’il ne ferait jamais rien contre son gré – il aurait pu dire comme le poète, Liberté, j’écris ton nom -, elle partait donc du principe que cela lui faisait plaisir d’une manière ou d’une autre, qu’il agissait ainsi parce qu’il le voulait, tout simplement.

Quand Flynn lui parla du gâteau, et plus particulièrement du fait de partager, Viska s’immobilisa quelques secondes avant de poser l’assiette sur la table roulante qui aurait dû servir à mettre ses plateaux repas – si elle avait daigné manger -. « J’ai du mal à manger, ça… j’sais pas… ça coule pas. » Elle passa le bout des doigts de sa poitrine vers son estomac plusieurs fois pour illustrer son propre.

Et elle n’était pas sûre que discuter de la visite de son ex la mette en appétit. « J’ai surtout pas réfléchi… Jensen ne m’avait pas reparlé depuis la rupture alors quand il m’a embrassé, j’ai eu comme une impression de retour en arrière, de familiarité… sauf que c’est pas le cas. Il ne veut plus être avec moi, alors c’était idiot… surtout qu’après il est parti presque aussitôt. Il m’a même pas rendu mon journal intime… ah oui, parce que je t’ai pas dit, mais c’était ce dont il voulait parler en fait, il a lu mon journal et ça lui a pas plu que, dedans, je lui prête des aventures. En le voyant j’ai cru qu’il venait de la part de Peo’, pour me convaincre de manger ou pour mes coupures, alors qu’au final on n’en a pas vraiment parlé de ça. » Faut dire qu’une fois qu’ils avaient été lancé sur la rupture, Flynn, son journal, ça laissait peu de place pour les conseils. Il avait bien tenté d’y revenir, en partant... elle n’avait rien répondu de particulier, trop occupée à se retenir de pleurer de nouveau.

N’étant pas bien certaine que Jensen ait beaucoup plus réfléchi qu’elle avant de l’embrasser, elle haussa les épaules aux protestations de Flynn. Même si elle regrettait le baiser parce qu’il n’avait fait que raviver une sensation de manque qu’elle étouffait déjà quotidiennement avec peine, ce n’était pas la partie de la conversation avec son ex-petit ami qui l’avait le plus dérangée. Qu’il critique sa relation avec Flynn (qu’est-ce que Jensen s’était imaginé ? Elle flirtait avec le lion depuis bien avant toutes ces histoires ! Ce serait comme de critiquer Mylène il le fait aussi à l’occasion, ça n’avait pas de sens!) ou qu’il dise qu’ils n’étaient pas bons l’un pour l’autre, ça c’était choquant. Ça l’était d’autant plus qu’il le pensait vraiment. « Il n’a pas dit que j’étais toxique, juste que je n’étais pas bonne pour lui… mais je l’ai compris comme ça. » Qu’ils étaient toxiques l’un pour l’autre, alors que c’était sans lui qu’elle avait perdu pieds au point que tout le monde la pense suicidaire… elle n’arrivait définitivement pas à suivre cette logique. Elle admettait plus facilement être mauvaise pour lui, parce qu’il avait été entraîné dans des problèmes qui le dépassaient par sa faute… mais pas l’inverse.

« Il m’aime… mais il m’aime mal. Peut-être que je suis trop sentimentale… mais mon idée de l’amour, ce n’est certainement pas de le comprendre uniquement parce que l’autre est jaloux. » Viska avait toujours été trop pragmatique pour être véritablement romantique, mais si quelqu’un qui savait parfaitement que vous l’aimiez n’était pas capable de vous le dire en retour, que valait ses sentiments ? « De toute façon, je lui ai dit que c’était trop tard pour être jaloux, ça ne lui a pas trop plu mais tant pis » Surtout qu’encore une fois, il était jaloux mais il ne voulait pas la récupérer non plus, alors elle faisait bien ce qu’elle voulait de son célibat ! Elle comptait bien ménager Jensen en ne lui mettant pas trop sous le nez sa relation avec Flynn, il devrait toutefois apprendre à composer avec son existence tellement d’optimisme chez Viska malgré les circonstances.

La vague de bien être et de réconfort que lui procura le baiser s’interrompit face à la réaction sérieuse de son amant. Quelque part, Viska était étonnée qu’ils n’aient jamais eu cette conversation avant. Comme Jensen l’avait habituée à ne jamais vouloir parler, ou alors à des moments incongrus – comme plus tôt dans l’après-midi par exemple -, elle n’avait pas cherché à discuter de l’état de leur relation avec Flynn. Presque inconsciemment, elle en avait plus ou moins déduit qu’il savait ce qu’elle ressentait, ce qu’elle trouvait en cet instant particulièrement stupide. Il lui semblait qu’avoir atteint la majorité lui faisait perdre des points en sagacité… Pour l’heure, il était temps de s’exprimer avec franchise : l’écossaise était étonnée de ne pas se sentir trop stressée à cette idée, probablement parce qu’il s’agissait de Flynn et qu’ils avaient en partage cette facilité à exprimer ce qu’ils ressentaient enfin... si on veut. Les yeux fixés sur son amant, elle leva la main vers la joue de celui-ci pour la caresser du pouce. « Flynn… tu te trompes. Je ne pense jamais à lui quand tu es avec moi, plus depuis la fois au bal mais tu te souviens sûrement que c’était très différent alors, aussi bien entre toi et moi qu’avec lui. » Au bal, la rupture n’avait qu’une quinzaine de jours, et c’était la première fois qu’elle devait essuyer l’ignorance de Jensen. Cela l’avait blessée, sans parler des annonces du Ministère qui l’avaient aussi déstabilisée. Désormais, c’était différent, sa relation avec Flynn était devenue plus importante, et l’effet qu’il lui faisait aussi. « J’étais perturbée avant que tu arrives, pourtant il a suffit que je te vois pour ne plus y songer du tout. Il fallait que nous en parlions, alors évidemment, j’y ai repensé le temps de te le dire… mon trouble, lui, était parti et n’est pas revenu. » Utiliser Flynn faisait parti de ses craintes vis à vis de leur relation, si elle passait outre c’était justement parce qu’elle était sûre qu’il n’y avait aucune confusion entre ce qu’elle vivait avec son amant et ses sentiments envers Jensen. « Si je ne pouvais pas être totalement à toi dans les moments où nous sommes ensemble, ça n’aurait pas pu durer. Nous deux, ça fonctionne parce qu’il n’est pas entre nous. » Elle ne donnait pas des miettes à Flynn, au contraire, elle se donnait totalement à lui, et c’était parce qu’elle n’arrivait pas à le faire avec quiconque d’autre qu’ils étaient dans une sorte de relation exclusive sans étiquette. Ou en tout cas, c’était exclusif de son côté. L’écart avec Jensen ne comptait pas au-delà de l’aveu de son existence vu qu’il ne changeait rien et que Viska le vivait plutôt comme une erreur : elle était enfermée dans une bulle parce qu’elle se faisait du mal or embrasser un garçon qui ne voulait pas d’elle restait tout en haut de sa liste d’actions auto-destructrices. « Je tiens à toi mon ange, tu es très important pour moi. » Elle tenait à Flynn et Flynn tenait à elle elle est obtuse mais pas sourde, il vient de le dire, et c’était bien de réciprocité dont elle avait besoin, même si ce n’était peut-être pas comparable vu que le lion tenait à elle comme une amie, une amante, pas une amoureuse avouez, ça vous avait manqué comme genre de phrase. Tant qu’ils étaient bien, c’était le principal, non ?

« Je suppose que je n’ai pas le droit à la tequila sans le gâteau ? » En même temps, boire sans manger, même quand on n’était pas anémié, ce n’était pas conseillé. Elle attrapa donc un petit bout de gâteau entre deux doigts et le porta à ses lèvres, non sans une petite grimace. « Pfff… j’ai vraiment pas faim. » Elle lécha quand même le sucre sur son pouce pour qu’il ne reste pas collant ce qui lui donna une meilleure idée : « Je suis sûre que ça passerait mieux si c’était toi qui me le tendait. »
2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Flynn Mulligan
Flynn Mulligan
Gryffondor

Parchemins : 245
Âge : 16 ans ♪ 24 juillet 2001
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 5
FACECLAIM: Michael Evans Behling/Rome Flynn


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptyMar 22 Fév - 1:11

Un sourire amusé naquit sur les lèvres de Flynn lorsque Viska assura qu’il était trop tentant. « Paraît-il, paraît-il… », dit-il tranquillement, dans cette attitude si nonchalantes, si lui, alors qu’elle passait ses doigts sur son bras, créant automatiquement un frisson –une réaction physique, biologique rien de particulier en somme. Flynn avait toujours produit son petit effet parmi ses camarades. De son look affirmé, à son attitude nonchalance, à sa confiance en lui, tout dégageait une sorte de charme avec lequel il ne s’était jamais privé de jouer –tant que c’était dans le respect de ses partenaires.

Un instant, après lui avoir remis son second cadeau, Flynn crut que Viska allait se mettre à chanter les chansons de Robin des Bois qu’elle connaissait tant. Non qu’il ne trouverait cela amusant, pendant quelques minutes, mais sa tolérance à Disney s’arrêtait à retenir les dessins animés préférés de ses proches –et peut-être avait-il accompagné Jessica au cinéma lorsqu’elle avait été voir La Princesse et la Grenouille mais personne n’avait vraiment besoin de le savoir.

« J’agis juste de la façon qui me semble la mieux possible. » Il haussa les épaules. Il était content que ses attentions fassent plaisir à Viska, et qu’elle se sente bien en sa compagnie car c’était réciproque, mais un instant, il eut peur qu’elle l’idéalise un peu trop. Il prenait soin d’elle, car elle était son amie avant tout et qu’il tenait à elle, mais il ne s’infligerait jamais quelque chose qui le soulerait : il était bien trop égoïste pour cela.

Comme il détestait qu’on le force à faire quoi que ce soit, il n’imposait jamais ses décisions aux autres. Néanmoins, il essayait de faire en sorte que Viska mange un peu, en se la jouant malin, car il pensait que ses troubles alimentaires avaient tout à voir avec sa dépression plutôt qu’avec le fait que son estomac n’arrivait à rien avaler. Victoire lui avait rapporté que Viska n’avait pas toujours respecté ses trois repas par jour, et encore moins des portions conséquentes lors de chacun de ses repas, et il était donc normal que son corps se soit habitué à de petites rations mais il était maintenant temps de se réhabituer à manger correctement. « Tu pourras peut-être essayer. Avec une boisson, et une ou deux taffes, ça peut mieux passer », fit-il valoir. Il avait beau être un garçon sans prise de tête, il n’allait pas lâcher le morceau aussi facilement Victoire a menacé de casser sa guitare, c’est pour ça qu’il s’acharne.

Comme il était avant tout le pote de Viska, et qu’il savait, malgré tout, mettre de la distance entre ce qu’il ressentait et ce dont elle avait besoin de parler, Flynn écouta patiemment le récit de la jeune fille suite à la venue de son ex. Bien sûr, ce n’était pas franchement agréable d’apprendre qu’elle avait embrassé Jensen, mais il ne pouvait rien y faire et il savait très bien ce qu’elle ressentait pour lui, il ne pouvait donc pas être déçu. « C’est normal que son geste et ses paroles t’embrouille, arrêtes de dire que c’est idiot ! Au pire c’est qu’un baiser, ne te fais pas trop de bile pour ça. C’est arrivé c’est arrivé, tu ne peux pas revenir en arrière de toutes façons. » Comme d’habitude, ses conseils relevaient de sa propre philosophie de Carpe Diem. « Et toi ? S’il avait été partant…t’aurais été prête à te remettre avec lui ? » Il s’était efforcé de poser cette question avec un certain détachement. Efforcé de se dire qu’il posait avant tout cette question parce que c’était ce que Victoire aurait demandé –et limite demandé en premier, et sans doute assorti d’un "Tu vas pas te remettre avec ce crétin Viska !!!" Mais il ne pouvait empêcher de sentir un pincement serrer son cœur l’espace d’un petit instant. « Ne cherche pas trop à sur analyser ses paroles. Il a peut-être été maladroit dans la façon de te le dire mais il a son propre ressenti sur tout ce qu’il s’est passé, certainement. » Victoire n’en serait pas revenu qu’il défende un tant soit peu Jensen McGowan mais Flynn disait surtout ça pour que Viska cesse un peu de se penser toxique. Elle n’avait vraiment pas besoin de ça !

Alors que Viska semblait malgré tout penser que son ex l’aimait encore, Flynn se fit la réflexion que les deux Serpentards entretenaient vraiment une histoire compliquée –et que lui s’était mis dans toutes ces complications sans y être forcé. Heureusement qu’il y avait des contreparties et que la plupart des moments qu’il passait avec Viska paraissaient naturels et simples ! Sinon, il se serait sans doute écarté et l’aurait épaulé en tant que simple pote. Comme elle avait beaucoup parlé de son ex, qu’elle paraissait encore embrouillée par ce baiser et les explications du capitaine des Serpents, Flynn ne fit, volontairement, pas durer ce moment. Il aurait été facile de tout arrêter après cette discussion, si facile. Mais il écouta ce qu’elle avait à lui dire car une part non négligeable de lui n’avait pas envie que ça s’arrête, pas quand cela se passait si bien entre eux, parce que oui, comme elle le disait elle-même, les choses fonctionnaient entre eux, même s’ils n’avaient pas mis un nom sur leur relation ou sur les sentiments qu’ils éprouvaient l’un envers l’autre –ils étaient bien ensemble, tous les deux, et c’était ce qui était le plus important. « Parfait alors. » Laconique, peut-être, mais il était rassuré, et il n’avait pas besoin de se lancer dans un monologue pour le lui assurer : il lui suffisait de se rapprocher et de l’embrasser –de reprendre leur baiser, plus justement- fougueusement, passionnément.

« Tu as tout compris ! »
, répondit-il, sourire malicieux aux lèvres, lorsqu’elle se plaint de devoir manger pour accéder à la tequila. De toutes manières, elle serait bien trop pompette s’il lui servait un verre sans qu’elle ne mange et il n’était pas question qu’elle termine son anniversaire en étant complètement déchirée. Même si Flynn assumait ses excès, il était un fervent supporteur de la devise l’alcool et la drogue ne sont pas des solutions. « T’es pas un peu grande pour qu’on te donne la becquée ? », s’amusa-t-il en lui tendant tout de même le gâteau. Un peu de plaisanteries ne faisait pas de mal, surtout aujourd’hui.



forever trustingwho we are
EXORDIUM.


Revenir en haut Aller en bas
https://yoshisavatars.tumblr.com/

Viska Spingate
Viska Spingate
Serpentard

Parchemins : 1361
Âge : 17 ans (05/10/1999)
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 8
FACECLAIM: Emily Alyn Lind & Anne Winters


Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  EmptySam 26 Fév - 16:57

Mourir peut attendreViska n’idéalisait pas son amant (pas plus qu’elle n’idéalisait la plupart des gens qu’elle aimait en tout cas), elle savait très bien comment il était, néanmoins elle avait cette faculté d’accepter les autres comme ils étaient… pour peu qu’ils lui rendent la pareille en tout cas ! Ce que certains voyaient chez son amant comme un défaut – et Merlin seul sait combien il pouvait agacer certains des proches de la blonde ! - Viska le voyait comme une assurance. Oui, Flynn pouvait être nonchalant et même un peu égoïste, mais cela signifiait aussi que lorsqu’il venait la voir, il le faisait parce qu’il en avait envie. Vu comme elle doutait d’elle sur certains points, ça avait des aspects vraiment rassurants que certains (comme Alex) ne comprenaient pas… c’était pourtant pas faute de le leur expliquer !

Malgré ses côtés « je me fous de tout », il semblait que le lion était atteint par la fébrilité ambiante concernant ses repas. Comme il n’insistait pas trop pesamment sur le sujet et aussi parce qu’elle n’arrivait pas à se fâcher auprès de lui comme elle le faisait avec son cousin ils n’ont pas les mêmes arguments à avancer, elle hocha la tête par l’affirmative mais sans une once de motivation. « Peut-être, on verra bien... » Elle avait déjà entendu dire que fumer de l’herbe ouvrait l’appétit alors elle pouvait toujours essayer.

Parler de Jensen mit sa bonne volonté en pause. Elle devait à Flynn de lui raconter ce qui s’était passé. Ils n’étaient pas ensemble, pas vraiment, malgré ça il était un peu concerné… Parce que cela faisait presque trois mois que celui qu’elle embrassait avec passion, c’était lui, et pas Jensen. Dans le fond, elle avait le sentiment, après coup, d’avoir trompé son amant… idée qu’elle n’avait pas du tout eu sur le moment. Faut dire que si elle avait été en mesure de réfléchir, elle n’aurait pas joué à « remue le passé » avec son ex contre le mur. Elle avait perdu le contrôle. Encore. Et elle se détestait pour ça. « C’est vrai, et il n’y a pas de raison pour que cela se reproduise » Jensen n’allait pas recommencer un truc pareil alors qu’il avait paru le regretter juste après l’avoir fait, et ce n’était pas elle qui initierait ce genre de contact. Trop dangereux. Cette histoire de baiser, c’était vraiment mauvais pour son cœur, à tous les niveaux !

La question de Flynn la fit grimacer, pourtant, elle y réfléchit réellement… ça n’avait aucun intérêt réel vu que c’était hypothétique - et que c’était loin de ce qui était arrivé ! -, mais elle supposait que Flynn ne serait pas le seul à aboutir là dessus. « Non… il ne peut pas me quitter et me reprendre comme ça l’arrange, même si c’est vrai qu’il reste un peu mon point faible… » C’était même pour cette raison qu’elle avait cru que c’était Peony qui avait envoyé Jensen. Alors qu’ils ne s’étaient pas parlés pendant des semaines, autant dire des mois et c’est pas fini, il avait toujours cette emprise sur elle. Même toute la colère qu’elle avait éprouvée au fil de la conversation de l’après-midi n’avait pas pu gommer l’influence de son premier amour… « Et s’il voulait me récupérer - ce qui n’est pas le cas, j’insiste - il faudrait que je lui refasse confiance… et qu’il fasse ce qu’il faut pour ça… je l’imagine très mal se donner autant de peine pour moi. » Et qu’elle ne parvienne pas à se l’imaginer faire des efforts (indispensables) pour la reconquérir voulait bien dire que ça n’arriverait pas… il s’était enfui dès que ça avait dérapé plus tôt dans la journée !!! Et, au départ, c’était elle qui était tombée amoureuse, qui l’avait embrassé à cause de ça, puis qui s’était accroché à lui. Il n’avait rien eu à faire pour l’avoir, jamais eu besoin de la séduire… et il l’aurait sûrement gardée accro s’il n’avait pas rompu. Alors, clairement, elle ne le voyait pas lui faire la cour. Le voulait-elle ? Dans un monde parfait, oui, dans la réalité, elle ne savait pas trop… Si c'était pour toujours avoir peur, à quoi bon ? Heureusement, elle n’avait pas besoin de trancher vu que ça ne faisait pas parti des intentions de son ex. Aussi, elle conclut : « Ce serait trop facile de faire comme si rien ne s’était passé, non ? » Elle en aurait sûrement été capable si ça avait été pendant les premiers temps qui avaient suivi la rupture… mais maintenant ? Son cœur et son corps étaient peut-être des traîtres qui savent même pas toujours qui ils veulent en plus de ça, en revanche son cerveau était plus lucide que jamais. Elle n’avait aucune envie de retomber dans ses travers sentimentaux encore raté ?, ce dont elle était certaine néanmoins c’est qu’elle ne sortirait plus avec quelqu’un incapable de lui dire qu’il ou elle l’aimait. C’était trop de doutes pour une fille aussi simplette qu’elle, encore plus quand ça finissait dans le brouillard comme ça avait été le cas avec Jensen.

« Non. Ce n’était pas de la maladresse. C’est ce qu’il ressent vraiment… mais je ne le lui reproche pas. C’est vrai que je l’ai entraîné dans mes problèmes. » Elle haussa les épaules, aussi défaitiste qu’elle était résignée. Jamais elle n’avait voulu faire de mal à Jensen, mais le fait était que leur relation à tous les deux n’avait rendu heureuse qu’elle, et même ça il ne l’avait pas vu, sinon il ne se serait jamais imaginé qu’il l’étouffait…

Sentir qu’elle était un poids pour son entourage était l’une des raisons qui l’avait entraînée sur le chemin de l’auto destruction, aussi se montra-t-elle rassurée quand Flynn comprit ce qu’elle lui disait sur eux deux. Si elle ne doutait pas que le lion était un esprit trop libre pour faire quoi que ce soit qui lui déplairait, elle avait tout de même eu peur qu’il ne la croit pas. Après tout, c’était compliqué d’expliquer à quelqu’un que vous étiez bien avec lui, que vous teniez énormément à lui, tout en admettant que vous en aimiez encore un autre ! Flynn se pencha pourtant pour l’embrasser et elle sourit en le voyant faire avec une expression sincère de joie qui illuminait tout son visage. Elle posa une main sur l’épaule de son amant et répondit avec fougue à cette brève étreinte car elle voulait qu'il sente ce qu'elle avait dit juste avant : il était important pour elle.

S’il était évident que Viska aurait aimé plus qu'un baiser un peu chaud, elle savait bien que ce n’était pas possible vu le lieu. Mme Pomfresh n’allait pas tarder à faire irruption les bras chargés de médicaments moldus – sa jeune patiente ayant refusé tous soins magiques – et un plateau repas rempli qu’elle ne toucherait probablement pas. Quoique… elle se sentait mieux maintenant qu’elle avait vu Flynn, moins perturbée, et momentanément moins en colère contre l’univers entier. Peut-être ferait-elle un tout petit effort pour avaler sa soupe au dîner ! Peut-être !

Flynn obtempérant en lui tendant un bout de gâteau, elle ne répondit pas de suite à sa boutade. À la place, elle approcha ses lèvres, saisissant le morceau, l’avala puis lécha les doigts de son amant, s’attardant sur son pouce, simplement pour le jeu. Probablement avait-elle envie de se comporter légèrement, pas exactement comme une enfant – elle espérait bien qu’aucun d’entre eux n’agissait comme elle était en train de le faire ! - mais pas avec toute la maturité qu’on attendait d’elle. Elle se permettait d’être ainsi avec Flynn car il n’y avait pas de raison qu’il la juge pour ça, au contraire, il avait toujours aimé son côté fun ! « On est jamais trop grands pour s’amuser, tu ne crois pas ? » finit-elle par dire son petit manège terminé avec un rire léger.

Une fois l’équivalent d’une part entière avalée, elle profita des substances illicites amenées par Flynn. Au bout d’un certain temps, elle sentit qu’elle commençait à somnoler sous l’effet conjugué de l’alcool, de l’herbe et de son anémie. « Tu veux bien attendre encore un peu avant de partir ? » marmonna-t-elle déjà à moitié endormie, la tête sur l’épaule de son amant. De toute façon, il n’y eut pas longtemps à attendre, elle sombra au bout de quelques minutes pour une sieste bien méritée.

Terminé pour Viska
2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty
Ξ Sujet: Re: Mourir peut attendre ♪ Viska    Mourir peut attendre ♪ Viska  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mourir peut attendre ♪ Viska
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elle aurait voulu en mourir.
» Peony Lloyd • Roméo doit mourir.
» A trop attendre le sommeil je fatigue [ Emrys ]
» You only live once ♪ Viska
»  ♥ Les 30 baisers de Viska ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 26 (2016-2017)-
Sauter vers: