Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




-38%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur de table Rowenta VU2310F0
19.91 € 31.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Du bleu, du rouge, du vert : les demi-teintes d’un été ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eurydice Foster
Eurydice Foster
Serdaigle

Parchemins : 377
Âge : 15 ans {09/03/2002}
Actuellement : 4ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 2
FACECLAIM: Malina Weissman/Alexandra Daddario


Du bleu, du rouge, du vert : les demi-teintes d’un été ? [PV] Empty
Ξ Sujet: Du bleu, du rouge, du vert : les demi-teintes d’un été ? [PV]   Du bleu, du rouge, du vert : les demi-teintes d’un été ? [PV] EmptyDim 19 Juin - 14:38

Du bleu, du rouge, du vert : les demi-teintes d’un été ?Eurydice voyait arriver les vacances estivales avec une habituelle sensation de demi-teinte. Une partie d’elle était contente de pouvoir se reposer, faisant un sort à sa pile à lire qui s’était dangereusement agrandie à cause des examens de fin d’année, et d’avoir la perspective de passer du temps avec son amie Stef à un moment que je lui laisse le temps de définir dans sa famille. Une autre partie était plus nuancée car l’arrivée des vacances signifiait le départ définitif d’Erwin de Poudlard, ce qui mettrait nécessairement un frein à leur rapprochement de ces dernières années, et même si elle avait bravement fait la sourde oreille ces dernières semaines, elle était loin d’être certaine de réussir à échapper à Niels. Il avait ouvertement fait part de son intention de la côtoyer aussi pendant les vacances, il ne restait plus à la Serdaigle qu’à espérer qu’il avait oublié l’espoir fait vivre, parait-il. Ce n’était sûrement pas elle qui allait le lui rappeler en tout cas !

Ainsi, Eurydice grimpa dans le Poudlard Express pour retrouver le chemin de la demeure maternelle avec l’impression de ne pas savoir ce qu’elle devait ressentir. Dernièrement, cette sensation lui était devenue un peu trop familière. Son sacro-saint équilibre avait été perturbé durant l’année scolaire et elle ne savait pas toujours sur quel pied danser avec ses fréquentations.

Elle chercha un compartiment vide ou, encore mieux, rempli par des visages amis, et finit par rejoindre celui de Stef. Son amie d’enfance était aussi son amie la plus proche, malgré ça, les secrets qui jalonnaient sa vie créaient quelques soucis de communication entre elles. Eurydice ne pouvait pas dire à Stef pourquoi sa relation avec Niels était difficile, le souci étant que la lionne en avait conçu une méfiance qui compliquait leurs affaires. Même si la benjamine des Foster ne souhaitait pas s’impliquer dans l’organisation de son père, elle ne pouvait pas non plus prendre le risque que la couverture du Serpentard tombe. Les questions à son sujet restaient, par conséquent, embarrassantes. Au demeurant, la plupart du temps, elle se contentait de chercher le juste équilibre entre ne pas éviter de parler de Niels (ça aurait été encore plus suspect) et ne pas donner plus que nécessaire à Stef l’occasion de l’interroger.

« Salut » signa-t-elle en faisant entrer comme elle le pouvait ses malles et la boîte de transport de Flocon. Ce dernier prononça un miaou sonore de protestation : il détestait être dans sa boîte, surtout quand celle-ci était balancée au grès des mouvements maladroits d’Eurydice, trop fluette pour la masse de ses bagages. « Alex n’est pas arrivé ? » s’étonna-t-elle via son écritoire. Et en même temps, est-ce que ce n’était pas idiot de faire le trajet avec eux, alors qu’il vivait à Pré-au-lard ?! Le brun prétendait que c’était plus sympa de faire comme ça, que c’était aussi l’occasion de faire un tour à Londres avec ses parents, voir la famille. En profitait-il pour voir son père biologique ? Il faudrait qu’elle lui pose la question un de ces quatre, par pure curiosité : la situation du Gryffondor était, par bien des aspects, sujet à interrogation. « Il est peut-être encore avec les garçons » ajouta-t-elle, faisant les réponses et les questions, ce qui était d’ordinaire l’apanage de Stef. Sûrement était-elle un peu nerveuse, ou excitée.

Car il n’y avait pas que du négatif dans ses vacances, elle essayait d’ailleurs de l’évacuer avec du positif : elle avait quand même obtenu la permission d’enfin voir Stef pendant les congés ! Alors que leurs mères étaient amies, c’était la première fois qu’elles réussissaient cet exploit ! C’était bien la preuve qu’elle avait grandi et que, maintenant qu’elle avait quinze ans, sa mère avait renoncé à l’enfermer. Pas à la surprotéger, mais au moins elle n’allait pas l’enfermer dans sa chambre pendant deux mois entier comme d’autres années. L’été précédent où elle avait préféré aller chez son père, laissant Eulalie un peu seule, Eury’ devait l’admettre, avait peut-être eu son effet aussi ? Ça avait été la preuve qu’en tant qu’enfant de parents séparés, Eulalie n’était qu’une de ses options. Peu importait les raisons, d’ailleurs, car tout ce qui comptait vraiment c’était le résultat et qu’elle ait le droit de voir Stef pendant les vacances ! Parviendrait-elle à voir d’autres de ses amis ? Comme elle ne tarda pas à l’évoquer, elle en doutait.

En effet, après être enfin parvenue à rentrer tous ses bagages dans le compartiment, elle se laissa tomber sur la banquette face à son amie et dit « J’espère que ça ira avec ma mère cet été. Si Erwin déménage aussi rapidement qu’Esther, elle risque d’être un peu collante ». Après réflexion, ça pourrait toujours lui servir d’excuse pour éviter Niels… quoique, Eulalie était capable d’adorer le danois, tant qu’elle ignorait qui était sa mère du moins – la mésentente de Freja et Eulalie était connue, Eurydice s’était toujours demandé si c’était parce qu’Eulalie craignait que Freja ne séduise Eustache comme elle l’avait fait avec Mat’ ! -, car Niels était un parfait petit gentlemen.

Cette pensée la fit soupirer alors qu’elle remontait machinalement sa manche pour faire tourner le bracelet que le serpentard lui avait offert à Noël. Elle le mettait souvent, pour convaincre tout le monde que maintenant elle était amie avec le jeune homme, qu’il n’y avait donc rien à craindre la concernant, qu’elle avait eu peur pour rien… cette blague. Il se servait de sa gentillesse contre elle, parce qu’elle était bien trop polie pour être désagréable… quelle galère ! C’était pour ça qu’elle n’avait pas demandé une nouvelle fois à Eustache de passer l’été chez lui. Elle en voulait à son père. C’était à cause de lui, tout bien pesé, qu’elle se retrouvait dans ce genre de situation, parce qu’elle devait garder son secret, et par extension ceux de MS. Si son père avait été un père normal, et pas un mage noir avec des plans dans les plans, elle n’aurait pas à mentir à ses amis… ni à se demander si elle devait apprendre le danois pour le cas où elle devrait vraiment aller à Copenhague quelqu’un lui dit ce qui ne va pas dans cette phrase ou j’le fais? ! Oui, voilà, tout était la faute d'Eustache, c'était dit !

1 036
2981 12289 0


Eurydice Calliope Foster
Je ne suis pas de ceux qui se consolent d'un mal en disant « c'est la vie ». Qu'est-ce que vous voulez que cela me fasse, à moi, que ce soit la vie... ? Qu'un million de grains de sable soient broyés en même temps que moi ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Du bleu, du rouge, du vert : les demi-teintes d’un été ? [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Discution entre une rouge et une bleu [Pv : Suzan]
» Un extraterrestre bleu ? [ pv ]
» La dictature du bleu /pv Antiti/
» Le bleu de l'eau et le jaune du soleil
» la vie en bleu ϟ eurydice foster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Londres :: Le Londres Moldu :: King's Cross :: Poudlard Express-
Sauter vers: