Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-59%
Le deal à ne pas rater :
Balance cuisine électronique Raniaco (batterie rechargeable)
6.99 € 16.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 You can find me in the space between [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Vanellope Reynolds
Vanellope Reynolds
Préfète de Gryffondor

Parchemins : 1327
Âge : 16 ans [29.04]
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 4
FACECLAIM: Maisie Williams


You can find me in the space between [PV] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: You can find me in the space between [PV]   You can find me in the space between [PV] - Page 2 EmptyVen 11 Mar - 17:25

You can find me in the space between
« Tout le monde devrait prendre exemple sur moi, la vie n’en serait que plus simple ! » Peut-être que la démographie du pays baisserait en revanche! Ce n’était pas tant que Vanellope Reynolds n’ait jamais rien qui tournât dans son petit cerveau bien fait. Elle était, par exemple, très préoccupée par l’état psychologique de Viska depuis sa tentative de suicide que la concernée réfute. Elle était aussi un peu agacée de ne pas réussir à vaincre le problème du bouclier magique pour ses tablettes. Rien de tout ceci ne l’empêchait pourtant de dormir sur ses deux oreilles : chaque problème avait sa solution, il fallait seulement qu’elle la trouve !

Lorsque Ivalyana rougit et se cacha le visage dans les mains, V pouffa joyeusement. « Pardon, pardon, c’était trop tentant ! » éclata-t-elle enfin dans un rire devenu franc. Puis, elle s’approcha un peu sur le ton de la confidence de son amie, un sourire mutin sur les lèvres « Alors, dis-moi, sur une échelle de 1 à 10, Flynn se débrouille comment ? » La curiosité pour les futilités était son moindre défaut – pour d’obscures raisons, Viska se montrait étonnamment peu prolixe sur le sujet elle a pris des habitudes de discrétion avec son ex – et c’était amusant de faire parler de ce sujet l’innocente Serdaigle à ses côtés.

« Oh mais je suis fière d’être brune ma chérie ! » rétorqua-t-elle en premier lieu avant d’embrayer « Tu peux quand même être fière d’avoir ce lien avec lui, on peut supposer que depuis tout ce temps, il n’a pas eu que des hôtes avec qui Cil était sur la même longueur d’ondes, non ? » En plusieurs centaines d’années, ce ne serait pas étonnant que ça se soit mal passé en quelques occasions ! Cela dit, Ivalyana ne devait pas connaître tous les détails de chacun de ses prédécesseurs.

Concernant son style de jeune délinquante, V afficha quelques secondes un air pensif. « Je vois les choses différemment. Plus on attire l’attention sur un look, moins les rencontres lambda cherchent à aller au-delà. C’est un peu la même stratégie que ‘Ska en un sens, sauf que moi je ne cherche pas à séduire tout le château. » Viska adorait être belle, admirée et populaire… alors que V cherchait plutôt à se protéger derrière son apparence rebelle : si elle avait l’air d’une fille légère alors on la traiterait comme une fille légère, et cela lui convenait très bien ! Et, justement, puisqu’elles évoquaient la blonde… « Elle ne se réjouissait pas de l’arrivée des vacances, c’est vrai… mais Flynn l’a invitée chez lui le 1er de l’an. Rencontrer les parents de son ange devrait au moins la distraire une bonne partie de la deuxième moitié des vacances ! C’est ça qu’est bien avec ‘Ska, elle est souvent déprimée, mais elle est très facile à consoler aussi. » Peut-être pas en profondeur – V n’avait toujours rien trouvé dans ses bouquins qui puissent régler un syndrome de stress post-traumatique -, il fallait se contenter de juste lui rendre le sourire temporairement… cependant la lionne n’était pas fille à abandonner, et elle était certaine qu’Iva’, Flynn, Vic’ et les autres étaient tout aussi prêts à accumuler suffisamment de points de bonheur dans la vie de leur amie pour qu’elle guérisse de ses blessures psychologiques ! Ça prendrait juste du temps. Aucun souci avec ça : V était patiente !

« Tu rougies encore » remarqua V avec un sourire suite à son compliment avant de redevenir sérieuse de nouveau car elles parlaient parchemins anciens. « Ils étaient peut-être cachés juste parce qu’ils ont de la valeur ? Enfin… en tout cas c’est dommage de détruire des manuscrits. » La choixpeau floue serdaigle en elle n’aimait pas du tout cette idée ! « Ah oui ? Quel genre d’objets ? » Etait-il possible qu’il y en ait un qui permette de brouiller un bouclier juste pour un faire passer un unique sortilège ? Elle ne perd jamais le nord!

Parler de sa mère n’assombrit pas le visage de la joyeuse préfète. Elle avait souffert dans l’enfance de cette solitude mais elle était grande maintenant : quand l’appartement vide lui donnait le bourdon, elle sortait en ville et trouvait des amusements pour la distraire. « Elle essaiera qu’on passe du temps ensemble, elle fait toujours de son mieux. » V avait une conscience aiguë du fait que sa mère ne faisait pas exprès d’être absente : elle était la seule à travailler pour toute la famille et avait en plus une profession médicale assez prenante.

« Une fée ? Comme la fée Clochette ? » Vanellope ne savait pas trop si elle tenait réellement de la fée, peut-être un peu pour le côté mutin ? Quant au baiser, il avait été agréable, seulement Thomé n’y mettait probablement pas les mêmes intentions qu’elle et c’était ce qui la mettait mal à l’aise. « Non, il embrasse plutôt bien pour son niveau d’expérience… c’est juste que… il veut que j’sois sa copine alors c’était pas un baiser juste pour clore la soirée, tu vois c’que j’veux dire ? » Iva’ ne verrait peut-être pas ce qu’elle voulait dire par là mais pour V c’était très clair. Elle rit ensuite à l’imitation de chat de son amie : « Toi tu fais un chaton sauvage très chou en tout cas ! »

Dommage qu’elles ne puissent pas rester dans cette ambiance de choupitude, V admettant auprès de son amie que ce qui la bloquait n’était pas dépendant directement de Thomé. Dans un schéma de pensée quasiment œdipien, la Gryffondor avait peur que toutes les relations se terminent comme celle de ses parents – en plus de s’en sentir responsable - car elle projetait son père sur ses relations. Elle était assez mature pour s’en rendre compte, pas assez pour dépasser ce sentiment. « Ce n’est pas vraiment que je ne veuille pas en parler, c’est plutôt qu’il n’y a rien à en dire. Mon père est parti quand j’étais bébé parce qu’avoir un gamin ça l’soûlait. Encore aujourd’hui, je ne le vois pour ainsi dire jamais. Il m’écrit de temps en temps – ou disons qu’il demande à sa secrétaire de m’écrire lorsque celle-ci est assez gentille pour le faire – mais c’est toujours assez décevant comme courrier. Il ne sait pas écrire mon prénom au bout de seize ans... » Il lui avait donné son nom de famille (Reynolds) et s’était enfui, agacé par des pleurs d’enfants. Il avait divorcé puis avait changé de ville pour être bien sûr de ne jamais croiser son ex accompagnée de leur progéniture. « Même si on n’en fera pas un conte de fée, mon histoire n’a pas grand-chose à voir avec ce que tu vis. Avoir un parent démissionnaire, c’est hyper banal ! C’est uniquement pour ça que je n’en parle jamais. » Du moins était-ce ce qu’elle se racontait pour renforcer les murs dont elle s’était entourée au fil des ans pour moins souffrir.

« Toi tu trouves ça mignon, moi je trouve ça déstabilisant » rétorqua-t-elle au sujet de la manière dont Thomé la regardait avant de sauter sur l’occasion de changer la direction de la conversation pour la centrer de nouveau sur Iva’ et l’amour dans une stratégie d’évitement classique. « Ah ! Toi aussi tu trouves que Flynn a un regard amoureux ? N’hésite pas à leur dire à ces deux empotés si l’occasion se présente ! Ils me prennent pour une dinde quand je leur dis de sortir ensemble ! » Genre, c’était choquant peut-être comme idée ? Ils fricotaient depuis juillet tout de même ! Et puis, V trouvait toujours que c’était un super plan pour re-caser sa copine avec un mec qu’elle jugeait assez bien pour elle. « Te concernant, même si tu sais tout le mal que je pense de la monogamie, je suppose que tu finiras par trouver un certain équilibre. Et puis, pour Cil’, il suffit de trouver quelqu’un que ça ne dérange pas qu’il soit là, voire qui s’entende bien avec ? Il ne déteste pas tout le monde ton serpent de compagnie, pas vrai ? Moi par exemple, il m’apprécie ? » Après tout, il avait dit qu’il lui confiait Iva’, donc c’était bien qu’il pensait de bonnes choses d’elle, et elle ne devait pas être la seule qu’il supporte !
(c) 2981 12289 0


    Vanellope Catherine Reynolds
    Fine comme une aiguille, forte comme une épée, ingénue et savante, tu ne supportes pas l’injustice... Pour toi c’est le seul désordre + aeairiel.

Revenir en haut Aller en bas

Ivalyana Van Cress
Ivalyana Van Cress
Serdaigle

Parchemins : 382
Âge : 16 ans ◄ 30 Avril 2000 ►
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 37
FACECLAIM: Camila Cabello


You can find me in the space between [PV] - Page 2 Empty
Ξ Sujet: Re: You can find me in the space between [PV]   You can find me in the space between [PV] - Page 2 EmptyLun 2 Mai - 1:17


You can find me in the space betweenVanellope Un monde uniquement composé de Vanellope... cela ne me disait rien de bon sur la tournure des choses, parce que cela marcherait trop bien! Le savoir magique et moldu se mélangerait pour ne former plus qu'un. Un monde complexe et parfaitement capable de vivre en harmonie. Hors, si le MS était un soucis en ce moment, tout comme des mages noirs en avaient eu après la liberté des autres. Quand serait-il dans un monde où moldus et sorciers cohabitaient en connaissances de l'autre? Etonnement, je n'avais aucune envie de le savoir. Le problème étant qu'il était plus simple de gérer une menace connue qu'une grande varité de mystère. Bien que plus simplement, V n'était pas porté romance et qu'il y aurait peu d'amour et d'enfant. Au moins, personne ne se prendrait le chou avec quelqu'un d'autre. "Faites l'amour pas la guerre, mais t'es pas branchée amour. Je dois dire qu'on fait des cookies alors? " La bouffe c'est bien! Tout le monde en veut et quand il y en a assez, personne ne se bat pour en avoir. Devrais-je apprendre à faire de cookie pour m'excuser de mon absence en Janvier? Je ne me voyais pas en offrir à tout le monde, mais peut-être que V, 'Ska, Quino et Canelle aimeront le geste?

Le rouge persistait sur mes joues. Je le savais, elle le faisait exprès, mais je tombais dans le piège tête la première. " Franchement !" Pestais-je avec toute la férocité d'un poussin. Son rire me fit sourire avec plus d'aise. C'était bien du V tout craché. Quand elle eut une petite moue malicieuse, je fis une grimace de crainte. Bon sang qu'allait-elle encore dire? Nan mais franchement V !... Il mérite un bon 8 !" Je me choquais de l'avoir dit. C'était plutôt un certain vieux reptile très amusé par la situation qui avait piqué ma bouche. Je levais les yeux aux ciels en soupirant alors que la chaleur de la gêne brulait mon visage et me donnait envie de
me cacher à nouveau dans mes mains. " Pas l'un pour rattraper l'autre. " Il ricana avec toute la joie d'une commère.

Mon explication n'était pas claire, même si le concerné trouvait que si. Soit, V ne manqua pas de m'arracher un rire avec son assurance. Personne ne pouvait l'arrêter une fois lancée dans son idée. C'était  là ce qui faisait son charme et me la rendait d'autant plus appréciable. " Ils n'ont pas fait long feu. Soupirais-je avec une certaine douleur. CIl' ne veut pas m'en parler parce qu'il veut me protéger, mais j'ai fouiner pas mal. L'un d'eux ne voulait pas de lui et cela c'est très vite tourné en suicide. Pourtant, la plus part on vu cela comme un honneur ou un grand devoir. Parce que leur famille les ont choisi pour ce rôle. La fierté des sang-purs a beaucoup joué dans ces "prisons humaines", mais c'est étrange. Il y a des périodes que je ne parviens pas à trouver dans sa mémoire. " Lui-même ne cherchait plus à s'en souvenir. Le temps avait fané beaucoup de décennies et seul certain individu marquèrent vraiment sa mémoire. Ironiquement, je me demandais s'il se souviendrait de moi. Et cette lugubre pensée lui déplaisait, car il craignait que je sois résignée à succomber à la malédiction. Je ne comptais pas abandonner. Les papiers et les photos qui trainaient sur le siège à côté de moi était la preuve que je n'abandonnerais jamais. Je devais être la dernière. Je devais être celle qui les délivreraient de l'éternité. Les chevilles gonflent pas mal !

C'était une foutue technique de drague ! J'en restais bouche-bée et complètement sonnée. Celle là, je ne l'avais pas vue venir. C'était très intelligent et terriblement osé - du V tout cracher en fait. " C'est très... culoté? " J'arquais un sourcil en tentant de comprendre d'où lui était venu une telle stratégie. Impossible, je comprenais mieux le stratagème de Viska qui aimait être adulée. La prêtresse en elle devait apprécier cela non? " C'est super ça! Il va lui retourner le cerveau et elle pourra penser à autre chose qu'au crétin Capitaine.... Capitaine Crétin? " Je ne me savais pas si mesquine, mais après ce que j'avais vu durant le bal. Ma colère rugissait rien qu'en pensant à lui. Je pouvais comprendre qu'il ait fuit la salle à l'annonce des résultats, mais tout le reste me dépassait. Du baiser entre lui et moi à lui et Dahlia. Je n'avais peut-être pas si mal fait que de le mordre ?  " J'espère qu'elle va pas trop se prendre la tête et se détendre un peu, mais je pense que c'est peine perdue. 'Ska est vraiment plus déprimée qu'elle ne le laisse paraître ou accepte de le dire. Au moins, je pourrais aller la secouer si elle va trop loin dans ses idées noires. " Le seul avantage d'être branchée sur la radio Viska Spingate, c'était de sentir quand il fallait la relever un peu. Même si la dernière fois j'avais été très absente.

Les compliments étaient rarement adressés à ma personne - ou je ne les entendais pas. Soit, je tâchais de reprendre un peu contenance face à tant de gentillesse. Au moins parler bouquins et poussière m'était plus aisé. " Il y a des registres familiaux. Ce sont les premiers qui ont été trouvés. Je n'y ai pas accès pour la  simple raison que je ne suis qu'une héritière et tant que je n'aurai pas la majorité je ne serai pas un membre. Trop de tradition dans cet ordre. Bref, je doute que ce soit juste parce qu'ils ont de la valeur. Se serait pas trop simple? " Rien ne l'était avec l'ordre du Corps du Pardon, sauf peut-être son nom? Qui était aussi celui du sortilège et définissait mon rôle offert de force. " A bien y réfléchir, t'as surement raison. " Je me sentais assez bête. Les sorciers rendaient tout si mystérieux et complexes pour rien. Absolument Rien ! J'eus une petite moue déçue avant de soupire. Cette simplicité pouvait parfois rendre fou dans tant de difficulté.

La situation familiale de V n'était pas facile. Je ne pouvais pas ressentir pleinement la solitude qui ne m'avait pas vraiment touchée, malgré les absences récurrentes et assez longues de mon oncle. Il me disait partir travailler, mais je n'ai jamais pu savoir où ni sur quoi. Il en gardait encore fermement le secret. Toutefois, j'imaginais facilement la petite Vanellope seule dans l'appartement a fixer la porte tard le soir, un ours en peluche dans les bras. Une image qui était probablement fausse mais que me serrait tout de même le coeur. " Si tu t'ennuies, viens me voir. J'aurai toujours des heures à libérée pour toi. " La douceur de ma voix était parfaitement ce que je ressentais. V était là pour moi et être un peu présente pour elle devait être le minimum. D'autant que sa présence seule me faisait un bien fou, peut-être plus que d'être avec Viska. Non, c'était différent.

La fée qui? Je penchais un peu la tête en ne connaissant pas une telle fée des cloches, mais soit, elle semblait avoir trouvé ce qui lui convenait comme fée. " Et toi tu ne veux pas plus qu'une danse et un baiser? Je trouve déjà ça très romantique moi. Surtout le coup de fleur. Une attention comme sa m'aurait fait rougir pendant des heures. " Ce qui n'était pas vrai: personne ne m'offrirait de fleurs. Si je le pouvais je t'offrirais des champs de fleurs. Susurra la petite voix fourchue dans mes oreilles. Je trouvais cela très agréable et en même temps particulièrement triste. Au moins, je n'en perdais pas plus le nord et rugissais férocement comme un chaton couvert de lait. Ce qui fit aussitôt réagir mon amie. Je contenais mal mon sourire avant d'en rire. " Je doute même pouvoir avoir l'air aussi sauvage. " Quoi que Jensen avait été mordu plus d'une fois et certainement pas pour jouer, mais bien par menace.

Le ton devient plus sérieux. Je tentais bien d'expliquer mon point de vue. Aucun doute que la concernée en savait plus sur son problème. Je m'étonnais de l'entendre s'auto-analyser avec tant de pragmatisme. Si seulement Viska pouvait en faire de même. Remarque que je n'étais pas aussi franche avec moi-même. " C'est triste que tu ais un tel père. Un jour il réalisera peut-être qu'il a perdu à jamais le plaisir de rencontre une personne aussi déterminée et forte. Il regrettera alors amèrement tout ce qu'il a manqué et ne pourra jamais rattraper le passé. " Cet homme ne savait pas qu'elle personne était V, à quel point elle parvenait à améliorer le monde par son idée de tablette magique. Elle méritait tellement mieux comme père. " C'est peut-être banale, mais c'est aussi très important. Je veux dire, ça fait partie de toi et tu parles très peu de ta personne. Ce qui te rend difficile à cernée parfois. Moi j'aimerai beaucoup en savoir plus sur ta vie et ton passé, mais j'ai peur de poser des questions qui pourraient te blesser. " Je lui cachais peu de chose et finissais toujours par lui en parler. Une oreille agréable pour se confier et une épaule chaleureuse pour pleurer. V ne se limitait pas à ça, je voulais qu'elle le sache. Sa place était immense de ma vie et mon quotidien. Ne pas la voir avant Février allait m'être très désagréable.

Le pauvre Thomé. Je voulais prendre sa défense, mais la préfète des lions ne semblait même pas vouloir en parler. Je ne trouvais ça louche. Qu'évitait-elle? " Flynn la fait bouillir sur place d'un simple regard. Il est clairement très attaché à elle. C'est étonnant, je les pensais en couple, même s'ils disent ne pas être amoureux. " Ma naïveté! Cela ne m'empêcherait pas d'en parler avec ma soeur. Elle allait avoir droit à mon avis sur le sujet et bien sûr avec fou rire à la clé et karaoké. " Cil' n'est pas contre les autres, il a juste son avis à donner. Et puis, je me vois pas avec quelqu'un. C'est compliqué. " En fait c'était assez simple. Jensen était l'un des rares, comprenant Quino, à ne pas me faire paniquer en posant la main sur mon épaule. Du moins avant qu'il m'embrasse de force. J'eu un lourd soupire. " Nan, je ne pourrais plus jamais laisser un homme me toucher.... " Ma pensée avait quitté mes lèvres que je regrettais aussitôt de l'entendre. Je détournais les yeux pour regarder les pages que je traduisais. " Franchement, je voudrai avoir la moitié de ta volonté pour me dépatouiller de tout ce travail ! " Je soulevais le premier livre improvisé avant de lever les yeux au ciel. " J'ai bien plus hâte de tester des objets inconnus. Qui sait ce qu'on peut trouver dans l'une de ces réserves oubliées? " Avais-je réussi à détourner son attention sur ma pensée prononcée? Je l'espérais, car je ne me voyais pas parler de ça.

1935
:copyright: 2981 12289 0



The answers are in my head.
My heart is you, only you.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.deviantart.com/ivalyana
 
You can find me in the space between [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» PV • are we too blind to find a way?
» Now we need some space, 'cause I feel for you [PV]
» The pictures of time and space (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: King's Cross :: Poudlard Express-
Sauter vers: