Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility


AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Le Deal du moment :
Trottinette électrique pliable 100MAX – ...
Voir le deal
319.99 €

Partagez
 

 It Doesn't Matter... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Myrielle Symphonie
Myrielle Symphonie
Commerce

Parchemins : 1353
Âge : 35 ans [17-07-1980]
Actuellement : Styliste / Assassin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 7
FACECLAIM: Amy Adams


It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMar 4 Sep - 18:44

It doesn't matter what I want
It doesn't matter what I need


En apparence la belle rousse avait la forme, il était vrai que la cure de sommeil d’une semaine lui avait fait le plus grand bien. Elle revenait plus provocante que jamais, plus fière aussi. Elle affichait ses formes parfaites, bien qu’un peu amaigri par la maladie, dans des tenues entièrement noires généralement totalement inadapté à la saison. A croire qu’elle veut retomber malade disait les uns, elle est devenu folle disait les autres, mais Myrielle s’en moquait. La rumeur de sa séparation avec Isaac avait été officialisé par le dédain qu’elle affichait en sa présence depuis les deux jours qu’elle avait repris le chemin des salles de cours et du dortoir de serpentard. Clara s’inquiétait pour elle quand elles allaient en cours, lieu où la rousse ne pouvait bien évidemment pas éviter son ex petit ami, mais Myrielle lui souriait et répondait simplement à la serdaigle « Peu importe. »

It doesn't matter if I cry
Don't matter if I bleed

Pour qui connaissait Myrielle tout ça n’était que belle façade. Effectivement, mais rien ne pouvait le prouver. Myrielle restait maintenant dans son dortoir la nuit, retrouvant un rythme de sommeil correct et normal pour son âge, elle mangeait à table, elle souriait à ses amis, effrayait les autres, bref du pur Myrielle au mieux de sa forme. Elle s’en tenait à sa décision première à savoir que sa rupture avec le préfet de serpentard se ferait dans l’indifférence et la tranquillité d’esprit. Pour lui en tout cas.

You've been on a road
Don't know where it goes or where it leads


Elle fuyait avec beaucoup d’effort un autre préfet, celui de Poufsouffle. Parmi ses proches il était le seul à qui elle est déballé tout ce qu’elle pensait… bon il y avait aussi un peu le jumeau de Dawn mais on ne pouvait pas dire que ce soit le même type de caractère qu’Alexander. Maintenant qu’elle était pour de bon détaché de Nathan elle préférait reculer le moment de la conversation même si elle savait qu’il la coincerait un jour ou l’autre… Il était têtu quand il s’y mettait, tellement en fait qu’elle avait souvent envie de lui coller des baffes. Ce qu’elle se gênait rarement pour faire en réalité.

It doesn't matter what I want
It doesn't matter what I need


Ce soir là, Myrielle rentrait à la salle commune, elle était donc sur le point d’arriver dans les cachots quand son sac craqua. L’inconvénient d’être prise entre deux feux judiciaires était qu’elle avait plusieurs tuteurs et toujours pas accès à son argent. Elle avait donc un sac très vieux et rafistolé maintes fois par ses soins mais qui apparemment aurait bien besoin d’une cure de jouvence supplémentaire. Elle se baissa et rassembla ses affaires quand sa trousse de maquillage laissa échappé un collier… un collier qu’Isaac lui avait offert…

If you've made up your mind to go
I won't beg you to stay


Figée tout d’abord à la vue de ce vestige de son ancienne relation oublié là, elle le prit et le porta à ses lèvres ne pouvant empêcher un sanglot.

« - Pourquoi… » murmura-t-elle dans le silence du cachot.

You've been in a cage
Throw you to the wind you fly away


Elle avait accepté, tout accepté, elle était prête à être la seule à souffrir mais pour ça il fallait qu’elle efface de sa vie tout ce qui le concernait…

It doesn't matter what I want
It doesn't matter what I need


Prostrée dans l’obscurité du lieu, elle pleurait. Depuis le moment où elle s’était brisé les mains elle n’avait plus laissé coulé une seule larme… à part peut être lorsqu’elle était fiévreuse. Elle avait retenu tout ses sentiments mais ils étaient près à imploser.

It doesn't matter if I cry
Doesn't matter if I bleed


Elle portait en permanence des mitaines ou des gants depuis sa sortie de l’infirmerie, pour cacher les plaies encore trop récente. Elle les ôta et s’adossant au mur, elle continua à pleurer en regardant les marques de sa douleur.

Feel the sting of tears
Falling on this face you've loved for years


Elle aimerait tellement pouvoir revenir en arrière. Elle avait si froid sans lui, mais c’était terminé et elle ne pouvait que pleurer seule dans le noir sur ce passé envolé.

------

[HJ : les paroles sont d'Alison Krauss]


Rose Noire & Poignard
« La victime meurt face à un assassin. L'assassin, lui, meurt face au monde entier. » (⚡) Les Milles Symphonies de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://site.voila.fr/yusuradreams/index.html

Invité
Anonymous




It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMar 4 Sep - 21:47

Ca n’était pas une journée sensationnelle pour Wendy. Rien de bien, rien de mal, juste une journée comme les autres. Se lever, aller en cours, aller manger, retourner en cours… Bref, comme nous disions, rien de sensationnel.

Elle n’avait relu qu’un livre sur les étoiles pour le moment, pas trop eu le temps ni l’envie de s’adonner à un autre cours. Et puis pour les sorts et les métamorphoses, Sean était porté disparu à cause de ses devoirs à lui.

Wendy se dit qu’elle devrait retourner à la bibliothèque un jour, pour rechercher d’autres sujets à propos des cours d’Histoires de la Magie et d’Etude des moldus. Que d’organisation pour cette petite fille si prise. Elle avait peut-être fait une bourde en s’inscrivant à tous ces cours en même temps. Heureusement, aucun ne se chevauchait, malgré que Wendy n’y ait pas fait attention. Un ange gardien avait dû regarder pour elle… Bref, assez parlé de cours.

Elle sortait de temps en temps le nez de son livre, pour vérifier que le couloir qu’elle empruntait était le bon, pour rentrer chez les Poufsouffle. Quoiqu’à un moment, elle réussit tout de même à se perdre. Pas trop angoissée à cette idée, malgré le fait que cela fasse déjà plusieurs mois qu’elle passait entre les murs, elle s’était faite à l’idée que certains bougeaient, pour taquiner les élèves. Vive Rowena Serdaigle… Enfin bref.

Toute prise qu’elle était à ses réflexions absolument farfelues, Wendy ne remarqua pas tout de suite que quelque chose n’était pas habituel. Un son. Tout petit, tout discret. Comme si on ne voulait pas que quelqu’un découvre quelque chose. Mais la curiosité de Sean commençait à déteindre sur la petite fille.

Lorsqu’elle entendit enfin la plainte, elle se guida à l’oreille pour en trouver l’origine. Elle arriva vite dans un coin sombre et sans fenêtre. Quelqu’un était prostré à terre, serré contre le mur, à pleurer pour une raison que Wendy ne connaissait pas. Cette personne aux cheveux de feu n’était pas une inconnue par contre. Elle et l’indienne s’étaient déjà échangées quelques paroles au parc.

Wendy ne savait pas trop quoi faire. Elle regarda de tous les cotés pour vérifier que personne ne venait. Fallait-il appeler quelqu’un qu’elle connaissait mieux ? Attendre un Serpentard pour qu’il l’aide ? Jouer les curieuses et l’obliger à lui dire ce qui la tourmentait au point qu’elle pleure ?

Après une bonne minute de réflexion à se dandiner d’un pied sur l’autre, Wendy décida de faire à sa manière de Poufsouffle : Elle s’agenouilla devant la jeune fille, et passa doucement ses bras autour de son cou. Qu’importait que son chemisier ce soir serve de mouchoir, elle en mettrait un autre demain, de toutes façons.

« Ca fait du bien de pleurer » dit-elle dans un murmure apaisant. « Pleure, tu iras mieux après. »

Peut-être bien qu’elle avait tout faux, la gamine. Peut-être bien que la rousse n’avait pas envie de pleurer à ce moment, et qu’elle allait bondir sur ses pieds, et l’insulter et la traiter de tous les noms avant de partir d’un pas rageur vers sa salle commune. Peut-être bien qu’elle ne voudrait plus jamais la voir, en plus. Mais tant pis! Comme ça, en live, c’était la première idée qui était passé par la tête de Wendy.
Revenir en haut Aller en bas

Myrielle Symphonie
Myrielle Symphonie
Commerce

Parchemins : 1353
Âge : 35 ans [17-07-1980]
Actuellement : Styliste / Assassin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 7
FACECLAIM: Amy Adams


It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMar 4 Sep - 23:10

Oui, Myrielle avait envie de pleurer, elle n’en pouvait même plus de se retenir depuis maintenant plus d’une semaine que son histoire avec Isaac était terminé. Bien sûr elle avait reconnu Wendy et elle pensait très sincèrement que ce n’était pas les affaires de la jeune poufsouffle mais c’était plus fort qu’elle. Il fallait qu’elle continue de pleurer pour réussir à faire face le lendemain. Ce n’est qu’au bout de quelques minutes qu’elle commença à se calmer et éloigna un peu Wendy d’elle pour attraper un mouchoir en papier et s’essuyer les yeux. Par bonheur son maquillage ce jour là était waterproof. Bonne intuition du jour.

Elle resta un moment immobile, à s’essuyer le visage et à renifler le plus silencieusement possible. Son regard tomba à nouveau sur le collier qu’elle tenait encore et de rage elle le jeta. Il ricocha sur le mur et tomba par terre, au milieu du couloir.

« - Je crois que ça va mieux… » murmura-t-elle doucement pour la poufsouffle. Elle tourna ses grands yeux pâles vers celle ci et lui fit un petit sourire triste accompagné d’un « merci ». Puis elle resta un moment silencieuse à se demander ce qu’elle allait pouvoir faire maintenant. Rentrer ? Oui sans doute mais là tout de suite avec la tête qu’elle avait ce n’était pas l’idée du siècle. En plus il était encore relativement tôt, il y aurait du monde à la salle commune. Si on la trouvait seule ici se serait suspect mais…

« - Tu veux bien rester avec moi ? Je ne veux pas être seule si un serpentard passe. »

Elle pourrait faire comme si elle venait de tomber en cognant Wendy et ramasserait ses affaires en lançant une gronderie quelconque. C’était un plan comme un autre. Du moment que personne ne faisait attention à ses yeux gonflés par trop de larme ça lui allait très bien. C’était tellement bête. Elle s’était pourtant promis de ne pas craquer mais c’était comme quand elle avait frappé dans le chêne, elle voulait ne pas faire de vague mais son chagrin était tellement grand qu’elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle ne comprennait même pas les motivations d’Isaac, elle n’en avait rien retenu à part qu’il ne l’aimait pas et qu’à priori le père du préfet ne l’aimait pas. La belle affaire vraiment. Et de quel droit d’ailleurs ? Les Symphonies étaient une des dernières familles de sang purs anglaise, une des plus respectable, alors quoi ? La Russie avait plus de charme peut être ? Elle pouvait abattre n’importe laquelle de leur greluche (excepté Dawn évidemment) à dix mètre et pourtant non, elle n’était pas assez bien. Et bien si la Russie lui plaisait tant qu’il y reste ! Oui, qu’Isaac change même d’école et aille à Durmstrang, c’était plus près de son cher petit papa et plus loin d’elle. Adieu et bon débarras !

Durant ce petit coup de sang elle brisa un crayon khôl qu’elle était en train de ranger dans sa trousse à maquillage ce qui lui remit les idées en place.

« - Je suis vraiment trop bête… » soupira-t-elle. Le vrai problème était surtout qu’ils n’étaient plus compatible tout simplement. Regardant Wendy, elle lui refit un pâle sourire. « pardon, je suis un peu énervée de m’être laissé aller à pleurer. Je ne voulais pas te faire peur. »


Rose Noire & Poignard
« La victime meurt face à un assassin. L'assassin, lui, meurt face au monde entier. » (⚡) Les Milles Symphonies de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://site.voila.fr/yusuradreams/index.html

Invité
Anonymous




It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMer 5 Sep - 13:52

Un bon point pour Wendy, la Serpy ne l’envoya pas balader tout de suite. Ni après ! Jour de chance finalement ?
Non, pas plus que ça. Elle était juste tombée au ‘bon moment’ au ‘bon endroit’. Aussi simple. Certains appelle ça le hasard, d’autre plus poétique appellent ça le destin, et les derniers, plus pragmatiques, que c’est comme ça et pis c’est tout !

La petite Poufsouffle avait gardé sa position jusqu’à ce que la rousse la repousse gentiment. Elle avait quand même sa fierté, pensait Wendy, quelque chose qui fait qu’elle ne pouvait pas pleurer longtemps devant quelqu’un sans penser qu’elle perdait la face, sûrement.

Mais bon, Wendy avait l’habitude de prendre les gens comme ils venaient, et fut ravie d’accepter la demande de l’élève, à savoir, lui tenir compagnie quelques instants encore. Les ombres avaient une part prédominante dans ce couloir, comme si la lumière refusait de passer les fenêtres. C’était peut-être voulu. Toujours est-il que Wendy était presque sûre que la demoiselle avait pleuré bien plus que ce qu’elle avait pu éponger dans sa chemise maintenant humide au niveau de l’épaule.

Lorsque le crayon émit un craquement, sûrement le dernier de sa petit vie, Wendy avait sursauté. Quelle force dans les mains, et dans les muscles. Impressionnant. L’indienne eut quelques sueurs froides, à se demander si la colère qui semblait rayonner autour de la jeune fille n’allait pas la faire s’en prendre à Wendy dans quelques instants pour que la grande puisse enfin passer ses nerfs. Elle fut moyennement rassurée, lorsque Myrielle désamorça ses scénarios de chocs. Si juste le fait de pleurer la mettait dans ces états, Wendy ne voulait pas un jour se retrouver à coté, lorsqu’elle serait dans un état pire. Là, elle serait sûre que ses scénarios catastrophe se produiraient tous en même temps, pour le coup !

« C’est bon, ne t’en fait pas ! Et puis tu n'es pas bête...» avait-elle dit en rigolant, pour chasser sa peur.

Tiens, au fait, lorsque plus petite, Wendy avait fait des crises de larmes, sa mère avait toujours eut le bon geste pour l’aider à se calmer. A cette pensée, l’indienne farfouilla quelques instant dans son sac, et sorti une petite bouteille (vous aviez cru à un nouveau mouchoir, hein ? Et bien non !).

« Tiens, tu devrais boire, pour les larmes, je veux dire… Ca fait du bien, c’est mieux… » Un peu maladroite, elle ne savait plus dans quel ordre placer ses mots. Elle n'avait jamais été très douée en remontage de moral, et tout ce qui s'y apparantait. Un peu pathétique aussi ? Oui, mais ça elle s’en fiche, la Winnie ! Elle tendit la bouteille, remplie le matin même de jus de citrouille frais. Elle n’y avait même pas touché, pour une fois. D’habitude, elle buvait sans arrêt, cette fois-ci, la bouteille était encore pleine. Il va sans dire, que vu ses tics, Wendy avait minutieusement lavé et nettoyé la bouteille juste avant de la remplir… Et c’était de bon cœur qu’elle proposait le breuvage.

« Même si tu n’as ‘que’ pleuré, j’imagine que ta peine est grande, pour que tu te caches ainsi dans le noir, le soir. »
*surtout loin de tes amis, ou alors, c’est à cause d’eux ?*
N’ayant aucune piste sur ce qui rendait la rousse si malheureuse, Wendy préférait rester silencieuse, et choisissait ses mots pour qu’ils soient les plus neutres possibles, tout en suggérant assez, pour signifier qu’elle compatissait à son chagrin. Elle ne pouvait pas se permettre de se poser en Madame-peine-du-cœur, alors qu’elle n’y connaissait rien.

Wendy n’était sûrement pas le meilleur psy du monde, loin s’en faut, et il y avait sûrement d’autres personnes mieux placées pour réconforter la verte et argent. Mais bon, après tout, si elle ne voulait pas parler, elle le dirait très franchement, ça Wendy lui faisait confiance. Puis si elle voulait, elle parlerait d’elle-même. Peut-être plus tard, ou de manière détournée. En tout cas, jusqu’à ce qu’elle aille mieux, Wendy resterait avec elle, dans le couloir sombre.
Revenir en haut Aller en bas

Myrielle Symphonie
Myrielle Symphonie
Commerce

Parchemins : 1353
Âge : 35 ans [17-07-1980]
Actuellement : Styliste / Assassin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 7
FACECLAIM: Amy Adams


It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMer 5 Sep - 23:09

Lorsque Wendy tendit sa bouteille, Myrielle la prit et but une longue gorgée. Oui après de tant de larmes pour un idiot elle était sûrement déshydraté. C'était pathétique de faire autant d'efforts pour ne rien laisser paraître et finalement craquer ainsi. Heureusement ce n'était que l'innocente et douce Wendy qui l'avait trouvé... si ça avait été un serpentard, même Damian sur qui elle avait déjà répandu sa peine deux fois, elle ne s'en serait jamais remise. Elle était bien trop fière et bien trop malheureuse aussi pour accepter de se laisser couler. Elle voulait lutter et se battre mais quand il n'y avait pas d'ennemi à frapper elle se sentait perdue.

La Poufsouffle lui dit que sa peine était grande. Un peu lasse, Myrielle s'adossa un peu plus contre le mur, laissant sa tête le toucher.

- Oui, ma peine est grande, si grande en fait que je ne peux pas la montrer.

C'était ça le problème, elle ne pouvait rien montrer parce que sinon ce serait être faible... mais ce n'était pas le seul problème. Elle avait beau souhaiter le haïr de toute ses forces elle voulait aussi éviter à tout prix de culpabiliser Isaac. Evidemment elle lui donnait l'apparence de la froideur, du désinteret, mais elle était une Symphonie... si elle montrait qu'elle le détestait c'était que la rutpture se passait bien. Cependant ce n'était qu'une facade.

- Tu es sans doute trop jeune pour comprendre... trop... sage aussi. A toi je peux le dire justement parce que tu ne comprend pas... Si je suis là, avec toi, à pleurer puis à me plaindre, c'est parce que mon petit ami m'a quitté... et quelques heures après qu'il m'est quitté j'ai rencontré ma nouvelle tutrice... bref que du bonheur. Mais honnêtement il n'y a que mon chagrin d'amour qui me soucie beaucoup... La tutrice c'est autre chose.

Sa tutrice "officielle" était la mère de son demi frère. Elle n'avait aucun lien avec cette femme, elle avait juste été la maîtresse de son père il y a longtemps et en avait eu un fils. Comme Myrielle n'avait plus de famille il avait fallu la donner à qui la réclamait... et ce fut elle... sur la demande de Clément évidemment. La rousse ne supportait pas cette idée parce qu'elle vouait un culte à sa mère et même si elle adorait son demi frère, elle vivait mal le fait que cette femme est pris la place de sa mère à un moment donné. Sans doute le mariage de John et Anaelle était un mariage arrangé mais... le coeur de midinette de Myrielle aurait voulu que cela fut autrement.

- Tout ça... c'est tellement bête. Je suis tellement bête... de pleurer pour ça. C'était inévitable, je le savais depuis longtemps qu'il allait me quitter mais quelque chose en moi esperait je ne sais trop quoi... un miracle peut être... et me voilà là... à te raconter ça... alors que tu ne me connais que par mon faucon... je suis trop bête.

Elle leva les yeux au ciel s'exaspérant elle même, ce n'était pas facile car elle était partager entre l'envie de parler et le besoin de se taire par fierté.


Rose Noire & Poignard
« La victime meurt face à un assassin. L'assassin, lui, meurt face au monde entier. » (⚡) Les Milles Symphonies de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://site.voila.fr/yusuradreams/index.html

Invité
Anonymous




It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyJeu 6 Sep - 18:13

Wendy ne s’offusqua même pas qu’on lui dise qu’elle était trop jeune. Après tout, elle le savait bien. Et ce soir, ce n’était pas d’elle, qu’il fallait parler, mais bien de la rousse Serpentard. Elle prit donc le parti d’acquiescer. Il était vrai aussi qu’elle n’avait pas l’expérience requise pour comprendre au mieux les problèmes qui pouvaient tant remuer la demoiselle. Au tout départ, elle s’était sentie gênée d’être si peu capable de saisir les nuances que Myrielle allait lui faire, mais finalement, c’était peut-être mieux ainsi.

Elle évoqua alors sa rupture d’avec son petit ami. Puis sa nouvelle tutrice. Wendy ne put s’empêcher de répondre :

« Mais, peut-être que ta nouvelle tutrice sera mieux que la précédente, tu ne crois pas ? Et puis, peut-être qu’elle sera tellement bien, qu’elle deviendra ton amie ? Enfin j’espère pour toi.»

Sa seule expérience de tuteur étant Charles, et Wendy n’ayant jamais vraiment eu à faire avec des personnes vraiment infectes, elle ne saisissait pas tellement le concept. Puis si la tutrice d’avant avait été remplacée, c’est bien parce qu’elle était mauvaise ! Wendy n’avait aucun doute à ce sujet. La nouvelle serait forcément mieux, et si la belle avait de la chance, elle serait même aussi charmante que son tuteur à elle, peut-être que ça la soulagerait un peu. Car comme elle venait de le dire, son souci principal en ce moment, était sa rupture amoureuse.

« Je… C’est vrai que je n’y comprends goutte, à ces histoires. » S’excusa-t-elle. « Mais peut-être que tu es triste, justement parce que tu avais voulu que tout continue. Malgré le fait que tout semblait perdu. Et que tu te rends compte à présent, que tu as été la seule des deux à vouloir ça. Ou la seule qui avait voulu faire un effort ? »
Wendy espéra ne pas avoir fait de bourde, en s'avançant de la sorte. Enerver la demoiselle encore plus qu'elle ne l'était, c'était courir le risque de finir comme le crayon. -frisson dans le dos-
A la mention du faucon, Wendy ajouta comme par réflexe : « Ah oui ! Comment va Préciosa ? Elle n’est pas trop triste, elle aussi ? »

Après un certain temps de silence, durant lequel Wendy avait essayé de réfléchir à comment aider au mieux son amie, elle avait finir par réfléchir tout haut, partageant ses réflexion avec Myrielle:
« Je vais te proposer une chose : Comme tu l’as dit, je ne comprends pas vraiment les sens profonds de tes problèmes ou tes tourments. Mais même si je suis ignorante, il faudrait peut-être que toi, tu en parles à quelqu’un ? Est-ce que tu as un journal intime ? Ca serait la meilleure solution, non ? »

Wendy réfléchissait à présent aussi vite qu’elle le pouvait, pour trouver une solution, afin que la verte et argent puisse évacuer au mieux ses soucis.

« Ah, oui, mais… Si tu ne veux pas les montrer, il ne faudrait pas que des gens stupides tombent sur ton journal et le lisent ensuite. »

Une idée folle germa soudain dans l’esprit de Wendy. Elle s’étonna elle-même (dans le bon ou mauvais sens ? Mystère !)

« Je sais ! Ton journal intime, ça sera moi ! Je ne comprends pas plus que du papier, mais je sais rester au moins aussi muette ! Et puis, je ne pourrais en parler à personne, puisque pour les autres, je ne suis pas un journal. Il n’y aura que toi qui pourras savoir. Tes pensées seront cachées, mieux que sur du parchemin, ainsi. Et personne ne saura jamais. J’oublierai tes paroles dès que nous nous séparerons, et je les retrouverais quand tu en auras besoin. »

Mouais, l’idée d’oublier et de retrouver les idées dites, ce n’était pas la meilleure partie que Wendy avait trouvée. Mais c’était une façon de se vendre. L’avantage certain était que la petite demoiselle donnait l’opportunité à sa camarade de s’exprimer de n’importe quelle manière qui soit, avec en bonus, le fait que personne ne saurait jamais ce qu’elle aurait pu prononcer, même pas le ‘journal’ lui-même, ayant une mémoire à pile rapidement fatiguées. Mais elle voulait à tout prix trouver une idée, de génie si possible, pour que Myrielle n’aie plus à se soucier de trouver un coin sombre le soir, où pleurer seule en silence.

Parce que rester seul à ruminer ses idées noires, ce n’était que la pire punition qu’on puisse infliger à une personne. Dans son cœur de Poufsouffle, la gamine l’avait parfaitement assimilé.
Revenir en haut Aller en bas

Myrielle Symphonie
Myrielle Symphonie
Commerce

Parchemins : 1353
Âge : 35 ans [17-07-1980]
Actuellement : Styliste / Assassin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 7
FACECLAIM: Amy Adams


It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyVen 7 Sep - 14:48

Tout lui raconter ? Comme à un journal intime ? Myrielle hésitait. Elle ne savait pas trop quoi choisir. Pour éviter de répondre sur le moment, elle renseigna Wendy sur la santé de son faucon.

- Preciosa va bien... elle est un peu nerveuse en ce moment à cause de moi, mais ce n'est pas très grave. Les animaux gèrent mieux que nous ce genre de sentiment.

Parce qu'ils ressentent les choses de façon moins complexe, ils ne passent pas leur temps à se compliquer la vie. Quand Preciosa avait pris et jetté au feux la lettre d'adieu de Myrielle, elle n'avait eu aucune hésitation. L'instinct de l'oiseau de proie lui avait dicté cette conduite et elle n'avait pour chacune de ses actions aucun regret. Myrielle aurait aimé pouvoir lui prendre une partie de cette tranquilité d'esprit... le sien était embrouillé et embrumé par un chagrin trop dense. Elle n'était même pas sûre de savoir pourquoi elle se levait chaque matin alors qu'auparavant ça n'avait jamais fait aucun doute.... Ramenant ses genoux sous son menton et les entourant de ses bras, elle commença à parler lentement... à raconter son histoire...

- Mes parents sont morts quand j'avais un an, je ne me rappelle pas d'eux, je ne connais leur visage que par des photos et des portraits. Ils ne m'ont jamais manqué, ce qu'on ne connais pas ne manque pas. J'ai été élevé par mon frère qui a sept ans de plus que moi et ma grand mère qui est malade et agée. Obsédé par des idées de vengeance, Nathan, mon frère, a toujours tout fait pour que je sois la meilleure en tout, tant et si bien que lorsque je n'y arrivais pas il me battait...

Elle passa sous silence tout ce qui concernait les Malefoys et les Shinku, Wendy était à priori une sang mélé ou une sang de bourbe, elle n'y connaissait rien alors pas la peine de faire trop compliqué. Même si elle lui disait qu'elle oublierais tout une fois rentrée dans son dortoir Myrielle voulait quand même que son interlocutrice la comprenne.

- Malgré ces mauvais traitements j'aimais mon frère plus que n'importe qui d'autre, je l'aimais et je le craignais en même temps. Quand je suis arrivée à Poudlard j'étais déchirée de devoir quitter mon foyer qui était aussi le sien... Mais j'ai fait la connaissance d'Isaac Irving, le préfet de serpentard, qui à l'époque n'était pas préfet. Il m'a confié ses secrets et parce qu'il m'ouvrait son coeur sans condition je lui ai ouvert le mien aussi. Il me protégeait et me promettait de m'aimer et de me chérir pour toujours, il me jurait qu'il ne me quitterais jamais, que quoi qu'il advienne nous resterions pour toujours ensemble.

Elle retint un nouveau sanglot et ravalat ses larmes reprit la parole d'une voix enrouée par l'émotion.

- Je l'aimais déjà trop et pour sa sécurité autant que pour la mienne je cachais à mon frère notre relation. Il finit cependant par la découvrir et pour se venger me fit subir un entraînement tellement douloureux que je pris le parti de fuir le manoir où j'avais toujours vécu pour me réfugier chez Isaac... J'y passais quelques temps et nous avons entamé ensemble notre troisième année. Durant les dernières vacances d'été je suis retournée chez lui mais ça s'est mal passé. Ce fut un véritable calvaire, une suite de désillusions...

Comme elle haïssait ce jour d'août avant lequel elle arrivait encore à être heureuse. Pourrait elle un jour pardonner à ce père de s'être mis entre Isaac et elle ? Sans doute pas. Elle pouvait pardonner beaucoup de choses, même à Dawn d'être celle qui occupé plus souvent Isaac qu'elle même, mais ce qui s'était passé ce jour d'été, ça, elle ne pouvait pas le pardonner.

- Je ne comptais plus suffisament pour que comme autrefois il me raconte ses peines. Il m'a par la suite renvoyé de chez lui, n'ayant nul part où aller je suis descendu dans un hôtel pas trop cher et j'ai caché ma peine. J'ai continué à le faire tout le premier trimestre, esperant que nous finirions par crever l'abcés mais il faisait comme si de rien n'était jusqu'à finalement m'ignorer. J'ai eu beaucoup de mal à le supporter... son indifférence était encore plus dur à supporter que le reste... finalement... j'ai préféré le laisser choisir la fin de notre histoire. Il l'a proclamé il y a un peu plus d'une semaine. Il dit vouloir me protéger mais en fait nous sommes simplement dans l'impasse, il n'était plus heureux avec moi... Alors il m'a laissé. N'ayant plus mon frère et n'ayant plus Isaac... je me retrouve seule...

Cachant son visage dans ses mains elle se demandait une nouvelle fois "pourquoi", oui, pourquoi était elle celle qu'on laissait derrièe seule et sans arme... avant la rupture officielle, quand elle l'avait demandé à Damian sous un sous entendu qui restait très clair, il lui avait dit qu'il valait sans doute mieux qu'elle l'ignore. Peut être mais en attendant c'était toujours elle qui souffrait, toujours elle qu'on trahissait. Les belles promesses n'étaient que du vent et Isaac était un lâche. Elle le haïssait presque autant qu'elle l'aimait. Si seulement elle pouvait lui faire aussi mal que lui il la faisait souffrir... mais non... elle aurait pu pourtant. Elle aurait pu lui dire pour Damian et le blesser ainsi dans sa fierté si arrogante, mais non, son coeur de serpentard restait trop bon et trop pur... elle n'était pas capable de faire souffrir quelqu'un qu'elle avait aimé et qu'elle aimait encore de façon gratuite. Elle, elle n'était pas comme eux. Comme tout ces idiots qui parce qu'ils se font larguer se venge ouvertement et font souffrir l'autre pour apaiser leur peine. Non, elle n'était pas comme ça. Elle se conduisait noblement, ou du moins elle essayait... elle gardait à l'esprit qu'elle aimait Isaac plus que tout et que sa souffrance ne devait pas guider ses actes mais c'était si difficile... si difficile que souvent elle regrettait que Preciosa ne l'ai pas laissé disparaître dans le néant avant que tout prenne fin...


Rose Noire & Poignard
« La victime meurt face à un assassin. L'assassin, lui, meurt face au monde entier. » (⚡) Les Milles Symphonies de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://site.voila.fr/yusuradreams/index.html

Invité
Anonymous




It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyVen 7 Sep - 21:31

Wendy fut heureuse d’apprendre que Preciosa allait à peu près bien. Elle avait eut peur que le lien soit trop fusionnel et que l’oiseau rejoigne sa maîtresse à pleurer sa peine et sa douleur.

Elle avait écouté tout ce qu’elle lui avait raconté. Elle n’avait pas prononcé un mot. Elle était restée avec elle, à l’écouter. Elle s’était rapprochée d’elle, presque à la coller. Assise à son coté, elle avait posé une main chaude sur son bras. Sa tête avait fini par se poser sur son épaule.

Wendy était affreusement peinée d’apprendre toutes les souffrances que Myrielle avait dû subir depuis son enfance. Petite fille vivant dans l’opulence et la joie permanente, Wendy n’avait jamais vu la violence qu’à la TV, lorsqu’elle avait surpris les images diffusées par les journaux télévisés, ou les documentaires rediffusés.
Pour retenir une larme, elle avait fermé les yeux, aussi fort qu’elle le pouvait.

La Serpentard lui avait alors révélé son autre lourd secret. Celui qui lui pesait le plus, d'après elle. Son amour perdu. Comment le rêve s’était transformé en cauchemar. Elle avait dû faire ce qu’elle avait fait en fraude de l'autorité de son frère, pour protéger tout le monde. Et elle avait quitté sa famille, son chez-elle, tout ce qui la définissait comme étant elle, pour l’avoir lui. Et finalement, ses sacrifices n’avaient servis à rien ?

Si, Wendy trouvait que déjà s’éloigner de ses peines physiques était un grand pas. Mais comme le courage de faire ce pas, avait failli, avait préféré ensuite la laisser choir, ce courage n’avait servit à rien, en fin de compte. Le but n’avait pas été atteint, et on avait brisé ses rêves.

Wendy ne put plus retenir ses larmes, à ce stade de révélations. Être si malheureux, elle n’y avait jamais pensé. Ses soucis à elle semblaient si misérables et minimes à coté des siens.
Et pour couronner le tout, elle se retrouvait maintenant seule !

« Non, ce n’est pas vrai… » Avait dit Wendy. Elle avait plutôt soufflé ça, comme un secret. Articulant sans son la suite de sa pensée, elle tenta de réconforter la demoiselle « Je suis là, moi ! » et elle avait un peu plus serré ses doigts sur son bras, comme pour lui montrer qu’elle était réelle, et pas une invention délirante d’un esprit qui s’égare. « Et Préciosa aussi ! »

Bien entendu, elle ne prétendait pas pouvoir occuper la même place que son frère ou son petit ami, jamais de la vie. Et puis, elle n’était qu’un journal intime sans page ni encre, pas de quoi fouetter un chat. Elle n’imaginait même pas à quel point cela avait dû être dur, et encore elle était loin de la vérité, comme la rousse ne lui raconterait pas tous les détails.
Mais ce qu’elle avait déjà révélé avait bouleversé l’enfant candide.
Elle tenta de se maîtriser du mieux qu’elle pouvait.
Wendy desserra son emprise sur le bras de Myrielle, et se redressa à coté d’elle. Doucement elle écarta les cheveux de la rousse qui tombait sur son visage pour le cacher. Elle s’approcha alors du visage ainsi découvert et déposa une bise sur la joue maintenant sale et humide de son amie.

« Je ne te dirais pas que je serais toujours avec toi, puisque ça ne veut plus rien dire. Mais un journal ne s’en va que lorsqu’on brûle ses pages. » Avait-elle murmuré en reprenant sa place à son épaule, prête à écouter la suite, s’il y en avait une. Ou à oublier, si le moment était venu.

[HJ : c'est moi ou ça me semble être du "déjà-vu"? :p]
Revenir en haut Aller en bas

Myrielle Symphonie
Myrielle Symphonie
Commerce

Parchemins : 1353
Âge : 35 ans [17-07-1980]
Actuellement : Styliste / Assassin


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
SORTS & ARCANES:
GALLIONS EVENT: 7
FACECLAIM: Amy Adams


It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMar 11 Sep - 19:32

Myrielle fut très touchée par le geste de Wendy, sans doute beaucoup plus qu'elle ne le laissa montrer car elle n'avait finalement pas l'habitude qu'on pleure pour elle. Elle prit Wendy délicatement dans ses bras, les larmes que versait Wendy avait stoppé les siennes et son geste était presque maternel. Elle laissa le silence s'installer le temps qu'elle se calme pour de bon sans risque de rechute avant de prendre la parole. "Tu as raison, je ne suis pas seule." Elle éloigna son visage de celui de Wendy et lui fit un petit sourire dans la pâle lumière des cachots. "Et tu n'as pas besoin de jouer les journaux intimes tu sais, tu peux peut être simplement être une amie.". Bon, ok, là, Myrielle était affaiblie mais non, non, elle avait bien toute sa tête !Myrielle considérait les gens qu'elle appréciait comme des êtres à part, de fait leur sang n'importait pas à ses yeux. La preuve elle avait failli se marier avec un sang mêlé ! Et Clara n'était pas plus sang pure que Wendy même si il semblait à Myrielle que la petite fille était carrément une sang de bourbe, mais même ça elle pouvait passer outre. Autant elle se montrait inplacable envers les inconnus, et elle était maintenant bien décidé à se marier à un sang pur, autant ses relations devaient avant tout lui apporter une quelconque image morale qui lui plaisait. Isaac c'était sa fierté, Clara sa douceur, Dawn son respect de la vie... Wendy ce serait sans doute cette empathie dont elle faisait preuve en cet instant. Il faut savoir que la rousse n'a absolument aucune empathie, elle a énormément d'intuition mais elle n'est pas capable de faire comme la poufsouffle et de souffrir (ou même d'être heureux, soyons fou ! ) pour les autres.

Prenant dans le tas d'affaire encore éparpillé une paire de collier assorti, elle en tendit un à Wendy. Il représentait un pentacle, il s'agissait des colliers qui l'unissait autrefois à son frère. "Tiens, prend celui ci, je te le donne. Si quelqu'un essaie de te faire du mal, avec ça dans ta poche..." Oui, Myrielle se doutait que les pentacles c'était pas vraiment le trip des poufsouffles, "... je pourrais venir et te protéger."

Autre caractéristique propre à la flamboyante rousse, quelqu'un qui entrait dans le cercle de ses proches était automatiquement mis sous sa protection et une telle protection de la serpentard valait beaucoup... du moins dans la maison de celle ci. Cette sanction était sans appel. Comme il se faisait tard, Myrielle rangea en vrac ses affaires dans un sac et se leva. "Si tu veux me voir, ou simplement voir Preciosa, touche le pendentif, le mien réagira. Ce sont des communicateurs magiques en quelque sorte. Là il se fait tard, tu devrais retourner dans ta salle commune et je vais faire de même." Jetant son sac sur son épaule, elle posa un baiser sur le front de Wendy et ajouta : "Ah oui, ne dis pas que tu m'as vu pleurer, surtout à Alexander ton préfet. Tu seras gentille."

Elle commença à s'éloigner et à dix pas de Wendy se retourna et lui fit un signe.

"A plus tard Wendy." Ce qui voulait signifier en clair "non, non, tu ne rêves pas et je ne me moque pas de toi" ce que Clara avait pensé au tout début de leur relation d'amitié. Maintenant Myrielle prenait les devants ! Il n'y a pas à dire, se faire des amis quand on est une serpentard c'est pas tout les jours facile... mais peu importe !


Rose Noire & Poignard
« La victime meurt face à un assassin. L'assassin, lui, meurt face au monde entier. » (⚡) Les Milles Symphonies de Dieu
Revenir en haut Aller en bas
http://site.voila.fr/yusuradreams/index.html

Invité
Anonymous




It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] EmptyMer 12 Sep - 18:33

C’était un peu l’arroseur arrosé. Wendy était venue (et restée) pour réconforter Myrielle, et finalement, c’était elle qui la serrait dans ses bras, en attendant qu’elle ait fini de pleurer. Et limite, si quelqu’un était venu à ce moment dans le couloir, il aurait trouvé ça encore plus bizarre qu’une Serpy console une Poufy, que l’inverse !
Mais au diable les apparences, l’indienne de toutes façons n’y accordait aucune valeur, ne s’y intéressait même pas. (Sauf lorsqu’il était question de faire les boutiques et d’acheter des vêtements, mais c’est une autre histoire.)
Wendy était particulièrement fière de son idée de journal intime. Elle avait été vexée une seconde que Myrielle lui dise qu’il n’était pas nécessaire qu’elle joue ce rôle. Mais dans la même phrase, elle lui proposait de devenir une amie, une vraie. Oubliée la vexation, séchant ses dernière larmes, Wendy avait retrouvé son sourire.

Elle accepta le présent de la rousse, comme s’il s’agissait d’un trésor précieux qu’elle lui confiait. Elle le sera dans sa main (le signe ne lui évoquait rien) et jura de le porter tous les jours. Savoir qu’elle avait un objet qui rendait leur relation tangible était étrange, et pourtant si rassurant. En plus, le bonus de l’affaire : Wendy pourrait demander à voir Préciosa si elle voulait. Si c’était pas une aubaine !

La Serpentard se leva alors, et fit promettre à Wendy de ne dire à personne qu’elle l’avait vue pleurer. Et surtout pas au Préfet Shinku. La demoiselle se demanda pourquoi lui en particulier ne devait rien savoir, mais retint ses questions, jurant que personne, de toutes manières, ne saurait par sa bouche.

Myrielle s’était éloignée, et au bout de quelques pas, s’était retournée pour lui faire un signe. Wendy répondit avec force, sa main se serait décrochée si elle n’avait pas été si bien attachée à son poignet, tellement elle était heureuse d’avoir rendu service, et trouvé une nouvelle amie en même temps.

Une fois Myrielle disparue, Wendy tourna les talons, et se dirigea vers les toilettes, pour se passer de l’eau sur le visage. Histoire qu’on remarque moins qu’elle avait pleuré. Même si à cette heure, tout le monde dormait plus ou moins. Son bijou dans sa poche, elle était ensuite revenue à sa salle commune, sans encombre, ni retenue. Elle grimpa rapidement au dortoir, se changea très vite, sans oublier de se laver les dents. Elle se glissa ensuite sous ses draps frais. Elle s’endormit avec le sentiment de satisfaction intense. Avoir rencontré une personne deux fois par hasard, et l’avoir soulagée, à défaut de réconforter, et pour ça recevoir un présent garantissant une amitié sincère, c’était l’un des plus précieux cadeaux que Wendy garderait toujours sur elle. Voir même le plus précieux.

[Wendy partie]
[topic fini]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





It Doesn't Matter... [libre] Empty
Ξ Sujet: Re: It Doesn't Matter... [libre]   It Doesn't Matter... [libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
It Doesn't Matter... [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cause it don't matter who you are, you can be who you wanna be [PV]
» Fragile, but it doesn't matter [PV]
» Promenade à l'air libre( libre à tous)
» [PV; libre]
» RP libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 4-
Sauter vers: