Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-40%
Le deal à ne pas rater :
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – Blanc
20.99 € 34.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Le syndrome de Peter Pan | Romilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Roy Bradley
Roy Bradley
Ministère

Parchemins : 567
Âge : 26 ans {06/06/1990}
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 10
FACECLAIM: Daniel Sharman / Beau Mirchoff


Le syndrome de Peter Pan | Romilly Empty
Ξ Sujet: Le syndrome de Peter Pan | Romilly   Le syndrome de Peter Pan | Romilly EmptyLun 20 Déc - 13:44

♛ Le syndrome de Peter Pan
À cinq ans, j'voulais juste en avoir sept. À sept ans, j'étais pressé d'voir le reste. Aujourd'hui, j'aimerais mieux qu'le temps s'arrête. Ah, c'qui compte c'est pas l'arrivée, c'est la quête.

▼▲▼

C'était le week-end, Roy avait troqué son uniforme d'Auror pour une paire de sneakers blanches qui avaient connu de meilleurs jours, une casquette de baseball qui le rajeunissait de cinq ans facile et un skateboard, destiné à l'amener jusqu'à sa destination finale en évitant le métro bondé en ce début du mois de janvier. Un collègue du Ministère le croisant à cet instant précis l'aurait difficilement reconnu, tant il se fondait dans la masse de moldus se pressant vers Hyde Park, écharpe autour du cou - essentiellement parce que Joy l'avait forcé à la prendre en quittant l'appartement -, sourire joyeux aux lèvres, s'apparentant somme toute à un (grand) adolescent assez banal.

Il bascula de la route au trottoir pour éviter une voiture, s'attirant un regard courroucé de la part d'une mère et de ses enfants. Il eut le temps d'apercevoir la petite fille sermonner son frère - ce dernier s'était visiblement arrêté pour ramasser quelque chose par terre - ce qui fit s'élargir son sourire. Il était lui-même en route pour retrouver sa jumelle à la patinoire, et rien n'aurait pu lui faire davantage plaisir. D'autant plus que le lieu du rendez-vous permettait d'exclure la présence néfaste de Rosalie, cousine des jumeaux et ennemie numéro un de Roy depuis l'enfance. Ce qui était sans doute né d'une jalousie entourant la présence de Romilly dans leur vie respective ne s'était pas vraiment dissipé avec le temps, au contraire. Et ce même si Roy jugeait qu'il avait tout à fait gagné cette bataille : comme si Romy choisirait un jour Rosalie plutôt que son propre frère jumeau ! Peut-être même aurait-il été prêt à faire la paix avec sa cousine, par bonté d'âme et charité, mais cette dernière avait toujours été intraitable. Il restait systématiquement sur ses gardes quand il la voyait, à peu près certain qu'elle avait un mauvais coup en tête - croche-pied dans les escaliers et autres attentats à son intégrité physique. Pas qu'il ait peur d'elle pour autant : Roy ne craignait pas grand-chose, et Rosalie était incroyablement maso - les farces et attrapes, c'était son truc. Il avait de quoi contre-attaquer en masse et avec originalité.

Mais pas de risque pour que Rosalie essaye de l'estropier avec un patin à glace aujourd'hui. Il avait rendez-vous avec Romy, juste tous les deux, à l'ancienne. Arrivé devant Hyde Park, il interrompit sa course, attrapant son skate d'une main et cherchant sa jumelle des yeux. Il trouva aisément le point de repère qu'ils s'étaient donné : une sculpture de glace de licorne, prête à charger. « Romy ! » Avec un enthousiasme débordant, il s'empressa de rejoindre sa sœur, qu'il serra dans ses bras dans un énorme câlin, la faisant presque décoller du sol. Il l'avait vue pendant les fêtes, bien sûr, mais il avait toujours été tactile, et retrouver Romilly l'emplissait forcément de joie. « T'as pas trop attendu ? » Il sortit son téléphone pour vérifier l'heure, puis ajouta avec fierté : « Franchement j'suis à l'heure. Tu vas bien ? » Il passa son bras sous le sien pour prendre la direction de la patinoire. « Oula regarde-moi ça il y a tout un groupe de gosses qui arrivent, ils vont nous piquer notre place si on ne se bouge pas. » poursuivit-il avec sa volubilité habituelle (qui avait tout de même gagné en normalité, par rapport à ce qu'elle avait été durant son enfance). « Quoi d'neuf ? » interrogea-il avec bonne humeur, après avoir vérifié qu'une bonne distance les séparait encore des autres enfants.

CODAGE PAR AMATIS




roy; — I've got time, I've got love. Got confidence you'll rise above. Give me a minute to hold my girl. ;;

Revenir en haut Aller en bas

Romilly Bradley
Romilly Bradley
Indépendant

Parchemins : 479
Âge : 26 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: Aucun
FACECLAIM: Emilia Clarke


Le syndrome de Peter Pan | Romilly Empty
Ξ Sujet: Re: Le syndrome de Peter Pan | Romilly   Le syndrome de Peter Pan | Romilly EmptyLun 27 Déc - 19:30

Le Syndrome de Peter Pan
Romilly + Roy
Avant qu'avec le temps, Avant que la danse ne valse, Avant qu'le joint n'se casse, Tout comme une gamine, sur son journal intime, Sache que je rêve le monde en le coloriant, que je vois les hommes avec des yeux d’enfant :  j’ai le syndrome de Peter Pan.
Romilly n’aimait pas vivre seule. Elle ne l’avait pas réalisé avant sa rupture avec Alek, celle-ci entraînant un déménagement durant lequel il s’était vite révélé qu’elle ne supporterait pas de rentrer dans une maison vide. Elle avait donc vécu pendant un temps chez ses parents, mais ceux-ci étaient très prenants, les questions de sa mère menaçant de rendre folle la jeune femme, aussi finit-elle par déménager dans un confortable appartement avec sa cousine Rosalie. Même si elle n’était pas aussi proche de sa « jumelle par l’apparence seulement » qu’elle ne l’était de son « frère jumeau à qui elle ne ressemblait pas », vivre avec Rose était simple et tranquille : elles se connaissaient par cœur et ce n’était pas l’ancienne Serdaigle qui essaierait de dire à sa cousine comment elle devait vivre !

Sa liberté retrouvée avec en prime une compagnie pour ne pas sombrer dans sa dépression – problème que Romy gérait depuis l’adolescence en travaillant trop pour ne pas penser à tout le reste -, la brune avait même réussi à faire une rencontre. Haven ne travaillait même pas dans sa compagnie, trompant les pronostics de Rosalie qui pensait que jamais Romilly n’arriverait à se trouver quelqu’un en dehors de son travail vu qu’elle y passait quasiment toute son existence la famille, des amis pour la vie. C’était chez le professeur de vol et avec son entourage qu’elle avait passé une partie des fêtes de fin d’année, ce qui faisait qu’elle avait vu son frère un peu moins que d’habitude. Vu qu’en ces circonstances, il était toujours flanqué de sa fiancée, Joy, l’ancienne Serpentard en faisait plus facilement son deuil que si elle avait dû renoncer à un tête à tête avec son frère. De toute façon, s’il y avait bien quelque chose que Romilly avait appris ces dix dernières années, c’était qu’elle devait se construire sa propre vie et être autonome vis à vis de son jumeau.

« Roy ! » plus facile à dire qu’à faire pourtant, comme le démontrait le grand sourire et les bras ouverts qu’elle tendait à son frère, ses yeux bleus – trait qu’ils possédaient en partage – pétillant joyeusement. Comme il faisait froid, elle avait les joues rosis sous son petit béret beige qu’elle portait légèrement penché sur le côté. Son apparence trahissait une fois de plus son côté maniaque : on ne voyait pas sa robe sous son long manteau assorti à son béret mais ses gants allaient, eux, avec ses chaussures, des bottines bordeaux. Pour compléter le tout, elle portait des collants en laine deux teintes plus foncés. Le diable est dans les détails paraît-il. « Non, je viens d’arriver. » rassura-t-elle son jumeau, ce qui était vrai, Romilly était ponctuelle : rarement très en avance, jamais en retard, elle était juste à l’heure, et, pour une fois merci Romy, Roy aussi.

« Oui, ça va. Je ne t’ai pas trop manqué depuis la dernière fois ? J’ai été assez injoignable le temps que j’étais chez Haven. » Pour résister à la tentation de vérifier ses mails et messages pro’, elle avait tout simplement tout laissé éteint pendant les jours qu’elle avait passé avec son petit ami. Elle s’était modérément inquiété de son frère : il lui avait toujours bien plus manqué que l’inverse et elle n’avait pas été absente si longtemps que ça ! D’ailleurs, une fois revenue de cette escapade, les jumeaux Bradley s’étaient vite arrangés pour passer du temps ensemble, ici, maintenant, à la patinoire. « En même temps, s’il y avait eu quoi que ce soit d’urgent, vous m’auriez envoyé un hibou. » Ce qui n’était pas arrivé, même sa mère n’avait pas réussi à obtenir de son mari l’envoie d’un message pour savoir comment se passait les vacances de sa fille !

« Mais non, mais non, ce n’est pas comme si nous étions pressés en plus. » dit-elle avec sagesse au sujet des enfants qu’elle suivit des yeux avec un sourire tout en serrant un peu plus le bras de son frère. Elle suivit son rythme, pourtant, pour lui faire plaisir, tout en répondant à sa question. « Et bien… à part mes vacances bien méritées… pas grand-chose. Rosalie est revenue de son voyage sur le continent. Moi je bosse toujours une grande partie du temps sur le mariage de Lucy et Nicolas. Haven a repris les cours. La vie continue autrement dit... » Elle laissa son regard errer sur le paysage avant de demander d’un ton neutre qui ne duperait probablement pas son frère : « Tu as vu Alek pendant les fêtes ? Il allait bien ? » Romy ne parlait plus à son ex-petit ami. Sa seule présence avait rendu impossible pour elle d’aller aux cours d’arts martiaux magiques aurait-elle eu le temps si elle l’avait voulu ? Probablement pas., ils n’étaient pas fâchés pourtant… C’était seulement plus facile pour elle de l’éviter quand elle le pouvait – ce qui n’était pas toujours le cas puisqu’il était le cousin de Joy -.
(c) princessecapricieuse



Voler en éclat. Sourire.
“The hardest thing in this world is to live in it.” (⚡) Jumelle fusionelle
Revenir en haut Aller en bas
 
Le syndrome de Peter Pan | Romilly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: La ville-
Sauter vers: